and bec of this

I can’t believe that I never posted this sweetheart that both Nerdy and I made ;; Meet Calliope, former Aether lab experiment and adoptive daughter to Marie! She’s very shy and does not like to battle, but she has a few hobbies which include gardening and cooking! Although she was specifically created to fight against Ultra Beasts, she uses her abilities (especially her cool arms) to help her with growing beautiful flowers and making delicious dishes for her mom and grandfathers!

Whenever I’m on the bus to school in the mornings I am in the most vulnerable mood and I can even make myself cry from happiness sometimes. I try and not do that every morning becs then I arrive at school and there isn’t anyone I can projecy my overwhelming love onto

Like, even if she says she works largely by intuition, Jade is a nuclear scientist right? She is aware of what all this exposure means for her, right? And from a storytelling perspective, Karkat’s intrusive pessimism is like an irrepressible subconscious reminder that her fate is sealed, right? CarcinoGeneticist is her personal cancer reminder – narcoleptic, even her waking life seems to operate on dream logic.

Is Jade aware that Bec has the power to end the world? Trapped on an island with a protective monster whose radiation is slowly killing her, what are her options for seeking a cure? Any escape of hers is potentially catastrophic. So she dreams? So she dreams?

“Vous êtes belles, mais vous êtes vides”, Le Petit Prince

La solitude t’a souvent fait de l’œil, telle une enchanteresse qui promettait monts et merveilles. Pourtant, la solitude a ses torts qu’t’as pas su entrapercevoir.

La première fois, c’était un soir d’été, sur le bord de la falaise. Les vagues s’échouaient avec violence contre la roche et plus loin, y’avait ton chien. Il était la gueule béante, la langue pendue, le regard vif, les poils soulevés par la brise, les pattes ancrées dans le sol, il semblait heureux celui-là. Et toi ? Toi, t’étais assise là-bas, les pieds dans le vide, un joint au bec, un livre dans les mains et le casque sur les oreilles.
La solitude entière t’a accostée, elle t’a charmée, ça y’est t’es comme prise au piège.

La solitude t’a envahie avec tant de profondeur, au point que tu te fais peur à toi même quand ça va pas.
La froideur de tes os s’entend au grain de ta voix. L’ectoplasme, que tu meus avec difficulté, est entrain de s’effondrer à chaque inspiration expirée. Il t’arrive, c’est vrai, de lutter la tête relevée, mais la plupart du temps, à mon plus grand dam, il t’arrive de végéter à n’en plus voir la lumière du soleil.

« Standardisons ta vie ! », que ton amie te dit, « Polis moi tout ça putain, personne n’ira te faire de la place, range tous ces sweat-shirts et va mettre un beau tailleur ».
La haine parcoure chaque cm3  de ton être, « fais ta pute et les portes te seront ouvertes » qu’ils t’hurlent. Tu t’y refuses, au grand jamais.

La solitude t’habite, et parfois t’en es fière, face à ta mère, t’as ce regard, là, qui dit « regarde-moi bien, tu t’rappelles de cette pauvre conne qui ne pensait qu’à fuir, qu’à déguerpir ? Jamais fléchir, toujours courir, voici son art de vivre, elle s’est faite toute seule, sans personne. Oui c’est vrai, la petite gamine se sent toujours sur le point de partir, mais toujours avec un grand sourire qui te hurle putain que oui je vais revenir, oui putain que je vais m’en sortir ».

Alors t’as grandi, accompagnée par la solitude, si bien qu’s’en est devenue une habitude. Evidemment, elle a accueilli à bras ouvert Marie-Jeanne, pour satisfaire toutes ces nuits d’insomnies, tous ces soirs avec soi-même, toutes ces journées en pleine défonce productive. Le chemin fut chaotique, parfois dans une mauvaise dynamique, au point que les yeux piquent ou que le cœur s’effrite. 

Comme un bonhomme, t’as su encaisser, comme une gosse, tu t’es effondrée, comme en plein vol plané, tu t’es enfumée. La solitude n’est pas physique, elle s’est logée dans tes pupilles. Ton champ de vision est filtré ou édulcoré, mais ta solitude se doit d’être domptée, cajolée, emmitouflée, au point qu’elle devienne réconfortante ou enivrante. La solitude t’a façonnée, elle t’a dévisagée. En retour, tu as su l’apprivoiser avec plus ou moins de gaieté.

 Le Petit Prince t’a murmurée que l’amitié était la plus chérissable des relations humaines, alors tu as aimé d’amitié, avec toute l’énergie qui t’animait. Durant ta pénible errance adolescente, tu as apprivoisé quelques renards qui croisaient ton chemin souvent par hasard. Tu te pointais devant eux, avec toute la névrose qui pouvait te traverser, et tu leur disais gentiment « Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre ». La main tendue fut saisie, au grand jamais tu ne lâcheras ces mains. À t’en rompre le poignet s’il le faut, t’iras sortir de la tempête tes petites teignes qui n’en font qu’à leur tête.

 Mauvaise graine, mauvaises habitudes, mauvaises directions peut-être, tant pis. Dans la colère ou dans la poussière, tu as gambergé, cogné, escaladé. Les souvenirs vécus ne te seront jamais enlevés, même la solitude n’y arrivera pas. Tout compte fait, c’était eux tes derniers remparts, les derniers gros bras avant la nuit noire qui happe tout sur son passage. T’en dois une à pas mal de tes cons, ces mauvaises fréquentations ont su s’adoucir, se polir, avec patience ou romance.

 La solitude n’est pas belle, elle rend peut-être un peu singulière, elle est capable de t’faire manger la poussière ou t’enfermer en plein enfer. Mais elle te dira toujours « Je t’aime », elle t’apprendra à encaisser sans te plaindre, à t’émanciper, à rire devant la glace, à jouir devant un livre ou t’illuminer devant un chef d’œuvre de Goya. La solitude t’abandonnera pas, elle te poursuivra à t’en donner des crampes ou boucher tes artères par du goudron ou des taz amères.

anonymous asked:

It's pretty fucked up you'd reblog that shit about your future wife taking a depression nap, especially if Bec actually has depression. Did you ever consider her feelings? What a shitty girlfriend.

She literally sent it to me and we laughed about it together? @theorangegirlxx heads up I’m a monster who’s unsupportive of you, better get out now!

[ GOD, I  J US T .… . .

TO THINK, DUDE, I’VE ONLY BEEN RPING ITALY FOR LIKE THREE OR FOUR DAYS AND I’VE ALREADY GOTTEN SO MUCH GOOD FEEDBACK AND I’M SO THANKFU LA DN  I T MAKES ME SO  AH PPY ? ???  I HAVEN’T BEEN THIS HAPPY ON A BLOG IN A WHILE

EXCIT ED  TO RO LE PLAY A CHARACTER, WANT ING TOW R ITE WITH QALMOST EV ER YONE? I’ M J US T .…  A WUGH

I SH  OULDN’T EVER FEEL OOC BEC AUSE EVERYONE LOVES MY ITA LY MSO MCU H THANK YOU ALL GOD F CU KING BLE S SYOUG U Y S ]