aller bien

Vous avez du temps à tuer, de la déprime à éclipser quelques instants, voire quelques heures ? Alors cherchez quelque chose (ou quelqu’un, un acteur que vous jouez sur un forum ou que vous adorez par exemple) sur tumblr et perdez vous, enregistrez tous les gifs et photos qui vous plaisent. Pour ma part je viens de me perdre dans une recherche de cupcakes et c’était fabuleux. Puis, vous pourrez mettre ce que vous aimez et qui vous fait sourire en fonds d’écrans, comme ça vous garderez quelque chose de doudou (qui vous fait du bien) toujours avec vous <3

Sois patient et alors dis lui ce que tu ressens pour elle. Dis lui comme ça te fais sourire quand t’y penses. Comme ça t’as rendu plus beau, comme ça t’as inspiré, comme ça a rendu tout plus beau et dis lui surtout qu’avant tout ça t’as appris à aimer la vie et à t’aimer toi même.

Dis lui que tu n’attends rien d’elle. Que tu aimerais toi aussi, inspirer ça au monde entier parce que tu as enfin compris. Dis lui que tu te sens tellement plus confiant quand elle te parle et qu’elle te dit que tout va bien aller, que tu peux tout réussir, que son « bonne journée » avec un sourire passe comme une bénédiction qui pourrait te rendre invincible si tu voulais. Que tu pourrais tout accomplir, tout voir, tout faire.

Dis lui que tu veux être aux premières loges pour la voir décoller. Que tu veux assister à ce moment où elle va briller et que tu veux être là, voir ça de tes propres yeux et te dire que c’est possible.

Dis lui que pour toi elle est comme un rêve que t’aurais peut être jamais eu la force d’imaginer tellement il est beau. Que surtout tu ne voudrais jamais la perdre, et que le temps passé à ses côtés a sur toi l’effet de l’éternité parce que quand t’es avec elle le temps s’arrête.

Dis lui toutes ces choses un peu compliquées.

Et puis surtout dis lui que tu l’aimes.

J'manque jamais à personne, c'est fou hein ?! On ne m'as jamais sincèrement dit “tu me manque pour ce que tu est”. Je peux disparaître demain tout le monde s'en fouttrais à part ma famille, et c'est au moment où mes parents l'annoncerai où la, l'hypocrisie transpireraient du corps des faux cul qui me servent de sois disant d'amis.. Et j'espère qu'à se moment la, mes parents leurs diront d'aller se faire enculer bien profond avec leurs soit disant “désolé” !
Je me suis toujours demandé qui viendrait me voir si je finissais à l'hôpital. J'ai ma réponse après deux semaine sans donner signe de vie… Ma famille serait la… Personne d'autre car je ne manque à personne et personne ne tien réellement à moi..
Ça fait plaisir..
Chaud au cœur..

J'en ai marre de me sentir si seule…

Une personne dépressive n'a pas besoin de raison pour déprimer. Tout peut aller bien, le monde peut lui sourire, le soleil briller, l'avenir lui tendre les bras, elle n'y arrivera pas. Elle arrivera pas à sortir de sa bulle, elle n'arrivera pas à sortir de sa maladie. Et c'est ça l'unique raison pour laquelle elle n'est pas bien : elle est malade. Y a ce truc qui pèse sur ses épaules en continu, y a cette boule dans la gorge qui lui donne l'impression de s'étouffer, y a ce noeud dans son ventre qui lui fout l'envie de gerber, y a cette culpabilité et ce dégoût de soi, cette impression d'être cloué au sol, de se noyer constamment, de pas réussir, d'être incapable de rien sauf de décevoir les autres, trop triste pour vivre mais pas assez pour se foutre en l'air.

Les conseils de Lys

Quand vous allez à la piscine, emmenez toujours avec vous quelqu’un qui a une bonne vue.

