agacant

EMOTIONS/FEELINGS in French

This is a culmination of all my french emotions posts, so it’s a long one!

TO BE HAPPY

être content(e)

être de bonne humeur

être en liesse - to be jubilant

être heureux/heureuse - to be happy

déborder de bonheur - to be overjoyed

être satisfait(e) - to be satisfied

être repu(e) - to be full/satiated/satisfied (food)


TO BE EXCITED

être emballé par - to be excited about sth (to be enthused by sth that’s happening)

être enthousiasmé - to be excited/enthused

être enthousiaste - to be excited

être en verve - to be entusiastic/excited about sth

être excité comme une puce - to be really excited


TO BE IN LOVE

Épris - lovestruck

Être amoureux de - to be in love with

Fou/follement amoureux de - head over heels in love with s.o

Être fou/folle de qqn - to be nuts for s.o


TO BE RELAXED

En prendre à son aise (avec) - to take things easy (péjoratif)

être détendu(e) - to be relaxed


TO BE SAD/UNHAPPY

être triste

être insatisfait(e) - to be unsatisfied

être mécontent(e) de/que - to be unsatisfied about/be unhappy about


TO BE ANGRY/FRUSTRATED

être fâché(e) - to be angry

être furieux/furieuse - to be furious

être de mauvaise humeur - to be in a bad mood

en avoir marre de - to have had enough of

avoir les boules - to be pissed off

être furax - to be furious/hopping mad

se fâcher tout rouge - to see red

se mettre en colère - to get angry

se mettre/foutre en pétard - to blow your top

se mettre en rogne - to get very angry


TO BE ANNOYED/IRRITATED

être agacé(e) - to be irritated/annoyed 

être énervé(e) - to be annoyed/irritated

être irrité(e) - to be irritated

être gêné(e) - (in this case) to feel annoyed - softer/gentler than agacer

Avoir les nerfs – to be irritated/annoyed/cross

Avoir les nerfs à vif – to be at your wit’s end

Avoir les nerfs en pelote – to be on edge


TO BE BORED (OR FEELING LAZY)

être ennuyé(e) - to be bored

être mort d’ennui - to be bored to death

avoir la flemme (de faire qch) - can’t be bothered doing sth


TO BE TIRED

être fatigué(e) - to be tired

être écrasé(e) - to be stuffed

être épuisé(e) - to be exhausted

être crevé(e) - to be dead tired

être vanné(e) - to be ready to drop

être claqué(e) - to be bushed/beat


TO BE STRESSED

être stressé(e) - to be stressed

Être sur les nerfs - to be strung out

Être surmené/débordé - to be stressed/overworked

Être tendu - to be stressed


TO FEEL SICK (TO DO WITH ILLNESS)

se sentir mal - to feel sick

se sentir mieux - to feel better

avoir mal - to be in pain

Avoir des courbatures - to feel stiff


TO BE SCARED

avoir peur (de) - to be scared (of)

avoir les jetons - to be scared stiff

avoir une peur bleue (de qch) - to be scared out of your wits (by sth)

avoir le trac - to be nervous

être effrayé(e) par - to be frightened by

être mort de peur - to be dead scared


TO BE SURPRISED/SHOCKED

être surpris(e) (par) - to be surprised

être stupéfait(e) - to be stunned

les bras m’en tombent - I am speechless

être choqué(e) (par) - to be shocked (by)

en être baba - to be gobsmacked (due to admiration)

être ébahi(e) - to be astonished


TO BE CONFUSED

ça m’embrouille - I’m confused - lit. this confuses me

J’ai du mal à suivre - I’m confused - I’m having trouble following

Je suis perdu(e) - I’m confused (lost) 

Je ne sais plus où j’en suis - I’m confused - in the sense that you don’t know where you are in something (figurative)

Je n’y comprends rien (or: j’y comprends rien - to be more colloquial) - I’m confused - I don’t get it

Je ne comprends pas - I don’t understand/I’m confused

J’te suis pas - I’m confused (I don’t follow you)


