ciel sombre

Dear Journal,

Today we had to bring Teddy to the doctor. He had a really bad fever and it wasn’t going away. He slept all day in Sirius’ arms on the couch. My poor baby. The doctor said he just needed to take antibiotics and he would feel better in a few days. Teddy was usually really smily and was always laughing.. but today he had glossy eyes and a small pout. As I heated his bottle of milk, Sirius rocked him slowly. He was wearing in onesie pyjama and had his little blanket in his arms.

“Here..” I said, handing Sirius the bottle of milk.

He gave Teddy his drink and I softly brushed my hand against Teddy’s warm forehead.

“It’ll be okay my love. Dadda and Padda will take care of you.” I whispered, leaving a kiss on the small boys’ cheek.

After his bottle, he cuddled to Sirius chest. I wrapped my arm around Sirius’ shoulders and leaned my head on his. Teddy closed his eyes and put his thumb in his mouth. Sirius cleared his troat and started singing.

“Les étoiles dans la nuit te guiderons vers le pays des rêves…” He sang.

It was a french Lullaby his mother use to sing to him.

“Tu les trouvera dans la nuit éternelle…”

And I looked at Teddy. He looked so adorable cuddled next to his father. I felt my heart warm up at the beautiful moment we were living right now.

“Et c'est dans le ciel sombre que tu t'endormira..”

-Remus
May 5th 1998

et puis défilent.
filent.
et s'enfilent.
les nuits.
nuits blanches.
dans l'noir.
dans l'noir d'mon esprit.
vacarme.
assourdissant.
dans l'noir d'ma chambre.
silence.
assourdissant.
et l'temps qui cesse.
d'avancer.
de s'échapper.
et moi qui cesse.
d'avancer.
de m'échapper.
prise au piège.
dans l'brouillard d'mes pensées.
dans l'vague de mon âme.
dans l'trou noir d'mon être.
dans l'tout noir d'mes jours.
et puis.
fumer.
tailler.
fumer.
pleurer.
tailler.
crier.
fumer.
frapper.
pour soulager.
le poids d'la haine.
que j'porte à bout d'bras.
et puis le tout.
d'un coup.
fumer-tailler-pleurer-frapper-crier.
pour crever.
sans s'arrêter.
succession d'actions succinctes.
et puis le ciel.
aussi sombre que mes pensées.
même pas foutu d'briller.
même pas foutu d'éclairer une étoile.
pour m'guider.
pour me montrer comment y monter.
y grimper.
nan pas y voler.
j'suis pas d'venue tarée.
ouais. ça n'saurait tarder.
—  uneâmedévastée
Quelques larmes, pour laisser s’écouler le trop-plein d’un coeur trop gros. Trop de chagrin. Aujourd’hui est un jour sans. Elle ne peut pas voir le soleil chaque matin. Le ciel est parfois sombre, et donne une autre lumière à la vie, un peu plus terne, un peu plus grise, moins réjouissante.
—  Agnès Ledig, Juste avant le bonheur. 
Encore une nuit… enfin, je n'appèlerais pas ça une nuit. J'ai toujours trouvé que la nuit portait le costume du mot qui sonne bien. Le ciel est sombre, mais pas jusqu'à effrayer; le bleu est parfaitement dosé, les nuages bien taillés, assez pour qu'on puisse toujours distinguer les étoiles. Il suffit d'en apercevoir une pour se sentir apaisé, comme si elles avaient les pansements dont aucun Humain ne disposait. Les pansements contre les nuits qui virent en remises en question qui n'aboutissent jamais à rien. C'est ça.
Encore une remise en question. Un flottement inlassable et bancal. Un plafond blanc inspirant le néant total. Des voix n'ayant réponse à rien, mais questionnent tout et m'éloignent de mes pensées initiales… une de plus.
—  fausse écrivain

Cela fut immédiat : un éclair qui traverse un ciel sombre, le tonnerre qui gronde et déchire les cieux. Et ton visage qui se brise en même temps que mon cœur.

