abrutis

Je suis fatiguée: j'ai marché toute la nuit pour semer ton souvenir. […] Assise sur un banc, abrutie malgré moi par l'approche du matin, je cesse de me rappeler que j'essaie de t'oublier.
—  Marguerite Yourcenar, Feux
Swear words and insults in French

Merde
Means: shit
Example: Merde, j’ai oublié de faire mes devoirs!

Putain
Means: Fuck (but it’s used for almost everything)
Examples: Putain, ça m’énerve! / C’est génial putain! / On a réussi putain!

Bordel
Means: mess, shit, damn
Example: C’est quoi ce bordel? / Bordel, qu’est-ce que c’est que ça?

La vache
Means: crap
Example: La vache, il m’a bien eu!

Oh mon dieu
Means: Oh my god
Example: Oh mon dieu il a vraiment fait ça?

Connard / Fils de pute / Enculé
Means: asshole, son of a bitch, fucker (when you’re talking to a boy).
These are popular insults but very vulgar. 

Connasse / Salope / Pétasse
Means: asshole, bitch, slut (when you’re talking to a girl).
These are popular insults but very vulgar. 

Enfoiré / Abruti / Imbécile / Salaud
Means: asshole. These are popular insult but a little bit less vulgar. 

Va te faire foutre
Means: Fuck you

Branleur
Means: wanker
Example: T’es qu’un branleur!

Dégage
Means: piss off
Example: Dégage, sors de ma chambre!

Tu me fais chier
Means: You’re pissing me off

Je m’en fous
Means: I don’t give a shit

Ta gueule
Means: shut up

S’en prendre plein la gueule
Means: being critized violently or insulted
Example: Il a triché et il s’en ai pris plein la gueule.

We also often combine these insults, for example “bordel de merde” ou “putain de merde”. 

“Gna gna gna le vote utile c'est de la merde. Si tu votes par pour tes convictions tu peux aussi fermer ta gueule”

“Gna gna gna. Faut être con pour voter pour des perdants. Tu gâches ton vote. Si a
On le pen/fillon au second tour c'est de ta faute”

Merci pour la crise de panique et allez tous bien vous faire foutre.

#CeJourLà 21 avril 1967, deux députés s’affrontent lors du dernier duel de France

pourquoi cette pratique n’aurait jamais du prendre fin:

ça facilite grandement le renouvellement de la vie politique

ça rend la vie tellement plus intéressante, tous les détails de cette histoire sont parfaits:

  • Gaston Deferre (socialiste) interpelle le gaulliste René RIbière qui lui coupe la parole pendant une intervention à l’Assemblée nationale et lui crie “Taisez-vous, abruti!”
  • Un peu plus tard, Deferre refusant de retirer son injure, Ribière lui envoie ses témoins pour demander réparation par le fer
  • je tiens à préciser que les duels avaient déjà quasiment disparus à l’époque, le dernier remontait à neuf ans en arrière, donc ça n’était pas une façon naturelle de répondre à une injure
  • pour appuyer mon propos (c’est-à-dire René Ribière est la personne la plus mélodramatiquement française du monde), il faut rappeler qu’il n’avait jamais touché à une épée de sa vie, alors que Deferre était un escrimeur accompli (et que lui s’était déjà battu en duel, au pistolet cette fois, mais c’est une autre histoire)
  • la date est fixée, le 21 avril 1967 donc, et la presse s’en amuse beaucoup, De Gaulle beaucoup moins, il tente de le faire interdire mais rien ne peut empêcher deux hommes adultes de régler leurs problèmes en jouant à se battre
  • des journalistes ont même filmé l’événement, ils tenaient vraiment à se donner en spectacle
  • comme on pouvait s’y attendre, Deferre touche Ribière rapidement, à l’avant-bras, mais ce dernier refuse de s’arrêter là alors qu’il avait été décidé de mettre fin au combat au premier sang
  • Deferre le touche à nouveau, et Ribière admet sa défait
  • Deferre racontera ensuite à qui veut l’entendre qu’il avait fait exprès de toucher Ribière à l’entrejambe pour lui gâcher sa nuit de noces car il devait se marier le lendemain (mariage qu’il a effectivement du repousser)

en conclusion, ramenez les duels comme forme valide de règlement des différends en politique française, il n’y a que des avantages et aucun inconvénients

