citering

Phrases utiles à l'examen oral

Comment Organiser un exposé:

a) Annoncer le sujet de l’exposé:

- Telle est la question que je voudrais aborder / traiter avec vous maintenant ; Telle est la question à laquelle je voudrais répondre maintenant.

b) Présenter le plan de l’exposé:

- Je traiterai un seul point / plusieurs points / questions… ; J’aborderai / considérerai / examinerai les questions suivantes : … ; Je commencerai par aborder le… ; Le premier point portera sur… ; Ensuite / Par la suite / En second lieu / En second point j’aborderai… Enfin / Pour terminer / Pour conclure je dirai quelques mots au sujet de… ; Je conclurai sur / par… ; Le dernier point abordé / examiné / présenté sera…

c) Présenter chaque partie de l’exposé. Enumérations, alternatives, conclusion:

- Signalons / Disons tout d’abord que… ; Ils ont d’autre part / aussi… ; Cette situation pose d’ailleurs le problème de… ; On notera de même… ; En gros / En somme / Somme toute / En bref / En peu de mots / Enfin bref / Pour conclure… ; Ce qu’il faut retenir de tout cela c’est que… ; Nous pouvons maintenant passer/ Venons-en maintenant à notre dernier point, celui… ; Cela nous amène tout naturellement au dernier point de notre exposé, celui… ; La conclusion de tout cela est… ; Au terme de cette analyse / de cet exposé j’ai tâché de vous exposer…

d) Développer un sujet:

- En faisant des énumérations / En classant: appartient à / fait partie de / entre dans la classe / la catégorie / le groupe de… ; est un type de… ; c’est du même genre de… En comparant: rappelle / c’est comme / fait penser à… ; de même que… ; peut être comparé / assimilé à… ; peut se rapprocher de / être rapproché de… ; est du même type / ordre / de la même nature que… ; présente un rapport / une affinité / un lien / une analogie / une parenté avec… En décrivant / En racontant

e) Mettre en relief un point:

- Soulignons / Signalons / Remarquons (le fait) que… ; On remarquera que… ; J’attire votre attention sur le fait que… ; J’insiste sur le fait que…

f) Faire une transition:

- Pour en revenir / Revenons / Je reviens / J’en reviens à notre propos, je dirais donc que… ; Cette remarque faite, voyons donc maintenant / examinons alors… ; Cela dit, venons-en à présent à notre sujet ; Après avoir examiné / considéré… abordons (maintenant)… ; Il convient / Il y a lieu maintenant / aussi de soulever la question de… ; Le point / la question suivant(e) c’est… ; Cela nous amène / conduit à… ; Je ferme la parenthèse / Fermons la parenthèse ; Reprenons.

g) Proposer un nouveau sujet:

- Pour passer à autre chose ; Pour changer de sujet… ; Et si tu nous parlais de… ? ; Et puis, à part ça,… ? ; Alors, qu’est-ce que vous avez comme remarque à faire là-dessus ?

h) Rejeter un sujet, changer de sujet:

- Ça n’a rien à voir ; Parlons plutôt d’autre chose ; Quel rapport ? ; Quel intérêt ? ; Ce n’est pas le moment ; Changeons de sujet (voulez-vous ?) ; Ce n’est pas le problème ; la question est que…

i) Donner un exemple:

- Tiens, un pamplemousse c’est un agrumes ; Je prendrai l’exemple suivant : … ; Le fait que … a valeur d’exemple ; …illustre bien cette situation / est un bon exemple ; Je vous en donne un exemple. / En voici un exemple ; … entre autres ; Prenons l’exemple de… ; Tenez, si vous le voulez bien : imaginons / imaginez… ; Ainsi dans… on ne compte que… ; Ça me rappelle une histoire… ; Tel est le cas de…

j) Citer:

- Je cite : « … » ; … Fin de citation ; …a dit textuellement (deux points, j’ouvre les guillemets) ; Comme dirait X « … »

k) Concéder, objecter (argumentation en deux temps):

- C’est sûr / certain / exact / vrai que… pourtant / cependant / toutefois / seulement… ; Je vous accorde que… n’empêche que… ; Je ne nie pas que… ; cela dit, il reste que… ; J’admets que… ça n’empêche pas du tout que… ; S’il est certain que… il n’en reste pas moins que…

l) Résumer, récapituler:

