bousilles

Parce qu'ils savent qu'on fait partie d'cette jeunesse qui ne veulent pas d'c'qu'ils nous proposent
Ça veut dire qu'on veut rien ? Non on veut l'monde mais pas le leur
Tu dis qu'c'est la seule voie mais r'garde même toi t'es pas heureux
J'te parle d'ma jeunesse qui veut vivre, qui attend qu'les structures cassent
Qui a déçu ses parents qui la voyaient d'jà futur cadre
Alors qu'aucun d'nous rêvait d'ça, la pression sociale nous y oblige
Dépression au taf, même la routine bousille nos vies.
—  So clock - jeunesse 
C'est juste que parfois, c'est dur de se dire qu'on va faire un enfant dans un monde pareil. Tu parles d'un cadeau pour lui. On vous entend dire : “faut changer le monde, les jeunes…” Changer le monde… ça aurait été plus simple de pas le bousiller.
Des fois j'ai envie de vous frapper, les vieux, quand je vois votre bilan. Faut pas vous étonner, s'il y a plus de respect pour les anciens, hein…
—  Wilfrid Lupano
La solitude, c'est ce sentiment qui me fait me sentir seule alors même que je suis entourée, c'est ce sentiment qui me fait me sentir jamais à ma place, nulle part, d'être toujours de trop, partout, c'est ce sentiment qui me ronge totalement de l'intérieur, qui me bousille le cœur et qui me dévore l'âme, c'est ce sentiment très douloureux que je ressens constamment, et qui finira par me tuer.
Personne ne connaît vraiment la vie des autres, seulement la sienne. Et quand on bousille une partie de la vie de quelqu'un, ça ne se limite pas à cette partie-là. Hélas, nul n'est jamais aussi précis, aussi sélectif. Quand on bousille une partie de la vie de quelqu'un, on bousille sa vie tout entière.
Tout… a une influence sur le reste.
—  Jay Asher : Treize raisons
Non?

Nous vivons dans un monde où les candidats de show de télé-réalité sont plus reconnus que les écrivains. L’héritage culturel que nous laisserons aux générations futures est en danger. Tant d’émissions de cuisine pour un peuple qui n’a pas le temps de faire à manger. Tant d’émissions de cuisine pour rester sur notre appétit. 

Pour une majorité d’humains, il est moins pénible (et même agréable à ce qu’il faut croire) d’écouter plusieurs heures de télé-réalité obscène et totalement impertinente que de lire un livre ne serait-ce que 15 minutes.

C’est horrible, non? 

Bon. Peut-être pas.

Je devrais cesser de m’en faire avec ce genre de choses… De toute façon, rien n’est éternel, surtout pas nous. Alors qu’on bousille tout ou que l’on se consacre corps et âme à accomplir de belles choses significatives, tout disparaîtra un jour ou l’autre.


G.T.”//

C'est juste que parfois, c'est dur de se dire qu'on va faire un enfant dans un monde pareil. Tu parles d'un cadeau pour lui. On vous entend dire : “faut changer le monde, les jeunes…” Changer le monde… ça aurait été plus simple de pas le bousiller.

Des fois j'ai envie de vous frapper, les vieux, quand je vois votre bilan. Faut pas vous étonner, s'il y a plus de respect pour les anciens, hein…

—  Wilfrid Lupano
Personne ne connaît la vie des autres, seulement la sienne. Et quand on bousille une partie de la vie de quelqu'un, ça ne se limite pas à cette partie là. Hélas, nul n'est jamais aussi précis, aussi sélectif. Quand on bousille une partie de la vie de quelqu'un, on bousille sa vit tout entière.
Tout…a une influence sur le reste.
—  Jay Asher

J'sais plus quoi faire, j'arrête pas d'penser à elle, tous nos souvenirs remontent à la surface, ça m'fait trop mal ; le fait qu'elle soit partie, le fait qu'elle m'ait balancée des fausses promesses à la gueule, le fait qu'elle ne m'ait jamais aimée, tout ça, ça m'bousille tellement. Et demain, c'est son anniversaire, et j'sais même pas si j'dois lui souhaiter, parce que j'ai peur de ne pas avoir de réponse, et j'me sentirai trop conne, et en même temps, au fond de moi, j'espère qu'elle revienne, qu'elle me dise qu'elle regrette de m'avoir abandonnée, qu'elle me dise qu'elle veut tout recommencer, avec moi à ses côtés.
Putain, l'espoir tue ; j'suis vraiment pathétique.

Tu ne sais pas, vous ne savez pas.

Tu ne sais pas combien de fois je me suis vue partir, combien de fois j'ai souhaité partir, tout abandonner, laisser le bordel que je suis devenue ou que j'ai toujours été derrière moi, m'enfuir à l'autre bout de la planète, ou rejoindre ces foutues étoiles qui brillent bien plus que je ne pourrai jamais briller dans les yeux de quiconque. Tu ne sais pas combien de fois je me suis retenue, combien je me retiens, d'hurler, de crier, de tout casser, contre ciel et terre, contre l'enfer auquel mon âme appartient. Tu ne sais pas combien de fois j'ai pleuré à m'en bousiller les yeux, combien de fois je me suis fais du mal mentalement et physiquement. Tu ne sais pas combien j'ai souffert, à quel point le corps dans lequel je suis enfermée me fait souffrir. Tu ne sais pas à quel point j'ai supplié mon cœur de s'éteindre, qu'un malheur, qu'un accident, mette fin à mes jours, à ma vie, à la personne que je suis. Tu ne sais pas combien de fois j'ai espéré pouvoir m'échapper de c'que j'suis, qui j'suis, courir à des milliers de kilomètres de mon moi. Tu ne sais pas non plus à quel point mes sentiments divaguent, s'mélangent, s'perdent entre la naïveté et la colère. Tu ne te rends pas compte de la grosseur, de la grandeur du trou noir qui, au fil des années, s'est creusé à l'intérieur de moi, de mon cœur, de ma douleur. Tu n'sais pas toutes les fois où j'me suis perdue, où j'en ai perdu la respiration, l'envie, l'espoir, les mots, à quel point j'en perds mes mots

ouais j'suis anxieuse sociale et ça me bousille la vie. pour moi c'est pas ne pas aimer la foule ou être solitaire. c'est avoir peur de parler aux gens que je ne connais pas, mais aussi ceux que je connais. c'est être gênée à la simple idée de penser à dire quelque chose qui ne me représente pas selon les autres. c'est m'inscrire à des cours de théâtre pour espérer avoir confiance en moi et ne pas y aller par peur d'être ridicule. c'est adorer une matière scolaire linguistique mais ne pas parler dans cette langue car j'ai peur de mon accent, de perdre mes mots, d'utiliser le mauvais terme ou qu'on se moque de moi car je bégaye ou car j'ai la voix qui tremble d'angoisse. c'est être parfaitement à l'aise avec ma famille mais si des cousins éloignés arrivent c'est être muette pendant tout un repas. c'est avoir peur de paraître stupide, nulle, niaise, de pas savoir quoi ou comment faire même si j'ai jamais fait la chose en question. c'est avoir peur constamment, à chaque moment, dès qu'il y a quelqu'un qui représente une menace pour moi.
—  l'anxiété me tue
Ét on s'accroche, on s'attache comme un Schwing gum qui se pose sous ta chaussure quand tu tu t'y attend le moins. ON sait que l'amour Bah ça rend FOU, que ça bousille, mais ON CONTINUE, on fonce, on parcours 10 kilomètre et puis 30 , et puis DES MILLIERS sans jamais se plaindre d'essoufflement, on regonfle NOS PUTAINS DE POUMONS grâce à SON AIR , grâce a l'air de l'autre , à celui qui nous fait croire que le SPRINT EST FACILE, que les ampoules sous nos pied sont que des putains de MERVEILLES ! Et puis un jour on se retourne et on voit que depuis le début on était toute seul à courir, ét à ce moment là on se regarde avec une putain d'envie de Gerber ces larmes , parce qu'on a envie de chialer , on a envie de CHIALER tous ces kilomètres fait pour rien, dans le vent . On a envie de remonter le temps, peut être qu'on aurait eu moins mal au pied TU VOIS! Ét à ce moment là, au moment où tu regarde par terre, pour t'imaginer comme ça doit être mieux finalement en bas.. QUELQU'UN, oui.. UNE PUTAIN DE PERSONNE, prend ta tête enfouit sous des océans de larmes, elle relève ton visage, le montre au monde.. Ét te dit : tu vois tous ces kilomètres que t'as parcouru ? Retourne toi et observe ta vie maintenant. T'as couru comme une guerrière, en sautant les pires obstacles par terre, t'as trébuché des dizaines de fois, tu T'ES NIQUER LES PIEDS PUTAINS!! Ét t'as continuer. Même si tu t'es appercu qu'tu courrait toute seule depuis le début. Tu peux accomplir ce que tu veux TANT QUE TU RESPIRES, ét PUTAIN QUE LA VIE FAUT LA VIVRE, c'est ça! Tu t'es appercu que tu courrai toute seule ??! Moi je vais t'expliquer, ét je vais te dire qu'un vrai homme t'aurai tenu la main Tous les jours où tu sentais que ton cœur aurait pu lâcher tellement que t'avais plus de souffle. Un vrai bonhomme il se trimballe pas derrière toi à te laisser faire ta route SEULE à la moindre épreuve, il te prends dans ses bras Et IL TE SOULÈVE QUAND TU PEUX PLUS MARCHER! Il t'aide à la finir cette putain de course de l'amour et avec LUI !!

- Alors, ils ont dit quoi?
- Je suis folle c’est ça le verdict
- Pourquoi tu dis ça?
- Parce que c’est ça, c’est le cas. Y a pas d’autre explication, y a pas d’autre diagnostique que celui-la.
- Ils t’ont bien dit quelque chose
- Ouais je suis bipolaire, et tu sais ce que c’est toi être bipolaire?
- Non…
- C’est être folle
- Tu l’es pas
- Tu dis ça parce que tu sais pas tout ce qui se passe en permanence dans ma tête, tu sais pas toute cette merde qui m’bousille chaque jour un peu plus, tu sais pas comme j’ai mal, comme je me sens prisonnière de mes pensés. Je suis incapable de contrôler quoi que se soit, mais au fond tout le monde s’en fou; c’est écrit et puis c’est tout on te laisse comme ça.
- Moi j’men fou pas
- Tu dis ça maintenant, mais tu feras comme tous les autres, tu partiras un jour. Tu partiras toi aussi, parce que t’en aura marre de me porter sur ton dos à chaque fois que je serais dans mes périodes dépressive, t’en aura marre comme tout le monde que je te hurle dessus et que cinq minutes après je vienne essayer de rire avec toi. Promet jamais rien avec moi, parce que je suis imprévisible, instable et c’est le merdier. C’est l’merdier tout le temps, parce que tu dois faire attention en permanence à ce que tu dis, à ce que tu fais avec moi pour pas déclencher une bataille que j’peux pas stopper. Promets jamais rien, parce que tu partiras toi aussi; ils sont tous partie.
- Mais moi, je suis pas tout le monde
- Tu sais ce que c’est toi, de se lever le matin et d’chialer sans pouvoir donner d’explication à personne, parce que toi même t’en as pas? Tu sais ce que c’est de se lever un jour et d’avoir envie de refaire le monde puis deux heures après pleurer toute cette haine que t’as, juste parce que… parce que tu sais pas enft. Tu peux pas l’expliquer je te jure, alors part, part avant que je le fasse et que je puisse pas te donner d’explication.
- Et si je décide de prendre le risque et de rester?
- Alors t’aura jamais le droit de partir, tu seras prisonnier toi aussi, parce que je vie les relations humaines à 1000%, je suis incapable de donner qu’un peu et je te jure ça fait peur autant pour moi que pour toi. Ça fait vraiment peur tu sais.
- Alors on donnera tout à deux, je partirais pas.

«  Je partirai pas » qu’il disait.

Tu ne sors jamais de mon esprit.
Il y a toujours quelque chose qui me ramène à toi, toujours : un objet, une image, un geste, une parole.
Tu es partie, et je me dis, qu'avec le temps, tu t'effaceras de ma mémoire ; mais le temps passe, et tu restes, et je ne sais pas si, un jour, j'arrêterai de penser à toi.
Je crois que tu resteras gravée dans mon esprit, dans ma mémoire, dans mon cœur et dans mon âme, et ça me bousille.

Les nouvelles technologies ont enlevé à certains le plaisir de tourner des feuilles en papier, de voir des mots sans se bousiller les yeux. Ils ont remplacé leurs livres imprimés par des livres numériques. Est-ce donc ça notre futur ? Tragique destinée.
—  lespiquresaines

J'ai quelque chose à dire
Je crois que j'ai un dons pour comprendre ce que ressente les gens je ne sais pas peut-être que c'est une illusion mais je ressens aussi leur tristesse leur joie et leur douleur
Le problème c'est que ça me bousille
Je suis une éponge à émotions et tout le monde me dit que je suis adorable que je sais écouter les gens que ça leur fait du bien mais vous savez pourquoi? C'est parce que je prends leurs sentiments je les partage avec eux
Et après quand ils vont mieux ils me laissent tomber avec leur sentiments et tout ce qui va avec
Je suis toujours là pour les gens et après ils se rendent même pas compte de ce que ça me fait et quand ils me demandent si ça va et quand je répond un “oui oui…” hésitant il me demande jamais si c'est vrai, non ils le voient bien que j'ai un problème mais ils s'en fichent il veulent pas que je gâche leurs beaux paysages irréel ils se fichent de moi alors que je les ai aidés dans les moments les plus difficiles que je les ai écoutés réconforter j'ai été là pour eux
Ils se foutent de moi