Connard. Bâtard. Salopard. Enculé. Menteur. Gros con. Sale merde. Abruti. Bouffon. Couillon. Crétin. Crevard. Enflure. Enfoiré. Ordure. Salaud. Tocard. Vas te faire enculer. Débile. Imbécile. Merdeux. Minable. Sous-merde.
—  Et encore c’est faible pour te décrire.. 
Je l'ai perdue. Je réalise seulement maintenant que j'ai tout fait pour. J'ai agi comme un con, parfois elle venait me demander un câlin et je la repoussais, elle me taquinait et moi j'la recalais. J'me suis comporté comme un abruti, et aujourd'hui elle est partie. Pourtant elle me laissait plein de signes, sans arrêt, de trucs qui lui feraient plaisir, ou d'autres qui la blessaient au contraire. Mais j'bougeais jamais, j’m'en foutais, puis elle, elle disait rien, elle encaissait toujours tout. Jusqu'à aujourd'hui. Y a une chose qui est sûre, c'est que j'en trouverai pas une autre comme elle, et elle, elle reviendra jamais. Et c'est entièrement ma faute. J'ai été incapable de prendre soin d'elle, incapable de la rendre heureuse. J'ai perdu la seule fille qui aurait pu tout faire pour moi, et tu peux pas savoir comme j'regrette.
—  ouragandsentiments

L'a tristesse n'a rien de beau, ni de poétique, c'est nul. Nul à pleurer…


Cette vision permet juste aux gens heureux de se sentir encore plus heureux. Ils s'imaginent qu'il doit être vaguement agréable d'être triste, que ça encourage la créativité ou je ne sais quoi. Quand a ceux qui comparent les larmes aux gouttes de pluie, quels abrutis… les larmes, les vraies, elles te brûlent les yeux. Elles ne s'arrêtent pas sur commande.

