bouleverser

“ On s 'était rencontrés dans un bar en centre ville, il était pas très grand et coloré de teintes bleutées et roses avec une bonne musique en fond. Elle était là, assise sur une chaise penchée sur le comptoir avec sa bière à la cerise dans les mains. Elle portait un gros pull bleu marine avec un jeans et de chaussures avec des semelles épaisses, c'était pas vraiment attirant tu sais, le genre de meuf négligée, avec le maquillage de la vieille sous les yeux, les cheveux en bataille et le visage un peu rond. Et elle était là, seule, en tête à tête avec sa kriek, c'était pas beau à voir, il faisait à peine nuit et elle semblait déjà partie dans un autre monde. ”

Je sortis une cigarette de ma poche quand mon interlocuteur me coupa :

“ Tu fumes toi ? Je croyais que tu ne voulais pas ressembler à tous ces petits rebelles à la con qui se disent niquer la société. ”

Je souris doucement en même temps de glisser l'objet entre mes lèvres, attrapant mon briquet j'allumais le bout.

“ Mais je ne fume pas pour niquer la société capitaliste. Ça va bien plus loin que ça mec, c'est à cause de cette fille d'ailleurs, parce qu'elle était là et moi aussi, deux pauvres cons qui s'étaient retrouvés dans ce bar pour je ne sais même plus quelle raison. Alors j'ai demandé pareil qu'elle et je suis parti m'asseoir un peu plus loin parce que j'avais pas suffisamment de couilles pour aller lui parler. Et je la regardais comme un taré, je me souviens de tous les détails de ce moment là, de ses cheveux coupés courts marrons foncés, de ses petits yeux presque jaunes avec quelques tâches à l'intérieur, sous son œil gauche il était une veine qui avait explosée, je me demande toujours comment au passage, ses ongles noirs abîmés, je te jure en vrai c'était pas beau à voir, le corps dans ce bar et la tête dans les étoiles. J'ai dû la fixer pendant plus d'une heure comme un con, elle était pas vraiment belle, on se serait jamais retournés sur elle en ville, pourtant ce soir elle semblait être la plus belle femme au monde. À un moment elle s'est levée à mise sa veste deux fois trop grande pour elle, tu sais ces vestes de mecs qui craignent un peu, a sorti un paquet de clopes pour se diriger vers la sortie. Et tu sais pas quoi, bah elle s'est arrêtée devant moi en m'en tendant une, comme si c'était normal de proposer à un inconnu d'en griller une. Alors comme un débile j'ai bégayé un espèce de ’ oui ’ qui pu la mort et la fragilité. Quand elle l'a allumée j'ai cru comprendre la chanson de Saez Cigarette. Ouais tu dois sûrement pas connaître mais ça parle d'un homme qui fait tout au long de la musique une métaphore entre la cigarette et la femme au point qu'à la fin on ne différencie plus les deux, c'est elle qui me l'a fait découvrir parce qu'elle s'appelle Marguerite, ou dû moins c'est le prénom qu'elle a bien voulue me donner, parce que d'après ce qu'elle m'a racontée ses parents étaient de grands fans de cet artiste et ils s'était rencontré juste sur la chanson Marguerite. Enfin maintenant que je dis j'ai l'impression qu'elle ne faisait rien par hasard, tout avait un symbole pour elle, comme si elle ne voulait rien laisser au destin, un manière de se prouver à soi-même et au monde entier qu'elle était maîtresse de son existence. Je trouve ça super sexy, ça change des gamines paumées qui se disent libres sous prétexte qu'elles vont en boîtes et qu'elles se font sauter. Bref je crois que je me suis perdu, donc oui ! On était devant ce bar cigarettes dans la bouche et elle a commencé à me demander ce que je foutais là parce que je semblais paumé, et c'était le cas donc je lui ai expliqué que j'avais juste envie de me casser de la coloc un soir, parce qu'il y en avait marre de gâcher sa vie sur un canapé, et là, elle a pris un fou rire parce que mon ambition visiblement c'était donc de gâcher ma vie sur une chaise dans un bar. Elle parlait avec une aisance déstabilisante, comme si elle savait à l'avance ce que j'allais dire et avait appris ses répliques par coeur. Après elle m'a tendue son briquet et la je te jure j'ai cru que j'allais kaner mec, le goût était dégueulasse, ça brûlait la gorge, ça puait pourtant j'ai continué. Elle continuait de sourire parce qu'elle avait comprise que c'était la première fois que j'essayais cette merde, surtout qu'pour ne pas arranger mon cas j'ai sorti un ’ pourquoi tu fumes c'est même pas agréable ? ’, alors elle a poussé une chaise pour s'asseoir à tiré un grand coup avant de me répondre ’ parce que je sais l'apprécier, je sens la fumée descendre dans les poumons, remontrer dans ma bouche pour caresser mes lèvres et puis tu sais, on masque l'odeur des regrets avec qu'on a,  on rempli le vide avec ce qu'on a. La vie est triste mais c'est ce qui en fait sa beauté, fumer s'est prouver à la mort que t'as pas peur d'elle, que tu l'as défie même ! Et puis même, tu sais s'est agréable d'avoir quelque chose près de soi, si j'avais choisir entre une dernière femme et une dernière cigarette, je choisirais la cigarette : on la jette plus facilement. Disait Gainsbourg, alors moi j'ai décidé de choisir la manière de souffrir. ’ et voilà comment je me retrouve maintenant avec les poumons noirs, à cause d'une nana qui avait les mots pour faire chavirer les bateaux. Puis on a continué toute la nuit, enchaînant paroles, alcools, clopes et même quelques drogues… à la fin on est monté chez moi parce qu'elle était morte de froid avant qu'elle ne tombe de fatigue dans mon lit et me dépose un léger baiser et tu sais ce que c'est le pire ? Cette meuf a même pas vingt ans et elle a changé ma vie. ”

j'avais fini ma cigarette et je regardais maintenant les étoiles jouer avec la lune.

“ elle où désormais ? ”

me demanda-t-il.