- Je résume en un mot / en quelques mots / rapidement… ; Pour tout dire… ; En un mot… ; En deux mots… ; Enfin / Somme toute / Tout compte fait / Enfin de compte / Bref… ; En fait / En réalité / La réalité est que… / De fait…

m) Se corriger:

- …, non,… /…, pardon,… /…, non (pardon), pas…mais… /…je voulais dire… ou plutôt……ou pour être plus précis / ou plus exactement / ou plus précisément…

Le réalisateur Tancrède Ramonet a imaginé une ambitieuse fresque documentaire sur le mouvement anarchiste à travers le monde, diffusée mardi 11 avril sur Arte.

« Il existait bien des histoires mondiales du fascisme, du communisme, du féminisme. Mais rien sur l’anarchisme », s’étonne encore Tancrède Ramonet. Un manque qu’en 2010 le réalisateur et producteur – qui ne cache pas une sensibilité certaine à la cause libertaire – va s’évertuer à combler. Il s’attelle donc à un projet ambitieux : raconter ce courant de pensée aux multiples facettes qui, depuis le XIXe siècle, échoue et renaît de ses cendres au gré des péripéties de l’Histoire.
Il lui faudra cinq ans de lectures, d’interviews d’historiens, de plongée dans les archives, pour construire « une » histoire de l’anarchisme. Peut-on pour autant rassembler sous une même bannière les écrits de Proudhon (1840), la révolution mexicaine (1910), les braquages de la bande à Bonnot (1912), ou l’affaire Sacco et Vanzetti, du nom de ce scandale judiciaire qui agita les années 1920 et vit deux anarchistes italiens exécutés aux Etats-Unis ?

De Proudhon aux émeutes anti-G8
« C’était une vraie difficulté. L’anarchisme n’est pas un parti, avec une carte, une hiérarchie, un fonctionnement propre. Il se manifeste dans les actions. Tous les épisodes répondent à ce même élan : lutter contre toute forme de domination, explique le réalisateur. Je souhaitais montrer qu’au-delà de sa diversité, de ses contradictions et errements le mouvement garde une cohérence et revêt un caractère international. » Le projet initial, fresque documentaire en trois parties, visait à couvrir une large période : de 1840 – date de la publication de Qu’est-ce que la propriété ?, l’écrit fondateur de Proudhon – à 2001, où, selon Ramonet, les émeutes contre le G8 de Gênes ont marqué chez les jeunes générations la réémergence d’un mouvement anti-autoritaire.
Arte ne diffuse cette semaine que les deux premiers épisodes (1840-1945). Pour des raisons officiellement budgétaires, le troisième opus reste pour l’heure sur le banc de montage. Mais l’histoire foisonnante de l’anarchisme ne s’arrête pas brutalement à la Seconde Guerre mondiale. Dans ce dernier volet, plus contemporain, Tancrède Ramonet pensait raconter la façon dont le mouvement a ressurgi en Mai 68, puis dans la guérilla urbaine des années 1970-1980, incarnée en France par Action directe.
“Dès qu’il y a domination, sous quelque forme qu’elle soit, les gens se révoltent et s’y opposent.” Tancrède Ramonet

Que reste-t-il de ce mouvement composite ? Qui en sont les héritiers et les promoteurs ? Tancrède Ramonet a son idée : « Dans l’histoire récente, ceux qu’on a appelés les anarchistes de droite ont dénaturé le mouvement. Alors, depuis les années 1990, on voit émerger des groupuscules qui cherchent à se défaire de l’étiquette anarchiste et avancent masqués. » Et de citer le sous-commandant Marcos, leader cagoulé des zapatistes mexicains ; les mystérieux membres du Comité invisible, auteurs en 2007 de l’ouvrage L’Insurrection qui vient ; ou encore le collectif d’internautes hackers Anonymous. Il a aussi choisi d’ouvrir son film sur des images des black blocs, ces silhouettes tout de noir vêtues et masquées qui, hostiles aux institutions, cassent des vitrines de banque en fin de manifestation.
On pourrait penser la cause anarchiste réduite à ces mouvances violentes, insurrectionnelles, ultra minoritaires. Le réalisateur défend une autre lecture, qui voit un souffle libertaire imprégner tous les mouvements de contestation des années 2000 : « Il n’est pas question de dire que le mouvement des Indignés, Occupy Wall Street, le Printemps arabe ou Nuit debout sont des manifestations anarchistes. Mais les principes à l’œuvre sont ceux de l’anarchisme. Dès qu’il y a domination, sous quelque forme qu’elle soit, les gens se révoltent et s’y opposent. Et l’on est alors devant une critique du capitalisme et de la verticalité du pouvoir. »

johnny-bond  asked:

