barraging

Nice passe à la trappe face à Naples

par Charles Dubus (iDalgo)
Naples pouvait forcer le destin en s'offrant un exploit inédit en barrage, une semaine après sa défaite 2-0 à l'extérieur, face à Naples. Mais d'exploit, il n'y en a pas eu. Les Niçois n'ont rien pu faire face à la supériorité affichée des Napolitains et s'inclinent par le même score et le même résultat (2-0). Jose Callejon a ouvert le score en début de deuxième période (48e), alors que Balotelli remettait du strap sur son poignet au bord du terrain, puis Lorenzo Insigne a corsé l'addition en fin de match (89e). Naples est qualifié en Ligue des champions, Nice est reversé en Ligue Europa. Dans les autres matches, après la qualification du Celtic plus tôt dans la soirée, Seville s'est qualifié après son match nul face à Istanbul Basaksehir (2-2). Maribor se qualifie également après sa victoire (1-0) face l'Hapöel Beer Sheva. Enfin, l'Olympiakos sera également en C1 après sa victoire (1-0) face à Rijeka

Foot - C1 - Ligue des champions : Ben Yedder décisif pour Séville, l'Olympiakos qualifié

La logique a été respectée lors des barrages retour de la C1, où Séville, bousculé par l'Istanbul Basaksehir, s'est qualifié (2-2 ; 2-1 à l'aller). Ça passe aussi pour l'Olympiakos, tombeur de Rijeka. Les Sévillans peuvent remercier Wissam Ben Yedder. Au match aller en Turquie, la semaine passée, l'attaquant français avait déjà inscrit le but de la victoire (2-1) d'une belle inspiration en fin de match (84e). Ce mardi, en Espagne, l'ancien Toulousain a encore frappé. A la conclusion d'un festival de dribbles de Nolito, Ben Yedder a fait preuve d'un sang-froid impressionnant pour glisser la balle dans le petit filet opposé, dans un angle fermé (75e). Cette réalisation a délivré son équipe, mise sous pression par l'ouverture du score logique d'Eljero Elia (17e) et qu'avait à peine calmé l'égalisation de la tête de Sergio Escudero (52e), déjà buteur à l'aller lui aussi. D'ailleurs, Ben Yedder a failli ne pas suffire, car dans la foulée du but du Tricolore, les Stambouliotes ont continué à pousser, inscrivant le but de l'espoir (Edin Visca, 83e) et manquant de très belles occasions dans les dernières minutes, dont un coup-franc sur le poteau d'Emre Belozoglu (89e). Triples vainqueurs de la Ligue Europa (2014, 2015, 2016), les Blanquirrojos ont tremblé, mais ils sont bien de retour en phase de groupes de la Ligue des champions. Maribor renverse la vapeurL'Olympiakos a également tenu son rang : après avoir pris les devants face à Rijeka à l'aller, au bout du temps additionnel (2-1), le club grec s'est imposé à l'extérieur sur le plus petits des avantages, à la faveur d'un but de Marko Marin, sur un superbe service de Vadis Odjidja-Ofoe (25e). Qualification, enfin, pour les Slovènes de Maribor, qui après avoir été battus par l'Hapoël Beer-Sheva (1-2), ont renversé la vapeur ce mardi devant leur public (1-0) grâce à une volée de Mitja Viler (15e), privant le club israélien d'une première qualification pour la phase de poules de la C1.

Nice-Naples: pourquoi Balotelli n'était pas sur le terrain lors du but de Callejon

Après la défaite à Naples en barrage aller de la Ligue des Champions (2-0), Nice aurait pu créer un exploit retentissant devant son public de l’Allianz Riviera, ce mardi soir. Pourtant, alors même que les hommes de Lucien Favre regagnaient les vestiaires avec un 0-0 encourageant, les Niçois ont payé une grossière erreur de concentration au niveau européen.

A lire aussi >> Mercato: pas (encore) d’accord entre Nice et le Barça pour Seri

Balotelli sur le bord du terrain pendant le but

Alors que le coup d’envoi du deuxième acte venait d’être donné depuis à peine deux minutes, Mario Balotelli a été repris par le quatrième arbitre, pour ne pas avoir couvert de bandages l’intégralité de ses bijoux. Sur l’action de l’ouverture du score de Callejon, on voit donc l’attaquant italien discuter avec l’assesseur de M. Damir Skomina sur le bord du terrain, visiblement peu concerné par le repli défensif demandé par son entraîneur avant le match.

