bijoux for sale

Quant aux écrivains, pas de doute, on leur en demande, on leur demande des idées, et ils s’en demandent à eux-mêmes, ils s’en font. Pourquoi ? Sans doute, parce qu’ils font leurs écrits avec des mots (cela encore on l’admettrait, on l’oublie souvent, mais on arrive à l’admettre), et que les mots, les arrangements de mots, il se trouve que cela se transforme en idées beaucoup plus facilement que les bouts de bois ou les morceaux de métal qu’on emploie pour faire les meubles ou les bijoux. C’est une sale histoire ! Une histoire passionnante en un sens mais enfin une sale histoire.
—  Francis Ponge, Méthodes, Gallimard, 1961