TO BE PROUD

Être fier de (note: feminine= fière) - to be proud of

Être orgueilleux - to be proud (to be a proud [as in haughty] as a person)


TO BE SMUG

Être hautain - to be proud (snobby/up yourself)

Être fiérot (fem= fiérote) - to be a proud person

Faire le fiérot - to be smug/pleased with yourself


TO BE JEALOUS

Crever de jalousie - to be eaten up with jealousy

Être jaloux de - to be jealous

Être envieux de (plus formel/soutenu) - to be envious

Jalouser - to envy/be jealous of


TO FEEL DESPAIR

être au comble du désespoir - to be in the depths of despair

Se désespérer - to despair/lose hope


TO BE GRATEFUL

être reconnaissant(e) - to be grateful

savoir gré à qqn de qch - to be grateful to s.o for sth e.g. je te sais gré de ton aide


TO FEEL SAFE

se sentir à l’abri - to feel safe


TO BE HURT/BROKEN-HEARTED/UPSET

avoir le cœur brisé(e) - to be broken-hearted/broken up by something

en être malade - to be cut up/gutted by sth

être affecté(e) - to be cut up about something

être blessé(e) - to be hurt by sth

être bouleversé(e) - to be upset

être dans tous ses états - to be in a state

être désemparé(e) - to be distraught

être peiné(e) - to be hurt by sth

être accablé par le chagrin - to be grief-stricken

en être tout retourné - to be bowled over/to be devastated~shocked by

être anéanti - to be torn in two

avoir mal au cœur - to be very sad/heartbroken (can also mean to feel sick/nauseated)
avoir un gros chagrin - to be grief-stricken/heartbroken


TO FEEL UNCOMFORTABLE

être dans ses petits souliers - to feel uncomfortable

être mal à l’aise - to be uncomfortable

être mal à son aise - to be ill at ease

se trouver mal - to be uncomfortable (uncomfortable position - e.g. sitting)


TO FEEL HUMILIATED

être humilié(e) - to be humiliated

être mortifié(e) - to be mortified

3

So.. What do you say (Y/N), deal ?” He smirked. “Or maybe you’re sacred ?

Alright.”  You look up to the sky as a sign of agacement, trying to hide the fact you were having fun. “But, you better keep your promise, or I’ll kick your ass.

He laughed. “We’ll see that.

I was wondering where the word ‘pied’ for ‘black-and-white’ came from. It turns out that it comes from the old name for the magpie, which was just ‘pie’. The magpie is a very common bird with black-and-white plumage, so by saying something was ‘pied’ you were saying it was coloured like a magpie.

The ‘mag-’ prefix comes from the personal name ‘Margaret’, which was applied to the bird to give a cutesy nickname, something also seen in the common names Robin Redbreast (Erithacus rubecula) and Jenny Wren (Troglodytes troglodytes). By the way, the robin and the wren were traditionally thought to be the male and female forms of the same bird, so Robin Redbreast and Jenny Wren were husband and wife. In reality, these two species are non-sexually dimorphic; even the female robins are brightly-coloured just like the males, and even the male wrens are cryptic just like the females.

The word ‘pie’ itself comes from Latin pīca ‘magpie, jay’, which may come from an Indo-European root *(s)peyk- reflected also in Latin pīcus ‘woodpecker’, Sanskrit pika- ‘cuckoo’, German Specht ‘woodpecker’, and English speight, a now-obsolete word for the green woodpecker (Picus viridus), although still used as a surname (I had a teacher in high school called Mrs Speight).

The name of the medical syndrome ‘pica’ also comes from Latin pīca, because of the magpie’s propensity to eat all sorts of things. The Latin use of the word for this syndrome was influenced by Greek κίσσα ‘magpie, jay’ which was used to refer to the syndrome from Hellenistic times.

The etymology of the name ‘pie’ for the foodstuff is uncertain, but it’s plausible that it’s connected to the ‘magpie’ sense, because a pie has all sorts of things in it and magpies like to collect things (e.g., notoriously, shiny objects, although apparently this is a myth). Similarly ‘haggis’ may come from ‘haggess’, a 16th-17th century word for the magpie derived from French agace ‘magpie’ (dialectal in modern French); and another foodstuff name, ‘chewet’, was used in the 16th century to refer to the chough.