Salut! Est-ce que tu sais où je peux trouver un résumé des candiates? Je veux savoir un peu sur tous les candidates afin de comprendre les nouvelles mais je ne sais pas qui est qui. Merci! (Pardon pour mon français!)

Rapidement, les principaux candidats se décomposent comme ceci (de extrêmement gauche à extrêmement droite) :

- Jean-Luc Mélenchon : Coprésident du Parti Radical de Gauche - extrême gauche.
C’est un ancien ministre du parti socialiste, qui s’est plus tard radicalisé. Son programme s’organise principalement autour de la refonte du système actuellement en place qu’il juge “oligarchique”, une rupture des accords géopolitiques en place pour une libéralisation des relations internationales, une rupture avec le système financier en place, en séparant la finance de détail (les particuliers) et la finance d’affaires (les entreprises), pour ne citer que quelques règles. Actuellement N°4 des sondages. 


- Benoît Hamon : Candidat du Parti Socialiste (parti du président en poste François Hollande) - gauche.

Investi lors de la primaire du PS, il ne fait pas l’unanimité dans son camps en raison de son programme jugé trop libéral. Il a battu Manuel Valls, candidat héritant du bilan de François Hollande, qui lui prônait un système dans la lignée de ce qui a été fait pendant les 5 dernières années. Le programme de Hamon est une vision assez "logique parentale” : consommer mieux, même si c’est plus cher, mais plus intelligemment pour vivre plus longtemps. Donc une nouvelle logique en terme de santé et d’environnement, beaucoup plus verts, trancher dans le vif en terme de lobbying pharmaceutique ou industriel, un revenu universel, réinvestir dans l’économie française par grosses injections (et donc couper avec l’austérité de Merkel). Actuellement N°3 des sondages. 

- Emmanuel Macron : Candidat surprise, sans affiliation politique précise - on va dire… plutôt centre. 
Ancien ministre du PS, il a quitté le gouvernement pour monter son propre parti, “En Marche”, qu’il considère ni à gauche, ni à droite. Il est issu du monde des affaires, en particulier des banques. C’est un technocrate bien qu’il tente d’effacer cette image-là par un programme… assez flou et son charme. Il mise surtout sur la carte de l’anti-système, anti-affiliation politique. C’est un peu l’effet Justin Trudeau : le gendre idéal a qui on a envie de faire confiance et qui souffle un vent frais. C’est actuellement le N°2 des sondages. 

- François Fillon : Candidat du parti Les Républicains” - droite. 
Candidat légitime du parti Les Républicains (parti de Nicolas Sarkozy), qui a gagné les primaires, battant Alain Juppé qui était donné favori. Il incarne la droite des valeurs “familiales” (pour ne pas dire chrétiennes) : aider les entreprises et la finance en général par de jolis coups de pouce, très peu de mesures sociales (il veut notamment revoir les remboursements de la sécurité sociale à la baisse), remettre au coeur des valeurs de la France la famille traditionnelle. 
Actuellement, il est empêtré dans des affaires judiciaires qui concernent sa femme et ses enfants, qu’il aurait employé fictivement comme assistants. C’est un scandale d’état qui est en train de remettre en cause sa candidature, François Fillon étant plusieurs fois revenu sur ses déclarations, en particulier en terme de “moralité”. Il perd la confiance des électeurs, hormis un groupe très soudé qui le soutient - constitué principalement de la Manif pour Tous.  Anciennement N°2 des sondages, il est en train de dégringoler.
S’il se retire sa candidature, Alain Juppé ne le remplacera probablement pas. Cela jette un très grand flou sur l’avenir du parti des Républicains dans cette élection présidentielle.