“ j'en sais rien, le matin quand je me suis réveillée elle était plus là, le seul souvenir qu'elle m'a laissé c'est son paquet de cigarette et un numéro de téléphone avec écrit ’ appel moi quand tu auras envie de te foutre en l'air’, en attendant je pense qu'elle est occupée à bouleverser d'autres existences. Mais j’ai qu’une envie, c’est de mourir entre ses lèvres. ‘’

Je crois que j'attends juste une putain de déclaration ou un message bouleversant ou je sais pas mais j'ai l'impression d'avoir oublié ce que ça faisait de ressentir des choses
Wes Anderson

this post was requested after I asked you to give me themes for posts focusing on vocabulary and I had the idea while chatting with a follower to actually make you practise french by giving you french plots of movies!


Bottle Rocket (1996). 

Dans Bottle Rocket, une histoire hilarante et originale sur l'importance de l'amitié, trois amis poursuivent maladroitement une vie de crimes tout en partageant leurs rêves des vies qu'ils auraient aimé avoir. Anthony cherche le grand amour. Bob a désespérément envie de fonder une famille. Dignan poursuit une carrière criminelle distinguée. Après sa sortie d'un hôpital psychiatrique à la suite d'une dépression, Anthony, sans direction de vie, rejoint son ami Dignan qui a concocté le plan extravagant d'un crime qui implique son ancien patron, le soi-disant légendaire M. Henry. Avec l'aide de leur voisin pathétique et ami Bob, les trois s'embarquent dans l'aventure.

adventure : aventure (f) / friend : ami-e / psy ward : unité (f) psychiatrique  / depression : dépression (f) / mental illness : maladie (f) mentale / to escape (from prison) : s’évader / to run away : s’enfuir / to shoot : tirer / to steal : voler / to train : s’entraîner / car : voiture (f) / hold-up : braquage (m) / thief : voleur/euse / money : argent (m) / burglary : cambriolage (m) / criminal : criminel-le / gun : pistolet (m) / argument : dispute (f) / party : fête (f) / success : réussite (f) / failed : raté-e, échoué-e / failure : échec (m) / clumsy : maladroit-e / factory : usine (f) / warehouse : entrepôt (m) / frozen food : produits (m) surgelés / treachery : traîtrise (f) / traitor : traître-sse 


Rushmore (1998). 

Avec ses airs studieux, son blazer bleu marine et ses grosses lunettes, Max Fischer fait bien plus que ses 15 ans et passerait aisément pour le meilleur élève de la Rushmore Academy. Mais en réalité c’est un génie fougueux et brouillon que ses multiples activités détournent d’un cursus traditionnel. Animateur de nombreuses associations, il ne peut fournir qu’un minimum d’efforts à ses études et s’est résigné à devenir l’un des pires cancres de son établissement, devenant par là même régulièrement menacé d’exclusion. Tout est chamboulé dans le monde de Max le jour où il craque pour une charmante professeur. Mais la belle a également conquis le coeur de son meilleur ami - M. Blume, généreux mécène de l’académie. Max éprouve alors pour la première fois les affres de la jalousie, l’amertume d’un échec immérité et la perte cruelle d’un ami…

glasses : lunettes (f) / private school : école (f) privée / grant : bourse (f) / smart : intelligent-e / studious : studieux/euse / smartass : intello (fam) / best : meilleur-e / pupil : élève (ep) / family : famille (f) / imagination : imagination (f), fantaisie (f) / self-confidence : confiance en soi (f), aplomb (m) / school : école / genius : génie (m) / mourning : deuil (m) / busy : occupé-e / threat : menace (f) / activities : activités (f) / to meet : rencontrer / to fall in love : tomber amoureux/euse / teacher : professeur (ep) / heart : coeur (m) / sponsor : mécène (ep) / dunce : cancre (m) / expulsion : exclusion (f)

Keep reading

Kathleen Kennedy on Kylo Ren

I was reading a French Star Wars magazine and suddenly there was an excerpt from a Kathleen Kennedy interview concerning Kylo Ren that I found pretty interesting. She discusses the character, makes parallels with our contemporary world, and at the end I had the impression she wasn’t talking about him as a villain, but as someone who still has to grow and who’s definitely good inside, or at least not bad at all (this is pretty hilarious when you think about all the absurd Kylo Ren drama we have here on tumblr…)

I don’t know if she has talked about this in other interviews, it’s probably the case, but I’ll leave this here for discussion.

I’ve made a rough translation of the French excerpt (English to French to English, feel the irony), probably not the best translation, but at least you’ll have the general idea :

“[Q] You really wanted Adam Driver for this role. What made him the perfect Kylo Ren ?

[KK] I had the opportunity to work with Adam on Lincoln. That was our first met. From the moment we started to think about this character, Kylo Ren, Adam was an obvious choice to me, and one of the few actors who could play him. J.J didn’t know him as well as I did, but he was immediately convinced when they met. He was one of the first actors we had considered for the role and it was an early decision. One of the most interesting aspects of Kylo Ren is his young age. Most of the time, villains are damaged, troubled and older. Making the new Star Wars villain a 30 years old man was a captivating choice. We could take advantage from a troubled adolescence and a past we know very little about. There we could find this tension between light and dark which dominates all the Star Wars universe. We could use it as a metaphor for the path that leads a young adult to his accomplished adult life. The characters who can be drawn to the dark side and seduced by all sorts of experiences that might be dangerous are compelling for us. For today’s audience it’s an original, fascinating and appealing character.

When we look at our own lives, it all depends on the choices we’ve made. Kylo Ren seems to have taken many bad decisions, but they aren’t necessarily bad decisions within the context of Star Wars, where they can lead to almost anything. This story reflects the real world. Many kids evolve in a political environment that can be difficult to decipher, and many events suggest that people are drawn to danger, trouble and agitation. In terms of international policy, there’s a sense that we live a time full of upheavals. The political structure of the Star Wars narratives reflects this in a unique way. Kylo Ren represents this dark side of society that can be appealing when we don’t know which side to choose and right and wrong become very vague concepts. All these aspects make Kylo Ren a really complex character and offer us many different options for future plots.

Emphasis are mine. But seriously. Seriously. If Kylo Ren really is, for the writers, an image of our contemporary youth searching for answers, making mistakes and trying to grow in a chaotic world, who can simply imagine that he will die unredeemed, and that the message of this new trilogy won’t be a message of hope ?

I leave the original French text and the references under the cut for those who are interested.

Keep reading

- j'ai tendance à croire qu'il y a des voix, des sourires, des rires, des mouvements, des regards, qui nous bouleversent plus que d'autres.