Si on te l’a pas dit aujourd’hui

Aller arrête de faire cette sale tête, t’es pas belle quand tu fais cette moue bien bête, aller ressaisis toi et arrête de tirer incessamment sur tes clopes, c’est pas jolie une fille avec une cigarette, encore moins avec un pet, aller souris, montre tes dents au monde, c’est bien plus beau que tous tes doigts d’honneur, aller fais un effort, va faire du sport, mange équilibré, mais n’oublie pas de te faire plaisir avec des sushis ou un grec, et va dire à ta mère que tu l’aimes, malgré ce qu’elle a dit ou fait, elle aussi va pas bien parfois, aller prends des nouvelles de tes amis, demande leur comment s’est passée leur rentrée au lieu de les insulter ou de les ignorer, aller redresse toi, tu vaux bien plus que ça, roule toi pas en boule, déboule chez ton voisin d’arrondissement sans prévenir, tu sais que ça va le faire rire, aller joue du tamtam sur le dos de ce beauf qui t’adore et qui t’envoies toujours des snaps bien drôles, aller cesse d’avoir ton casque sur tes oreilles, va dire au monde que tu l’aimes, que t’es pas plus bas que terre, aller déploie tes ailes petit ange, va vivre le moment présent, prends tes billets de train et va retrouver ton amie pour aller péta des mères, aller embarque tes bouteilles d’alcool et vide les avec ceux qui te rendent meilleure, aller t’es marrante quand t’es alcoolisée avec des gens, tu grimpes partout et t’as l’impression que le monde t’appartient, aller bois pas ton whisky toute seule, c’est bien pathétique, va frapper à la porte du paradis, aller arrête de fuir, ça sert plus à rien cette connerie, et essaye de finir ce bouquin de la Beat Generation, tu sais que ces pages écrites vont t’illuminer, aller sors de chez toi, commence à vivre, va te créer des souvenirs qui ne sont pas délétères, aller barre toi de cet enfer, dis nique ta mère à Lucifer, nargue Morphée comme il se doit, toi t’es joliment vivante quand tu le veux hein, non ? Arrête de dire que c’est pas vrai, toi tu pues la joie quand tu le veux, aller donne du fric à ce SDF, ou un sourire, aller gamine, rends fière ta mère, appelle ta grand-mère, dis à ton grand-père “tu te rappelles …” même s’il s’en souvient plus, foutue maladie, aller reste pas collée devant ton ordi, va t’acheter de nouveaux habits, maquille toi si tu en as l’envie, mets ton pyjama dehors, qu’est-ce qu’ils peuvent bien dire, aller va chasser les étoiles, va promettre la lune à ce gamin torturé, dis lui des choses gentilles, il a besoin de t’entendre les dire, aller arrête de mentir, prétends à un avenir céleste, bosse tes cours, mais pas trop, ne fuis pas encore une nouvelle fois, passionne toi, écris, écris des pages aussi, aller prends ton regard hautain, mais pas pour mépriser ces passants, prends ton regard hautain pour hurler à tous ceux qui t’ont fait la misère, qu’ils n’ont pas réussi à te faire taire, aller cultive toi, balade toi dans un parc, va à cette expo que tu veux voir, va dans le son, c’est bien là que t’es vivante, aller danse, danse jusqu’à en avoir des crampes, bois, bois des dizaines de tequilas, prends peut-être un peu de drogues, mais pas trop hein, c’est moche une camée, prends les pour te faire de belles expériences avec tes amis de toujours, aller va à Bruxelles, va à Lyon ou Menton, débarque sans crier gare, aller je te connais, t’en meurs d’envie, attends pas un coup de pied au cul pour te ressaisir gamine, aller respire, inspire, expire, encore une victoire de plus, aller bats toi, bats toi s’il te plait.