- Marine le Pen : Présidente du Front National - extrême droite. 
Grosso modo, elle est contre tout : contre le système actuel qu’elle aimerait fasciste, contre l’Europe (dont elle est pourtant députée), donc contre la zone monétaire Euro (elle veut un “Frexit”), contre l’immigration (sans apporter de solutions), contre le système judiciaire qu’elle juge abusif et corrompu (surtout parce qu’elle a une demi-douzaine d’affaires assez graves en cours qu’elle aimerait que les juges oublient), contre les fonctionnaires qu’elles voudraient “patriotes”, c’est-à-dire qui respecteraient ses volontés telles paroles d’évangile (donc contre l’indépendance des consciences et des libertés). Donald Trump quoi. Actuellement N°1 des sondages. 

En espérant avoir été claire ! 

J’me demande si tu continues d’aller sur mon tumblr, si des fois tu vas voir mon facebook pour voir si j’ai changé ma photo de profil, si tu vas sur mon instagram pour voir si j’ai posté une nouvelle photo, ou qu’une nouvelle personne s’est abonnée à moi, si tu vas voir mon twitter… Je me demande si il t’arrive de repenser à moi des fois, si j’te manque parfois, si tu parles de moi à tes ami(e)s, si tu parles encore de moi à ta mère. Si tu parles de moi comme étant une bonne personne qui a merdé quelques fois ou alors juste comme la mauvaise personne qui n’a fait que du mal. Je me demande si il t’arrive de relire ma lettre ou de porter mon bracelet. Si tu penses à moi quand t’es avec la personne que t’aime, si tu penses à moi quand tu regardes une série que j’aime, si tu écoutes l’une de nos musiques. J’me demande si t’écris sur moi sur un autre tumblr, si t’écris sur moi sur twitter. J’me demande si parfois, en plein cours, il t’arrive de repenser à nous, d’être complètement ailleurs et de te sentir bizarre après. J’me demande si en soirée, tu penses à moi, tu m’imagines avec toi. Si des fois tard le soir, tu relis nos messages ou nos enregistrements. Si tu vas sur mon contact et que tu hésites pendant des heures à m’appeler ou m’envoyer un message. Si des fois t’aimerai pas faire un petit facetime avec moi, comme avant. Si des fois tu repenses pas à nous, au passé, aux bons moments qu’on a eu et que tu souris à tout ça, puis qu’après ça te pince le coeur que j’ne sois plus là. Si tu remarques mon absence tous les jours, si ça te fait mal. J’me demande si tu fais toutes les choses que je viens de citer parce que moi oui. J’fais tout ça et j’te jure, ça en devient de la paranoïa… J’me croyais beaucoup plus forte mais tout m’reviens quand j’pense être passé à autre chose et c’est horrible. C’est horrible parce que t’es plus là et la seule envie qui m’passe le soir, à 2h du matin, c’est de t’appeler. Mais j’me retiens car j’ai pas envie de parler à ton répondeur. Tu me manques putain et ça m’rend malade de faire tout ça pour toi alors que j’suis persuadé que de ton côté, tu fais rien de ce que j’viens de citer. Toute façon, je te l’ai toujours dit, j’passerai jamais aussi rapidement à autre chose après ton départ, j’t’oublierai jamais. T’es juste un souvenir maintenant, mon plus beau souvenir… J’t’aime. Et t’me manques. Et aussi, à jamais.

Voir Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle française le soir où débute Yom Hashoah ça fait un hasard du calendrier dont je me serai volontiers passé
Voir certains mecontents (des fans de Melenchon pour ne citer qu'eux) dire que tout ça c'est de la faute des juifs le soir où débute Yom Hashoah ça me donne des envie de hurler
Je ne vais pas hurler
J'en ai marre de me battre pour avoir le droit d'exister dans mon pays
Mais si j'en voie un seul venir me dire que l'antisemitisme n'existe plus en France, je lui defonce sa gueule c'est clair ?

Ce mois-ci, nous avons le plaisir de vous présenter Antoine Fröhlich, illustrateur et étudiant en cinéma d’animation. Dans son blog éponyme, il nous présente ses plus belles illustrations et histoires. Il a gentiment accepté de répondre à nos questions et de nous présenter son univers artistique imaginatif et haut en couleur.

Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Antoine – Je m'appelle Antoine Fröhlich, j'ai 19 ans et je suis étudiant en cinéma d'animation à l'Atelier Supérieur d'Animation, à Paris. 

T – D'où vient votre passion pour l'illustration et l'animation ?