A lire aussi >> Mercato - PSG: le clan Mbappé confiant, Fabinho n’ira pas au clash

Des sifflets à sa sortie

Un désintérêt qui n’explique pas à lui seul le but napolitain, sur lequel le milieu de terrain sudiste s’est délité, mais qui a forcément joué en défaveur des hôtes. Lucien Favre le fera peut-être remarquer à son attaquant, sur qui il comptait pourtant avec Wesley Sneijder pour entretenir l’espoir d’une qualification pour…

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

anonymous asked:

any suggestions for dealing with the 10th oso stage??? iyami just wipes my oso's out so quickly!

     🌠 Mod Todo

That’s what Iyami does, though, he wipes you out as quick as possible, he’s a stunlocker™ .


Building your team:

The Great Oso Strat is the antecessor of the kind of strategy you must run in the Osomatsu Strategy Stages, basically a barrage of Osos that has to run over everything and everyone without being pushed back to the base.

  • Oso gets 1HKO with anything so if you want them to oppose a fight against the enemy units (especially Rock!Iyami) you must have your Osos max-leveled and be golden cards.
  • Long-ranged units are 100% mandatory, the more of them you have the easier will it be for you to reach the enemy base.  Same with flying units (although if you don’t have many flying units AntiAirs can always save your life too).
  • If you only have one single long-ranged unit in your possession make sure you have a team of (5) ground Osos minimum (I had two so with (4) ground units I had enough).  In the case of flying units with (2) you won’t need AntiAit units to support them.

Again, teams that have less characters are usually easier to control, especially in strategies that involve spamming without stopping or slowing down.

How to finish Stage 10:

  • NEET Canon, Max Attack/HP and Max AP will be the powerups you will need (and unless you feel like drilling your fingers into non-existance forget the speed boots).
  • The enemy base released an enemy unit even before the Stage starts so don’t be spooked by that.  The moment the stage starts you fire NEET Canon and starts spamming.
  • Spam CONSTANTLY, make sure the flow of Osos never stops, you will watch them die and being summoned constantly yet that’s fine, JUST. SPAM. and keep using NEET Canon every single time you get the chance to do so.
  • You’ll probably have more risks of getting killer by the Hatacopters than by the ground units if your team is good enough to start pushing those guys back so if you see the Hatacopsters reaching your base and they kill you get yourself an AntiAir or another Flying unit to help you fight them.

The more long-ranged units you are using the faster you will destroy the enemy base and win, 100% fool proof, this are the Strategy Stages you can finish the fastest so !!

Klitschko has no regrets despite signing off with Joshua loss

Wladimir Klitschko will always look back on his boxing career as a success despite being beaten in his final two fights.

Up until April 2015, Klitschko had only lost three of his 67 professional fights, but he was then beaten by two British fighters - Tyson Fury and Anthony Joshua.

His final defeat to Joshua at Wembley was considered by many as a classic heavyweight title fight, with both men sent to the canvas during the bout.

However, in the 11th round there was no way back for Klitschko as Joshua unleashed a barrage of punches that left the Ukrainian beaten.

There was talk of a rematch but Klitschko chose to hang up his gloves rather than fight on, opting to focus on other interests.

Despite finishing up with two successive defeats, the 41-year-old has no regrets and looks back fondly on a hugely successful career in the ring.

“It wasn’t an easy decision to pull the plug after 27 years,” he told DAZN. “You say ‘oh sure, I’ll do that easily’, but it’s not true, because you really have to pull yourself out of it. 

"It’s not easy and I understand my fellow athletes who weren’t able to do it when they wanted to and had to keep going. 

"After 27 years, I can say that I ended my career successfully, even if I lost my last fight. I’ve never won so much with a defeat before. I can say that I ended my career successfully. 

"There were a lot of highlights, which are often talked about. I enjoyed both the wins and the losses. The losses helped me, that’s when you truly get to know yourself. 

"You learn to work with yourself and explore new sides of yourself. It was a great time to be involved in sport, including for my future, because life after sport will be just as long. 