Symptômes amoureux :

Tu as un peu la nausée, tu as du mou dans les genoux, un truc qui chatouille vers le nombril, un agacement au niveau des épaules, tu as envie de tout casser, de courir, de sauter, et, en même temps, tu es épuisé, ton cœur bat très vite et pourtant tu as l'impression de manquer d'air. Si tu entends une musique sentimentale, tu as l'impression que ton corps s'allonge. Tu manges trop ou tu ne manges pas. La nuit, dans ton lit, tu te tournes, tu te retournes, tu as envie de rire et que quelqu'un te voie.

Le Redoutable

Ça parle de quoi ?
À la fin des années 60, Jean-Luc Godard est à l’apogée de son succès, ce qui a le don de l’énerver. Il partage sa vie avec Anne, de 25 ans sa cadette, qui l’admire sans toute fois ignorer ses excès.

C’est avec qui ?
Louis Garrel, qui tient son petit cheveu sur la langue jusqu’au bout
Stacy Martin, découverte dans Nymphomaniac de Lars Von Trier

C’est de qui ?
Michel Hazanavicius, monsieur OSS117 et The Artist

Et c’était bien ?
Que cela n’en déplaise à certains, Le Redoutable n’est pas un biopic sur Jean-Luc Godard, c’est un portrait. Un portrait d’une époque et d’un homme à la croisée des chemins, obsédé par l’image qu’il pense que les gens ont de lui et celle qu’il souhaiterait donner.

Le film prend un malin plaisir à pointer que derrière le réalisateur adoré se cache un facette qu’on oublie parfois de se rappeler: celle d’un homme à la langue bien pendue, parfois odieux, injuste, excessif et même méchant. Le succès semblant tout excuser, son entourage subit la plupart du temps ses accès de colère, ses obsessions et surtout sa mauvaise humeur.

C’est avec beaucoup d’humour - et très fin cet humour - qu’Hazanavicius prend un plaisir évident à reproduire certaines scènes de la vie quotidienne du réalisateur culte, tirées de deux des livres écrits par la véritable Anne Wiazemski.

Hazanavicius ne fait pas l’élève modèle et ne se contente pas de mettre en images les souvenirs d’Anne. Il commente visuellement, avec sa mise en scène. Il insère dans chaque scène importante ses propres réflexions sur l’artiste, le cinéma et l’époque bouillonnante qu’était la fin des années 60.
C’est là qu’on reconnait la pâte d’un vrai réalisateur. Dans le cadrage de certaines répliques, dans la beauté d’une scène d’amour à l’esthétisme parfait, dans l’utilisation de la voix-off et même de certains sous-titres. C’est remarquable, juste et prenant.

Hazanavicius évite tous les clichés comme s’ils n’avaient même jamais existé et écrit un film intelligent et fort, le portrait d’un homme humain sous la cape de la grandeur.
Très réussi tant qu’on aime le cinéma et ceux qui le font.

C’est bien joué ?

Louis Garrel est impressionnant de justesse. Il fait preuve d’une palette de nuance entre drôlerie, sarcasme et agacement qui prouve ce que j’ai toujours su: c’est un acteur de talent, capable de donner une épaisseur et une humanité à des personnes aussi mythiques que Godard. Tout le monde se fait une idée de Godard et Garrel vous présente la sienne.

J’avais découvert Stacy Martin dans son tout premier film: Nymphomaniac de Lars Von Trier, où, elle prouvait sans complexe n’avoir pas froid aux yeux et pouvoir sans sourciller, tout jouer. Dans Le Redoutable, elle n’est pas la version jeune de Charlotte Gainsbourg débridée, mais incarne au contraire, la jeunesse lisse de la bourgeoisie des années 60 qui lit et se cultive. Si le film donne une image d’une Anne un peu moins ambitieuse qu’il ne devait être question en réalité, Stacy Martin offre un jeu tout en subtilité qui laisse percevoir, sans aucun mot, ce qu’elle devait penser de Godard à tel ou tel moment de leur couple.

Beau duo.

Petit dej à poil

On y va ?
Je recommande, tant qu’on aime les années 60 et les portraits de type insupportable.

Alors Perle ou Navet ?
On peut se demander ce que Godard aurait à dire du film. Il n’a pas répondu à la lettre d’Hazanavicius, mais a fait savoir qu’il ne voulait pas le voir.
François Truffaut disait “les Français ont deux métiers, le leur et critique de cinéma”. Au travers de cette citation qui se veut acerbe et condescendante envers les gens de mon espèce, on pourrait presque y voir un compliment au cinéma: un art qui enfin rassemble tous les Français, quel que soit leur métier.
Je tire donc mon chapeau à Hazanavicius qui réalise un portrait aux antipodes du biopic classique, un portrait où il ose s’exprimer malgré la place que prend Godard.
Perle.

Godard manifeste, le Monde dans la poche

Dois-je me sentir coupable d'être moi?
Dois-je me laisser faire face à tous ces gens?
Vous voulez que je devienne quoi?
Ah oui! Ne pas être différent.
La différence vous agace n'est-ce pas ?
Les mensonges, les faux-semblant,
Vous devez connaître ça ?
Avant j'étais comme vous,
Insouciante, cachant ma véritable personnalité.
Je cachais tout de la véritable moi, tout.
J'avais peur, peur d'être critiquée,
Je me voyais comme une inconnue.
Et ce déclic est apparu.
Depuis, je vis pour moi-même.
Je suis avec les gens que j'aime,
Je porte les vêtements que j'aime,
Je fais les choses que j'aime.
Et les autres ? On s'en fiche !
J'ai réussi une étape dans ma vie : être moi-même.
Et toi?
Je te souhaite d'être véritable. D'être unique, et d'avoir ce putain de déclic.
Narcisse

J'ai parlé avec lui hier. Il soupirait sur mon lit. J'envoyais des messages à ma sœur en même temps, elle m'apprend le japonais. Je lui ai dit que je voulais aller me coucher tôt, que j'avais quelque chose à faire demain matin. Il a dit qu'il voulait discuter et comme je suis patient je l'ai écouté.

C'est là que j'ai appris comment fonctionne notre relation. Des heures entières de ma vie sont devenues sont sanctuaire. Il m'envoie des messages constamment. Ses problèmes remplissent mon emploi du temps. La plupart du temps il ordonne mon attention au lien de demander. Mais je compatis, donc j'écoute. Je lui donne des conseils qu'il ignore, je suis assis dans un silence contemplatif sachant que je ferai mieux de dormir, je fais oui de la tête et je le supporte.

Il ne remarque jamais qu'à chaque fois qu'il débarque j'ouvre une bière pour faire passer le temps plus vite, et peut-être rendre les choses plus simples. Plusieurs fois j'ai fait l'erreur de parler de mes propres problèmes, mais ils sont toujours noyés sous le déluge des siens, ou bien il fait des commentaires déplacés, des onomatopées comme pour montrer son agacement et son impatience. “Je me sens pas bien en ce moment”, se mêle avec des phrases comme :“Quelqu'un avec autant de réussite ne devrait pas se sentir triste.” J'essaye de lui confier une de mes peurs et il passe 30 secondes à dire que je suis parfait en finissant par :“Pas comme moi, je suis pathétique.” En l'espace d'un instant, je le réconforte encore. On n'a pas de vrai conversations. Je peux rester silencieux pendant deux heures à l'écouter se plaindre et il ne remarquera même pas.

Une fois il a débarqué dans ma chambre pendant que je préparais mon emploi du temps de la semaine. Il était surpris de voir tout ce que je fais. “T'as l'air très occupé” dit-il, “Et où tout le temps que tu dois passer avec moi ?”. Il ne s'intéresse à aucune de mes autres activités. Il ne sait rien de ma vie, seulement que je sais bien écouter. De temps en temps il me flatte pour me garder auprès de lui et pour m'utiliser. Il m'insulte si je ne lui donne pas assez d'attention. Tout ce que j'entends c'est à quel point il a besoin de moi, à quel point il souffre tragiquement. Si je venais à disparaître un jour sa vie serait insupportable selon lui. Il voue un culte à toute cette espèce mythologie et à ces faux dieux. Il ne connait pas mon deuxième prénom. Il oublie mon anniversaire.

