cembr

pas le même trip pentoute mettre des vêtements tout chauds sortis de la sécheuse en juillet pi en décembre bien franchement

10

VOLCAN (LAGON#2)

update:

THANKS to everyone who ordered !
The 100 copies for order online order are already sold ! We keep the remaining stock to show and to sell the revue on next fairs :
MERCI à tous ceux qui ont commandé !

Les 100 exemplaires destinés à la vente en ligne sont déjà écoulés ! Nous gardons le reste du stock pour pouvoir le présenter et le vendre lors des prochain salons :

- LONDON Safari Festival, August 22th 2015
- BRUXELLES Cultures Maison, September 11-13th 2015
- NEW-YORK Art Book Fair, September 17-20th 2015
- PARIS Fanzines, Octobre 2015
- STRASBOURG Central Vapeur, décembre 2015
- ANGOULÊME, fin janvier 2016

-

Comics anthology
Revue de bande-dessinée

17 X 24 cm / 216 pages / June 2015 / 400 copies
17 X 24 cm / 216 pages / Juin 2015 / 400 ex.

Risoprinted 16 coulours
Silkscreen cover 3 colours
Imprimé en risographie 16 couleurs
Couverture sérigraphiée 3 passages

Here is the summary of Volcan :
Volcan réuni 30 auteurs internationaux :

JEAN-PHILIPPE BRETIN, CARLOS GONZALEZ, HUGO RUYANT, SAMMY STEIN, TOM LEBARON KHÉRIF, FLETCHER HANKS, STEFANIE LEINHOS, LÉO QUIEVREUX, ALEXIS BEAUCLAIR, AIDAN KOCH, ROXANE LUMERET, LASSE & RUSSE, NOEL FREIBERT, LOUIS GRANET, C.F., NACHO GARCÍA, AMANDINE MEYER, AMANDA BAEZA, LÉON MARET, LEON SADLER, JÉRÉMY PININGRE, OLIVIER SCHRAUWEN, JEREMY PERRODEAU, BAPTISTE VIROT, ANTOINE COSSÉ, ACACIO ORTAS, STATHIS TSEMBERLIDIS, JONNY NEGRON, BETTINA HENNI, YÛICHI YOKOYAMA.

Bilingual (french texts in the revue + english booklet)
Bilingue (en français dans la revue + livret anglais sur demande)

Edited and handmade by / Édité et fait main par :
Séverine Bascouert, Alexis Beauclair, Bettina Henni, Sammy Stein
Editorial direction / Direction éditoriale :
Alexis Beauclair et Sammy Stein
Risoprint / Impression Riso : Papier Machine
Silkscreen / Sérigraphie : L'Institut Sérigraphique
Cover / Couverture : Alexis Beauclair


http://lagonrevue.com

Ceux qui préfèrent leurs principes à leur bonheur. Ils refusent d'être heureux en dehors des conditions qu'auparavant ils ont fixées à leur bonheur.
— 

Albert Camus, carnets III, mars 1951-décembre 1959, Paris, 1989.

( “Those who prefer their principles over their happiness, they refuse to be happy outside the conditions they seem to have attached to their happiness.”)

anonymous asked:

1,2,3,4,5,6,7,8,9,10,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,22,23,24,25,26,27,28,29,30,31,32,33,34,35,36,37,38,39,40,41,42,43,44,45,46,47,48,49,50,51,52,53,54,55,56,57,58,59,60,61,62,62,63,64,64,65,66,67,68,69,70,71,72,73,74,75,76,77,78,79,80,81,82,83,84,85,86,87,88,89,90,91,92,93,94,95,96,97,98,99,100.

Parce que tu t’es donné du mal à écrire tous ces nombres, je vais le faire anonyme. Je vais le faire pour toi. Et t’as intérêt à tout lire. (bon par contre je mets que les questions auxquelles j’ai pas déjà répondu)

3. What is your birthday?
9 décembre.

4. What is your zodiac sign?
Sagittaire

6. What’s your lucky number?
9 et 12. Je crois pas qu’ils me portent particulièrement chance, mais je suis toujours contente de voir leur petite tête.

