clown triste

Chez ces gens-là(librement inspiré de la chanson, et c’est le Fillon d’hier qui me met dans une humeur so dark so dark and blues... )

D’abord… d’abord y a Fillon 

les poches pleines de POGNON

même sous les yeux il a des poches 

pour cacher les bifftons

quand il parle il casse l’ambiance 

clown triste et rabat-joie 

il n’élève même pas la voix

il sait qu’il passera au-d’ssus des lois

et il nous r’garde d’un air  de dire chante cocotte 

tu verras qu’la France elle vote… pour moi

parce que chez ces gens-là on n’doute pas monsieur

on n’doute pas

on gagne

Et puis… et puis y a Le Pen…

Qui fait sonner alarmes et sirènes

et là-dessus elle fait ses p’tites affaires

parce qu’y a un truc qui change pas

c’est la peur des gens

elle crie au loup au noir au barbu

elle la biquette l’ingénue

son papa lui a dit de ne pas faire confiance

aux inconnus 

y en a beaucoup trop en France

et même l’avenir il est méchant 

parce qu’il change tout le temps

et elle monte tranquille 

parce que chez ces gens-là

on n’doute pas monsieur on n’doute pas

on triche

Ensuite y a Macron…

gendre idéal gentil patron

oui-oui à tout non-non à rien

Oui à Robert Hue oui à Madelin

y a Mélenchon 

un peu grognon

donneur de leçons

mais qui tape fort dans l’opinion

et qui vise pile en plein dans l’pognon

tonton blagueur tonton grande gueule 

on est contents d’le voir arriver à la maison

mais surtout surtout surtout

y a Benoît qu’est beau comme un soleil et qui nous aime pareil que nous on aime Benoît

Même qu’on s’dit souvent

qu’on gagn’ra l’élection

et que si c’est pas sûr c’est quand même peut-être

avec ses yeux mouillants

il dit qu’on y arriv’ra

et moi j’le crois monsieur

mais les aut’ veulent pas monsieur

les aut’ ils disent comm’ ça

que c’est un bisounours

qui va s’faire manger tout cru

comme un bonbon haribo

parce que chez ces gens-là monsieur

on ne gagne pas monsieur non on n’gagne pas…

mais… parlons d’autre chose…


@onestenrepublique 

vous êtes les bienvenus pour faire votre version. plus optimiste peut-être ?

Si parla dell'argentino

Questo Papa mi sta simpatico perché ha la faccia da clown triste. Secondo me ha pure capito che Dio non esiste, ma non ha il coraggio di dirlo. Ancora.

Elle ? Elle était la copine moche. Depuis toujours et pour toujours. La fille qui ne sera jamais l'héroïne d'aucunes histoires, celle qui n'aura jamais le beau cadeau sous le grand arbre mère.

Elle ? Elle n'était que le second choix. La fille qui tombait amoureuse trop vite et qui riait aux insultes. Celle qui criait dans les oreillers et qui doucement perdait l'esprit. Celle qui peut-être en faisait trop pour compenser toutes ces lacunes.

Elle n'était que “cette fille là”, cette silhouette ronde aux poches pleines d'Arc en ciel et de démons. Elle ne sera qu'un nom pour citer quelqu'un d'autre, peut-être une anecdote mais jamais autre chose.

Elle n'était qu'un clown un peu triste et elle sera un arlequin. Un arlequin en quincaillerie qui souris à faire fuir les gosses.

Tout le monde a peur des clowns.
Personne n'aime les jongleurs.
Au cirque les gens regardent les lions, pas les funambules qui pleurent.