On est mercredi. J'ai bu. Il s'est servi une bière sans me demander. Il est affalé dans mon canapé. Je lui demande de partir, je n'ai pas de temps pour lui, il me répond en rigolant :“T'es tellement drôle”. Si je le pouvais je le souleverais moi-même mais je n'en ai pas la force, alors je le laisse poser là, comme un meuble mais un meuble qui sait parler et qui se plaint. Je repense à la journée que j'ai passé, aux nouvelles que j'ai reçu, à quel point ma vie va changer.

Il me regarde droit dans les yeux et demande :“Je peux te demander quelque chose de personnel ?”

Je lui réponds vas-y dans un soupir.

“Pourquoi les filles bien sortent toujours avec des connards et pas de gens comme moi ?”. Je le regarde sans vraiment comprendre comment quelqu'un comme lui peut dire ça. Sa bouche continue comme un train à grande vitesse, il ne s'arrête plus. “Ce que je veux dire” dit-il, “C'est qu'elles courent toujours après les pires mecs possible sans jamais me remarquer ou même simplement me voir. Je me fais toujours friendzone.”

Il soupire. “Voilà ce que je voulais dire”. Il me regarde :“C'est vrai, qui voudrait de moi ? de quelqu'un d'aussi pathétique ? Je finirais seul, je suis juste l'ami des jolies filles.”

De ce que je sais, il n'est ami avec aucune fille. Je me demande s'il a des amis, ne serait-ce qu'un seul, parce que moi, je ne suis sûrement pas son ami, nous ne sommes pas amis. Il change de sujet avant que je puisse répondre, retournant à ses problèmes. Son facebook est plein de posts qui disent à quel point les femmes ne savent pas trouver les hommes qui leur faut. À quel point elles sont aveugles face aux bonnes choses.

En partant il m'a laissé quelque chose en disant :“Tu donneras ça à Claire, je sais que tu la vois demain”

C'est un poème sur lui.

ANNOYANCE in French

Someone asked me to make a post about this, so here it is:

agacer - to irritate/annoy sb

brouter/prendre le chou à qqn - to get on someones nerves - e.g. ça me broute

chicaner - to annoy/provoke sb

courir sur le haricot de qqn - to get on somebody’s nerves - apparently this is quite gentle, someone thought of it as a way a parent would talk to their child/ren who are being annoying.

crisper - to get on sb’s nerves/to be on edge - sa voix aiguë me crispe

embêter - to annoy/pester/bother sb

énerver - to annoy/irritate sb - this is still fairly polite

irriter - to irritate sb

gêner - (in this case) to annoy/irritate sb - softer/gentler than agacer 

gonfler - to get on somebody’s nerves - e.g. ça me gonfle

Taper sur les nerfs/le système de qqn - to get on somebody’s nerves

As always, let me know if there are any errors or if you have suggestions:)

-Lucy

-Edited the post a bit, thank you for the input @vicentehoult

Comme d’habitude ma chérie, je constate que tu fais tout pour m’agacer. Une fois de plus tu n’as pas mis de soutien-gorge et tout le  monde peut voir tes seins. Je t’avais pourtant bien prévenu, donc maintenant c’est une bonne fessée.  