Chaque fois que j’entends un homme dire, “Elle est trop, trop sauvage, trop difficile à comprendre, trop compliquée, trop difficile à maîtriser, trop émotionnelle, trop dogmatique, ou folle”, j’entends en fait “J’aurais brûlé son cul sur les bûchers de Salem. Elle est trop connectée à la Déesse. Je ne pourrai pas la dompter. Je ne la comprendrai pas. Je ne pourrai pas la garder. Elle n’aura pas besoin de moi. Elle est trop puissante et n’aimera pas les parties blessées de mon être”

Au contraire, elle verra les parties de toi qui t’effraient et les aimera malgré tout. Une femme libérée t’aimera sans avoir jamais besoin de te changer. Elle se connectera à toi à un niveau primaire, aura besoin de ton corps quand elle se laissera consumer par son propre feu intérieur. Sa passion te fera capituler alors même que tu la verras bouleverser tout ton monde. En tant qu’amante, elle ne fera pas seulement l’amour à ton corps et à ton cœur, mais aussi à ton âme. Tu te demanderas comment c’était de vivre avant de la rencontrer. Elle t’irritera, et si tu réponds, ça sera encore pire. Quand vous vous réconcilierez, tu réaliseras à quel point tu te sentais mourir en imaginant la vie sans elle, mais elle t’a enseigné ta force et comment ta vulnérabilité te rend courageux. Elle t’a fait comprendre que tu peux survivre à tout, même à la perdre, car elle t’a appris à croire en toi-même. Elle exigera encore plus de toi, et tu seras heureux qu’elle ait su que tu avais cela en toi depuis toujours. Elle t’aimera violemment et t’enseignera de la même façon. De même, elle te nourrira et t’atteindra à un point qui te rendra inconfortable. Elle aimera le petit garçon craintif en toi, celui dont tu redoutes l’existence, et en le reconnaissant elle te fera sentir que ton vieux toi est mort, celui qui vivait dans le mensonge. La partie de toi qui ne se trouve pas assez bien émergera pour guérir, et elle verra à travers ta façade. Elle appuiera sur les boutons et te fera rentrer encore plus en toi-même. Elle te fera te poser des questions, te fera grandir et apprendre bien plus que tu ne le pensais possible. Elle te mettra au défi et ne sera jamais ennuyeuse. Elle t’excitera et t’exaspérera avec son audace qui la fait être complètement elle-même, e t pas seulement des bouts d’elle-même. Elle aura beaucoup de sentiments et tu ne sauras pas quoi faire, mais pas une seule fois tu n’oseras penser à la quitter car tu es étranger à la tragédie. Ses larmes t’effraieront et tu voudras la réparer, réparer ses problèmes, réparer le monde pour elle. Elle te rassurera en t’expliquant que c’est un moyen de s’exprimer et que cela n’est pas un signe de faiblesse, que tu peux pleurer quand tu es en colère, content, triste, ou sans raison du tout. Que les larmes sont comme un élixir pour l’âme, un catalyseur du lâcher prise, un signe de changement d’énergie.

Ce sera une chevauchée sauvage, une aventure qui te mènera au bord de toi-même. Avec cette relation, tu voudras assurer ton amour pour toujours, mais tu sauras que tu ne peux pas posséder une femme libérée, tu ne peux que l’aimer. Aime une sauvage. Laisse la t’ensorceler, t’enivrer, te stupéfier, te séduire, t’hypnotiser, t’enchanter et laisse la te libérer.

—  Jenny Perry

Je suis
infiniment
maladroit
avec toi.

Mais cette
maladresse,
elle naît
de cet amour
intense,
immense
et débordant
que j'ai pour toi.

Cet amour
qui me bouleverse,
qui m'effraie,
qui me rend idiot
et me fait perdre
tous mes mots.

Je t'aime
et ne sais
te le dire.

Alors
j'essaye,
avec ce que
j'ai de plus sincère
et de plus profond
en moi.

Je te
l'écris ici,
à l'encre
de mon âme…

—  V. H. SCORP

J'aime tellement la littérature en fait. Pas seulement lire, mais analyser, décortiquer, critiquer. J'aime la théorie littéraire, j'aime être en désaccord avec des auteurs, avec des interventions de colloque, j'aime me dire “non mais ça c'est de la masturbation intellectuelle” mais kiffer quand même, j'aime les mots, j'aime le langage, j'aime lire des vers qui résonnent encore et encore dans ma tête, j'aime lire des livres qui me bouleversent la tête.
J'aime tellement lire et j'ai tellement pas le temps de lire, ça me désole.

Je crois éperdument au vrai et grand amour. C'est drôle de dire ça parce que les gens mon âge n'y croient plus vraiment, je trouve ça complétement fou et triste de plus y croire si jeune.
Je pense réellement qu'un jour quelqu'un viendra bouleverser ma vie à jamais et d'une façon incroyable.
J'ai envie de croire que oui c'est l'amour qui fait tourner le monde . J'ai envie de croire que la plupart de nos actions sont menées par l'amour, celui qu'on a pour nos amis, nos familles, même si beaucoup gens l'oublient.
J'ai envie de croire qu'aimer c'est ce qui nous rend humain en quelque sorte.
Alors c'est peut-être stupide de ma part je crois au grand amour. Je sais que le miens viendra quand je ne m'y attendrais pas.
Mais si à vingt ans on ne crois en plus l'amour, alors à quoi est qu'on croit ? Et je me sens triste pour  "toutes les âmes perdues qui ont oublié de croire en l'immensité de l'amour.

whitesilenceth  asked:

Hey! J'ai lu ton avis sur mon post, je suis complètement d'accord avec toi. Je trouve que c'est l'un des meilleurs épisodes qui a été fait. Au vu de ton message, je vois que tu as fait l'ep avec Ezarel, son comportement change à ce point envers Erika? ( Je fais la route de Nevra ).

Oui, l’épisode a vraiment bien été travaillé! En fait, je ne suis pas encore rendue à l’épisode 15 (très bientôt), sauf que j’aime tellement l’histoire que je me spoil. J’adooooore me spoil, c’est mon péché mignon. Ainsi, j’ai regardé TOUS les let’s play sur youtube, ceux de Ez, ceux de Valkyon et ceux de Nevra, en plusieurs différentes langues, du coup, je suis en position de parler de l’évolution des personnages (je connais bien les épisodes).

