callipyge

Venus Callipyge, Roman copies of Hellenistic period, of an older Greek of the 6th century. AD National Archaeological Museum, Naples, Italy.

Αφροδίτη Καλλίπυγος,ρωμαικό αντίγραφο ελληνιστικής περιόδου, παλαιοτέρου ελληνικού του 6ου αἰ. μ.χ. Εθνικό Αρχαιολογικὸ Μουσείο, Νάπολης, Ιταλία.

Gangue de femmes

Si la féminité se résume à la beauté, que dire d'une femme vieillissante qui perd les attributs de la jeunesse, ces attributs que l'on associe généralement à la beauté ? N'est-elle plus une femme du fait de l'usure du temps ? Je conçois la peau comme une gangue, supportant les coups, marquant les traces de son parcours, comme un arbre qui garde en mémoire les intempéries des années qui l'ont vu vivre. Le corps est une coque qui s'abîme et se détériore, tandis que le fruit de l'intériorité se bonifie. Une femme est toujours femme sinon plus, à mesure que son âge avance. C'est avec la force de l'âge qu'elle prend conscience de la dignité de son sexe et de la force qui lui est donné. Si la beauté est un indicateur de la féminité, valeur vaine et réductrice que personne ne saurait définir, alors je désire être laide aux yeux de la société. Je préfère être esthétique à l'intérieur plutôt qu'à l'extérieur. Je préfère être callitripes plutôt que callipyge !

La beauté se dégrade au fil des ans, irrepressiblement, tandis que le coeur demeure. Il s'agit aujourd'hui de se révéler en conséquence. Se poser la question de ce que l'ont souhaite réellement: se contenter de plaire et risquer de perdre son capital, ou choisir d'imposer le respect et la dignité vis-à-vis de ce que l'on est réellement. Je suis une femme, et je n'ai pas envie qu'on m'applaudisse pour mes seins.

“Pour les gens c'est tout ce que j'ai, ma beauté. La beauté n'existe pas, la beauté ne dure pas. Toi tu es laid, tu ne connais pas ta chance. Au moins si on t'aime, c'est pour une autre raison.” - Bukowski, Contes de La Folie Ordinaire