bienes & bienes

anonymous asked:

Est-ce que tu as des romances littéraires qui terminent bien a me conseiller stp ? Je dois urgemment noyer mon angoisse

Je suis plutôt spécialiste des histoires qui se terminent mal, ou au mieux de façon ambiguë, mais essayons tout de même :

  • Jane Eyre, Charlotte Brontë : Que demander de plus ? Un roman parfait, ou presque (même si personnellement, je trouve Rochester insupportable et continue de penser que Jane aurait été beaucoup mieux toute seule qu'avec lui.)
  • The Tenant of Wildfell Hall, Anne Brontë : le meilleur roman de toutes les sœurs Brontë, injustement méconnu. Noir, moderne, féministe, avant l’heure, bref, parfait.
  • Pride and Prejudice, Jane Austen : l’incontournable. Qui n’aime pas Elizabeth ? Qui n’aime pas Darcy ? (le seul Jane Austen que j’aime, d’ailleurs.)
  • Gaudy Night, Dorothy L. Sayers : dans l’absolu, il faudrait d’abord lire Strong Poison, puis Have his Carcase pour avoir l’intégralité de la relation Harriet/Peter (après Gaudy Night vient Busman’s Honeymoon, qui est tout aussi génial.) Sayers est inconnue ou presque en France, mais je ne recommanderai jamais assez ses romans, surtout ceux qui figurent Harriet, et en particulier Gaudy Night : un roman policier, certes, mais aussi un roman universitaire, une histoire d’amour, une analyse des relations homme/femme et de la condition féminine qui est toujours d’actualité en 2017, et bien plus encore. Un roman parfait, qui compte parmi mes préférés. 
  • Maurice, E. M. Forster : le premier roman gay qui se termine bien ! Tellement en avance sur son temps qu’il a été publié soixante ans après avoir été écrit ! 
  • The Price of Salt, Patricia Highsmith : le premier roman lesbien qui se termine bien ! Plus connu sous le nom de son adaptation cinématographique (Carol), mais bien meilleur que le film. Au-delà de la relation entre Therese et Carol, un roman magnifique (à l’image de tous les Patricia Highsmith, d’ailleurs.)
  • Much Ado About Nothing, William Shakespeare : ma comédie shakespearienne préférée. Personne ne surpasse Beatrice et Benedick.
  • César, Marcel Pagnol : le dernier opus de la trilogie marseillaise est sans doute le moins réussi des trois, mais c’est celui que je préfère (parce que je suis sappy et que j’adore les fins de ce genre.)
  • Clair de Femme, Romain Gary : pas une romance à proprement parler. Pas de happy ending à proprement parler, mais l’un des plus beaux romans sur le couple et sur l’amour qui existent.

Hope you enjoy, Nonny, et cœur sur toi !

Les gens, si vous avez d’autres recommandations ?

Quédate solo, come solo, llévate a dar un paseo, duerme solo. En el medio de esto, aprenderás sobre ti mismo. Crecerás, descubrirás lo que te inspira, elegirás tus propios sueños, tus propias creencias.  Y cuando te encuentres con la persona que hace que tus células bailen, estarás seguro de ello, porque estarás seguro de ti mismo.

debo empezar con esto.

Me molesta pensar que por culpa de mi autoestima de mierda estoy desperdiciando el tiempo y no estoy disfrutando lo que se supone que es la mejor etapa de mi vida.