Par rapport à Ezarel, selon moi, oui. J’ai vraiment remarqué un changement dans son comportement, et pas juste si on l’a comme coup de coeur, si on suit sa route ou bien qu’on a un bon lom avec lui. Il a changé en général. Par exemple, je sais pas si tu sais, mais Ezarel est moins stricte quant aux contacts physiques entre lui et Gardienne, pourtant c’est ce qu’il déteste le plus. Il est passé de “dérangé par le fait que Guardienne regarde par dessus son épaule” (lors des premiers épisode quand il prépare la potion pour voir si Erika est une faerie), à “le faire lui-même à Gardienne” (Épisode 15). D’ailleurs, c’est pour ça que Karenn lui dit de ne pas faire aux autres ce qu’il n’aime pas qu’on lui fasse. Et ce moment a lieu même si ton lom avec lui est vrm bas. Comme quoi, même si Ezarel et Gardienne ne sont pas très proche, le fait d’être exposée à elle depuis son arrivée (quelques mois déjà) fait que son approche a changé, il s’est ouvert à elle (un peu), il est moins sur la défensive et il est plus compréhensif à son égard.

Aussi, il s’inquiète pour elle (aww  x)  lmao), par exemple, à la plage, quand elle s’est fait attacké par Colaia, il l’emmène loins des autres et vérifie son coup, son visage (et s’attarde sur ses lèvres ( ͡º ͜ʖ ͡º) ), et lui demande si elle n'a rien. Et même si Gardienne choisit de reculer brusquement et de lui dire “Ne me touches pas!”, il s'excuse et dit qu'il veut juste s'assurer qu'elle n'est pas blessée : “Désolé, je veux juste m'assurer que tu n'as rien de grave.” Tu peux avoir un lom très bas et ça arrive quand même, tu peux avoir été embrassé par un autre (Valkyon ou Nevra) et ce scénario se produit, comme quoi, Gardienne est montée dans son estime malgré tout. Je pense sérieusement que son comportement envers elle, peut importe le lom, a changé positivement.

Ça parait qu'il s'en veut pour la potion, selon moi, même que ça paraît plus que les autres. Il a vraiment pris le temps de tout lui dire, de mettre sa fierté de côté (et tu sais comment les elfes sont de nature digne et tout) et lui avouer qu'il perd ses mots en présence de Gardienne même s'il fait semblant d'être à l'aise. Il bégaye quand il parle de l’erreur qu’il a commis et lui dit qu’il s'en veut jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Il est littéralement resté à côté d'elle, à lui répéter sans cesse et avec sincérité qu'il s'en voulait jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Comme quoi il a vraiment pas lâché l'affaire. Il lui a littéralement dit : “Je ne sais vraiment pas m’y prendre avec toi.” Et c’est à plusieurs reprises qu’il avoue sa maldresse face à Gardienne et la situation, en some. Et comme si ce n'était pas assez, il lui a écrit une lettre. UNE LETTRE. Qu'il a écrit et qu'il a déposé au pied du lit de Gardienne.

Okay, tu vas me trouver dramatique et penser que je vais trop loins, mais j'ai analyser cette partie du scénarios et voici mes conclusions (par rapport à la lettre) : Il l'a écrit le lendemain matin, parce qu'il dit bien (dans la lettre) “J'étais très sérieux hier soir.” Donc on peut en déduire qu'il avait ça sur la conscience ou bien qu'il y a pensé le matin (ce qui prouve que ça le travaille vraiment). Ensuite, juste le fait qu'il aie choisit d'écrire une lettre pour se vider le coeur encore une fois, et tout le processus d'écrire la lettre…je veux dire quand même. Imagine-le sortir une feuille et un stylo, réfléchir à ce qu'il veut écrire, faire quelques brouillons, re-lire sa lettre pour s'assurer qu'il est bien d'accord avec ce qu'il a écrit, la déposer au pied du lit de Gardienne et prendre le soin de le faire avec discrétion pour ne pas réveiller Gardienne.


J’ai ajouté cette partie à l’instant..

Voici la lettre qu’il a écrit : “ Je ne sais pas toujours comment m’exprimer. J’ai beau paraître à l’aise, mais des que je suis avec toi, je ne sais plus quoi dire. Enfin, saches que j’étais très sérieux hier soir, je vais tout faire pour gagner ton pardon et ce à n’importe quel prix. Ezarel.

Aussi, lorsqu’il parle à Gardienne vers la fin de l’épisode après ce qui est arrivé sur la plage, Gardienne lui dit qu’il n’a fait que la rabaisser depuis qu’ils se connaissent. À cela, Ezarel répond que c’est faux, ce qui selon moi prouve qu’il a honte des conneries qu’il a fait auprès de Gardienne à son arrivé, et qu’il ne veux pas que Gardienne garde cette image et impression de lui. C’est l’une des raisons, selon moi, pourquoi il nie la vérité. L’autre raison va dans le même sens, c’est-à-dire que au fil des épisodes, Ezarel s’est vu devenir taquin plutôt que moqueur, qu’il a fait des efforts envers Gardienne et a changé de comportement avec elle, et lorsque Gardienne lui a reproché de la rabaisser comme il en avait l’habitude, il était contrarié parce que lui-même sait qu’il a changé d’approche avec elle.

Aussi, Ewelein démontre une certaine proximité et inquiétude naturelle envers Ezarel, et au fil des épisodes, ces sentiments deviennent de plus en plus explicites, ce qui nous porte à penser qu’ils ont une relation d’intimité particulière (épisode 14 sent-toi visé). Dans l’épisode 15, Ewelein gifle Ezarel lorsqu’elle apprend que celui-ci à embrasser Gardienne, prouvant ainsi qu’il lui doit des comptes (c’est donc elle la mystérieuse fille dont les 3 gars parlaient dans l’épisode 14). Et si Ezarel lui doit des comptes s’il embrasse une fille au poins qu’elle le gifle, c’est qu’ils sont en couple ou quelque chose du genre. Je peux être la seule à le prendre au sérieux, mais le fait qu’Ezarel, dont la copine/femme/fiancée (Ewelein) est fâchée, décide d’accorder de son temps à Gardienne plutôt qu’à sa dulcinée (arrêtez-moi) m’attendrit. Je veux dire, connaissant Ewelein, c’est sur qu’il va y avoir une confrontation entre les deux elfes sur les événements, mais le fait que malgré tout, il reste auprès de Gardienne jusqu’à ce qu’elle s’endorme et lui écrit une lettre…J’ai vraiment besoin de vous faire un dessin?