"The sport taught me so much, like no university in the world ever could. I am glad I took this path in my life and that I became the athlete so I could explore the world on my own.”

Klitschko has no regrets despite signing off with Joshua loss

Wladimir Klitschko will always look back on his boxing career as a success despite being beaten in his final two fights.

Up until April 2015, Klitschko had only lost three of his 67 professional fights, but he was then beaten by two British fighters - Tyson Fury and Anthony Joshua.

His final defeat to Joshua at Wembley was considered by many as a classic heavyweight title fight, with both men sent to the canvas during the bout.

However, in the 11th round there was no way back for Klitschko as Joshua unleashed a barrage of punches that left the Ukrainian beaten.

There was talk of a rematch but Klitschko chose to hang up his gloves rather than fight on, opting to focus on other interests.

Despite finishing up with two successive defeats, the 41-year-old has no regrets and looks back fondly on a hugely successful career in the ring.

“It wasn’t an easy decision to pull the plug after 27 years,” he told DAZN. “You say ‘oh sure, I’ll do that easily’, but it’s not true, because you really have to pull yourself out of it. 

"It’s not easy and I understand my fellow athletes who weren’t able to do it when they wanted to and had to keep going. 

"After 27 years, I can say that I ended my career successfully, even if I lost my last fight. I’ve never won so much with a defeat before. I can say that I ended my career successfully. 

"There were a lot of highlights, which are often talked about. I enjoyed both the wins and the losses. The losses helped me, that’s when you truly get to know yourself. 

"You learn to work with yourself and explore new sides of yourself. It was a great time to be involved in sport, including for my future, because life after sport will be just as long. 

"The sport taught me so much, like no university in the world ever could. I am glad I took this path in my life and that I became the athlete so I could explore the world on my own.”

I think I know what’s wrong with that friend too. The answer is in one of her songs and also this barrage of quotes she posted on Pinterest of all places.

It’s not really any of my business when she has distanced herself from both me and another older friend of hers. I am here to talk but I don’t think she wants to open up.

It’s like unrequited love stuff … and she has put herself into quite an unhealthy situation, I reckon.
Foot - C1 - Nice - Ligue des champions : Nice en 4-2-3-1 avec Sneijder et Balotelli face à Naples

Pour créer l'exploit contre le Napoli en barrages retour de la Ligue des champions, Nice évoluera avec une défense à quatre et ses deux anciens vainqueurs de la compétition, Wesley Sneijder et Mario Balotelli.Lundi, Lucien Favre laissait croire qu’il ne savait pas encore dans quel dispositif évoluerait l’OGC Nice à l’heure d’écrire l’unde des plus belles pages de l’histoire du club. Mais, comme indiqué dans L’Équipe, les Aiglons affronteront le Napoli en 4-2-3-1. Wesley Sneijder et Mario Balotelli, lauréats de la compétition en 2010 sont bien titulaires. Comme face à Guingamp, samedi, Christophe Jallet occupera le flanc gauche de la défense et l’ancien Valenciennois Adrien Tameze remplacera Vincent Koziello, suspendu après son carton rouge à l'aller. Rémi Walter évoluera lui sur l'aile droite à la place de Pierre Lees-Melou, qui débutera sur le banc.À quatre derrière, c'est mieux ?La compo de l’OGC Nice : Cardinale – Souquet, Dante (cap.), Le Marchand, Jallet – Seri, Tameze – Walter, Sneijder, Saint-Maximin – Balotelli.Du côté du Napoli, la seule (légère) incertitude concernait Dries Mertens, touché au pied lors de la première journée de championnat. Mais le Belge, auteur du premier but à l’aller, tiendra bien sa place à la pointe du 4-3-3 de Maurizio Sarri, qui alignera à l’Allianz Riviera le même onze que la semaine dernière au San Paolo.La compo de Naples : Reina – Hysaj, Albiol, Koulibaly, Ghoulam – Allan, Jorginho, Hamsik – Callejon, Mertens, Insigne.

