au mexique

Pour Lui

Credence Barebone/Percival Graves

A lire aussi sur AO3

Perceval entra dans la chambre baignée de la lumière dorée du soleil levant, une tasse de café fumant à la main. Il s'approcha du lit et la déposa doucement sur la table de nuit, près de sa cravate délaissée là la veille. D'un geste fluide de sa baguette, il ouvrit un peu plus les stores, juste assez pour laisser quelques rayons supplémentaires pénétrer dans la pièce. Il s'assit sur le bord du lit où Crédence dormait encore paisiblement.

Allongé sur le ventre, son profil se dessinait sur l'oreiller et Perceval admira ses longs cils et ses sourcils finement dessinés. Ses lèvres lui rappelaient les plus belles nuances de carmin qu'il avait vu au Mexique quelques années auparavant lors d'une mission pour le MACUSA. La respiration du jeune homme était régulière et sereine, ses cheveux noirs en désordre contrastant avec la blancheur de l'oreiller. Ses joues étaient délicatement rougies et Perceval le trouva magnifique. Crédence s'était découvert dans son sommeil depuis que Perceval était allé se préparer un café, et ses yeux se promenèrent sur la blancheur de son corps élancé, sa taille fine et ses fortes épaules. Le nom du garçon lui échappa dans un soupir.

Keep reading

7

L'arbre le plus épais dans le monde

Arbre de Tulé de plus en plus au milieu de la ville de Santa Maria del Tule au Mexique. Tula - les plus épaisses de l'arbre existant actuellement dans le monde. 
Le diamètre du tronc d'arbre - de 14 mètres,
la circonférence du cylindre
- 42 mètres. 
Dans un premier temps, vous pouvez décider ce que Thule est plus adhérent les uns aux autres troncs d'arbres différents, mais des tests ADN ont montré que cet arbre.

Pour embrasser l'arbre Tula, vous avez besoin d'au moins 30 personnes, tenant par la main. 
L'ombre de l'arbre peut couvrir 500 personnes. La hauteur de l'arbre est d'environ 40 mètres, et le poids - 636 tonnes.

Thule signifie « arbre sacré ». Parfois, il est aussi appelé « Arbre de vie » en raison de formes d'animaux (lion, éléphant, crocodile et al.), Qui peut éventuellement voir sur le tronc.

(Via @lombredundoute @auxfrontieresdesmots)

5

L-Mag Interview with Linda Marlen Runge 
Nov/Dec 2014 Issue
By Ahima Beerlage

English Translation (Thanks to Lillian)

How did you get the part of Anni?
(laughing) I was in Mexico, and broke, when I met one of the writers of GZSZ online. More as a joke, I asked him to get me a job as an extra on the show when I’m back in Germany. I didn’t hear about that from him though. Soon after, I flew back to Germany, after all, and he wrote me, saying my character was finished now, and that he couldn’t promise me anything but wished me good luck for the audition. With a little party hangover, I went to Potsdam. Two weeks later the phone rang, and they said they wanted me for the role of “Anni” in the main cast. Unbelievable!

But I'm sure the regular pay check wasn't the only reason you took on the part?
No, I saw it was a lesbian character part. I knew if I’d get to play it the way I imagined it, it could help a lot of girls out there to accept themselves.

How much of Linda do you think is in Anni, and vice versa?
Quite a lot. The basic characteristics they give us to get into the role don’t suffice for more than two weeks. And then you have to give a lot of yourself. I’m Anni for almost more of the time than I am Linda,
because I’m at the studio all day, portraying this character. You actually have to be careful not to let the two blend into each other too much.

GZSZ has been on the air for 22 years. What was it like to join this seasoned team as a new actress on the show?
Strange. I’ve been on stage for 16 years as a musician, and everybody thinks I’m anything but shy. Quite the opposite. At first, I kept to myself on GZSZ and just observed. After all, it was a different world. But this team is so great that I felt a part of it within the first month.

You’re portraying a couple with Janina Uhse a.k.a. Jasmin Flemming. How is the chemistry between you two?
Originally, Anni was supposed to end up with a different character. But during an audition scene, Janina and I clicked right away.
I guess they liked our chemistry. By now we’ve become a well tuned team.

Over 3 million people watch GZSZ every day. Which also means the actors are very much in the public eye. How do you deal with that?
I have a pretty good tunnel vision. I’m not the kind of person who revels in fame, and I always act the same, really. But when you’re out partying at night, and you don’t look around often enough, stupid things happen sometimes.