AUSSI (Promis c’est mon dernier point) quand il lui a dit : “Gardienne, je…Tu n’est pas rien pour moi. […] ” (Je fond) Je veux dire, il avoue litéralement l’estime qu’il a pour nous. Et de la manière la plus mignone possible. Écoute, j’adore Nevra et ses démonstrations d’affection envers Gardienne, et je sais que c’est très rare que Ezarel démontre explicitement ses sentiments envers Gardienne, mais quand il le fait, ça vaut de l’or (message approuvée par l’association Squad Ezarel <3). Comme la fois ou il a arrêté ce qu’il faisait, nous a observé silencieusement avant d’essuyer nos larmes lorsqu’on cuisinait. J’veux dire, il ne voulait pas nous voir pleurer et a essuyé nos larmes par réflexe sans trop réaliser ce qu’il faisait tandis qu’on pleurait pour des onions. Des onions..S’il réagit ainsi pour des onions, nous voir pleurer pour vrai risque de le contrarier, voire le bouleverser. Bref je divagues…

(Conseil : ne me lancez pas sur le sujet qu’est Ezarel ou vous obtiendrez ça…)

J'espère que cette rédac’ de plus de 1500 mots (désolée srx aha) démontre bien pourquoi je pense qu'Ez a évolué positivement! @whitesilenceth Merci de m’avoir écrit! À plus!

La paresse est une valeur humaine qui est en train de disparaître. C’est fou ce qu’à notre époque les gens peuvent être actifs. Que quelques amis se réunissent le dimanche pour un bon déjeuner, à peine la dernière bouchée avalée, il se trouve toujours quelqu’un pour demander : « Alors.. ? Qu’est ce qu’on fait ?… » Une espèce d’angoisse bouleverse ses traits, tant est grand son désir de faire quelque chose ; Et il insiste : « Qu’est ce qu’on fait ? – Mais rien ! », ai-je toujours envie de répondre… Pour l’amour de dieu, ne faisons rien. Restons un bon après midi sans rien fiche du tout. Ça ne suffit donc pas d’être avec de bons amis, de jouer à sentir cet invisible courant qui, dans le silence, règle les cœurs à la même cadence, de regarder le jour décroître sur les toits, sur la rivière, ou plus simplement sur le coin du trottoir ?
J’exagère sans doute. C’est que j’aime tant la paresse, mais la vraie paresse, consciente, intégrale, que je voudrais bien lui trouver toutes les bonnes vertus. Bien sur elle est comme toutes les bonnes choses, comme le vin, comme l’amour ; il faut la pratiquer avec modération. Mais croyez-moi, la terre ne tournerait pas moins rond si ses habitants avaient le courage de se forcer chaque semaine à rester quelques heures bien tranquilles, sans occupation apparente, à guetter les signaux invisibles et puissants que vous adresse le monde vaste et généreux.
—  Jean Renoir, 1937
obsolescence. (3)

je pense souvent au temps qui passe.
les années avancent, et je me demande ce qu’il restera de nous, de moi, des personnes que j’ai aimées, des jours que j’ai vécus, de mes bouleversements qui n’ont pas bouleversé le monde ni changé l’histoire. rien que des ruines, des fragments - quelqu’un saura-il les reconstituer ?

je pense souvent au temps qui passe.
inexorablement, les jours avancent. quand j’étais enfant, je passais mes samedis soirs à pleurer du dimanche soir à venir et de la fin du week-end. malgré mes supplications, les secondes continuaient de s’écouler.

je pense souvent au temps qui passe.
tout ce avec quoi nous avons grandi trouvera un jour sa place dans un musée. on montrera notre enfance en riant, se demandant comment on pouvait vivre avec ça.

je pense souvent au temps qui passe.
il y a tant de gens qu’il abandonne derrière lui - il les ravage. tout a une durée de vie limitée. même le bonheur a une date de péremption. 

je pense souvent au temps qui passe.
je veux mourir avant d’être obsolète. 

- J’ai envie de partir, de te laisser. J’ai peur que tu repartes encore une fois. Alors, j’préfère partir la première.
- Fais pas ça.
- Ca changera rien à ta vie. Que je sois là ou non. Tu t’en fous toi.
- Mais bordel, qu’est ce que t’en sais de ce que je ressens?
- Justement, j’en sais rien de ce que tu ressens, et moi, moi la seule chose que je demande c’est que tu me rassures, que tu me dises ce que tu ressentes. J’ai peur. Tu comprends ? J’ai peur que tu fuis encore, comme la première fois. Et tu sais pas toi, tu sais pas dans quel état ça m’a mis déjà. Faut que je m’protège, je suis pas habitué à ressentir des trucs comme ça.
- Je vais pas partir.
- Tu l’as dis toi même que tu sais toujours pas ce que tu ressens.
- Ecoutes moi bien. T’es la première personne qui arrive dans ma vie et qui bouleverse tout. T’as tout changé. J’passe plus mes soirées tout seul. J’ai plus envie de me jeter par la fenêtre. J’sors. J’rigole. Parce que t’es là. Je ressens putain, je ressens quelque chose. Je suis rempli de joie quand t’es là. Je sais pas ce que c’est cette merde moi. Je connais pas ça. Tu comptes pour moi, je veux pas vivre sans toi, et puis, je ferais quoi sans toi ? Hein ? Quand je suis parti la première fois, c’était une erreur. Tu sais ça ? C’était une putain d’erreur. Parce que je suis redevenu aussi sombre qu’avant, seul dans la noirceur, tu sais de quoi je parle. Y a qu’a toi que j’en ai parlé. Je vais pas fuir, crois moi. Faut que tu comprennes que je suis pas habitué à dire ce que je ressens, mais je t’assure que c’est quelque chose de fort. Je suis bien quand t’es là, j’ai envie que tu te mettes dans le creux de mon cou. Pars pas. Je tiens à toi. J’ai besoin de toi. J’ai besoin que tu me dises encore que je compte pour toi. Et puis, j’ai besoin de te regarder. Parce que t’es belle, putain ce que t’es belle, même au réveil quand tu mets mes t-shirts. Ce que t’es belle. Je vais pas te dire que je t’aime, parce que tu me croirais pas. Alors, je vais juste te dire que je t’aime bien. Tu sais ce que ça veut dire ?
- Ok. T’as gagnée. Merci.
Notre Dame de Paris Review - 22 Avril 2017

