bretel

walker-of-yggdrasil  asked:

Cet article de Fimina sur les "10 articles sournois.." me perturbe. Est-ce que quelqu'un à déjà réellement porté de la lingerie pour orteil ? Est-ce que l'antitranspirant est vraiment si mystérieux et sournois ? COMMENT TIENNENT CES PETITES CULOTTES SANS BRETELLES EST-CE QUE LA NANA SERRE LES FESSES TOUTE LA SOIREE bref beaucoup trop de questionnement pour un clickbait de 10 pages

J'en suis encore perturbée!

« N’étant pas de ceux qui se fichent de leur première culotte, je me souviens de mes premiers pantalons comme si j’y étais. Outre les boutons de bretelles que j’ai vus disparaître sans regret, ils étaient garnis, à l’époque, d’une petite patte serrée derrière au niveau des reins par une boucle à deux ardillons. Ainsi pouvait-on régler à la demande le tour de ceinture et c’était la première raison du système. Les hommes ne tardèrent pas à lui en trouver une deuxième et on sait que les objets sont toujours plus intéressants par l’usage dérivé qu’on en fait. Cette boucle fut adoptée en effet par les duellistes pour y accrocher, en cours de combat, le pouce de la main gauche. Ce détail épique m’ayant été révélé à l’âge pubère, je pus apprécier, en pleine connaissance de cause, la cérémonie du premier pantalon.

Disons tout de suite que mon pouce de bretteur n’a jamais fatigué mes pattes de pantalon. D’ailleurs elles furent bientôt condamnées. En supprimant ces pattes en même temps que les bretelles, les tailleurs ont obéi à l’évolution des mœurs, ils ont flatté le sportif et découragé le duelliste. La virilité changeait de signe, le pantalon a suivi. Je ne vais pas jusqu’à dire que notre honneur tînt à cette patte, mais la désuétude et même le discrédit, sinon le ridicule, où le duel est tombé consacre un déclin des superstitions relatives à l’honneur. L’honneur lui même a rouillé dans le fourreau. Notre libération suit son cours.

L’offense ne conduit plus au pré. L’offense qui n’engage plus la peau devient donc inoffensive et perdra bientôt son nom. Au surplus les laboratoires de la morale émancipée nous ont révélé, par expérience sur des cobayes préalablement humiliés, que le sang n’avait aucune propriété oblitérante sur l’injure. A tort ou à raison, il est donc interdit à l’homme social de disposer de son sang pour raison de convenance personnelle. Que l’honneur se débrouille autrement. »

Jacques Perret, Salades de saison. Gallimard.

Potrei e non potrei aver comprato delle bretelle per uso strettamente personale, ma decisamente non per me. Oh no, dovrei parlarne con altre interessanti persone. Mi chiedo se debba approcciarmi loro cantando.

Fra milioni di stelle

‘E tu adagiata su un angolo di cielo a guardare
questo mondo che si affanna,
che si illude e si inganna.
Ci sei tu, con il culo per terra e il morale alle stelle
a tener su la vita
con un paio di bretelle.’

(Brunori Sas)