I take it you’re alluding to an internet celeb magazine filming you kissing a colleague of yours with a hidden camera a few weeks ago?
Among other things. It was no big deal for us. I honestly didn’t notice somebody with a camera hovering over us (laughing). And then they tried to create a scandal out of this. But the joke was, the fans thought it was cool, anyway, and said we should do whatever we like. I didn’t really care, to be honest. When I feel like doing something, I do it.

How did your friends react to you being on GZSZ?
I was in this artists milieu, and I would always say: I’ll never do mainstream! But GZSZ is kind of a classic. On this approach I tried to “confess” it to my friends. Funnily enough, most of them outed themselves, saying they like to relax at night watching the show. (laughs)

Did you watch GZSZ before you joined the show?
No, I was travelling too much. I used to watch “Marienhof” as a kid. From the age of 10 to 14 I was a Billi fan. (laughs) I thought she was super cool. I still have those Linda Perry glasses!

And now you’re Anni. Do you feel responsibility playing her?
Definitely. I suffered for years because I wasn’t like the other girls. And then I painted my fingernails light blue and put braces in my hair, until I stood in front of the mirror and laughed at myself. And I thought: Screw it, you are the way you are. I can have a good time being by myself, and the people who want nothing to do with me…fine, don’t then. I love Anni, because she shows other girls that that’s possible.

How much input do you have when you’re shooting scenes about the details you think define Anni?
A lot. When I state plausibly that Anni would never join the others in their cute excitement about Nele having a new boyfriend, a glass of prosecco in hand, but would stand by herself instead, with a bottle of beer in her hand, dryly remarking that it’s gonna last for just 3 months at the most anyway, I can do just that.

There’s a lot of hype around Anni and Jasmin. You have fans from Asia to Australia. Do you keep contact with your female fans?
At first I always replied. But after two months I had to disable the private message option on FB, because it got out of hand. But when somebody goes to great pains, I think it would be wrong if I didn’t at least say thanks. But it should stay within certain boundaries. I don’t want the girls to do something they might regret afterwards once they’re not crushing on me any more.

Is it important to you that lesbians accept Anni?
For me, the worst thing would be if they said about the Anni & Jasmin story: “That’s an obviously straight girl attempting to portray a lesbian.” When you’re an actor, you have to be able to make a character believable. And if you can’t do that, you shouldn’t take on the part.“

What does your working day look like?
(sighs) If I’m unlucky, my day starts at 4:30. By 7:00 I’m in hair & make up. Sometimes we have night shoots. What annoys me the most is when people look down on soap actors. Often we’re more professional than the others. The hardest part is that we don’t shoot in chronological order. One scene you’re goofing around with someone,
and in the next scene something terrible has happened to that character. At first, I had the ambition to draw all emotions from within, one-hundred percent. After four months I sat on the floor in my apartment thinking I’m not feeling anything any more now, because I let it all out.

Who helps you prevent burnout?

We have coaches, for example Uta Prelle-Köppe. People may know her from her time on “Hinter Gittern”/”Behind bars”. She was on a TV series for 10 years herself. She knows exactly what it’s like for you, and she has so much empathy that she always picks us up.

Daily-Soap is a full time job. But you’re also a passionate musician. How do you make time for everything?
It’s hard. I write a lot, but I can’t do anything with it. I’m going on vacation to Asia now, and I feel bad, because I should fly to Mexico to my band.But I’ve been working on the show all the time, and during my time off I went on tour with my band. I just have to relax now and recharge my batteries.

Your band lives in Mexico. How do you work on your music when you’re here?
Over the internet. My guitarist and I met in Mexico at a party and talked for maybe two minutes. After that I went back to Berlin. Then I found his music online and thought he was great. He sent me an instrumental, I added vocals and sent it back. After six months we had finished a demo album this way. And then the question was: Am I gonna do more with this? So pretty much over night, I sublet my room in a shared apartment for three months and went to Mexico. Three months turned into two years, because we worked our way to performing as festival-head liners within half a year. My GZSZ fans love Lejana too now, but unfortunately I don’t have time for the band.

Your second band project is Blood & Honey. How did that come about?
Blood & Honey happened because Tim Williams, who plays Kurt LeRoy on GZSZ, introduced us. Tim and I hit it off right away. He introduced me to his irish buddy, a great guitarist, and just a week later we recorded our first demo. For me, music has to do with spiritual kinship.

Do you want to be a full time musician one day? It’s hard to make your way in the music industry.
If the music industry doesn’t want me, I don’t want the music industry. I’m not only a musician if I’m successful. Sure, Anni plays music on the show too now. There already was the “Far Away” single release, and there might be more in the future. But here I can tell the composer of the show what I’d like to do. If I can’t live off music after GZSZ, I’ll go back to working in geriatric care.

What are your wishes for Anni’s future?
I’d love for Anni to learn to have a little more sympathy. You can be honest in a way that doesn’t hurt people. Personally, I’d love it if she got married, because she found the one. The idea appeals to me, because Anni is the kind of person who hates cages.

———————————————-

French Translation (Thanks to Ameliefan05)

Dans le plus vieux soap allemand Jasmin Flemming tombe amoureuse d'Anni, le personnage de Linda Marlen Runge. Et dans la vie réelle une fanbase féminine, qui ne cesse de croître, s’éprend de la lesbienne tatouée et brutalement honnête. Voilà des raisons suffisantes pour rencontrer l'actrice et chanteuse de 28 ans. Au bar Südblock à Berlin nous avons discuté avec l'actrice de Marburg à propos de sa routine quotidienne sur la série, de ses deux groupes de musique, et Linda nous a aussi confié ses souhaits pour l'avenir d'Anni.

Comment as-tu obtenu le rôle d'Anni?
(rigolant) J'étais au Mexique, fauchée, quand j'ai rencontré un des scénaristes de GZSZ en ligne. C'était plus un délire (une blague), je lui ai demandé de me trouver un job en tant qu'extra dans la série pour quand je rentrerai en Allemagne. Par contre je n'ai plus eu de nouvelle de sa part à propos de ça. Peu après, je suis rentrée en Allemagne, enfin, et il m'a écrit, me disant que mon personnage était désormais terminé (prêt), et qu'il ne pouvait pas me promettre quoi que ce soit mais qu'il me souhaitait bonne chance pour l'audition. Avec une légère gueule de bois, je me suis rendue à Potsdam. Deux semaines plus tard le téléphone sonnait, et ils m'ont annoncé qu'ils me désiraient pour le rôle d'“Anni”, dans le casting principal. Incroyable!

Mais je suis sûre que le salaire régulier n'était pas l'unique raison pour laquelle tu as accepté le rôle?
Non, j'ai vu qu'il s'agissait d'un rôle de personnage lesbien. Je savais que si j'arrivais à le jouer de la manière dont je l'imaginais, cela pourrait aider beaucoup de filles à s'accepter.

A ton avis, à quel point retrouve-t-on Linda à travers Anni, et vice versa?
Beaucoup. Les traits de base pour le rôle, que nous recevons pour entrer dans le personnage, ne suffisent plus après les deux premières semaines. Et ensuite tu dois donner beaucoup de ta propre personne. Je suis presque plus souvent Anni que je ne suis Linda, parce que je passe ma journée au studio, à jouer ce personnage. Tu dois en fait même faire attention à ne pas trop mélanger les deux.

GZSZ est diffusé depuis 22 ans. Comment c'était de rejoindre cette équipe expérimentée en tant que nouvelle actrice sur la série?
Etrange. Ca fait 16 ans que je me produis sur scène comme musicienne / chanteuse, et tout le monde pense que je suis tout sauf timide. Bien au contraire. Au début, je restais concentrée sur moi-même sur GZSZ et je ne faisais qu'observer. Après tout, c'était une univers différent. Mais cette équipe est tellement géniale que je me suis sentie l'une d'eux dès le premier mois.

Vous représentez un couple avec Janina Uhse a.k.a. Jasmin Flemming. Comment est l'alchimie entre vous deux?
Initialement, Anni était supposée finir avec un autre personnage. Mais durant une scène d'audition, Janina et I avons accroché immédiatement. Je suppose qu'ils ont aimé notre alchimie. A présent, nous sommes devenues une équipe bien réglée.

Plus de 3 millions de personnes regardent GZSZ chaque jour. Ce qui signifie aussi que les acteurs sont très exposés au public. Comment réagis-tu à cela?
J'ai une assez bonne vision «en tunnel» (recentrée). Je ne suis pas le genre de personne qui se délecte de la gloire, et je reste toujours moi-même, vraiment. Mais quand tu sors lors d'une soirée, et que tu ne regardes pas assez souvent autour de toi, des choses stupides peuvent parfois arriver.