Voilà, histoire de se changer les idées, voilà ma petite review de Notre Dame de Paris que je suis allée voir à Nice avant-hier. Pour tout vous dire c’est un rêve de gosse que j’ai réalisée, moi la petite fille qui a grandi avec l’album concept puis le DVD, qui connaissait (et connaît toujours) pratiquement toutes les chansons par coeur, qui adorait (et adore toujours) le cast original, qui re-regarde très souvent la captation au Palais des Sports, qui réécoute l’album live très souvent. Bref, autant vous dire, que je serais peut-être moins critique que je le devrais ?? Mais j’ai passé un moment tellement fabuleux que vous me le pardonnerez peut-être. Bref.

J’aimerais d’abord commencez pour simplement exprimer mon choc à la découverte de la salle le “fameux” Palais Nikaïa de Nice dont on m’avait tant parlé. Les places étaient des chaises en plastique installé à la place de l’habituelle fosse et les gradins étaient constitués de chaise en bois qui se rabattaient façon chaise d’amphithéâtres. 5e ???? ville ????? de ???? France ?????? Et c’est ça la grande salle de spectacle ????? Je n’arrête pas de bitcher à mort sur ce fait mais je suis tellement choquée et shookTM ???? Alors oui après vous allez me dire que vu que mes seules expériences de comédies musicales c’est dans les théâtres londoniens ou dans un opéra ancien et magnifique à Toulon, j’ai des goûts de luxe maintenant. M’enfin quand même ! Des chaises en bois d’amphithéâtres. Je me suis senti victimisée par ces chaises. BREF (sinon je vais encore m’épancher).

Pour tout vous dire, même si j’étais ultra excitée, j’étais un peu appréhensive de découvrir cette nouvelle troupe en live, je voulais vraiment avoir Daniel Lavoie en Frollo (que j’ai eu et OH. MON. DIEU. mais plus tard), je partais avec quelques apriori des peu de vidéos ou enregistrements sonores que j’avais entendu (surtout sur Gringoire qui est mon personnage favori de la comédie musicale et parce que j’adore Bruno Pelletier, tout simplement et que son Gringoire est la meilleure chose qui soit tbh (mais gros big up à Matteo Setti aussi <3). Bref vous voyez un peu. J’ai vécu 18 ans avec le cast original en tête et dans les oreilles, du coup passer à une nouvelle troupe pour la grande majorité, on a toujours un peu peur d’être déçu.e, de ne pas retrouver la même magie qu'avec le cast original, je sais pas si vous voyez. Et puis la salle s’est plongé dans le noir et l’Ouverture a débuté et wow les frissons (j’adore tellement l’Ouverture <3). Pendant ce temps, Gringoire entre sur scène et s’allonge sur un monticule de palette de bois (mise en scène des productions étrangères et des tournées asiatiques reprise pour cette nouvelle production). Puis vient Le Temps des Cathédrales, morceau iconique à souhait comme chacun.e sait. Le premier couplet était un peu poussif pour Richard Charest je dirais mais je me suis laissé entraîné ensuite, il est monté en puissance pour apporter sa patte sur une chanson pas du tout facile à chanter. Je remarque d’ailleurs un petit problème technique avec une colonne qui n’est pas arrivé à l’endroit précis où la gargouille devait se poser, et une gargouille pas stable. Mais toute la troupe excepté un danseur et un technicien caché derrière la colonne qui j’ai aperçu une seconde, ont continué sans sourciller, les aléas des représentations. Et les chorégraphies sérieusement j’aime tellement les chorés dans NDdP, j’ai tant d’amour pour ces chorés.

Puis arrive Clopin pour Les Sans-Papiers et je vous l’annonce, je suis tellement tombée sous le charme de la voix et du jeu de Jay. J’ai adoré son Clopin et son Sans-Papiers justement, en plus du tableau dans son ensemble, m’a fait pleurer tant c’était bouleversant et résonnait encore plus aujourd’hui. Et ça résonnait encore plus quand Phoebus est entré accompagné des “soldats du roi” : qui ont désormais des costumes proches de ceux de nos CRS actuels.

Tout s’enchaîne ensuite et au lieu de balancer tout ça pêle mêle je vais essayer de structurer tout ça. Au passage je précise que j’ai eu toute la troupe principale c’est à dire : Angelo Del Vecchio (Quasimodo), Hiba Tawaji <3 (Esmeralda), Daniel Lavoie (Frollo), Richard Charest (Gringoire), Jay (Clopin), Martin Giroux (Phoebus) et Alyzée Lalande ou Idesse (j’ai lu qu’Idesse était devenue principale pour le rôle de Fleur-de-Lys mais dans le doute) (Fleur de Lys).


  • Richard Charest (Gringoire)

