by jarri mimram

Ce mois-ci, nous avons eu le plaisir d’interviewer l'artiste et photographe Jarri Mimram. Dans son blog éponyme, il nous présente une collection de clichés tous aussi artistiques et inspirants les uns que les autres. Il a gentiment accepté de répondre à nos questions et de partager avec nous sa passion pour la photographie et la création. Bonne lecture !

Tumblr – Pouvez-vous vous présenter rapidement à nos lecteurs ?

Jarri – Bonjour à tous. Mon prénom est Jarri, je sais, c’est un peu bizarre, mais mon âge l’est tout autant à mes yeux. 58 ans ! Bon, à part ces révélations sans trop d’intérêt, le fait que je fasse des photos ne doit pas l’être non plus, sauf pour ceux qui me découvrent aujourd’hui. J’ai déjà publié sur mon Tumblr un peu plus de 2 930 images originales. J’adore “bricoler”, et j’apprécie tout ce qui est travail manuel et/ou de création. À l’occasion, je réalise également des aquarelles, car l’une de mes passions de jeunesse était le dessin.

T – D'où vient votre passion pour la photographie ?

J – J’ai commencé à faire des photos assez jeune, captivé durant mon enfance par ces  "boîtes à capturer l’instant”, sortes de boîtes cartonnées assez sommaires recouvertes de cuir fin, puis cachant leur œil derrière un système dépliant. Les années 1960 ont marqué les débuts des appareils argentiques portables pour tous. Les promesses tenues de ces appareils “populaires” : se souvenir, plus tard, voir à nouveau les êtres aimés, faire revivre nos émotions, encore et encore. À mes 16 ans, j’ai reçu en cadeau une de ces machines magiques, un appareil YASHICA Mat 124 G, produisant des images en format carré de 6x6 cm. Je n’oublierai jamais son nom, ni les émotions qui m’ont submergé à cet instant. À mes yeux, dans mes mains, sous mes doigts, il n’était rien d’autre que la merveille de toutes les merveilles du monde ! Il était à moi, il était moi, il était tout mon bonheur. C’est fou comme l’on peut s’attacher à un objet, je ne l’ai plus depuis bien longtemps, et il me manque. La vie s’est interposée entre nous, plusieurs dizaines d’années. Puis je me suis souvenu, et je m’y suis remis.

T – Parlez-nous de votre blog. Qu'est-ce qui vous inspire ?

J – La beauté est partout, elle vit, il suffit juste de la chercher et d’apprendre à la regarder. Les yeux du cœur y suffisent, mais j’aime la fixer en images. Si un peu de technique suffit, il est nécessaire d’avoir une réflexion plus poussée quant à la composition de l’image, le “cadrage” est essentiel ! Peu importe que le sujet soit une vieille porte, une fleur, un paysage, des personnages, il faut absolument apprendre à disposer les lignes et les informations essentielles de cette image en devenir, encore aussi noire que peut être blanche la feuille de dessin. Ensuite, savoir reproduire à l’écran ce pourquoi j’ai appuyé sur le bouton, cet instant ou un élan d’admiration et de tendresse m’a submergé. Puis, surtout, forcer l’autre à faire entrer son âme dans cette surface plane. Pour y arriver, les techniques et astuces ne manquent pas, encore faut-il décider de prendre de son temps les mettre en œuvre. D’accord, c’est du “boulot”, mais éveiller des émotions. J’adore ça !

T – Quel a été le déclic pour créer ce blog et pourquoi avoir choisi Tumblr ?

J – Créer mon blog sur Tumblr, c’était pour moi un désir de partage de mes propres émotions. Tumblr. Quel drôle de nom, hein ? Pas spécialement parlant pour un francophone, mais quelles richesses y sont partagées ! Tumblr est une magnifique plateforme de partage des émotions, je me nourris de celles qui me sont offertes et j'offre les miennes en retour. Au fil du temps, je me suis aperçu que des personnes suivaient mes billets depuis des années, que d’autres, de plus en plus nombreux, de tous les pays, s’abonnaient à mon blog. J’ai pris en considération l'effet “boule de neige”, car il existe, mais ce qui me touche profondément, c’est de constater que, quelles que soient nos origines, notre culture, notre langue, nous avons tous tellement en commun ! Je sais maintenant que la perception de la beauté est universelle, je l’ai compris en partie grâce à Tumblr. Ce monde ne m’appartient pas, je n’y passe qu’en touriste, m’émerveillant de la moindre chose.

T – Quels sont vos trois Tumblr préférés et pourquoi ?

Joker ! Bon, d’accord… Dans les pages “images” que je vous invite à visiter, et bien que les “styles” en diffèrent, j’y retrouve ce qui me plaît, à savoir un véritable travail d’expression. Je citerai donc : @robertotullj, @torbenkulin (le monde de Torben), et @matthiasheiderich. Merci à eux. Mais j’en aime tellement d’autres ! Je me permettrai donc, dans cette dernière ligne de citer le travail de rediffusion de Basile Pesso sur son blog @yeswearemagazine, où il sait marier de beaux clichés avec des articles et pensées pertinentes.

T – Merci beaucoup, Jarri, et bonne continuation.