Three Folktek “instruments (clockwise from bottom: THE BOX OF SECRETS,  GOLDEN KEYS, WAVESHAPE REPEATER).  I put the word “instruments” in quotations not because of the barrage of noise they made in the past,  but because of their ultimate unreliability. None of the above functions!  They do work quite well as art objects put together by Victorian dumpster-divers. From that perspective I love them!

my absolute LEAST favorite thing about all fandoms is how i can’t complain about nsfw content ruining the source material for me without getting some dumb ass condescending anon in my inbox like “sorry sweetie :^) get used to the constant barrage porn or leave”

like… ok. i will leave

08.22.17


you twisted my arm behind my back,

like it was nothing.

is nothing.

expected me to love you.


but what kind of love,

is a sharp hand across the face

when I’ve done something wrong?

a barrage of poison words,

eating away at my core

when I’m not who you raised me to be?

a starved night, sleeping on the floor

kind of solitude?


I am expected to forgive you,

they all tell me.

“one day,

you’ll be close with her again.”

and I hope,

violently and forcefully and with all my being

that they are wrong.

my fingers crossed, ankles, thighs,

all and beyond prayer,

that I rid myself of you somehow,

someday.


I would rather die

than let you put a hand on me again.

RP Fam

My iPhone is completely DONE, so I can’t just reply when I receive your reply or starter. This will last until September 3rd when I can replace this piece of shit phone, I’m definitely sledgehammering it after I get my new one. I’d be so grateful if you wouldn’t leave me in the process because I love writing with all of you.

I’ll be on my computer, but may not be able to reply to all due to the goddamn wifi. So don’t think I’m ignoring you bc I’m not! I love y’all. @bebbyt @bc-endofdays @xxsethfreakingrollinsxx @blissthis-lonewolf @xyouwillbelievex @mrajstyles @balorthedemonking @barrage-underdog-brat @fourcornersofmuses @belleof-theball @misty-the-wwe-interview-girl @xmusesofimaginationx @imdirtydean

Le Celtic qualifié au terme d'un match riche en buts

par Charles Dubus (iDalgo)
Dans un match ultra spectaculaire, le Celtic Glasgow, vainqueur 5-0 à l'aller, s'est incliné au retour face à Astana (4-3), ce qui n'hypothèque évidemment pas la qualification des Ecossais pour la Ligue des champions. Sinclair (34e), Ntcham (80e) et Griffiths (90e) sont les buteurs pour le Celtic. Astana a quant à lui pu compter sur un CSC d'Ajer (26e), puis des réalisations de Muzhikov (48e) et Twumasi (49e, 69e). Suite et fin ce mardi soir des barrages retour de la Ligue des champions avec, notamment, le duel entre Nice et Naples.

Foot - C1 - Ligue des champions : le Celtic battu mais qualifié à Astana

Très net vainqueur à domicile (5-0), le Celtic a été battu ce mardi à Astana (3-4), ce qui ne l'empêche pas d'assurer sa place en phase de poules de la Ligue des champions.Le Celtic, champion d'Écosse au printemps dernier, est le premier club issu des barrages à avoir validé son billet pour la phase de groupes de la Ligue des champions 2017-2018. Mais tout ne fut pas évident pour les Vert et Blanc, qui pensaient pourtant s'être mis à l'abri après leur large succès à domicile (5-0) au match allerOlivier Ntcham a mis le Celtic à l'abriAu Kazakhstan, les hommes de Brendan Rodgers ont en effet été menés 0-1, puis 1-2, 1-3 et même 1-4 à la 69e grâce à un doublé de Patrick Twumasi. Pendant dix minutes, l'impensable exploit est devenu envisageable, tant les locaux ont poussé devant le but de Craig Gordon et au sein d'une défense apathique, comme en témoigne la tête de Serikzan Muzhikov (48e, 1-2), laissé étrangement seul à trois mètres du but.Mais le champion d'Écosse, qui avait égalisé grâce à une jolie frappe enroulée de Scott Sinclair (auteur d'un doublé à l'aller), a tué le suspense par l'intermédiaire du jeune Français Olivier Ntcham (81e). Leigh Griffiths (90e) s'est ensuite chargé de boucler la rencontre d'une puissant tir à ras de terre à l'entrée de la surface. Au terme d'une double-confrontation où 12 buts ont été marqués, le Celtic, non sans se faire peur, va donc jouer pour la deuxième année d'affilée la phase de groupes de la C1.