Je me vois dans l’obligation de lui dédier une partie entière parce que c’était pour lui que j’avais le plus d’a priori (et que j’ai donc scruté le plus) et ?????? Il a réussi à tout balayer et me faire l’aimer beaucoup ??? Il propose quelque chose d’autre pour Gringoire qui m’a plu tout autant que le Gringoire de Bruno Pelletier (même si par subjectivité Pelletier reste en haut dans mon coeur). Plus les jours passent et plus j’apprécie de plus en plus le Gringoire de Richard Charest en y repensant. Il offrait une lecture plus naïve plus “jeune” à Gringoire, au contraire de ce côté mystérieux, détaché et intemporel du Gringoire de Pelletier. Le Gringoire de Richard Charest a partagé plusieurs interactions avec Quasimodo qui étaient touchantes et qui témoignaient de leur connaissance (pour connaître Frollo tous les deux). Avec Esmeralda il était prévenant, avenant, très fraternel et complice, c’était absolument adorable et son duo avec Hiba Tawaji fonctionne à merveille <3 ! Son Gringoire était beaucoup plus impliqué dans les actions malgré son rôle de narrateur, et de fait était bien plus déchiré face à son impuissance quant aux malheurs qui arrivent. En plus de ce côté très doux, très fraternel, très jeune naïf, son Gringoire était très awkward aussi, ce qui le rendait encore plus adorable. Par exemple pour La Cour des Miracles, son air de surprise totale quand Esméralda annonce qu’elle prend comme époux et donc le sauve de la pendaison, sa timidité et sa maladresse, son envie de bien faire quand Esmeralda l’attire de l’autre côté de la scène pour danser (au passage dans cette chanson c’est désormais Esméralda qui chante “Je te prends certes pour mari mais pas pour amant” et je trouve ça super cool, ça enlève un peu le côte possessif sous-jacent de Clopin pour Esmeralda qu’il y avait avant). Lors du Mot Phoebus (aka une de mes chansons préférées malgré sa durée minime). Il était reconnaissant envers Esméralda, ne se montre pas déçu quand Esmeralda lui annonce qu’elle veut savoir ce que veut dire Phoebus parce que c’est le nom de celui qu’elle aime. Au contraire, il était sincère, semblait vraiment chercher dans ses souvenirs de latin pour lui faire plaisir et l’aider. Il m’a aussi beaucoup ému dans Libérés avec le fameux IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIILS DEMAAAAAAAAAAAAAAANDE LEEEEE DROOOOOOOOIIIIIIIIIT D’ASIIIIIIIIIIIIIIIIIIILE (l’ensemble de cette chanson était émouvant mais voilà). Enfin, le passage au pantalon bariolés et colorés dans le costume de Gringoire ajoute cette pointe d’excentricité au personnage mais aussi joue sur ce côté jeune et peut-être insouciant qu’offrait Charest au personnage. Bref, je ne partais vraiment pas gagnante pour Richard Charest mais il m’a agréablement surprise et il entre directement dans mon top des Gringoire favoris. Beaucoup d’amour et un immense merci à lui !

  • La troupe

Du coup vu que je viens de faire Richard Charest, suivons la logique et parlons de chacun des membres de la troupe !

Hiba Tawaji (Esmeralda) : un joyau, une merveille. Cette voix ! J’ai tout adoré chez elle, le jeu et le chant (et qu’est-ce qu’elle est belle azdfsgdsgh), en plus la nouvelle mise en scène donne des répliques qui était avant à des hommes (s’adressant à Esmeralda) à elle ce qui en fait une Esmeralda un peu plus émancipée, c’était appréciable. Son Ave Maria Païen était à couper le souffle et son Vivre était juste magnifique, sans parler de son déchirant Phoebus. Voilà, je l’aime, je l’aime, je l’aime

Angelo Del Vecchio (Quasimodo) : Sa voix fonctionnait très bien dans certaines scènes, parfois moins bien. Il chantait juste et bien mais parfois, la comparaison avec Garou était trop forte et c’était un peu dommage. Mais je n’ai rien à redire sur son jeu qui était vraiment top, on sentait vraiment ce Quasimodo sincère, partagé entre sa dévotion pour Frollo et son amour pour Esmeralda. Il m’a mis les larmes aux yeux lors de L’Enfant Trouvé (ses interactions avec le Frollo de Daniel Lavoie étaient pleines d’émotions) et Danse Mon Esméralda.

Martin Giroux (Phoebus) : j’ai au début pensé qu’il s’agissait de sa doublure, Flo Carli, mais c’était bien Martin Giroux. Peu de chose à dire, j’ai apprécié sa voix toute en puissance et il me donnait l’impression d’un tout jeune Phoebus, pris en étau entre son amour pour Fleur-de-Lys et son désir pour Esméralda. Déchiré était magnifique, surtout avec le tableau de danseurs dans le fond de la scène, c’était vraiment superbe. Ce n’est pas de sa faute mais j’ai moins apprécié une nouveauté de la mise en scène : auparavant Fleurs-de-Lys chantait d’abord La Monture avant que Phoebus n’entame son Je Reviens Vers Toi et ce qui laissait Fleurs-de-Lys “maîtresse” de garder ou non Phoebus. Là les deux chansons ont été interverties et cela donne l’impression que Fleur-de-Lys se laisse berner par une ruse de Phoebus, ou bien qu’elle se laisse aveugler par son amour que sais-je (cette impression était très renforcée par le jeu de l’actrice de FdL qui passe de “non je ne veux plus de toi” à “Oui d’accord” suite aux tentatives et avances de Phoebus tout au long de La Monture). J’étais cependant contente car ma mère, qui ne tarit pas d’éloges sur son “Petit Corse” (comprenez : Patrick Fiori) a beaucoup aimé Martin Giroux donc ça m’a fait plaisir.

Alyzée Lalande ou Idesse (Fleur-de-Lys) : Comme dit, j’ai un doute sur qui j’ai eu. Ce que je peux en dire c’est que dans Ces Diamants-Là, sa voix était très faible en montant dans les aigües, c’était dommage. Elle était beaucoup mieux dans La Monture cependant, même si la nouvelle mise en scène (comme expliqué plus haut) et son choix de jeu m’ont laissé une impression de “meh”. Après, le personnage a quand même peu de scènes et peu de chansons donc difficile de pouvoir véritablement juger.

Jay (Clopin) : Je ne le connaissais pas du tout et dès les premières notes des Sans Papiers, je suis tombée sous le charme. Il a vraiment une très belle voix. C’était assez difficile de faire oublier l’excentrique Clopin un peu fou de Luck Mervil mais le pari Jay est entièrement réussi ! C’est un Clopin un peu plus dans la retenue mais vraiment très proche d’avec les membres de sa communauté, il y avait presque une bromance avec Gringoire après son mariage blanc avec Esméralda, c’était sympathique. Un Clopin engagé surtout, notamment dans Condamnés qui m’a donné les frissons. Il m’a vraiment beaucoup touché mais aussi parce que le personnage de Clopin a les chansons les plus “engagées” et actuelles du spectacle je dirais. En tout cas, il est génial !