Je prends ça comme une allusion au magazine people sur le net qui t'a filmé en train d'embrasser une de tes collègues avec une caméra cachée il y a quelques semaines?
Parmi d'autres choses. Ce n'était pas un gros problème pour nous. Je n'ai honnêtement pas remarqué quelqu'un avec une caméra planant au-dessus de nous (rigolant). Et ensuite ils ont tenté de créer un scandale à partir de ça. Mais l'ironie c'est que les fans ont trouvé ça cool, de toute façon, et ont dit que nous devrions faire ce que nous voulons. Ca m'était égal, pour être honnête. Quand j'ai envie de faire quelque chose, je le fais.

Comment tes amis ont-ils réagit au fait que tu rejoignes GZSZ?
J'étais dans ce milieu artistique, et je me disais toujours: je ne ferai jamais du mainstream (divertissement grand public/principal)! Mais GZSZ est une sorte de classique. Avec cette approche, j'ai essayé de "l'avouer” à mes amis. Assez curieusement, la plupart d'entre eux se sont démasqués tous seuls, en disant qu'ils aiment se relaxer le soir en regardant la série. (rires)

Regardais-tu GZSZ avant de rejoindre le feuilleton?
Non, je voyageais beaucoup trop. Je regardais “Marienhof” quand j'étais enfant. De 10 à 14 ans j'étais fan de Billi. (rires) Je trouvais qu'elle était super cool. J'ai encore ces lunettes style « Linda Perry »!

Et maintenant tu es Anni. Ressens-tu une certaine responsabilité en jouant ce rôle?
Certainement. J'ai souffert pendant des années parce que je n'étais pas comme les autres filles. Et puis j'ai vernis mes ongles en bleu clair et mis des barrettes dans mes cheveux, jusqu'au jour où je me suis tenue devant le miroir et me suis mise à rire de moi-même. Et j'ai pensé: Merde, tu es comme tu es. Je peux apprécier de me retrouver seule (un moment de solitude), et les gens qui ne veulent rien avoir à faire avec moi… très bien, qu'ils restent à l'écart. J'aime Anni, parce qu'elle montre aux autres filles que c'est possible.

A quel point apportes-tu ta contribution, lorsque vous tournez des scènes, à propos des détails qui, selon toi, définissent Anni?
Enormément. Quand je déclare de manière plausible qu'Anni ne se joindrait jamais aux autres dans leur enthousiasme tout mignon à propos du fait que Nele ait un nouveau petit-ami, un verre de prosecco à la main, mais qu'elle s'en tiendrait plutôt à elle-même, avec une bouteille de bière à la main, en faisant sèchement remarquer que ça ne va seulement durer que 3 mois au maximum, de toute façon, ça je peux le faire.

Il y a beaucoup de battage médiatique autour de Anni et Jasmin. Tu as des fans d'Asie jusqu'en Australie. Gardes-tu le contact avec tes admiratrices (fans féminines)?
Au début je répondais toujours. Mais après deux mois j'ai du désactiver l'option « message privé » sur Facebook, parce que ça devenait impossible à gérer. Mais quand quelqu'un se donne beaucoup de peine, je pense que ce serait mal si je ne disais pas au moins merci. Mais ça devrait rester dans certaines limites. Je ne veux pas que les filles fassent quelque chose qu'elles pourraient regretter par la suite une fois qu'elles n'auront plus le béguin pour moi.

Est-ce important pour toi que les lesbiennes acceptent Anni?
Pour moi, la pire chose serait si elles disent à propos de l'histoire Anni & Jasmin: “C'est évident que c'est une hétéro qui tente de jouer une lesbienne.” Quand tu es actrice, tu dois être capable de rendre un personnage crédible. Et si tu ne peux pas faire ça, tu ne devrais pas accepter le rôle.