LdC : Nice-Naples, les compos probables

En match retour des barrages de la Ligue des Champions, l'OGC Nice, battu 2-0 à l'aller, reçoit Naples ce mardi (20h45, beIN SPORTS 1). Pour cette rencontre, Lucien Favre est privé de Koziello et Pléa, suspendus, mais peut compter sur le duo Sneijder-Balotelli, attendus dans le onze de départ. Comme Seri, pourtant tout proche du FC Barcelone. Voici les compositions probables des deux équipes :Nice : Cardinale - Souquet, Dante, Le Marchand, Jallet - Seri, Tameze - Lees-Melou, Sneijder, Saint-Maximin - Balotelli.Naples : Reina - Hysaj, Albiol, Koulibaly, Ghoulam - Allan, Jorginho, Hamsik - Callejon, Mertens, Insigne.
Retrouvez cet article sur Maxifoot.fr
PSG : Di Maria retenu par Emery ?Barça : C. Dugarry - les dirigeants sont nulsBordeaux : des offres énormes pour Malcom !OM : le gros coup Diego Costa tenté ?

Angola : Les défis de l’électrification

Avec un territoire presque deux fois plus grand que la France, l’Angola dispose de pétrole, de gaz, de diamant. Un potentiel économique exceptionnel, sans compter la richesse de sa biodiversité, qui devrait permettre de diversifier ses sources de revenus et développer ses infrastructures

Le fleuve Kwanza, les Chutes d’eau de Kalandula, des rivières et des cours d’eau a n’en pas finir. Le potentiel hydroélectrique de L’Angola est l’un des plus importants en Afrique. Aujourd’hui, seul 4% de ces ressources en eau sont exploitées. Une situation à laquelle les autorités comptent remédier : La construction du barrage hydroélectrique de Laùca, est l’une des étapes phares de ce gigantesque chantier. »

Inauguré il y a un peu plus de deux semaines, Laùca, c’est plus de 4 milliards de dollars d’investissement, pour une production de 2070 mégawatts d’ici mai 2018. De quoi alimenter une ville d’au moins 8 millions d’habitants, et ainsi doubler la capacité énergétique du pays, où 65% de la population vit aujourd’hui toujours sans électricité.

Ici, 9000 personnes œuvrent à assurer la mise en ligne des 6 turbines du site dans les délais annoncés.

Dans la région, les effets de la production d’énergie du barrage éclairent déjà le quotidien, comme ici à Dombo. C’est une soirée peu ordinaire pour les habitants du village situé à 40 km de Laùca. Aujourd’hui, ils voient leur foyer s’illuminer pour la toute première fois !

Prochaine étape : Le barrage de Caculo Cabasa qui devrait produire 2100 mégawatt supplémentaires d’ici 4 ans. In fine, le fleuve Kwanza alimentera 7 barrages hydro-électriques pour une production de 7450 mégawatt.

Le défi majeur reste la distribution de cette nouvelle énergie. Parvenir à connecter la province de Malanje où se trouve le barrage de Laùca, dans le centre du pays, au principal marché de Luanda, à l’ouest, représente une logistique et des coûts exorbitants.

La capitale angolaise est un hub de 6 millions d’habitants, poumon économique du pays. Et pourtant, l’électricité s’y fait rare. Une réalité pour la société nationale de distribution d’électricité. Le projet d’électrification du pays pose de nombreux défis. Et l’abandon du diesel, une nécessité.

« Un litre de diesel permet de produire 3 kilowatts heure, mais en ajoutant les coûts de la maintenance ; vous savez la vidange, l’huile, ainsi que l’investissement dans l’équipement, les personnes qui vont opérer le groupe, etc., ça coûte très cher. Un énorme projet de connexion est en cours. Il s’agit d’une étape importante dans la transmission de l’électricité. Le projet d’électrification une grande priorité pour nous car sans cela, il est très difficile pour nous d’atteindre nos objectifs de développement durable », estime Francisco Talino, PDG de ENDE.

