cdds

5

☀️Summer commissions!☀️
I’ll draw you, your characters, your friends, your otps, whatever you want except:
🌟NSFW
🌟Romanticized abuse
🌟Just don’t be gross
🌟I’ll let you know if anything else makes me uncomfy
You can message me if you’re interested or have any questions! Payment is in USD using Paypal. Also, extra characters are another $5 and I can do icons for $5

instagram

We will miss @criteriumdudauphine 🚴💨⛏ Here’s some action from the top contenders in ST7 Alpe d'Huez 🚴🚴🚴⛏⛏⛏ via 👉 @svenkberger46
・・・
#chrisfroome #richieporte #albertocontador #criteriumdudauphine #cyclingfrance #cycling highlight of the day seeing these guys punch it up the back of Alpe d'Huez on stage 7
.
.
.
.
.
.
#socialpeloton #cycling #велоспорт #ciclismo #cyclisme #procycling #criteriumdudauphine #dauphine2017 #dauphine #peloton #france #francia #roadcycling #cdd #froome #peterkennaugh #alpedhuez (at L'Alpe-d'Huez)

Made with Instagram
instagram

Throwback to the amazing win of @jakobfuglsang_official @proteamastana in @criteriumdudauphine 2017 🚴💨🆒🆒🆒🆒🆒 🎥 via 👉 @proteamastana 💥💥💥
・・・
Let’s reming the amazing win of our Jakob Fuglsang at the final stage and in the general classification of the Criterium du Dauphine 2017 #gopro #dauphine #astanaproteam #cycling
.
.
.
.
.
#socialpeloton #cycling #велоспорт #ciclismo #cyclisme #procycling #criteriumdudauphine #dauphine2017 #dauphine #peloton #france #francia #roadcycling #cdd #jakobfulgsang #astana #astanaproteam #goprocycling #hero5 #roadcycling #passionforcycling #tbt (at France)

Made with Instagram

Hatter is a mad lad but he 100% cares about his lesbian teacup child! (Ayyyy it’s ya shortie CDD! Cherry Dream-on Demon! Or Marcy it’s your call. ) This is for my comic Fruitloops, but it’s gotten to that point in development *going on for a year and a half* where I’ve thought of some characters as tinies lmaooo.

youtube

new video! This forgotten 90’s musical magnifies all the animation principles at once. Let’s have a look at them. 🎵

J'ai trouvé une offre pour un CDD d'un an mais dans un truc que je suis pas sur d'aimer. Et une offre de CDI pour un truc qu'une amie adorerait mais je sais pas si je dois le lui dire…

I found a job offer for one I’m not sure to like and another one for which I know a friend would love but I’m not sure to tell her.

instagram

Quite an amazing sprint today in @criteriumdudauphine ST3 🚴⛏🚴⛏🚴⛏ Congrats @koen.bouwman @lottonljumbo_road ‼️🚴💨 🔥🔥🔥 🎥 via @diablotronyc
・・・
Congrats @koen.bouwman for the #stage3 #criteriumdudauphine
.
.
.
.
.
.
#socialpeloton #cycling #велоспорт #ciclismo #cyclisme #procycling #criteriumdudauphine #dauphine2017 #dauphine #peloton #france #francia #roadcycling #cdd #sprint #peloton #koenbouwman #lottonljumbo (at Tullins, Rhone-Alpes, France)

Made with Instagram
liberation.fr
Le renouveau de la gauche passe par une conception inédite du travail
Revenu universel et burn-out : ces deux thèmes portés par Benoît Hamon durant la campagne présidentielle restent encore des pistes de réflexion valables.

Il reste que Hamon a mis en avant deux thèmes qui forment à mes yeux une contribution essentielle à la renaissance d’une véritable gauche de transformation sociale. Le premier de ces thèmes est le revenu universel, arme décisive contre la précarité. Introduire le revenu universel, c’est trancher les liens de dépendance qui subordonnent le revenu à l’emploi. Avec le revenu universel, chacun dispose d’un revenu, qu’il (ou elle) occupe ou non un emploi. Les effets «matériels» de la précarité sont donc supprimés. Et il est logique de commencer par la jeunesse l’application de ce revenu, puisque c’est la jeunesse qui est la plus atteinte par la précarité (25 % des jeunes sont au chômage, et la plupart de ceux qui travaillent ont un CDD, le CDD représentant quelque 80 % des embauches).

Le second thème est celui de la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle. Cette reconnaissance nous amènera tôt ou tard à nous attaquer non plus seulement aux conséquences, mais aussi aux causes du burn-out. Or ces causes ne sont pas mystérieuses : la détérioration des conditions de travail, l’intensification du travail, les pressions exercées sur les salariés pour leur imposer des objectifs inaccessibles, le développement de la concurrence entre les salariés, etc. S’en prendre aux causes du burn-out conduit tout naturellement à revendiquer d’une part la réduction du temps de travail, d’autre part le droit pour les salariés d’intervenir sur leurs conditions de travail - ce que nous appelions au Parti socialiste unifié (PSU) le «contrôle ouvrier». Par ce biais se trouve donc mis en cause le cœur même du pouvoir capitaliste, tel qu’il s’exerce dans la relation de travail (1).

A travers la mise en avant de ces deux thèmes, Benoît Hamon a donc puissamment contribué au renouveau des idées de la gauche. Mais pour que cet apport ne soit pas perdu et ne glisse pas dans l’oubli, il est nécessaire et urgent qu’une clarification radicale s’opère au sein du Parti socialiste.

"Mais c'est pour ton bien, tu dois te reposer"

J'étais en CDD pour un petit journal quotidien départemental. On m'avait promis un CDD jusqu'à la fin du mois d'août. Une fois que j'ai annoncé ma grossesse, le rédac'chef m'a dit que mon contrat ne serait pas prolongé. À la question “pourquoi”, la réponse a été très simple : “Ben, tu es enceinte.” Et là, s'en est suivie un dialogue absurde :

“Mais je ne suis pas malade, je peux travailler !”
“Oui mais tu ne sais pas comment va se passer ta grossesse, si ça se trouve ça se passera mal.”
“Oui mais si ça se trouve ça se passera très bien.”
“Mais c'est pour ton bien, tu dois te reposer.”

J'ai finalement rétorqué qu'il n'avait pas le droit de me refuser un CDD en invoquant cette raison. Et j'ai finalement eu un contrat prolongé. Mais, attention, “je te ferai le contrat jusqu'à la date du début de ton congés pathologique, tu verras, tu dis que tu es journaliste, les médecins te le donneront forcément”. Moi qui voulais travailler le plus tard possible… J'ai finalement été “forcée” à prendre ce congés pathologique alors même que j'étais en parfaite santé et que, au “pire”, j'aurais pu faire de la mise en page uniquement plutôt que de courir sur les faits-divers. Je sais que cette situation doit être courante, mais elle m'a fait beaucoup de mal.