bretel

expressions #2

expressions #1 


lovely, lovely France :

- “nice like a prison’s door” (: nasty) : aimable comme une porte de prison

- “combed like an underarm” (: crazy hair) : coiffé-e comme un dessous-de-bras (normally it’s aisselle : improper french, don’t say that otherwise!)

- “having an oyster’s IQ” : avoir un QI d’huître

- “curling the ridiculous” (: being nearly stupid) : friser le ridicule (no Juliet you’re not stabbing yourself bc of some guy you met yesterday, ça frise le ridicule!)

- “not having invented warm water / the butterwire” (: be dumb) : ne pas avoir inventé l’eau chaude / le fil à couper le beurre

- “not having light at every floor” (: ie be mentally slow) : ne pas avoir la lumière à tous les étages

- “going on the throne” (: at the loo) : aller sur le trône

- “better having them in picture than at the table” (: when someone eats too much) : il vaut mieux l’/les avoir en photo qu’à table

- “it’s smelling like fir trees” (: cf coffin wood, cf age/death) : ça sent le sapin

- “make-uped like a stolen car” (: wearing too much make up) : maquillé-e comme une voiture volée

- cut the bullshit : arrête tes conneries

- “not being worth drips” : ne pas valoir tripette

- “having an awry fart” (: in a bad mood/sick) : avoir un pet de travers

- “have I asked you for the time?” : (est-ce que) je t’ai demandé l’heure?

- “getting called Arthur” (: getting yelled at) : tu vas te faire appeler Arthur si tu continues à faire du bruit alors que j’essaie de travailler!

- “do you want my picture ?” (when someone is starring) : tu veux ma photo?

- “the rubber band is flexed (: slapping awaits) : l’élastique est tendu (+ you put your hand next to your head)

- “it moves one without touching the other” : (I couldn’t care less) : ça m’en touche une sans faire bouger l’autre (those one and other being balls)


food related :

- supple like a bretzel (: not being supple) : souple comme un bretzel

- “discussing the fat’s bit” (: having a chat) : tailler le bout de gras

- “putting the cutlery back” (: going for round 2) : remettre le couvert

- leek (: penis) : poireau (fam, rather gross)

- “yogurt-singing” (: in a language you don’t know) : chanter en yaourt

- “it’s starting to run on my bean” (kinda) (: I’m getting pissed) : ça commence à me courir sur le haricot

- “the mustard is getting higher” (: I’m getting pissed, bc it burns your nose yk) : la moutarde est en train de monter

- “having the peach” (: being in a good mood) : avoir la pêche

- “being soaked as a soup” : être trempé-e comme une soupe

- “taking a peach” (: a punch) : se prendre une pêche

- “bring your strawberry” (: get here) : ramène ta fraise

- “hairy as an egg” (: not) : poilu-e comme un oeuf

- a turnip (: bad movie) : un navet

- “bag of wine” (: drunk) : sac à vin (way to call someone)

- “having the ass trimmed with noddles” (: being very lucky) : avoir le cul bordé de nouilles

- “having the banana” (: being smiley) : avoir la banane

- “turning out a cake” (: having a poo) : démouler un cake

- “mind your onions” : occupe-toi de tes oignons

- “getting toasted” (: taken in the act) : se faire griller

- “having eaten a cemetary” (: bad breath) : avoir bouffé (fam) un cimetière


body related :

- “lying as a tooth puller” : mentir comme un arracheur de dents

- the world’s butthole (: small village) : le trou du cul du monde 

- “having cauliflower ears” (: like rugbymen) : avoir les oreilles en chou-fleur

- “having a Punchinello in the drawer” (: being pregnant) : avoir un Polichinelle dans le tiroir (old)

- “throwing an eye” (: taking a look at) : jeter un oeil

- “the hand in the bag!” (: getting caught) : la main dans le sac

- the English have landed” (: period metaphor) : les Anglais ont débarqué

- “that doesn’t break 3 paws to a duck” (: it’s not amazing/innovating) : ça ne casse pas trois pattes à un canard

- “seeing red” (: v v pissed) : voir rouge

- “that’s walking” (: works for me) : ça marche

- “it’s going to shit square-shaped bubbles” (: there’s going to be a big argument) : ça va chier des bulles carrées