Dans des quartiers entiers de Luanda, les groupes électrogènes tournent à plein régime. Une dépendance au diesel qui a poussé Fernando Miguel à quitter Kikuxi, après 9 ans et près de 10 générateurs obsolètes : « C’est une lutte quotidienne car il n’y a pas d’électricité. Et il y a des quartiers où la situation est bien pire. Certaines personnes n’ont pas d’électricité depuis 15, voire 20 ans (…) Mais on espère qu’avec le barrage de Lauca et les autres projets d’électrification, on aura enfin du courant dans nos quartiers. »

Vous l’aurez compris la capacité de production énergétique angolaise ne répond pas à la demande nationale. Une demande qui grossit à mesure que le pays se développe. Selon les prévisions, La consommation moyenne en électricité par habitant devrait atteindre 1230 kilowatt heure en 2025, contre 375 kilowatt heure en 2013. Mais au-delà du consommateur lambda, un accès fiable à l‘électricité est essentiel au bon fonctionnement des entreprises angolaises.

Nova Cimangola en est un exemple édifiant. La cimenterie a investi 300 millions de dollars pour la production de clinker, la matière qui permet de fabriquer du ciment… des unités qui fonctionnent 24 h sur 24.

« Lors d’une coupure d’électricité, pour chaque minute, il faut compter une perte de 500 dollars pour cette usine. Nous essayons de démarrer nos groupes électrogènes aussi vite que possible quand une coupure se produit, afin de préserver notre équipement. Auparavant, dans notre première usine, il y avait énormément de coupures. Nous faisions de notre mieux pour qu’elle soit fonctionnelle mais c’était difficile. Mais aujourd’hui, avec les nouveau projets entrepris dans le pays, on peut dire que la disponibilité et la qualité de l’électricité est satisfaisante », estime Paulo Pacavira, coordinateur à Nova Cimangola.

Le programme d’électrification enclenché par le gouvernement n’en est encore qu’à ses premiers pas. Mais c’est sur ce projet que l’Angola mise pour relancer son économie.

Having been bred and trained to be soldiers at birth, Tau Fire Warriors strictly follow both the Greater Good and the Code of Fire and represent the best fighters of their species. They are soldiers outfitted with a wide variety of advanced technology. Their main firearm is the Pulse Rifle, although they do sometimes use Pulse Carbines. As basic infantry, they are deployed in smaller numbers than other races’ infantry because of the superior firepower they can bring to bear. Fire Warriors are known to be efficient, professional, but cautious fighters. Often deployed from a Devilfish APC, they are able to rapidly deploy and way down withering barrages of fire against their foes. The basic team is made up of six Fire Warriors, but it is not uncommon for them to contain up to twelve including a Shas'ui team leader, as well as Gun Drones and Shield Drones.

Instagram rolled out a barrage of updates this year, such as the ability to publish more than one image in a single post, view disappearing photos in the same inbox as normal messages, and add Snapchat-like masks that augment your face.

Avant Nice-Naples : Les "remontadas" du foot français
Remonter deux buts est-ce un exploit insurmontable? Au vu du match aller (0-2), Nice peut se poser la question à l'aube de son barrage retour de la Ligue des champions face à Naples ce mardi (20h45). Mais d'autres équipes françaises avant les Aiglons ont connu la même situation (voire pire) et s'en sont sortis, pour au final rentrer dans l'histoire du football français. Aux Niçois de s'en inspirer.

Monaco – Manchester City (3-1), huitième de finale de Ligue des champions, mars 2017

Battus 5-3 à l’aller, Monaco doit s’imposer par au moins deux buts d’écart pour accéder au tour suivant. A Louis II, les Monégasques réalisent une mi-temps de haute-volée : deux buts inscrits rapidement grâce à Mbappé et Fabinho, et surtout l’impression d’une nette supériorité. Mais les hommes de Pep Guardiola se réveillent au retour des vestiaires et marquent logiquement à la 71e. A ce moment-là, les Citiziens sont qualifiés. C’était sans compter une tête victorieuse de Tiémoué Bakayoko six minutes plus tard. Un score fou cumulé de 6-6 sur les deux confrontations, et c’est bien l’ASM qui passe. Les Rouges et Blancs iront même jusqu’en demi-finale de la compétition cette année

France – Ukraine (3-0), barrage de la Coupe du monde, novembre 2013

Pour la première fois depuis 20 ans, l’équipe de France est tout proche d’une non-qualification en Coupe du monde. Après une…

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi