avants

Quand j’appelle Milka pour tout lui raconter en détail et qu’on choisit ensemble ma tenue pour lundi pour rendre fou l’Argentin tout en agissant de manière super pro.

When I called Milka to fill all the details and we ended up choosing my outfit for Monday to drive the Argentinian crazy while staying real pro.

Je crois que je vais désactiver les anonymes, avant y en avait des divertissants mais maintenant y en a plus que des méchants et des sales et des qui font les mystérieux c'est plus drôle :(

Tout l'heure, je me réjouis du fait que, depuis que la plupart de mes trajets se font en voiture, j'ai beaucoup moins à faire aux relous.
Et bien BINGO, deux relous bien emmerdants de gros caca qui pue de leurs fesses se trouvent derrière moi.
La voiture me colle de plus en plus, le conducteur me depasse et se met sur la file de gauche à un feu rouge à deux voies et me hurle des chiasses vocales (et fait des signes genre “baisse ta vitre”).
Je démarre avant lui, il me colle donc encore plus, limite il me pousse, et me klaxonne.
ET LA, je me rappelle que j'ai un problème avec mon lave vitre arrière, qui ne pshit pas sur la vitre mais bien puissamment… vers l'arrière dans le vide.
Donc je ralentis, et je commande ma voiture à leur faire PIPI DESSUS !
PSHIT PSHIT PSHIT !!
Relou vexé, il me double, grille le feu d'après et se casse.
GNIHIHIHIHI ma voiture est une Rep !!!!
L'amour, c'est comme la brume du matin au réveil… avant que le soleil ne se lève. Ça tient un instant et puis ça s'évapore. Rapidement. L'amour est une brume qui disparaît à la première lueur de réalité.
—  Charles Bukowski
Avant d'arriver sur terre, les âmes savent tout. Mais, en naissant elles perdent cette vertu et vouent leur vie à tenter, ou non, de la retrouver. Leurs corps est le moyen donné pour apprendre. Certains l'utilisent à cette fin, d'autres juste pour en jouir. Les premiers ouvrent leur cœur et leur âme sur le monde, les enflamment, repoussent leurs limites, cherchent à renouer avec l'absolu. Les seconds les éteignent doucement.
—  Si tu existes ailleurs

Such a beautiful machine | Owner @michael.rs.quattro | 📸 @aigo_photography | #campallroad #Audi #B5RS4 #Avant #quattro #B5elite #B5society #wagonsteez #wagonation #wagonsonly #Audi_official #audigramm #audiloverr #fourrings #_audifans_ #audizine #fourtitude #quattroworld #audipixs #audisportnet #BBS #B5aDay http://ift.tt/2bMF5v8

Hier en début de soirée je décide sortir rejoindre des potes dans un bar et comme il faisait beau et chaud je décide d'y y'aller a pied plutot qu'en métro.
Je fais meme pas 100 metre qu'un id. mec me siffle… Je passe. 10 seconde plus tard juste avant un feu de signalisation un autre id. mec qui etait au volant de sa voiture ralenti, se contorsionne pour me mater allégrement … Le feu passe au rouge… Il se prend la voiture de devant. Son par-choc tombe.
J'ai tellement ri !

anonymous asked:

J'aimerai bien te rencontrer

Moi aussi, mais j’ai peur. Si on devait se rencontrer, je mangerais rien deux jours avant la rencontre et euh, pour le dire de manière élégante, mon système digestif serait en marche rapide.

New wheels, same great color | Owner @n__i__l__s | #campallroad #SprintBlue #Audi #B7RS4 #Avant #Airlift #becausebags #perfectstance #quattro #wagoon #wagonsteez #wagonation #wagonsonly #AvantLife #Audi_official #audigramm #audiloverr #ausipixs #audizine #fourtitude #quattroworld http://ift.tt/2bMWKp7

on m'avait prévenu que ça faisait mal de tomber amoureuse. mais on m'avait pas prévenu que ça ressemblait énormément à mourir pour redémarrer une nouvelle vie. on m'avait pas prévenu que j'deviendrai folle, une accro, une bête sauvage. on m'avait pas prévenu que je souffrirai comme ça, à m'illuminer en le voyant sourire, à me tordre de jalousie en le voyant parler à une autre, à frissonner au contact de sa peau, à hurler que je le déteste. on m'avait pas prévenu que tomber amoureuse signifier ressentir toutes ces émotions si forte que je ne connaissais pas avant.

avant de partir en vacances ma mère avait fait un tajine et il en restait donc elle l’a mis au frigo pour qu’on en mange avec ma soeur pendant qu’elle était partie avec mon père en vacances et là elle vient de rentrer et on a mangé presque tout ce qui restait sauf un peu quoi et elle s’est trop vénère et elle arrêtait pas de répéter “VOUS AURIEZ PU CONGELER CE QUI RESTAIT” parce que ça allait plus être bon quoi donc on a fini par protester en disant qu’on en avait mangé plein de fois et elle continuait à insister de dire qu’on aurait du congeler le reste donc j’ai dit “c’est bon maman on en a mangé plein c’est pas très grave si on en jette un petit peu on a pas pensé à le congeler c’est pas la mort il en reste pas beaucoup !!” et là elle a dit “la prochaine fois je congèlerai tout direct et vous pourrez pas en manger” et j’ai dit “tu veux dire que la prochaine fois tu vas faire EXPRES de mettre les restes au congélateur sachant qu’on va probablement les y oublier et jamais les manger pour qu’on puisse PAS les manger pour nous punir de pas avoir congelé ces restes là ????” et elle a dit oui omd 

L'insupportable incompréhension si récurrente des gens, et l'écoute attentive des arbres :

« Bonjour. Je me prénomme Ludivine. J'ai respiré pour la première fois il y a exactement quatorze ans, deux mois, douze jours, huit heures, trente-six minutes et vingt-trois secondes.

Je suis cliniquement définie comme une « autiste asperger » depuis mes cinq ans, six mois, vingt-deux jours, trois heures, quarante-six minutes et dix-sept secondes. Ma mère m'a toujours dit que j'avais une calculatrice à la place du cerveau… C'est faux. Je ne considère pas que les chiffres et les nombres dans ma vie. Mais aussi la société, les comportements des gens envers vous.

Ils sont mauvais, les gens. Cruels. L'humain l'est.

Vous voyez ce terrain de football ? Il fut autrefois un champ qui servait à nourrir des êtres. Encore avant, il n'y avait là qu'une forêt sauvage dans laquelle vivaient des animaux. Et bien, ces animaux se sont tous fait tuer par l'Homme. Directement ou indirectement, ils ont été, comme la forêt, détruits. [Non, je n'habite pas ici, mais je me suis renseignée sur la faune et la flore, ainsi que sur l'histoire géologique des environs.]

Je vous le dit, l'humain est foncièrement mauvais. Et puis, il est inutile. Vous saviez que nous passons au moins 50 % de notre vie endormis ? Pendant plus de la moitié de notre existence, nous ne servons strictement à rien. Même dans la chaîne alimentaire, nous n'avons pas grande importance. Aucune créature ne nous chasse régulièrement, aucun animal n'a besoin de notre chair pour survivre. Nous sommes un fléau. [Comment ? Si je pense vraiment ce que je dis ? Mais évidemment ! L'humain est horrible ! Vous voulez… ? Un exemple vécu personnellement de l'atrocité des humains ? Soit…]

Lorsque j'étais en primaire, tout le monde me montrait du doigt, et les enfants me frappaient parce que je ne participais jamais à aucun de leurs jeux. Ils m'appelaient la « débile », la « gaga »… Je faisais semblant de les ignorer. De toutes manières, leurs jeux ne m'intéressaient pas. Magnus et moi, nous préférions observer les fourmis. [Magnus ? C'était mon animal imaginaire. Il n'était visible que par moi. Il n'y a pas très longtemps qu'il a disparu…]

Au collège, les autres me fuyaient, me repoussaient sans-cesse. Ils me prenaient pour une folle car je parlais à Magnus et aux arbres… La bêtise des gens est sans limites. En sixième, la deuxième semaine après la rentrée, le premier jour, lundi 16, de sept heures quarante-cinq à seize heures trente-trois, quand je me suis engouffrée dans la voiture de ma mère, personne mis à part trois professeurs, ne m'a adressé la parole. Le jeudi 23 octobre dernier, à dix heures, cinq minutes et vingt secondes, un élève m'a craché au visage un mélange composé de 30 % de déglutitions nasales, de 62 % de salive, de 7,3 % d'eau et de 0,7% de dioxyde de carbone.

Les gens sont mauvais, croyez-moi.

Ils ne respectent pas les autres, ils sont égoïstes et ne comprennent rien à rien. Ils ne savent pas ce que je ressens, ce qui se passe dans ma tête. Personne ne peut comprendre. Les arbres, eux, au moins, ils écoutent et comprennent sans juger.

Voilà, vous avez perdu exactement dix-huit minutes et trente-deux secondes de votre vie à m'écouter parler de choses qui sont sûrement incompréhensibles pour vous et que je confie habituellement aux arbres. »