A quoi ressemble une de tes journées de travail?
(soupirs) Si je n'ai pas de chance, ma journée démarre à 4h30. A 7h je passe à l'étape coiffure-maquillage. Parfois nous tournons de nuit. Ce qui me dérange le plus c'est quand les gens rabaissent les acteurs de soaps. Souvent nous sommes plus professionnels que les autres. La partie la plus difficile est que nous ne tournons pas dans l'ordre chronologique. Dans une scène tu t'amuses et déconnes avec quelqu'un, et dans la suivante quelque chose de terrible est arrivé à ce personnage. Au début, j'avais l'ambition de puiser toutes les émotions à l'intérieur, à cent-pour-cent. Après quatre mois je me suis assise parterre dans mon appartement en pensant, je ne ressens plus rien désormais, parce que j'ai tout laissé sortir.

Qui t'aide à éviter l'épuisement professionnel?
Nous avons des coachs, par exemple Uta Prelle-Köppe. Les gens la connaisse peut-être de son temps sur “Hinter Gittern”/”Behind bars”. Elle a elle-même passé 10 ans dans une série TV. Elle sait exactement comment c'est pour toi, et elle a tellement d'empathie qu'elle arrive toujours à nous remonter.

Un soap quotidien est un boulot à plein temps. Mais tu es aussi une musicienne passionnée. Comment fais-tu pour avoir le temps de tout faire?
C'est compliqué. J'écris beaucoup, mais je ne peux rien faire avec. Je pars en vacances en Asie maintenant, et je me sens mal, parce que je devrais aller au Mexique rejoindre mon groupe. Mais j'ai travaillé sur la série tout le temps, et pendant mon break j'ai fait une tournée avec mon groupe. Je dois juste me reposer maintenant et recharger mes batteries.

Ton groupe vit au Mexique. Comment travaillez-vous sur votre musique quand tu es ici?
Par internet. J'ai rencontré mon guitariste à Mexico à une soirée et nous avons discuté peut-être le temps de deux minutes. Après ça je suis rentrée à Berlin. Ensuite j'ai trouvé sa musique en ligne et j'ai pensé qu'il était génial. Il m'a envoyé une version instrumental, j'ai ajouté le chant et je lui ai renvoyé. Après six mois nous avions terminé un album démo de cette façon. Et puis la question est devenue: Vais-je faire plus avec ça? Donc, quasiment du jour au lendemain, j'ai sous-loué ma chambre dans une collocation pour trois mois et je suis partie au Mexique. Trois mois sont devenus deux ans, parce que nous avons réussis à nous produire en tant que têtes d'affiche de festivals en six mois. Mes fans de GZSZ aime Lejana aussi maintenant, mais malheureusement je n'ai pas de temps pour le groupe.

Ton second projet de groupe est Blood & Honey. Comment cela a-t-il commencé?
Blood & Honey a commencé parce que Tim Williams, qui joue Kurt LeRoy dans GZSZ, nous a présentés. Tim et moi avons accroché tout de suite. Il m'a présenté à son pote irlandais, un guitariste génial, et seulement une semaine plus tard nous enregistrions notre première démo. Pour moi, la musique est en rapport avec la parenté spirituelle.

Désires-tu devenir une chanteuse à plein temps un jour? Il est difficile de se créer un chemin dans l'industrie de la musique.
Si l'industrie de la musique ne veut pas de moi, je ne veux pas d'elle. Je ne suis pas seulement une chanteuse si j'ai du succès. Bien sûr, Anni joue de la musique dans la série aussi maintenant. Il y a déjà eu le single “Far Away” qui est paru, et il pourrait y en avoir d'autres dans le futur. Mais ici je peux dire au compositeur de la série ce que j'aimerais faire. Si je ne peux pas vivre de la musique après GZSZ, je retournerai travailler dans les soins gériatriques.

Quels sont tes vœux pour le futur d'Anni?
J'aimerais qu'Anni apprenne à avoir un peu plus de sympathie. Tu peux être honnête d'une manière qui ne blesse pas les gens. Personnellement, j'aimerais qu'elle se marie, parce qu'elle a trouvé la bonne. L'idée me plaît, parce que Anni est le genre de personne qui déteste les cages.

Muchacho con Sombrero’, Mexique -

Photo de Tina Modotti (1896-1942), photographe italienne, mais aussi actrice et militante revolutionnaire qui a vécu une grande partie de sa vie au Mexique.

Douce France...

Ma cousine mexicaine de 19 ans, Claudia, m’annonce il y a quelque temps qu’elle arrive à Paris pour une dizaine de jours. Elle travaille, comme beaucoup, pour payer ses études et passe son temps libre à s'occuper de sa maman, très malade. Je me réjouis à l’idée de la recevoir, elle qui voyage pour la première fois, et de lui faire découvrir la capitale, mon pays et ma vie.