—  Sara barnard

Ok je sais pas du tout pourquoi j'écris ça parce qu'au fond je sais que ça va sonner faux, que j'arriverais jamais à rendre compte de ce que je veux vraiment dire et peut-être que tout le monde s'en fout, peut-être que personne lira ça, peut-être que les gens ont raison de s'en foutre au final parce que c'est pas beau ce que je dis, y'a rien de beau c'est juste triste, c'est déprimant ça rend mal c'est inutile et parfois j'ai envie de balancer mon ordi par la fenêtre tellement c'est nul et ridicule, vous savez je rends peut-être un peu l'image de la meuf qui déconne, qu'est bien, qu'est “cool”, même si ici vous avez pas que les bons côtés de moi je sais que y'en a d'entre vous qui pensent ça et ça me fait plaisir que vous pensiez ça parce que ça prouve que y'a véritablement des moments où j'vais bien, un peu, mais vous savez j'suis loin d'être cool j'suis plutôt du genre à faire bien semblant, on me l'a dit pas mal de fois que je faisais bien semblant, que tout ce que je souffrais ça se reflétait pas sur ma façon d'agir, et pourtant qu'est-ce que je suis faible, si je m'effondre pas et que je me confie pas aux gens c'est que j'ai trop de fierté, j'ai l'impression que je vais encore plus m'enfoncer si j'avoue que j'suis à terre, et pourtant je sais que j'ai besoin d'aide souvent, en vérité j'ai l'impression que tout ce que je fais ces derniers temps ça sonne comme un appel à l'aide que personne n'entend, même quand je rigole et que pendant deux secondes je suis heureuse, je retombe toujours sur terre et ça fait mal l'aterrissage, ça fait mal et parfois même souvent j'ai envie de lâcher prise totalement, d'arrêter de me battre, d'arrêter de me lever le matin et de sourire alors que je sais très bien que tout est faux, que mon sourire est faux, que ma présence elle même est fausse, je sais très bien que où que je sois je devrais pas être là, j'essaie de jouer le jeu, de faire avec ce que j'ai et d'essayer de m'en contenter mais j'suis une gamine insatisfaite et démesurément triste et c'est tout, je veux pas me battre je veux que tout vienne à moi tout de suite, je veux pas souffrir et pourtant je provoque toute seule ma propre souffrance, je me torture toute seule avec des choses passées comme si tout était de ma faute, comme si tout ce que j'avais fait durant toute ma courte vie n'était qu'une putain d'erreur, comme si j'étais qu'un monstre et que tout ce que je savais faire c'était survivre parmis des gens qui ne veulent même pas de moi, ça sonne vraiment déprimant ce que je dis mais je suis pas suicidaire vous savez, j'ai pas envie de me tuer mais j'ai pas confiance en moi-même, j'ai pas confiance en la moi triste parce que je connais absolument pas mes limites, j'ai aucune idée du mal que je pourrais me faire, que je pourrais faire aux autres, j'ai pas envie de mourir mais je veux plus être vivante, vous saisissez la différence ? En apparence tout va bien mais dans ma tête c'est tellement flou, et la seule chose de nette c'est que je suis une lâche, une putain de faible. Je sais que je suis pas stupide, que je ne suis pas une abrutie, je le sais très bien mais des fois j'aimerais juste en être une, que tout soit plus simple dans ma tête, que je ne me blesse pas autant juste en pensant. Quand je regarde autour de moi j'ai l'impression de venir d'une autre planète, de ne pas être faite pour ça, de ne pas être capable de supporter ça. J'arrive pas à vivre au milieu des gens, à leur parler, j'arrive pas à être moi-même et quand je le suis j'ai toujours cette peur au fond de moi que quelqu'un me juge, que quelqu'un se moque, que quelqu'un fasse une remarque, j'ai tellement d'insécurités et de plaies pas refermées que tout le monde passe son temps à rouvrir sans s'en rendre compte, j'arrive pas à ignorer toutes ces souffrances qui sont en moi et qui m'empêchent de vivre parce que je les laisse me dévorer toute entière, je laisse toujours ma souffrance me bouffer, je me laisse sombrer jusqu'à ce que je réalise que j'ai pas d'autre choix que me relever. Je fais ça à chaque fois, mais je sais pas en ce moment j'ai l'impression que j'arrêterai jamais de tomber et je veux pas toucher le fond comme ça parce que je sais que même si on est tous forts je me relèverai pas. Et je sais que là maintenant, je suis coincée au milieu de choses dont je ne me relèverai pas. J'en peux plus, moi-même je sais pas depuis combien de temps je souffre autant, je crois que ça a commencé quand j'ai compris que je ne pouvais parler à personne de certaines choses, et je crois qu'à partir de ce moment j'suis tombée, j'ai perdu tout ce qui pouvait me retenir, j'y arrive plus. J'y arrive plus et je sais que demain il y aura des moments où j'y arriverai, où j'aurai l'impression que ça ira à nouveau mais là maintenant j'y arrive plus. Je veux juste couler, qu'on me laisse couler, que le monde entier voie que je coule