- “best peeing in a violin to stop it for rustying” (: doing stg that’s not going to help) : autant pisser dans un violon pour l’empêcher de rouiller

- “round as a shovel’s tail” (: v drunk) : rond comme une queue de pelle

- “having bathing back’s teeth” (: being drunk) : avoir les dents du fond qui baignent

- “not being out of the brambles/sand/inn” (: being stuck in a situation) : ne pas être sorti-e des ronces (f)/du sable/de l’auberge (f)

- “hurrying one’s ass” : se magner (fam) le cul (fam)

- “having shit in one’s eyes” (: not seeing stg) : avoir de la merde dans les yeux

- “singing like a pan” : chanter comme une casserole

- “flat as a lemon sole / a breadplank” (: no tits no butt) : plate comme une limande / planche à pain

- pussy : chatte (yup, v popular)

- “mind your ass” : occupe-toi de ton cul

- “throwing oneself on sthg like misery on the poors” (: rushing to do sthg) : se jeter sur (quelque chose) comme la misère sur le pauvre monde

- “having horns” (: being cheated on) : avoir des cornes


animal related :

- “you’re done like a rat” (: surrounded, about to get arrested) : tu es fait-e comme un rat (in gangster movies basically)

- “dirty dog” (: nasty, dishonest person) : sale chien-ne

- “yelling as a polecat” : gueuler (fam) comme un putois

- a chicken (: a cop) : un poulet

- “having sea urchins in the pockets/wallet” (: being miserly) : avoir des oursins dans les poches/le portefeuille

- “being a cow’s skin” (: a nasty/annoying person) : être une peau de vache

- gay as a seal : pédé (: fag, not good) comme un phoque

- “being taken for a pigeon” (: being used) : être pris-e pour un-e pigeon-ne

- “having the flea at the ear” (: guessing) : avoir la puce à l’oreille

- “when hens will have teeth” (: never) : quand les poules auront des dents

- “having worms” (: stamping, wriggling) : avoir des vers

- “having fleas” (: when scratching oneself intensely) : avoir des puces

- “going from the rooster to the donkey” (: going from one topic to a completely different one without any reason) : aller du coq à l’âne

- “being a donkey” (: stubborn) : être un âne / une bourrique

- “made like a horse” (: penis metaphor) : monté comme un cheval/étalon

- shark week (: period metaphor) : //

- “being the joke’s turkey” (: being fooled) : être le dindon de la farce


daily life :

- “lightning up someone’s lamp“ (: explain stg) : éclairer la lanterne de quelqu’un

- being a sissy : être une chochotte (ep)

- under the eyes (: in front of) : sous les yeux, ex : j’ai le papier sous les yeux

- under the shower (: in the shower) : sous la douche, ex : va répondre à la porte stp, je suis sous la douche

- “having a white night” (: insomnia) : passer une nuit blanche

- “in the car, Simone” (let’s go) : en voiture, Simone!

- “let’s go Alonzo” : allons-y Alonzo

- “giving a hand’s blow” (: helping, giving a hand) : donner un coup de main

- “wearing the knickers” (: being the one who makes decisions in a couple) : porter la culotte 

- “excuse the few” (: sarcasm, when someone has a lot and still complains) : excuse(z)-moi du peu (oh yes indeed you have three houses and two cars but you do NOT have a boat excusez-moi du peu)

- “I take” (I’d take it, count me in) : je prends, ex : si quelqu’un sait où je peux trouver une carte mémoire de PlayStation 1 pas trop chère, je prends

- “wanting the butter and the cost of the butter” (: wanting everything) : vouloir le beurre et l’argent du beurre (sometimes we also add “et le cul de la crémière” aka and the dairywoman’s ass)

- “taking a jacket/a rake” (: getting rejected) : prendre une veste/un râteau 

- “in fourth speed” (: v v quick) : en quatrième vitesse

- “turning over one’s jacket” (: switching opinion/camp) : retourner sa veste

- “getting in the subject’s brisk” (: adressing the elephant in the room) : entrer dans le vif (normally an adj) du sujet / “not passing by four paths” : ne pas passer par quatre chemins 

- “every road leads to Roma” (: who cares if we get lost) : tous les chemins mènent à Rome

- “going fishing for infos” (: trying to discover what people are gossiping about) : aller à la pêche aux infos

- “at the laddle” (: about, around) : à la louche (also : à peu près / en gros), ex : à la louche je dirais qu’il fait à peu près 1m85 (I’d say he is about 6 feet tall)

- “don’t look for midday at 2pm” (: don’t make things complicated) ne cherche(z) pas midi à quatorze heures

- “there’s no fire” (: no need to hurry) : il n’y a pas le feu 

- “passing a soap” / “getting X’s braces (the clothes) up again” (: tell someone off) : passer un savon / remonter les bretelles à/de

- “at Saint-Glinglin’s day” (: never) : à la Saint Glinglin

- “the four thursday’s week” (: never) : la semaine des quatre jeudi

- “we’re not at nan’s” (: you’re getting too comfy) : on n’est pas chez mémé

youtube

Octobre 2011 - visionnaire.

(c’est la deuxième partie, la première est toute aussi intéressante)

Un jour, Muriel a perdu ses clés. Elle a dû se résoudre à errer dans la rue, en attendant le retour de ses parents. Muriel a attendu longtemps ainsi, enfermée dehors. On s'est un peu moqué d'elle et puis on n'y a plus pensé. Six mois plus tard, Muriel, en sortie à la foire avec ses cousines, a perdu son petit frère dans la foule. Là, on s'est un peu plus inquiété, Muriel n'a pas manqué de se faire remonter les bretelles et de sans cesse ensuite s'entendre reprocher cette erreur. Quelques mois sont encore passés avant que Muriel ne perde la tête, cette fois on ne lui a rien dit. Chez elle, on a fait comme si de rien n'était. Aujourd'hui, enfermée dedans, Muriel a perdu le sourire et personne n'a rien remarqué.

Originally posted by totaldivasepisodes

Petite satisfaction du matin

Mise en situation: les vilains petits connards mes voisins du dessus recevaient du monde hier. Ils ont eu la bonne idée de finir assez tôt (entendons-nous bien,  ça veut dire que ça n’a pas duré toute la nuit).

Malheureusement ils ont remis ça avant 7h ce matin… Bon… c’est pas des plus motivant de se réveiller avec leurs beuglements et leurs tentatives désespérées de chanter plus faux que le pire des castrats de l’histoire de la musique, mais j’ai fait avec. 

Jusqu’à l’intervention inopinée, totalement inattendue et plus du tout espérée (depuis le temps qu’ils nous emmerdent agacent) d’un voisin, visiblement très mécontent de se faire réveiller de cette manière. Oui!! enfin!!! quelqu’un d’autre qui réagit! Je n’y croyais plus!!

C’est peut être pas sympa, mais franchement ça m’a fait du bien d’entendre qu’ils se faisaient remonter les bretelles!

C'est normal d'être une fille et d'avoir peur ?

Oui, le féminisme est une lutte vraiment inutile, qui n'est plus du tout d'actualité. On est toutes des connes parano et hystériques. Alors du coup :

C'est normal d'attendre seule emmitouflée dans sa parka la nuit à 1 arrêt et que 5 mecs dans le tram d'en face t'interpellent en cognant contre la vitre et te regardent dans les yeux mimant le geste d'une fellation ?
C'est normal de faire un petit trajet de 15 petites minutes seule en début de soirée et de se faire accoster 3 fois consécutives par trois hommes différents ?
C'est normal de marcher tranquillement sur le trottoir et de se faire siffler par un mec passant la tête par la vitre de sa voiture ?
C'est normal de se faire traiter de “salopes” parce qu'on a répondu “non merci” à un homme urinant dans la rue nous ayant demandé “vous voulez me la tenir les filles?” ?
C'est normal de croiser en pleine journée 2 gars sur le trottoir et d'entendre à voix anormalement haute “Tema le boule, je la baise” ?
C'est normal d'avoir peur en rentrant chez soi seule le soir ? D'avoir peur de passer devant un groupe d'hommes ? D'avoir peur de sortir en jupe/en robe/en talons/maquillée/en bretelle/avec un décolleté…et j'en passe ?
C'est normal de se faire déranger, insulter, intimider, humilier, menacer juste parce qu'on se trouve là, dans la rue ? Juste parce qu'on ose marcher seule, juste parce qu'on est née avec un vagin et une paire de seins ?
C'est normal que certains hommes, tout âge/génération/classe sociale confondu ne comprennent pas la différence entre drague, politesse, respect, harcèlement et menace ?
C'est normal de vivre dans une société qui amène des humains dotés d'un pénis à penser que tout leur est permis ? Que les femmes et leurs corps leurs sont dus ? Qu'elles ont toujours pour but de se faire voir, de se faire remarquer et de plaire, alors qu'elles l'ont bien cherché ? Qui les amène à penser que leur force peut s'exercer en toute impunité ? Et que “oui” tous les témoignages énoncés plus haut sont normaux ?

C'est normal que l'adjectif FÉMINISTE soit presque devenu une insulte ? Qu'un simple énoncé de faits mettant en lumière une réalité conduise à des “pauvre conne de féministe qui se victimise” en tout genre ?
D'avoir à peine 20 ans et d'avoir autant d'exemples de l'abus de certains membres de la gente masculine, d'être autant remplie de colère ?

Non, le féminisme n'est pas vain. Il a pour but de faire ouvrir les yeux, d'amener à une prise de conscience chez TOUS ET TOUTES, de lutter contre la minimisation des actes, contre la culpabilisation des victimes, contre la déculpabilisation des auteurs, de lutter pour un changement dans les mentalités, pour une nouvelle éducation. De lutter pour l'égalité de traitement et de considération entre les sexes.
De lutter pour que tout ceci ne soit plus normal pour personne. Oui, le féminisme est un combat de tous les jours.

Come aveva ragione, il Capitano, quando sgridava i ragazzi che portavano via le Stelle marine dal mare: “Cosa c'è di bello in un affare morto, secco e puzzolente?” E i sassi del fiume? “Toglieteli dall'acqua e otterrete sassi opachi e polverosi.” Una castagna? “Fuori dal riccio è presto brutta come una prugna secca.” I ricordi, non importa poterli toccare. Non avevo bisogno dei sassi del fiume per ricordare la voce delle bambine che sguazzavano nell'acqua; non mi serviva un stella marina per ricordare il profumo del mare della baia di Arran, e i boschi attorno al villaggio erano ben più di una castagna. Potevano una matita e un paio di bretelle ricordarmi tutto ciò che Vaniglia e Pervinca erano state per me? I ricordi si portano nel cuore.
—  Fairy Oak, Elisabetta Gnone.

L’ATELIER PARIGOT

Une cotte à bretelles bleu Bugatti, propre comme un sou neuf tous les lundis.

Sur la tête est rivée une casquette à la Audiard, sous le nez une épaisse moustache noire et sous celle-ci une gitane maïs, coincée de l’embauche au débrayage, allumée et rallumée, souvent, avec la classe du prolo …au chalumeau.

Peu de mots, aucun durant l’ouvrage, à peine plus le midi dans l’Algéco qui sert de réfectoire où j’apprends  son compagnonnage, sa guerre d’Algérie, son indéfectible amour du travail bien fait et l’évidente discipline qui l’accompagne.

Est-il mort ? Je ne l’ai fréquenté que quelques années, moi tout juste sortant de l’école, lui a deux doigts de la retraite. J’ai oublié son nom mais l’homme m’a marqué. A la différence de mes autres professeurs, lui enseignait sans s’en doute, juste en se racontant, de vraies leçons…de vie

Dear Diary...  (Extrait #3)

Il a toujours été comme ça, Julio… Silencieux, mystérieux, mais toujours présent, et lorsqu'il parlait (et c'est toujours le cas aujourd'hui), chacun de ses mots faisait mouche. Il parle peu mais parle juste. Il a une assurance, un charisme et une autorité innée incroyables. Grand blond aux cheveux bouclés, il a des yeux verts qui jettent sur le monde un regard perçant, froid et clairvoyant à la fois. La mâchoire carrée, des dents un peu jaunies par les cigarettes qu'il fume à longueur de temps, mais droites, tranchantes et solides. Le visage imberbe, un peu émacié, sur un corps athlétique et fin, des épaules larges et des bras puissants, il inspire vraiment au respect. Et il s'habille le plus souvent avec des chemises à carreaux, des jeans de toutes les couleurs (une couleur par jour) maintenus par des bretelles et des souliers vernis. Il doit avoir une dizaine de paires de bretelles différentes ! Et, toujours, son incontournable chapeau vissé sur le crâne. Il est noir, basique, mais il y tient plus qu'à la prunelle de ses yeux. C'est moi qui le lui ai offert le jour de son départ. Je voulais lui offrir quelque-chose d'utile, et comme il y a beaucoup de soleil en Argentine, j'ai pensé à un chapeau qui protégerait sa tête comme lui avait protégé la mienne pendant les crises du roi. Sauf que je l'ai choisi noir… Et il fait très chaud, là-bas, et le soleil cogne dur. Tu ne vois pas, mon cher journal, le problème ? Le noir attire la chaleur. Se mettre un chapeau noir sur la tête, dans ce pays, équivaut à sortir nu barbouillé de crème solaire dans le désert et de s'allonger sur une dune en plein été, vers midi. Et pourtant, il a été tellement touché de mon cadeau qu'il le porte en permanence. Il ne le quitte que pour dormir. Il joue à l'homme froid, distant et bourru, mais au fond, c'est un cœur tendre, mon frère.