A – Elle me vient de la bande-dessinée, depuis relativement jeune. Même si, concernant l'animation, c'est apparu ces deux dernières années seulement, pendant mes études. Je me suis orienté vers l'animation car cela m'enseignait des principes qui concernent aussi la bande-dessinée tout en me les présentant sous un autre angle. Bien sûr, je découvre aussi des notions qui elles, n'ont rien à voir avec la bande-dessinée. Ainsi, j'ai progressivement pris goût au cinéma d'animation. Mais mon amour envers la bande-dessinée reste le même qu'au début ! Beaucoup de mon temps y est toujours consacré.

T –  Parlez-nous de votre blog. Qu'est-ce qui vous inspire ?

A – Au départ, il s'agissait simplement de commencer à prendre le réflexe de partager mon travail sur Internet et espérer toucher du monde. Ça a duré le temps que je décomplexe à propos de mon dessin. Alors je suis revenu vers l'écriture et j'ai commencé à vouloir présenter des travaux qui parlent mieux de moi, et des histoires que j'aime et aimerais mettre en place. Finalement, ce que j'aime vraiment dans le dessin, c'est quand il est un prétexte à la mise en place d'histoires et d'univers. C'est cela que je voudrais dorénavant partager sur mon blog. Je cherche toujours une petite description qui accompagne et prolonge le dessin, qui lui donne une valeur narrative. Je suis absolument fasciné par des artistes comme David. B. ou Blaise Cendrars, pour lesquels la moindre des choses est déjà le motif d'un récit et, de ce fait, leurs histoires sont toujours situées quelque part entre le réel et l'imaginaire. Chez eux, le vivant est magnifié et dépeint avec une sincérité et une force qui me touchent beaucoup. Ils me transmettent une rage de raconter et de découvrir. Pour les citer aussi, je pourrais parler de Taiyou Matsumoto, Nicolas de Crécy ou Miyazaki. 

T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

A – Lorsque j'ai commencé mes études, je me suis dit que c'était le moment de créer un blog et de commencer à partager mon travail en ligne et puisque tout le monde autour de moi était sur Tumblr, c'est vers cette plateforme que je suis allé, sans me poser trop de questions. 

T – Quels sont vos trois Tumblrs préférés et pourquoi ?

A – Je change assez souvent d'avis par rapport à cela. Mais parmi trois Tumblrs qui me plaisent particulièrement, je parlerai d'abord de celui de Benoit Guillaume. Ces dessins d'observations sont assez fabuleux, ils fonctionnent très bien, incitent à réfléchir le dessin avec d'autres notions de rythmes tout en conservant la sincérité du regard. Je trouve qu'il donne beaucoup de charme et énormément de vie à tous les hommes et femmes qu'il dessine. Je pense aussi au Tumblr de Zilai Feng, un étudiant en animation lui aussi. Graphiquement, ce qu'il propose me plaît beaucoup. J'apprécie tout particulièrement ses décors et sa gestion des couleurs. En animation, il se permet beaucoup de choses selon son propos, et c'est très fort. Enfin, pour sortir un peu du dessin, j'aime ofhouses. J'aime me servir de ce blog comme référence quand j'imagine des bâtiments. Je pense que tout ce que je préfère en architecture vient en grande partie du 20e siècle. 

T – Merci beaucoup, Antoine, et bonne continuation !

Illustration : @antoinefrohlich

Quand un documentaire très sérieux™ poursuit notre œuvre d’objectification de MV

MV le matador est un must-see des vallsistes et a son lot de moments gold. Je vais une nouvelle fois m’attarder sur une question pertinente qui est celle de l’objectification à outrance de MV qui est faite tout au long du doc, parce qu’elle le vaut bien. (Ce moment où je m’applique plus pour rédiger mes posts ici que mes travaux pour mon avenir)

Florilège de citations tirées du doc, avec preuves en images par votre serviteuse (ce mot est laid) :

“Toujours tendu, il a le romantisme d’une barre de fer, mais il y a chez lui quelque chose de ténébreux qui nous rappelle son pays d’origine”

Pas de romantisme ? Très bien, personnellement, je ne suis pas venue pour ça 😏😏😏 (voilà je n’ai pas tenu 15 lignes sans verser dans le graveleux, c’est merveilleux). Mon genre c’est plutôt “tendu” et “ténébreux”, alors…

“C’est un homme qui a l’oeil bleu, mais un regard noir”

Okay donc quand Catherine Nay a dit ça j’ai eu envie de hurler “high five”. Les contrastes, c’est Ma Vie, et cette formulation est tellement parfaite pour décrire bb MV !