L’atterrissage est prévu le lundi à 14h et je l’attends donc à Roissy, impatiente de la retrouver. Au passage à la douane, on lui demande ses papiers et l’attestation d’accueil prouvant qu’elle a un lieu d’hébergement en France. Aïe. Elle ne l’a pas et ne savait pas que ce papier était nécessaire ; à l’ambassade de France de Mexico on lui a seulement dit qu’elle n’avait pas besoin de visa.

On lui refuse donc l’entrée en France et on la place en “zone d’attente” afin de lancer une procédure pour régler sa situation. C’est ce que l’on me dit. Je peux juste l’apercevoir en remettant aux policiers de l’aéroport ma carte d’identité, que je sors pliée de mon porte feuille. Lorsque je la lui tends, l’agent de police me dit : “Cette carte n’est pas à vous”. Je réponds : “Si c’est la mienne, c’est ma photo”. Il insiste : “Non elle n’est pas à vous !”. Je réplique à nouveau : “Mais si !” Et là il me rétorque : “Non mademoiselle, cette carte vous est prêtée par l’Etat Français. Et vous avez le devoir d’en prendre soin”. (sic)

Je prends donc congé de ma cousine, déçue et triste, et rentre chez moi seule.
J’informe mes parents, qui téléphonent aussitôt à Roissy pour avoir plus d’explications. On leur dit que ma cousine va devoir rentrer au Mexique car sans ce papier elle est dans l’illégalité. Mes parents précisent qu’elle est accueillie chez eux, dans sa famille, et qu’ils peuvent obtenir cette attestation en mairie dès le lendemain. On leur assure qu’avec le précieux document le problème sera réglé et que Claudia va être transférée dans un “hôtel” pour y passer la nuit, et qu’on pourra lui rendre visite sur place.

Dès le lendemain matin, direction mairie du domicile, mais mairie fermée le mardi matin.
À nouveau appel à l’aéroport pour expliquer le problème, et là on nous conseille de nous rendre sur place, au lieu d’hébergement, pour résoudre la situation et au moins rencontrer ma cousine.

On y arrive à 11h50 ; un policier nous accueille froidement en précisant que de midi à 14h c’est la pause déjeuner et qu’il faudra revenir plus tard. Nous nous présentons donc à 14h pile devant “l’hôtel” qui n’est autre que la ZAPI, sorte de centre de rétention pour les étrangers. Là, nous remplissons un formulaire de demande de visite et remettons nos pièces d’identité. 45 minutes plus tard, un policier vient nous chercher pour nous conduire dans un parloir où est assise Claudia, recroquevillée sur sa chaise, fatiguée, apeurée.

Elle n’a ni valise ni affaires personnelles, tout lui a été confisqué (papiers, téléphone, affaires de toilette…). Elle n’a que quelques minutes autorisées pour sortir dans une cour, se dégourdir les jambes, fumer une cigarette… Ils sont très nombreux avec elle, certains ont voyagé avec de faux passeports, d’autres avec de la drogue.
On la rassure, la réconforte, on lui dit qu’on va la sortir au plus vite de ce cauchemar.
Au bout de 30 minutes, le policier resté en faction derrière la porte vient nous signaler la fin du temps de visite autorisé et conduit Claudia, qui le suit docilement, vers une porte donnant sur un long couloir. La porte se referme.

Alors on demande à rencontrer les autorités chargées de la procédure, affirmant qu’on peut attester sur l’honneur que Claudia sera hébergée chez nous. Mais tout entretien nous est refusé, car sans le papier rien n’est possible. Un aimable policier (le seul d’ailleurs) nous avoue, gêné, que si ça ne tenait qu’à lui il nous laisserait repartir avec Claudia, mais qu’il n’a aucun pouvoir, que la procédure est déjà lancée, et que seul un officier peut en décider. On insiste à nouveau pour en rencontrer mais en vain.

Nous retournons alors à la mairie du domicile (1h30 de route), pour négocier cette fameuse attestation signée par le maire, et que l’on ne nous fournit qu’après un délai de 48h en temps normal.
Les employées de l’Etat Civil, pleines de compassion, acceptent de nous la remettre sur le champs, à titre exceptionnel. Mais trop tard pour retourner au centre de rétention : les heures de visites ont été dépassées.

Dès le lendemain matin, à 10h15, on s’y présente avec l’attestation. Le policier qui nous reçoit nous dit que Claudia a déjà été conduite à l’aéroport pour embarquer à 13h et nous conseille de nous y rendre au plus vite pour tenter d’arrêter le processus. À l’aéroport, un policier à qui on explique le problème accepte après une longue hésitation d’aller remettre le document” en mains propres” à l’intéressée, afin qu’elle n’embarque pas. Il revient 45 minutes plus tard en nous assurant que le nécessaire avait été fait, que Claudia n’avait pas embarqué, et allait être de nouveau transférée au centre.

Retour au centre : grève du personnel ! Aucune visite possible. On nous conseille de rentrer chez nous et d’attendre que le juge statue sur le dossier de Claudia, qui détenait désormais le précieux “sésame” entre ses mains.

Le soir même, on téléphone au centre pour la joindre et le policier répond qu’elle n’y est pas et figure sur la liste de ceux qui ont embarqué. Nous exprimons notre incompréhension, relatant l’épisode de l’aéroport, mais le policier nous répond qu’il ignore ce qui se passe là-bas, qu’il reçoit juste la liste des touristes qui ont embarqué et qu’elle y figure. Il ajoute qu’elle a d’ailleurs dû le faire de son propre chef car elle avait la possibilité de refuser. Nous savons que c’etait impossible puisque Claudia ne voulait pas repartir. Nous raccrochons, effondrés.

Quelques instants plus tard, on reçoit un appel téléphonique d’une jeune fille latino américaine, qui se trouvait avec Claudia au moment de l’embarquement et qui, elle, a réussi à rester en France. Elle tient à nous livrer son témoignage et nous relate que la police s’est “énervée” contre certains étrangers qui criaient et refusaient de partir, qu’un groupe d’asiatiques a été frappé et embarqué sans ménagement et que Claudia, très calme et exprimant son refus d’embarquer, y a été contrainte sous la menace d’être menottée.

Nous sommes révoltés, attristés, bref, nous n’avons pas de mots pour décrire cette sensation d’injustice et de profonde impuissance. Nous imaginions Claudia si jeune, si frêle, si seule, pour ce long et éprouvant voyage.

Dès le lendemain matin on essaie de réagir, porter plainte, en appelant le consulat du Mexique, un organisme d’avocats chargés des droits des étrangers… Malgré une écoute attentive et chalheureuse, nous entendons partout la même chose : il n’y a rien à faire, la police est dans son droit.

Vive la France, notre chère patrie, Pays des Droits de l’Homme.

9

Au Mexique, une cinquantaine de villages ont été qualifiés de “pueblos magicos” (les villages magiques) et chaque année la liste se ralonge.  

C'est pour leur histoire, leurs légendes, leurs symboles, leur culture et leur vie quotidienne qui a su rester authentique et se préserver de la modernisation. 

Huit d'entres eux se trouvent au Michoacan :  Patzcuaro, Tzintzuntzan, Santa Clara del Cobre, Tacambaro, Tlalpujahua, Angangueo, Cuitzeo et Jiquilpan.

Ici le village de Cuitzeo, à seulement 34km de Morelia, ce village est réputé pour son ancien couvent Santa Maria Magdalena qui date du XVI siècles, pour sa belle lagune que nous avons découvert seulement dans le bus du retour , son site archéologique, et ses eaux thermales pas trés loin dans les environs.

Hi everyone! So yourssincerelylarry found a way to request songs for NRJ in France. 

Email (do not spam! just shoot them one message) cauet@nrj.com.

Here is a message that she translated for us:

-

Salut !
Étant donné qu'NRJ est partenaire des One Direction, on s'est dit que vous pouviez nous aider avec un projet. Est-ce que ce serait possible que vous diffusiez leur single No Control ? C'est pour le Projet No Control, et on aimerait que la chanson passe le plus souvent à l'antenne afin de gagner de la notoriété et tout ça. Des radios du monde entier y participent déjà, puisque le single a déjà été diffusé aux Etats-Unis, à Montréal, Vancouver, en Angleterre, au Mexique, etc. Ça nous ferait vraiment plaisir que la France et NRJ y participent.
Merci beaucoup !

-

It’s basically an extended version of what we’ve been tweeting - Can you play No Control, it’s a part of our fan project, we’re trying to get it to play worldwide, this is where we’ve had it played so far, etc.

Thanks!