ciboire

Circé

Moi Circé je cultive une fleur nostalgique
Fleur aux pétales blancs
A la racine noire
Dont nous boirons le suc et toute son histoire
Pour révéler l’amer goût de la Mère Afrique 

Moi Circé je me livre au rite initiatique
De l'exil redoublant
Au fond de la mémoire 
Pour rire et pour pleurer au-dessus du ciboire
Puisque la négritude est seule poétique 

Mon poison est plus vif et surement plus fort
Mes délices 
Délires délétères et torts 
Font oublier souvent chaque métempsycose 

Venez donc vous asseoir 
En migrant à bon port 
Sauvages 
Esclaves 
En proie à votre sort
Puis vivre debout c'est une métamorphose 

© Fabienne Passament