(sa cicatrice (?) sur le sourcil gauche me rend de plus en plus dingue btw)

Mais il n’a pas toujours le regard noir, comme face à l’amour de sa vie et ses ‘loulous’ préférés :

(suite sous le cut car on entre dans du très, très lourd)


Keep reading

l’aventure...

ça y est j’ai pris ma carte au PS. je l’avais dit, comme un serment, une sorte de promesse à moi-même et parfois même une menace, genre “si c’est comme ça, je prends ma carte au PS et je vais leur dire tout ce que je pense de leurs trahisons rogntûdû” et je me voyais déjà devant une assemblée de socialistes, comme dans une scène finale d’un film hollywoodien où l’avocat-héros établit magistralement la preuve de l’innocence de son client et fait le procès d’une société corrompue pourrie ohohohohohohoho…on se calme. Stop dreaming. bienvenue dans la-ré-a-li-té petit scarabée : le responsable (Serge il s’appelle) de ma section rurale de chez rurale vient de m’appeler, tout gentil et tout content de ma récente adhésion pour me proposer un 1er rendez-vous vendredi 20H.

Moi (voix forte) : oh génial je suis tellement contente ! je suis à fond ! c’est le moment !

Serge (toussote) : oui…bon alors c’est une période, un peu…enfin… beaucoup nous boudent, nous quittent, enfin d’autres nous rejoignent;;

MOI (tellement trop enjouée, tellement américaine) : ben oui c’est douloureux mais c’est passionnant et puis il faut voir ça comme une renaissance !( je freine d’un coup pour m’empêcher de citer le discours de Hamon du 23 avril)

Serge : bon. on se verra chez Yvette, elle est à une rue de chez vous. on sera bon 3 ou 4 ou…5 enfin, ce sera euh on a plein  de choses à se dire.

L’aventure est au coin de la rue. J’espère que je ne vais pas leur faire peur, parler trop, rire trop fort, leur mettre des claques dans le dos. J’ai une énergie à défoncer les Serge, les Yvette et tout ce qui bouge. 

Anyways it will always bug me that oliver and felicity have been more prone to drop their responsibilities and heroics than literally any other characters.

They legit left the city in the hands of Diggle, Laurel and Thea so they could play house.

Oliver even left Thea defenceless and he was lucky that Laurel was around to care for her, because his sister was severely traumatized and couldnt even go back to her own home. But oliver clearly had better things to do.

Then it turns out that Felicity was in contact the whole time and not only was she lying to Oliver about it, but she didnt seem to find it appropriate to let Oliver know his little sister might need him? And Oliver didn’t even want to return after that. He only did so to appease Felicity. Literally all of Season 4 was about them nonsensically.

Felicity also seemingly didnt give a fuck about Ray or what might have happened to him until AFTER they returned either despite being the only person who knew the extent of his work and what it was capable of.

Felicity also walked away from the team because her and Oliver broke up (because she dumped him for lying, even tho she knew he was a liar when this started and she lied to him for months first and then lied to him again when she was trying to help Ray, but okay) despite the fact the day before she said their relationship shouldnt effect their work?

Yet ol*citers go on and on about how heroic and admirable these two are? When they are the least responsible of the whole team? And these same people slander Laurel for so much as breathing despite the fact she has ALWAYS prioritized everyone else and the good of the people? Even BEFORE she was a vigilante? Like…..honey your bias is showing and its delusional.