Amour hanté

Hitch hiking in the rain 🎶

Départ pour Greymouth aujourd'hui ! Je quitte l'auberge bien décidée à poursuivre mon expérience en stop, malgré un ciel bien sombre qui ne présage rien de bon. Et en effet, j'ai juste le temps de me positionner à côté de la station essence qu'il se met à pleuvoir, et pas qu'un peu.

Bien heureuse d'avoir acheté le kaway pour sac 😁

A ma plus grande surprise j'en rigole plus qu'autre chose, et je continue d'attendre, mon pouce en l'air et mon sourire bien en place. Je me dis que les gens, pris de pitié, seront peut-être plus nombreux à s'arrêter mais… pas tellement ! Au bout d'un moment un mec s'approche de moi et me demande si je vais à Greymouth. J'ai trouvé un chauffeur ! Un chauffeur de camion, mais un chauffeur quand même. Celui-ci ne transporte pas de plantes (comme Damien qui m'avait emmenée jusqu'à Nelson), mais des voitures. Il porte mini short et moustache comme s'il était né avec, est tatoué sur les épaules et les avant-bras, a une oreille percée et… un minion en guise de compagnon de route.

Originally posted by theminionslife

C'est une rencontre un peu surprenante, d'autant plus qu'on échange seulement quelques mots durant les 2h petites heures de route jusqu'à Greymouth. Mais pas de silence pesant ou de malaise dans l'air pour autant : le vide laissé par notre absence de conversation est comblé par la playlist de mon chauffeur. Au programme Lou Bega, Backstreet boys, et early Britney Spears !

Originally posted by britneyspearsgifs

De ce chauffeur/dj je n'apprends pas grand chose d'autre, à part qu'il vit à Greymouth et qu'il fait ce métier depuis plus de 5ans. Ce qui se ressent d'ailleurs : conduire un camion de 26metres de long n'est déjà pas évident mais le faire sur une route côtière, étroite, humide et parsemée de virages en tête d'épingle, par ce temps :

…c'est carrément impressionnant. Et malgré toutes ces conditions il conduit si bien qu'à aucun moment je ne me suis sentie en danger.

On arrive donc à Greymouth vers 12h. Ma première impression est que cette ville ressemble à la zone industrielle de chassieu, en plus pauvre encore. Mais si ce voyage m'a appris une chose c'est qu'il ne faut pas toujours se fier aux premières impressions. Je pars donc à la recherche de l'auberge où je vais passer les 3 prochaines nuits. Elle se trouve dans un coin reculé, un peu au milieu de nulle part, mais est tout à fait charmante ! J'ai tout l'après-midi devant moi mais comme il fait vraiment un temps pourri et que j'ai encore 2 jours pour explorer Greymouth j'en profite plutôt pour m'occuper de mon linge, aller faire quelques courses et regarder un bout de Into the wild dans la salle cinéma.

Originally posted by henricavyll

BOOZ ENDORMI(extrait)
Booz s'était couché de fatigue accablé;
Il avait tout le jour travaillé dans son aire;
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé...

Sa barbe était d'argent comme un ruisseau d'avril.
Sa gerbe n'était point avare ni haineuse;
Quand il voyait passer quelque pauvre glaneuse:
-Laissez tomber exprès des épis,- disait-il...
Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite,
S'était couchée aux pieds de Booz, le sein nu,
Espérant on ne sait quel rayon inconnu,
Quand viendrait du réveil la lumière subite.

Booz ne savait point qu'une femme était là,
Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle.
Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèle;
Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle;
Les anges y volaient sans doute obscurément,
Car on voyait passer dans la nuit, par moment,
Quelque chose de bleu qui paraissait une aile...

Ruth songeait et Booz dormait; l'herbe était noire;
Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement;
Une immense bonté tombait du firmament;
C'était l'heure tranquille où les lions vont boire.

Tout reposait dans Ur et dans Jéridameth;
Les astres émaillaient le ciel profond et sombre;
Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l'ombre
Brillait à l'occident, et Ruth se demandait,

Immobile, ouvrant l'oeil à moitié sous ses voiles,
Quel Dieu, quel moissonneur de l'éternel été,
Avait, en s'en allant, négligemment jeté
Cette faucille d'or dans le champs des étoiles.
Victor Hugo

brueghel