9

En se basant sur le roman autobiographique d’Anne Wiazemsky “Un an après”, Michel Hazanavicius raconte un Jean-Luc Godard redoutable mais pas insubmersible, en coulée libre après l’échec de sa Chinoise, dans une ambiance maisoixantehuitarde qui le remet en question. Louis Garrel campe un JLG très convaincant et très convaincu de ses valeurs d’extrême gauche au point d’en être imbuvable. La comédie fonctionne, bien souvent au détriment du grand maître souvent tourné en dérision mais pas en ridicule non plus, avec la légèreté décalée qui est la marque de fabrique d’Hazanavicius. On rit de bon coeur de la mauvaise foi du réalisateur de la Nouvelle Vague, on rit en tout cas tant que le regard énamouré de sa belle reste teinté d’admiration, soit dans deux bons tiers du film. Mais comme on voit le film à travers les yeux d’Anne (jouée avec le naturel désinvolte de Stacy Martin), JLG finit par nous agacer aussi et on sent la lassitude poindre dans le dernier tiers du film. On oublie le Godard d’A bout de souffle, Pierrot le fou, le Mépris, qu’il clame ne plus être de toutes façons et on ne voit plus que l’Insupportable plus que le Redoutable, celui qui déçoit aussi Agnès Varda dans Visages Villages. L’effet était sans doute voulu par Hazanavicius mais ça n’en rend pas moins le film plombant à la fin.    

7

Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 2015 : Rooney Mara

Todd Haynes :
“J’ai repris le livre de Barthes, Fragments d’un discours amoureux en travaillant sur Carolcar c’est vraiment de ça que parle le film : le théâtre fou et solitaire de l’imagination amoureuse”. - (Entretien Télérama)

“Rooney Mara — dont on pourrait se contenter de scruter le visage, des heures durant, jolie figure à moitié cachée derrière la vitre arrière d'un taxi, sous ce qui devient par magie le plus beau béret du monde” - (Aurélien Ferenczi, Télérama)

~~

SYNOPSIS. Dans le New York des années 1950, Therese (Rooney Mara), jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol (Cate Blanchett), femme séduisante, prisonnière d’un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond et les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

~~

“Pour tourner ce fim, Todd Haynes a fait appel au directeur de la photographie Ed Lachman. Le film a été tourné en Super 16 mm ce qui lui donne cette apparence de 35 mm de l’époque. Ed Lachman, qui avait déjà travaillé avec le cinéaste sur MILDRED PIERCE, LOIN DU PARADIS et I’M NOT THERE, souligne la qualité de son dialogue avec Todd Haynes : « Nous entretenons une relation de type yin et yang qui nous permet de fourmiller d’idées et nous ouvre de nombreuses perspectives. Nous nous sommes inspirés du travail des femmes photographes des années 1950. » Au cours de leurs recherches, Ed Lachman et Todd Haynes ont exploré la manière dont les images de l’époque offraient un certain regard poétique et un point de vue subjectif qu’ils ont voulu rendre dans le fim. « La photographie au cinéma ou l’art de faire raconter des histoires aux images, c’est ce qui va raconter une vérité psychologique dans un film », explique Ed Lachman. « C’est ce que Todd et moi cherchons toujours à faire, c’est-à-dire à trouver le contexte visuel de l’histoire. Et pour ce faire, nous intégrons de la psychologie dans les mouvements de caméra, dans la lumière, dans les décors et les costumes. »”

~~

“Rooney is just an impeccable talent. I feel she understands the medium of film and for somebody this age to know how to calibrate the scale of articulation for this intimate medium, I think it speaks to extraordinary intelligence and innate ability.” (Todd HAYNES)

~~

“Rooney, it’s so many great silences, too. Not done with dialogues, but just like the essence of screen acting to me, you know, through the eyes. And there is so much of that in this…" 

(Screen Actors Guild - SAG-AFTRA Foundation, 
Pete Hammond (Deadline), à Rooney MARA,
à propos de CAROL, 13 novembre 2015)