ToutouMatou Flop

(Mel) Bon, je réagis un peu sur le coup de l'émotion, mais je suis affligée. Affligée par ce que la team Barthès est devenue. Non mais on est où ? On invite les candidats de DALS, on invite des gens de TF1, non mais c'est tellement tellement n'importe quoi. J'avais lâché LPJ quand mes parents ont résilié canal+, c'est à dire il y a assez longtemps. Mais je ne me souviens pas d'une émission comme ça. Non, l'émission spéciale qui vient d'être diffusée, c'est trop. N'en déplaise à certaines personnes, des propos racistes ont été prononcés et ça m'a suffi pour changer de chaîne (enfin, éteindre mon ordi). Je ne m'exprime donc que sur les.. Allez 10 premières minutes, mais d'après les retours que j'en ai… C'est pas très glorieux. Je crois qu'il est temps que ça soit dit : la spectatrice du LPJ qui a suivi Quotidien pour Yann que je suis ne se retrouve pas dans cette nouvelle façon de faire très… trop… Entertainment. Alors qu'on ne me dise pas que TF1 n'influence pas Quotidien, hein, ça m'étonnerait que les créateurs du LPJ se soient dit “invitons les danseurs de DALS et des youtubeurs pour parler de chiens et de chats” VOUS VOUS RAPPELEZ LES EMISSIONS SPECIALES DU PETIT JOURNAL ? OUI JE FAIS REFERENCE A L'ENVOYE SPECIAL, l'émission avec Martin, une émission pleine d'humanité est d'intelligence, et on se retrouve avec ça ? Voilà, j'avais dit aux filles que j'allais pas trop m'énerver, parole tenue, mais je pouvais pas attendre que quelqu'un nous fasse la remarque dans un ask. J'ai beaucoup de choses à dire mais je pense m'exprimer après avoir regardé l'émission en replay un de ces quatre, histoire de pouvoir citer les passages problématiques et ne pas avancer que des affirmations non fondées. M'enfin tout ça pour dire que je suis… perplexe pour ne pas dire dégoutée. Nan mais WTF? quoi !


(Amelie) Hell-o , personnellement je tenais à m’exprimer après avoir regardé entièrement l’émission et je tiens à dire que je partage la déception de Mel. J’ai commencé par être stupéfaite par l’absence de contenu, les reportages bas de plafonds à la “pipi-caca-chatte” ressemblant d’autant plus à l’humour un peu douteux d’un gamin de 5ans. Ensuite je suis toujours étonnée du peu de réactions de la part de Yann lors des retours lorsque cela concerne une blague sexiste déplacée, je trouve qu’il pourrait condamner avec plus de fermeté mais bon vu qu’on cautionne déjà certains propos sexistes de Willy papa on va pas s’offusquer d’une personne qui compare un chien et une femme dans un coffre .. Et ne venez pas me parler de second degré.. Je tiens à dire qu’Etienne a été un petit moment de douceur et de répit pour moi qui avait très envie de zapper. Viens le tour de la comparaison entre une personne de couleur et un chien, donc un nez épaté c’est censé être comparé à un animal… Vive le rapprochement bien déplacé et affligeant. Cela me rappelle lorsque l’on compare des gens à des gorilles bien bien on s’enfonce vraiment là. Ensuite personnellement j’aimerais tout de même rappeler que Martin faisait des reportages sur la Syrie, nous informait sur Israël ou les pays en guerres et désormais fait la lecture à des chiens. C’est du gâchis. Je ne suis pas spéciste mais je pense que ce qui se passe en Tchéchénie,en Corée est bien plus important que de parler de chambres pour chiens.  Le niveau se relève grâce au reportage de Valentine qui continue de relever la barre même quand le bâteau sombre dans le naufrage. Je trouvais le sujet très intéressant et je pense que c’était très bien de parler des chenils mais cela aurait du être le sujet le plus important et ce n’est pas ce qui m’a frappé. Voilà on risque de nous critiquer et de penser que l’on râle pour tout et pour rien ou que nos avis ressemblent à ceux des Social Justice Warrior mais il y en a marre. On attend vraiment mieux d’une émission telle que Quotidien et du coup l’horaire de l’émission ne m’étonne guère le public s’endort presque or le  “sommeil de la conscience engendre des monstres”.


(Sarah) Je partage l'avis de Mel et d'Amelie mais j'aimerais vraiment accentuer davantage sur ce qu'ils ont laissé passer. Une femme, sur un plateau tv, sur tf1, compare le visage d'une femme noire à un animal. C'est un acte du racisme ordinaire. Vous pouvez dire qu'on exagère, mais tant que vous ne savez pas ce que pourrait ressentir la personne qui “”“”“"ressemble”“”“” à un Bulldog, vous ne pouvez pas choisir ce qui raciste ou ce qui ne l'est pas. Voilà on peut aimer énormément Quotidien mais il faut savoir réfléchir à ce qu'ils font, et condamner certains actes (comme celui ci qui me choque encore jusqu'à maintenant) tout en suivant tout les jours l'émission. Puis surtout venez en discuter avec nous, donnez votre point de vue, surtout si il est complètement différent. C'est bien mieux que par indirect sur twitter :)

I don’t know if I posted about this before, but:

A couple of months back the ol*citers on twitter were raving about an Ol*city spin off show which was a romantic sit-com where they had a normal life and sit down meals with “quirky neighbours”. And they made edits and wanted to pitch it to writers and shit like that.

One of them even said “change the names/origins/setting so that dc/wb can’t sue” and i was just???? I couldnt help but laugh at the ridiculousness of that?

And we had an entire conversation and to her credit she was very nice and diplomatic with me. I just told her that I didn’t understand how she couldn’t see the implications of what she said?

I said that if they changed the names/origins then they wouldnt even be the same characters and they wouldnt even BE ol*city. And her wanting them to essentially retcon the entire show for the sake of aesthetic gives the implication that she really wants st*mily.

And she said “i want stephen and emily’s chemistry to be utilized by writers who appreciate them” and like?? I get that? I get wanting your fave actors to succeed? But? Stephen and emily were relative nobodies before arrow?

Regardless of how nice this woman was, she blatantly admitted to not caring about the show or anything it entails beyond “chemistry”, which is an entirely objective point that is no where near enough to build a show on. She - and the hoard of others that were championing this - were literally talking about how little they cared for the show or the other characters (hell, they didnt even care about oliver or felicity, since they wanted them retconned in order to preserve st*mily’s “chemistry”)

Everything they said went against the show in every aspect. They complain about “too much action” or “pandering to comic fans” when their fandom is the one in the wrong? I’m not starting discourse of pointing the finger, but when you watch a show that is a totally different genre to what you enjoy, then latch onto one dynamic within that, and then complain when other facets get in the way, you need to consider that you’re not a fan at all, and the expectation that YOU should be pandered to, and that an entirely new show that wipes the slate clean is what you want, like??? These people keep playing the “loyal fans” card and it baffles me???

If i started complaining that a romcom had “too much romance”, i’d look like an idiot.

A comic book show is SUPPOSED to have action? A comic book show is SUPPOSED to please comic fans?

Arrows whole problem is that it validated these rabid shippers by giving in to them in the first place? If theyd never made ol*city canon, shippers would still be around, but they wouldnt be dictating and slandering and being so entitled. A ship is still a ship whether or not its canon. The fact that ol*city became canon is the reason why these people became so entitled/delusional. The showrunners allowed these people to believe the show was something other than what it was, and now theyve backed themselves into a corner.

nhvz  asked:

Maxime Haes, sur Twitter, a fait remarquer un truc… Une photo de Benoît Hamon se fait rebloguer par des blogs porno gay. Exemple, chez Apsnmen si j'ai le droit de citer des URL… bah voilà. Entre deux photos de mecs bien musclés et poilus et baraqués posant en slip devant leur miroir, Benoît Hamon, assis sur une chaise peinard

Je sais vraiment vraiment pas quoi répondre.

tsuba 鍔 /  鐔 - garde de sabre

Les plus belles œuvres des artisans japonais.

Sur les armes et notamment le katana 刀, la tsuba 鍔 prend en général la forme d'un disque ouvragé.
Son rôle est de protéger la main et de l'empêcher de glisser de la poignée (tsuka 柄) sur le tranchant de la lame, d'en assurer l'équilibre par contrepoids.

A partir de l'époque d'Edo (1600-1868), on commença à forger des tsuba à l'esthétique bien plus travaillée. Il devient objet décoratif montrant le niveau social de son possesseur.

Parmi les facteurs de tsuba les plus célèbres, il faut citer l'école de Gotō, fondée par Gotō Yūjō 後藤祐乗 (1453-1512) dont les tsuba étaient utilisés essentiellement pour les sabres de cérémonies.

Certains tsuba sont finement décorés et font l'objet de collections.
On a également fabriqué des tsuba en bois ou en ivoire finement travaillés, qui n'étaient montés sur le sabre que pour des événements publics.

note : le tsuka 柄  est la poignée d'une épée, d'une dague, ou manche de raquette par exemple.