baron von ungern sternberg

“Dans les livres bouddhiques comme dans les vieux livres chrétiens, on lit de graves prophéties relatives à l'époque où devra commencer la guerre entre les bons et les mauvais esprits. Alors surviendra la malédiction inconnue qui, s'abattant sur le monde et balayant la civilisation, étouffera toute moralité et détruira les peuples. Son arme est la révolution. Dans toute révolution, l'intelligence créatrice qui se fonde sur l'expérience du passé est remplacée par la force jeune et brutale du destructeur. Celui-ci donnera la prééminence aux passions viles et aux bas instincts. L’homme s'éloignera du divin et du spirituel. La grande guerre a prouvé que l'humanité doit s'élever vers un idéal toujours plus haut, mais elle a marqué l'accomplissement de l'antique malédiction que pressentirent le Christ, l'apôtre saint Jean, Bouddha, les premiers martyr chrétiens, Dante, Léonard de Vinci, Goethe, Dostoïevski… La malédiction a fait reculer le progrès, nous a barré la route vers le divin. La révolution est une maladie contagieuse; l'Europe, en traitant avec Moscou, s'est trompée elle-même comme elle a trompé les autres parties du monde. Le Grand Esprit a mis au seuil de notre vie le Karma, qui ne connaît ni la colère ni le pardon. Il règle nos comptes. Ce qui nous attend, c'est la famine, la destruction, la mort de la civilisation, de la gloire, de l'honneur, la mort des nations, la mort des peuples. Je vois déjà cette horreur, cette sombre et folle destruction de l'humanité ! “

Baron von Ungern Sternberg

Roman von Ungern-Sternberg, the Tsar’s own “Mad Baron”. Feared for his brutal attacks on communist-occupied villages and his draconian punishments, he would take his 6000-strong force of cavalry all the way to the capital of Mongolia, Urga. Reinstating the traditional Bogd Khan ruler, he believed this would spark the second coming of Genghis Khan’s Mongol Empire. A devout Buddhist, he often planned battles with input from a court of soothsayers and fortune tellers. Also a rabid anti-Semite, he allowed his army to brutally torture, rape and murder the Jewish population of Urga and the surrounding land. Eventually his luck ran out, and in 1921 he was captured and executed by the Soviet government.