8. Where are you from?
Je suis d’origine française, ET JE N’AI PAS PEUR DE LE DIRE

11. How many pairs of shoes do you own?
Je reviens, je vais les compter : une petite quinzaine.

14. Are you psychic in any way?
Je crois pas non.

18. Do you want children?
Je sais pas.

19. Do you want a church wedding?
Ooooooh non.

20. Are you religious?
Ooooooh non.

21. Have you ever been to the hospital?
Oui, pour faire enlever mes dents de sagesse. Enfin, c’était une clinique, je sais pas si ça compte. Ah oui, une fois aussi quand j’étais petite (genre 4-5 ans), j’ai bu plein de sirop pour la toux (il était délicieux ce sirop, vous auriez fait pareil à ma place). Après, j’étais toute droguée, alors ils m’ont fait un lavage d’estomac je crois.

25. What color socks are you wearing?
Je suis actuellement pieds nus.

26. Have you ever been famous?
Ooooooh non (elle est chelou cette question).

27. Would you like to be a big celebrity?
Ooooooh non.

29. Have you ever been skinny dipping?
Dans mon bain quand j’en prenais encore hihi

30. How many pillows do you sleep with?
Un seul.

33. What do you typically have for breakfast?
J’ai jamais le temps alors je prends juste un bol de céréales Lion.

34. Have you ever fired a gun?
Non, je ne mange pas de ce pain là. (nan mais en vrai j’aimerais bien essayer)

35. Have you ever tried archery?
Ouais, à l’école. C’était cool mais j’étais nulle.

38. What’s the longest you’ve ever gone without sleep?
Chépa j’ai pas compté.

40. Have you ever had a secret admirer?
Non. Ou alors il est tellement secret que je l’ai toujours pas découvert.
Sinon, y a l’anonyme qui m’avait dit qu’il m’aimait, ça compte ou pas ?

41. Are you a good liar?
Ooooooh non. C’est au-dessus de mes forces de mentir, je suis l’honnêteté incarnée.

43. Can you do any other accents other than your own?
Non, c’est totalement ridicule quand j’essaye.

44. Do you have a strong accent?
Yé né vois pas dé quoi tou parles.

46. What is your personality type?
Je suis de type “géniale” (si si j’ai fait un test).

47. What is your most expensive piece of clothing?
Une robe noire à genre 150€. Mais je la mets pas (AH BEN C’ETAIT BIEN LA PEINE DE DEPENSER TON ARGENT ALORS)

48. Can you curl your tongue?
Oui, et j’en suis très fière.

49. Are you an innie or an outie?
Après quelques recherches sur l’outil Internet, j’ai compris que c’était par rapport au nombril payetoncelibat​.
Moi je suis innie.

50. Left or right handed?
Droitière.

51. Are you scared of spiders?
Oui.

53. Favorite foreign food?
Les sushis je pense.

54. Are you a clean or messy person?
C’est une question compliquée pour moi. Je suis plutôt très organisée dans mes cours ou dans la manière dont je classe mes fichiers sur mon PC ou mes mails. Mais ça n’empêche pas que c’est le gros bordel dans ma chambre.

55. Most used phrased?
Actuellement, c’est “la minute du papillon” quand je demande à quelqu’un d’attendre avant que je lui réponde parce que je suis occupée (sur mon ordinateur en général), et ça arrive très souvent.

56. Most used word?
“Iech” parce que tout et tout le monde me fait iech tout le temps.

57. How long does it take for you to get ready?
20 minutes.

58. Do you have much of an ego?
Pas vraiment.

59. Do you suck or bite lollipops?
Bah ça s’appelle des sucettes donc ça se suce c’est tout, y a pas à discuter.

60. Do you talk to yourself?
Oui.

61. Do you sing to yourself?
Ouiiiiiiiiiii.

63. Biggest Fear?
Tout ce qu’est relatif aux autres. J’ai toujours peur d’être jugée, de pas savoir m’intégrer, d’avoir l’air ridicule toussa toussa.

64. Are you a gossip?
Pas vraiment non.

65. Best dramatic movie you’ve seen?
Mommy de Xavier Dolan, je pense.

66. Do you like long or short hair?
Ça dépend pour qui.

67. Can you name all 50 states of America?
Non.

68. Favorite school subject?
Je sais paaaas, je te déteste anonyme !

69. Extrovert or Introvert?
Introvertie.

70. Have you ever been scuba diving?
Non, mais j’aimerais bien.

71. What makes you nervous?
A peu près tout, il m’en faut vraiment peu, mais j’essaye d’être plus détendue et ça commence à marcher.

