and clur

fr.wikipedia.org
Mot-valise — Wikipédia
Un mot-valise est un mot formé par la fusion d'au moins deux mots existant dans la langue de telle sorte qu'un de ces mots au moins y apparaisse tronqué, voire méconnaissablea,b. Il peut s'agir d'une haplologie : une même syllabe constitue à la fois la fin d'un mot et le début d'un autre, et le procédé consiste alors à les accoler sans répéter cette partie commune, d'autres fois, un seul des mots se voit amuï. Le mot-valise se distingue du mot composé et du mot dérivé par la troncation (abrègement de mots par la suppression d'au moins une syllabe). Il se distingue également de l'amalgame sémantique des éléments des mots d'origine, et par le fait que ceux-ci ne sont plus, par conséquent, immédiatement identifiables. Il peut également se distinguer par une lettre ou (de préférence) une séquence de lettres ou une syllabe commune aux deux éléments : la charnière de la valise. Le but du mot-valise est de faire un jeu de mots, ou d'enrichir la langue en « luttant contre les dictationnaires » (Bruno San Marco). C'est un phénomène proche de l’orthographe fantaisiste.

Exemples

Comme tout néologisme, les mots-valises peuvent fournir une solution alternative aux emprunts lexicaux, notamment aux anglicismes :

  • Clavardage, de clavier et bavardage (création québécoise3 pour traduire le sens particulier qu'a pris en informatique le mot anglais chat, parfois francisé en tchate) ;
  • Courriel, de courrier et électronique (création québécoise4, officiellement reconnue en France5, pour remplacer l'emprunt e-mail) ;
  • Folksonomie, de folks (les gens) et taxonomie ;
  • Ordiphone, de ordinateur et téléphone (pour smartphone) ;
  • Pourriel, de poubelle et courriel (création québécoise, la proposition d'officialisation a été rejetée par l'Académie Française, à cause de sa trop grande parenté phonétique avec courriel).


Pourriel. Ils sont forts, les Québécois putain.