~~

”(…) Carol est l’histoire de ce chromo parfumé et de la lente déprise qu’accomplissent deux femmes amoureuses l’une de l’autre pour s’arracher à la pellicule de plastique transparent qui menace incessamment de recouvrir leurs gestes, leurs émotions, leur désir et leurs craintes. (…) Tout le lyrisme du film de Todd Haynes (…) est contenu dans cette rencontre-évitement qui est aussi une scène de drague impossible où les périphrases, l’air moqueur, les silences et l’éloquence imperceptible des moindres mimiques remplacent les lourdes sollicitations plus ou moins amicales et sexuelles dont Therese est l’objet. Carol, elle, femme déjà mûre, mariée et en instance de divorce d’un riche mari qui l’aime mal, mère d’une petite fille, semble toujours au bord de basculer dans la pure fonction décorative que le monde alentour lui assigne. Femme fatale mais aussi froide effigie, elle embarque Therese pour un road-movie en direction de Chicago puis Waterloo, décision qu’elle prend dans un sursaut (…). Le film s’ouvre alors à une errance, de motels en palaces, au gré des routes couvertes de neige, toujours plus loin des fêtes de famille, toujours plus seules dans la bulle d’une tendresse altière et sexuelle. C’est toujours beau de voir l’indécence changer de bord, de s’imprégner au contact d’une fiction de l’inélégance des pensées parfois les plus bienveillantes, de voir l’amour officiel n’être plus que menace et mise en demeure quand l’idylle interdite se déploie en série d’épiphanies fragiles et minces comme une feuille de papier à lettre qu’une main maladroite peut froisser à tout moment. (…) L’inexorable brûlure du film, s’accomplit au gré des vertigineux enchaînements de plans suturant reflets, songes, fumées, peaux, soieries et fards alors qu’à l’intérieur des personnages quelque chose se déchire, éclate et se répand en un torrent de mélancolie. Le duo radieux et hanté, Cate Blanchett et Rooney Mara, porte Todd Haynes au-delà de lui-même, au sommet d’un geste pur".

Didier Péron, Next / Libération
Extrait - Lire la critique complète : «CAROL» : EMBRASEZ-MOI

~~

“Dans Carol, chaque mouvement de caméra semble trahir un état d'âme. L'écran est parsemé de couleurs vives : les robes rouges et vertes de Cate Blanchett donnent même à la grisaille de New York des airs de comédie musicale. Et puis, entre la psychologie des personnages et l'art se tissent des liens secrets : dans Le Chevalier des sables, l'un des Minnelli les plus beaux et les plus méconnus, Elizabeth Taylor incarnait une artiste qui, par misanthropie et mélancolie, ne peignait que des oiseaux. Chez Todd Haynes, Therese (Rooney Mara), apprentie photographe, se borne elle aussi, mais par peur et timidité, à ne saisir dans son objectif que des ciels, des fenêtres et des portes. C'est en voyant, au loin, Carol acheter un sapin de Noël à sa petite fille qu'elle ose, presque instinctivement, appuyer sur le déclic, voler cet instant indiscret. Chez Haynes comme chez Minnelli, l'art reflète toujours la naissance de l'humain chez ceux qui s'en excluent, mais qui l'acceptent après un périple qui les révèle à eux-mêmes.
Donc, Therese, vendeuse dans un grand magasin de New York, rencontre Carol, grande bourgeoise en train de divorcer d'un mari qui, par vengeance, s'est mis en tête de lui retirer la garde de leur fille. Carol, qui aime les femmes, s'éprend de Therese, au risque de se perdre… « En travail­lant sur le film, a dit Todd Haynes, j'ai relu Fragments d'un discours amoureux, de Roland Barthes. Car le film ne parle que du théâtre fou et solitaire de l'imagination amoureuse. »
C'est dans ce pointillisme exacerbé qu'éclate l'invention du cinéaste : la précision de la lumière qu'il exige de son génial chef opérateur, Ed ­Lachman. Et la minutie avec laquelle il dirige ses actrices. Cate Blanchett joue Carol comme Greta Garbo, jadis : avec une emphase légère, un emportement diffus. Une même extravagance les réunit : Garbo, toujours à la lisière du surjeu dans ses mélos, et Cate Blanchett, au seuil de la déraison en fausse héroïne de Tennessee Williams (dans Blue Jasmine, de Woody Allen) ou en avatar de Bob Dylan (dans I’m not there, de Todd Haynes, déjà). Dans Carol, chaque geste, chaque sourire, chaque silence qui pourraient agacer, tant ils sont maîtrisés, ne font qu'exprimer les efforts de l'actrice à se plier aux destins du personnage. Pour survivre, Carol doit composer. Tricher. Exagérer. Se déguiser. C'est en soulignant constamment l'artifice que Cate Blanchett parvient à être juste et vraie… Rooney Mara, elle, rappelle Audrey Hepburn. La Sabrina de Billy Wilder. Même frange. Même fragilité. Même androgynie. Même désir de s'élever dans l'échelle sociale. Même mépris devant la rouerie de certains êtres (un aimable représentant), lorsqu'elle la découvre…
Durant tout le film — de la première rencontre jusqu'aux dernières secon­des du dénouement —, le cinéaste préfère le chemin qui mène à la passion que la passion elle-même. Et c'est avec la même subtilité qu'il suggère l'éternel poids de l'intolérance sur nos vies. La force du film, c'est de nous faire réaliser qu'en dépit des masques rassurants dont il s'affuble, le moralisme ne cède jamais. Il se cache. Il attend son heure”.

— Pierre Murat, Télérama (extrait - lire la critique complète)

Rooney Mara ~ Cate Blanchett

OSCARS 2016 : Carol nominated for 6 Academy Awards
Best Actress (Cate Blanchett)
Best Supporting Actress (Rooney Mara)
Best Cinematography (Ed Lachman)
Best Costume Design (Sandy Powell)
Best Adapted Screenplay (Phyllis Nagy)
Best Original Score (Carter Burwell)

 4 New York Film Critics Circle (NYFCC) Awards
Best Film: Carol 
Best Director: Todd Haynes
Best Screenplay: Phyllis Nagy 
Best Cinematography: Ed Lachman

Ed Lachman - Best Cinematography (Carol) - Film Independent Spirit Awards - 2016

5 Awards - Intl. Cinephile Society (an online group consisting of about 100 journalists, film scholars, historians…): 
BEST PICTURE“Carol” BEST ACTRESS Rooney Mara, “Carol” BEST DIRECTOR Todd Haynes, “Carol”
BEST ADAPTED SCREENPLAY Phyllis Nagy, “Carol” BEST SCORE Carter Burwell, “Carol”

9 BAFTAs Nominations
Best Film, Director (Todd Haynes), Leading Actress (Cate Blanchett), Supporting Actress (Rooney Mara), Adapted Screenplay (Phyllis Nagy), Cinematography (Ed Lachman), Costume Design (Sandy Powell), Production Design (Judy Becker & Heather Loeffler), Make Up & Hair (Jerry DeCarlo & Patricia Regan)

Golden Globe Awards 2016
5 nominations
meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure actrice à deux reprises (Cate Blanchett et Rooney Mara), meilleure musique originale

SAG Awards 2016 (Screen Actors Guild Awards)
2 nominations
Cate BlanchettOutstanding Performance in a Leading Role and Rooney MaraOutstanding Performance in a Supporting Role

Online Film Critic’s Society Awards 2015
Best Actress: Cate Blanchett (Carol)
Best Supporting Actress: Rooney Mara (Carol)
Best Adapted Screenplay: Carol(Phyllis Nagy)

Best movie of 2015 - Toronto Film Critics Association
(Best Picture, Best Director awards for 2015)

Alliance of Women Film Journalistsannounce 2015 EDA Award nominees. “Carol" leads with nine nominations:
Best Film, Best Director, Best Screenplay (Adapted), Best Actress, Best Actress in a Supporting Role, Best Cinematography, Best Film Music Or Score, Best Woman Screenwriter, Best Depiction Of Nudity, Sexuality, or Seduction.

‘Carol’ Leads Nominations in Australian Academy’s International Awards:
Best Film, Best Direction, Best Screenplay, Best Lead Actress, Best Supporting Actress

5th AACTA International Awards, January 29, 2016:
AACTA International Award for Best Lead Actress : Cate Blanchett - CAROL
AACTA International Award for Best Supporting Actress : Rooney Mara - CAROL

TODD HAYNES, ROONEY MARA, CATE BLANCHETT


Conversation avec Rooney Mara (Carol) : la raison du Prix à Cannes, la question des femmes à Hollywood, une scène sexuelle de Carol coupée au montage ›

films7 | back up ↑