Aller gamine, il est temps de vivre.

j’supprimerai sans doute ce post plus tard mais là j’ai besoin d’hurler et y a à peu près que sur Tumblr que j’peux le faire

est-ce que c’est possible d’aller bien une seule putain de journée, j’veux dire du matin jusqu’au soir, j’veux dire sans avoir envie d’se jeter sous une voiture, sans avoir envie de n’avoir jamais exister, sans avoir envie d’pleurer, pourtant j’étais bien partie putain, ce matin j’m’étais motivée, j’étais prête à aller bien, en plus j’rentrais chez moi le soir alors forcément ça se passerait bien, j’reverrais mes sœurs et tout, forcément ça serait cool, toute la journée j’me suis forcée, j’ai pas craqué, j’allais relativement bien, j’suis arrivée chez moi et là, mes parents ont commencé à me reprocher des trucs débiles, j’ai pris sur moi et j’ai rien dit, j’ai laissé passer, j’suis retournée travailler mes cours et puis après on a mangé et là j’m’en suis pris plein la gueule, j’avais rien vu venir, j’étais rentrée depuis 1H30 maximum et ils m’ont balancé plein de trucs complètement incohérents, j’me suis fait engueulée parce que ma petite sœur avait fait une connerie, parce que c’est pas à moi de la gronder si elle me tire les cheveux, et puis j’range pas mes affaires et puis j’ai qu’à faire ma lessive toute seule, et puis de toute façon j’suis jamais là et j’aide jamais, alors j’ai essayé de me défendre parce que c’était pas juste, et ça a juste empiré les choses, alors j’suis partie et sérieux ça me crève le cœur que même mes parents, putain, les personnes qui sont censées m’aimer, peuvent pas s’empêcher de me détester alors que j’viens de rentrer, ils pourraient au moins faire semblant, moi j’me suis fait chier 2H dans le train pour rentrer et en plus j’me fait rabaissée, à quoi ça sert sérieux, putain ça m’énerve, ils m’énervent, c’est pas normal que mes parents m’aiment pas, comment veux-tu que j’ai confiance en moi après ça, comment veux-tu que je m’aime si même mes parents ne m’aiment pas, voilà, donc au revoir ma détermination pour être heureuse, putain

Mais regardes là, elle là bas ! Regardes moi ce déchet. Elle prend même plus soins d'elle. Elle arrive au lycée complètement péter. Pas maquillée, pas coiffée, elle fais même plus d'efforts pour s'habiller un minimum correctement. Elle arrive avec ses grosses poches sous les yeux, et ses cernes tellement noirs qu'on pourrait croire qu'elle s'est battue la veille. Le week-end elle sort plus de chez elle. Elle prétend aller bien, mais c'est impossible, rien qu'à la regarder tu vois qu'elle à envie de crever. Ça se voit dans ses yeux qu'elle a envie de pleurer. Ça s'entend dans sa voix qu'elle a envie de crier. Mais elle se retiens, parce qu'elle a plus personne. À quoi bon s'épuiser, pour rien.
Tu la vois cette fille là bas ? Moi je la vois, je la vois très bien même, trop bien.
—  Parce que c'est moi, cette fille là bas.
Le plus dure c'est de faire semblant d'aller bien devant sa famille, de faire de faut sourire pour les rassurer, de leurs dire que tout va bien alors qu'au fond on est totalement dévasté.
—  lafilledanslalune
Il fût un temps où j'avais beaucoup à offrir. Le temps d'une insouciance certaine, je n'avais pas peur d'aller bien, je n'avais pas peur d'aller mal. Et depuis je ne sais même plus.

parfois je regrette vraiment vraiment d’être comme ça. ce soir je suis invitée à la crémaillère d’un garçon que je n’ai pas vu depuis six mois et j’adorerais y aller mais je sais pertinemment que je suis bien trop mal à l’aise dans les groupes de gens inconnus et dans les groupes en général pour y aller, et je voudrais bien être différente et pouvoir mettre ça de côté, mais ce n’est pas le cas, et je vais faire taire mon angoisse pour passer l’après-midi à boire des mojitos sur la terrasse de la fille-papillon avec ses amis, et c’est déjà beaucoup.