8 mois que je travaille ici et j'ai toujours l'impression de ne pas faire assez mon travail de ne pas bien le faire, tous les jours je me dis que je devrais m'impliquer davantage mais aujourd'hui une collègue m'a dit que je devrais demander une augmentation pour le travail que je fournis, et c'est une des collègues les plus sérieuses voire la plus sérieuse elle s'est même fait remonter les bretelles par le directeur parce qu'elle ne pensait pas assez à elle et ce matin elle m'annonce que je travaille vraiment bien voire trop pour ce qui est sur mon contrat et… je suis trop heureuse mais flippée haha on change pas une équipe qui gagne je sais pas si je vais oser demander “donnez moi plus de sous même si j'arrive toujours à 9h05 le matin et que je viens d'arriver dans l'entreprise et que j'ai 21 ans tralala”

Uniti vinceremo.

Certe volte mi prende lo schiribizzo di diventare una donna affascinante.
Una di quelle misteriose, che stanno quasi sempre zitte e che lanciando sguardi lunghi e poi si muovono con grazia e lasciano tipo una scia dorata, cose del genere. Allora faccio pure le prove. In metro, tipo in metro dove non mi conosce nessuno, mi siedo lì e con gli occhi un po’ assottigliati guardo la gente inclinando la testa da un lato, giusto per far capire che c’ho il collo sinuoso. Poi succede sempre che cado addosso a qualcuno, o che m’arriva uno zaino in faccia, o ancora peggio, che per fare la femmina fascinosa oltrepasso la fermata dove sarei dovuta scendere e mi ritrovo dall’altra parte di Roma.
Sono goffa, è questa la verità. Rischio di causarmi ustioni di primo e secondo grado almeno sette volte al giorno e nei modi più disparati (l’ultimo è stato decidere arbitrariamente di levare il beccuccio al phon col phon ancora in funzione e al massimo calore), spacco gli oggetti che mi capitano a tiro come se c’avessi i guantoni al posto delle mani, inciampo, sbatto, cado, faccio espressioni sceme, dico cose senza senso, rido per cose che mi sono state dette la settimana prima e poi mi dimentico appuntamenti importanti.
La cosa peggiore è quando cerco di fare la sexy.
Io non dovrei mai fare la sexy, mai, sono cose che dovrebbero essermi vietate dal terzo emendamento.
Che l’altra volta volevo proprio fare quella arrapante, e mentre lui con agile mossa mi slaccia il reggiseno da sopra la maglia che sinceramente ancora non ho capito come abbia fatto,  io lo fisso tutta conturbante e  inserisco la mano nella maglia, per sfilarlo proprio del tutto il maledetto reggiseno. Una roba che, diciamocelo, dovrebbe essere semplice, e invece mi sono ritrovata impigliata con le maniche e le bretelle e i capelli e tutto l’ambaradan con lui che mi guardava e rideva come un cretino e diceva ‘dai, lascia stare’ ‘ennò, cazzo, stavo cercando di essere sexy!’ ‘Ma non fa niente, sei bella lo stesso.’ ‘No, fammi un attimo ess-.aspè, non ci vedo, aiuto, dammi una mano a togliermi sta maglia dalla faccia.’

Cose così. Non posso sfuggire dal mio destino, mi sa.
Per fortuna che c’ho altre qualità, tipo cucinare, sennò sai che casino sarebbe per il mio futuro marito.