72. Are you scared of the dark?
Non, j’aime bien la nuit. Après, toute seule dans une maison flippante dans le noir, je fais moins la maligne hein.

73. Do you correct people when they make mistakes?
Si je les connais très bien oui, et que c’est pas toutes les 5 minutes.

74. Are you ticklish?
Oui.

75. Have you ever started a rumor?
Non.

76. Have you ever been in a position of authority?
Avec mon chat ouais, mais ça marche pas trop trop en fait.

77. Have you ever drank underage?
Oui.

78. Have you ever done drugs?
Non.

79. Who was your first real crush?
Certainement Baptiste en maternelle, pensée pour toi petit blond.

80. How many piercings do you have?
1 à chaque oreille.

81. Can you roll your Rs?
Oui je crois.

82. How fast can you type?
Normalement vite (le truc qui veut trop rien dire).

83. How fast can you run?
Anormalement lentement.

84. What color is your hair?
Châtains foncés.

85. What color is your eyes?
Vert-marrons-gris, c’est le gros bordel dans mes yeux.

86. What are you allergic to?
Cacahuètes, pollen, acariens, poils d’animaux (surtout lapin et cheval).

89. Do you like your age?
Bof, ça va.

90. What makes you angry?
Trop de choses.

91. Do you like your own name?
Ça passe.

92. Have you already thought of baby names, and if so what are they?
Non.

93. Do you want a boy a girl for a child?
Je sais même pas si je veux des enfants, alors tu calmes ta joie.

94. What are you strengths?
On les cherche encore.

97. Were your ancestors royalty?
Non.

99. Color of your bedspread?
Bleu.

JE L’AI FAIT JE SUIS AU BOUT DU ROULEAU MAIS JE L’AI FAIT BORDEL

vimeo

Kyary Pamyu Pamyu sur CDTV 2013-2014 le 31 décembre 2013!

  • Mottai Night Land
  • Tsukema Tsukeru
  • Ninja Re Bang Bang

J’ai été taggué par roux-as-fuck (depuis quand tu fais des tags toi?).

1) Combat entre un tigre et un lion, qui gagne ?
Comme j’avais pas de réponse, je suis aller demandé à mon ami Google. Et d’après les vidéos et avis sur les forums, il semblerait que le tigre gagne. Voilà.

2) La dernière chanson que tu as écouté ?

Memories de Panic! At the Disco. En ce moment même. Sinon c’est Loin du froid de décembre de Anastasia.

3) Sur une échelle de 1 à 10, à quel point tu es fatigué(e) ?

5 je crois. Ou peut être 10. Je suis trop fatiguée pour dire un truc cohérent de toutes façons!

4) Ta citation favorite
Une fille vaut bien mieux que vingt garçons - Peter Pan

5) Ta pâtisserie préférée ?

N’importe quoi du moment que y’a de la crème pâtissière dedans.

6) Cite trois crushs (connus ou non)

Mon allemand, Taron Egerton et Chris Pratt.

7) C’est quoi ton dernier mensonge ?

“T’as pris une douche hier?”  “Nan”. On va pas s’éterniser dessus.

8) Un film de merde que tu aimes bien ?

…………. *tousse* 27 robes *tousse* …………………

9) Si tu pouvais apprendre une langue parfaitement en claquant des doigts, ça serait laquelle ?

L’allemand, ça me faciliterait pas mal de choses…

10) Star Wars, Le Seigneur des Anneaux, Hunger Games ou Twilight haha ? Twilight! Ça me parait évident…  Nan en vrai Le Seigneur des Anneaux.

11) Si tu avais un poisson rouge là tout de suite, tu l’appellerais comment ? Maurice (pour faire original) ou Bruce (comme le requin dans Némo).

La mort et la naissance ne me semblent pas être en opposition, mais sont comme des stades supérieur et inférieur dans le développement de la vie … Ceux qui sont tombés pour le soleil de leur terre et
pour protéger la joie des générations futures ne veulent pas que nous les trahissions par des deuils qui ne sont indices que de nos faiblesses, des deuils qui ne pleurent que la part que nous aurions pu avoir dans les moissons de leur vie.
—  Walter Flex, lettre, 17 décembre 1914.

Hier j’ai rencontré deux mecs qui cultivaient des canards mais ils se sont fait choppé et ont eu un procès au cul là, et genre les mecs ont fait des études en horticulture exprès et ils connaissaient les bons champi à prendre et tout et tout, comment se défoncer avec une carotte aussi, et ils m’ont fait goûter un fromage trop cool c’était bien franchement on a bus des bières ensemble et ils ont relancé leur culture de canards les premiers seront près pour décembre je crois et ils m’ont dit de passer chez eux ils ont aussi des ruches et si j’arrive devant chez eux je dois crier et ils m’hébergent et tout et tout.

La Prison (La Fin de Satan) - Victor Hugo

I

LES SQUELETTES

………………………………………………

La tour est âpre et noire, et, du haut jusqu’en bas,
Elle est un instrument de supplice ; un étage
Fait agoniser moins ou souffrir davantage ;
Changer de cabanon, c’est changer de tourment ;
Le captif, dans la cave, expire lentement ;
Sous le toit, dans un trou qu’on nomme la calotte,
Il étouffe en juillet, en décembre il grelotte ;
Sous plus ou moins d’horreur l’homme se sent plier
À mesure qu’il monte ou descends l’escalier ;
Nulle part le repos, l’air frais, la clarté pure.
Chaque chambre a la forme utile à la torture ;
Ici l’on gèle ; ici l’on brûle ; ici l’on meurt.
………………………………………………



                                  Dans ce lieu morne,
La minute est bourreau, l’heure est épouvantail.

Une horloge apparaît. Au-dessus du portail.
Autour du cadran triste, une chaîne est sculptée,
Cercle affreux, chaîne énorme à lier Prométhée ;
Elle entoure le temps, et, monstrueuse à voir,
Saisit par ses deux bouts, au bas du fronton noir,
Une statue étrange et morne, prisonnière
Qui grince et fait effort pour sortir de la pierre ;
La statue a deux fronts, l’un jeune et l’autre vieux ;
Sur le cadran, rouillé par l’hiver pluvieux,
L’aiguille, résumant dans une heure une vie,
Par la chaîne toujours à tous ses pas suivie,
Part du jeune homme et vient aboutir au vieillard.
Lugubre, elle paraît marcher sous un brouillard ;
On croit voir l’affreux doigt de la bastille sombre
Montrant ce qu’elle fait du prisonnier dans l’ombre,
Et disant - C’est ici que les pas sont tremblants,
Et que les cheveux noirs deviennent cheveux blancs.



………………………………………………

Effroyable prison qui n’a point de mémoire !
La geôle, au dehors noire est aveugle au dedans ;
Elle prend ! sans les voir, des hommes dans ses dents
Et, sans s’informer d’eux, les mâche et les dévore.

………………………………………………
………………………………………………

En entrant dans ces murs terribles, où, pour eux,
Les heures maintenant, hélas, seront si lentes,
Les captifs sont inscrits sur des feuilles volantes ;
Pas de livre d’écrou. Tout est fait de façon
Que rien ne laisse trace en cette âpre prison,
Et que le nom s’y perde en même temps que l’homme.
Quel est ce prisonnier, et comment on le nomme,
Après dix ou vingt ans, personne ne le sait ;
Pas même lui. La dalle ignore ce que c’est,
Le carcan le saisit au cou sans le connaître,
Et le ver, qui déjà goûte à sa chair peut-être,
Ne peut dire son nom à la taupe qui fuit.
Hier, aujourd’hui, demain, ne font qu’un. Plus un bruit.
L’homme, qui maintenant va mourir goutte à goutte,
Une fois qu’il a mit le pied sous cette voûte,
Sent au-dessus de lui son propre effacement.
Sa vie est à jamais mêlée a ce ciment.
Le fil qui nous rattache au monde dont nous sommes,
Et lie à travers l’ombre un homme aux autres hommes,
Se brise ici. Sans air, sans jour, sans point d’appui,
L’homme le sent flotter rompu derrière lui.

Un vivant n’est plus là qu’un rêve dans un gouffre.
Entrer là, c’est entrer dans de l’oubli. L’on souffre,
On rampe, on saigne, on râle, on crie ; on ne sait pas.
Le captif va, vient, tremble ; il fait de vagues pas,
Sent à son pied sa chaîne et s’arrête farouche,
Boit à sa cruche, mord à son pain noir, se couche,
Se lève, se rendort, tressaille, et, réveillé,
Dit : Où suis-je ? que suis-je ? et tâte un mur mouillé.