Daniel Lavoie (Frollo) : Le meilleur pour la fin comme on dit ? Parce que PUTAIN !!!! Wow. Juste wow. C’est tout ce que je peux dire après avoir vu Daniel Lavoie dans le rôle de Frollo, il n’y a pas meilleure description. Si vous l’aimiez déjà dans la production originale, vous l’adorerez encore plus ici. Il m’a donné l’impression d’avoir gagné encore plus de maturité pour le rôle, ses cheveux blancs (qui lui vont très bien soit dit en passant) rendent Frollo plus effrayant et je trouve que l’on gagne beaucoup avec le nouveau costume qui fait clairement la distinction entre Frollo le prêtre et Frollo l’homme. Un jeu d’acteur en finesse et magnifiquement déployé avec brio au gré des scènes et des situations. Et puis surtout une voix mais une putain de voix encore et toujours malgré les années. Son Tu Vas Me Détruire est puissant, son Être Prêtre et Aimer Une Femme est riche de nuances et que dire de La Visite de Frollo à Esméralda avec le fameux “JE T’AIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIME” ?? Il a tenu la note 11 secondes. 11. putain. de. secondes. Je suis juste halluciné devant le talent de cet homme. Il est parfait, parfait, parfait, je n’aurais pu rêver meilleur Frollo, on ne pourrait rêver meilleur Frollo.

Danseurs et acrobates : ENORME big up à eux. Ce qui me plaît dans NDdP c’est aussi les chorégraphies et leurs styles acrobatiques et urbains. Et tous les danseurs et acrobates étaient génialissimes, les tableaux étaient enrichis grâce à eux : MA-GNI-FIQUE


  • Costumes

L’ensemble des costumes ont subi un petit lifting plus ou moins grand. Si ça reste sensiblement pareil pour Quasimodo, Esméralda, Clopin ou Fleur-de-Lys, on note l’apparition d’un pantalon bariolé de couleurs vives pour Gringoire que j’ai adoré, une côte de maille plus saillante et des bouts d’armures, à l’épaule et au poignet gauche, du plus bel effet vraiment, le personnage de Phoebus y gagne beaucoup. Le costume de Frollo, comme j’ai déjà dit est 1) Chouettos 2) participe grandement à montrer la dualité et la complexité de Frollo et j’aime ça, les relations costumes/psychologie des personnages.


  • Pêle-mêle

La mise en scène du Val d’Amour est devenu beaucoup plus explicite avec des lits qui se déplacent sur la scène et les danseurs qui alternent les positions. Je préférais la subtilité des ombres de la mise en scène originale.

J’ai mangé une bonne gaufre au chocolat à l’entracte

Cette salle est vraiment minable putain. Des chaises en bois……. DES PUTAIN DE CHAISES EN BOIS COMME EN AMPHI !!

Les harmonies sur Florence still own my life <3

L’Attaque de Notre Dame était juste magnifique et m’a mis les larmes aux yeux. Les harmonies entre la mélodie de Les Sans Papiers et les “A bas, ces sans papiers, a bas ces vanupieds.” étaient magnifiques et ça l’était encore plus avec l’arrivée de Gringoire qui chantait un bout du couplet avec les “Ils seront plus de 1000, 10.000 et puis 100.000″. Et puis tout monte en puissance jusqu’à Clopin battu à mort et Esméralda qui ensuite est celle qui chante Les Sans Papiers, reprenant le flambeau de Clopin comme un symbole. A rajouter, les cris déchirants des danseurs et acrobates et wow, j’ai eu des frissons.

Daniel Lavoie putain <3 !

Le tableau des trois cloches et des trois acrobates qui y effectuait leurs mouvements dans les airs pendant Les Cloches était juste magnifique.

Idem pour Danse Mon Esméralda avec les “trois Esméraldas” qui sont soulevé dans les airs et se donnent à un ballet aérien superbe.

Ces frissons pour la reprise du Temps des Cathédrales a capella avec Richard Charest et le reste du public, puis avec le reste de la troupe : un très beau moment. la salle était debout au grand complet pour applaudir toute la troupe, ça m’a fait chaud au cœur parce qu’ils méritent.

Si vous avez l’occasion d’aller les voir, ALLEZ-Y !!!!


Bref, je suis retombé dans une période NDdP et sérieusement, la veille du 1er tour, ça m’a fait du bien et ça m’a changé les idées. J’ai hâte que le DVD et le CD de cette production sorte pour que je puisse me les procurer et revivre un peu mon expérience <3 !! Beaucoup d’émotions à la vivre, et tellement heureuse d’avoir réalisé un rêve de gosse que je croyais irréalisable.

Vous savez, en deux ans, je ne vous ai jamais oublié. Tous les jours, à chaque seconde, j'ai pensé à vous et cette pensée s'est transformée en une habitude qui me bouleverse aujourd'hui. Cette nuit, je suis triste, car je pense à vous et je me dis que je ne vous reverrai plus. J'ai tant de regrets, et tant de choses à vous dire. Je me souviens de la première fois où je vous ai vu. Vos yeux bleus m'ont transpercé, ont déchiré mon âme ; et encore maintenant, dans la nuit sombre, c'est à vos yeux que je songe. Vos si longs regards me manquent, j'ai l'impression que ma vie s'arrête à chaque fois que je vous quitte. Je voudrais tant retourner à ces jours où je vous croisais si facilement, pour vous dire à quel point je vous admire et à quel point vous m'avez redonné envie de vivre. Cela fait bien plusieurs mois que je n'ai pas de nouvelles de vous, mais je ne peux m'empêcher de repenser à ces moments passés en votre compagnie. Je me surprends à sourire en pensant une énième fois à votre regard sur moi, à la façon que vous aviez de me regarder comme si j'étais pour vous une œuvre d'art. J'ai tant de regrets, oui, tant de regrets. Je voudrais remonter le temps et me décider, ne plus avoir peur et venir vous voir, pour vous dire droit dans les yeux que je vous aime d'un amour que je n'ai jamais connu. Enfin, peut-être que vous êtes mon premier amour. Je ne sais pas. Je suis ivre quand j'écris tout cela et je crois que vous ne recevrez plus jamais aucune nouvelle de ma part. Et la nuit, quand je ne cherche pas l'affection des rêves pour vous oublier, je rêve éveillée de vous, oui, je rêve que je vous dis “je t'aime” ; je rêve que je caresse votre chevelure noire, je rêve que j'effleure vos lèvres écarlates, je rêve que je suis avec vous.