Il ne sait plus qu’il souffre, il ne sent plus qu’il pleure ;
Il semble à ce damné qu’il s’enfonce à chaque heure
Plus bas dans la prison, et que, dans lui vivant,
La prison chaque jour pénètre plus avant ;
La Bastille le tient ; hagard, il s’incorpore
A cet épouvantable et hideux madrépore ;
Morne, il constate, au froid toujours croissant du fer,
La transformation de son bagne en enfer ;
Il croit que l’heure est morte au-dessus de sa tête,
Et que l’éternité dans son cachot s’arrête.
Est-ce que son œil voit ? est-ce que son cœur bat ?
Il s’accoude des mois entiers sur son grabat,
Ecoutant dans un coin filer quelque araignée.
Son âme se détache et lui semble éloignée ;
Il croit heurter sa bière en touchant à son lit ;
L’évanouissement par degrés le remplit ;
Il ne peut plus fixer un temps, compter un nombre ;
La pierre devient nuit, lui-même il devient ombre,
Et sent croître, à travers la stupeur de l’ennui,
Autour de lui la tombe et le fantôme en lui.

………………………………………………



………………………………………………

O triste genre humain ! Sur tous les échafauds
Tant de sang fut versé dans les deux hémisphères
Que du fer qu’on en eût tiré l’on eût pu faire
Hélas ! tous les barreaux de toutes les prisons !

………………………………………………



………………………………………………

               …le cabanon prépare à l’échafaud.
Le patient commence au captif ; les supplices
Ont pour aide la geôle obscure, et pour complices
La cruche d’eau, l’ennui, la paille, le barreau ;
Qu’est-ce que les verrous ? des valets du bourreau.

………………………………………………


L’énorme tour a douze étages de cachots,
Noirs, hideux, et selon la saison, froids ou chauds ;
Des fournaises en juin, en janvier des glacières ;
Chaque cellule est basse, et l’on voit des poussières
Qui jadis ont vécu, dans l’ombre des piliers ;
Des squelettes, dans l’angle obscur des escaliers,
Sont adossés au mur, ayant au cou des chaînes ;
On entend le vent fuir dans les forêts prochaines,
Et les captifs au fond du donjon sont pensifs ;
Les portes sont de fer, les verrous sont massifs,
Et le trousseau de clefs fait la charge d’un homme.
Le roi, qui des deniers du peuple est économe,
A quinze ou vingt palais à meubler, de façon
Qu’il n’a pas de quoi mettre un lit dans la prison ;
Aussi les prisonniers couchent-ils sur la pierre.
Cent vingt archers du guet, à la longue rapière,
Graves, muets, portant la jaquette à grands plis
Sous le hoqueton bleu semé de fleurs-de-lys,
Veillent du haut en bas, six devant chaque porte.



………………………………………………

Oh ! qu’elle avait commis de crimes, la géante !

Arthur Schopenhauer (1788-1860), in “Aphorismes sur la Sagesse dans la Vie”

Car il n'y a pas beaucoup à gagner dans ce monde : la misère et la douleur le remplissent, et, quant à ceux qui leur ont échappé, l'ennui est là qui les guette de tous les coins. En outre, c'est d'ordinaire la perversité qui y gouverne et la sottise qui y parle haut. Le destin est cruel, et les hommes sont pitoyables. Dans un monde ainsi fait, celui qui a beaucoup en lui-même est pareil à une chambre d'arbre de Noël, éclairée, chaude, gaie, au milieu des neiges et des glaces d'une nuit de décembre.

vimeo

Kyary Pamyu Pamyu à CountDown Japan 2013-2014 le 28 décembre!

  • Mottai Night Land
  • Fashion Monster

Ava Lavinia Gardner, née le 24 décembre 1922 à Grabtown (en) en Caroline du Nord et morte le 25 janvier 1990 à Londres, est une actrice américaine.

Engagée par contrat avec les studios MGM en 1941, elle apparait principalement dans de petits rôles jusqu'à ce qu'elle attire l'attention avec sa performance dans Les Tueurs (1946). Elle a été nominée pour l'Oscar de la meilleure actrice pour son travail dans Mogambo (1953).

Archétype de la femme fatale au cinéma, elle fut surnommée « la plus belle femme au monde ». Selon le classement AFI’s 100 Years…100 Stars de l'American Film Institute, Ava Gardner est classée 25e parmi les plus grandes stars féminines.

Photo: Ava Gardner in The Bribe (1949) as Elizabeth Hinton