et qu'ils me crachent dessus en face, tous, tous ces gens qui l'ont toujours fait dans mon dos je veux qu'ils voient à quel point ils m'ont tous détruit, un par un, à quel point ils ont commis des dommages irréparables et vous savez quoi ? Au fond de moi j'ai toujours ce petit espoir qu'ils comprennent. Que ce gars au collège comprenne que ce qu'il faisait n'était pas humain. Que L comprenne que j'avais peur, que je tenais à lui mais que j'avais peur et que même si je hurle qu'il a tort je sais qu'au fond la seule fautive c'est moi et ma putain de lâcheté. Je veux que les gars qui ont prétendu m'aimer ou s'intéresser à moi comprennent ce que j'ai fait. Je les ai tous découragé, tous, d'une façon ou d'une autre je les ai tous fait fuir parce que c'est moi qui fuyait. J'avais besoin d'eux, et ça me faisait peur, j'y arrivais pas. Alors je les ai tous fait dégager, et y'en a aucun qui s'est accroché. Je voulais que quelqu'un me comprenne, que quelqu'un reste, que quelqu'un s'accroche à la petite conne que je suis mais personne l'a fait. Personne a été assez fou pour le faire, et je devrais même pas leur reprocher, j'aurais fait pareil. Et pourtant, j'avais, j'ai tellement besoin que quelqu'un s'accroche, que quelqu'un reste. Que quelqu'un soit assez fort pour me supporter. Pour supporter le fait que je pleure quand on me dit je t'aime. Pour supporter le fait que j'ai tellement de haine et de peine en moi que ça arrive même pas à déborder dans mes yeux parfois. Pour supporter le fait aussi que souvent, je regarde les gens en leur souriant et je leur mens impunément. Parce que ça fait moins mal de mentir que d'assumer que je suis juste détruite. Que depuis un moment je fais comme si j'allais me reconstruire mais que chaque jour je casse ce que j'avais construit la veille. Si j'avais pas cette chose qui me bouffe et dont je peux même pas parler je crois que j'arriverais à aller mieux. Mais là, c'est peine perdue et il faut juste que j'attende. J'ai toujours détesté attendre, mais je peux rien faire d'autre. J'ai l'impression qu'il y'a des murs tout autour de moi avec des portes mais qu'il y a trop de portes et que j'arrive pas à savoir laquelle je veux prendre et que les murs se resserrent et que bientôt il n'y aura plus du tout de porte et que moi je serai écrasée. Je sais pas trop si c'est un appel à l'aide ça, parce que c'est pas trop possible de m'aider, tout ce que je sais c'est que dans la plupart de mes actions y'a des appels à l'aide, mais personne les voit. Dans mes textes même si je les pense pas toujours ils sont souvent très très tristes et je crois que j'essaie d'évacuer un peu de ma propre tristesse dans des situations vécues par d'autres. Vous voyez, j'écris comme si c'était pour les autres mais c'est aussi pour moi. Moi. Moi. Moi. J'me dégoûte des fois. Je suis une grosse égoïste, je m'intéresse aux autres des fois mais au fond je m'en fiche, tout ce que je suis c'est une gamine qui manque d'attention, je veux que vous le réalisiez parce que y'a des gens qui m'idéalisent ici et je trouve ça dingue, j'ai envie de leur hurler qu'ils sont fous bordel de merde mais ça me fait du bien à l'égo souvent du coup je dis rien. J'essaie d'apprécier un compliment même si je sais qu'il est faux, parce que j'ai rien d'autre que ça. J'existe tellement pas fort que parfois j'ai l'impression que c'est l'attention des autres qui me fait exister, ça fait peur je sais. C'est bizarre que j'écrive ça parce que ça me sert à rien, je vide pas mon coeur là, ça me fait rien, je partage juste tout ça avec des gens que ça n'intéresse peut-être même pas et je sais pas pourquoi je le fais, j'essaie pas de vous rendre tristes je comprends pas pourquoi je fais ça. Mais je le fais apparemment. Bref, j'ai encore plein de choses à dire mais j'ai peur de ce que je suis en train de dire et de ce que j'ai déjà dit donc je vais arrêter bientôt. J'espère que vous irez bien si ça va pas là maintenant. J'espère que je ne vous ai pas trop déprimé. J'espère qu'un jour je relirai ce texte et que je pourrai dire franchement que je suis passée au-dessus tout ça. J'espère que je saurais garder un sourire sincère sur mon visage plus que quelques minutes. J'espère que j'aurai quelqu'un qui pourra me prendre dans ses bras si jamais ça va pas. Parce que c'est triste d'avoir personne quand on en a besoin. J'espère que j'aurai ce que je veux, parce que même si je ne le mérite peut-être pas, je le mérite plus que certaines personnes qui l'ont. J'espère que je ne deviendrai pas l'une de ces personnes qui suivent tout, tout le temps, les règles ou le chemin tracé. J'espère que j'aurai ma propre opinion. J'espère que je ne serai pas non plus parmis ces gens qui se revendiquent hors-systèmes et qui provoquent parfois sans s'en rendre compte la ruine de tout le monde. J'espère que je serai aveugle à tout ce qui va mal sur Terre, comme la plupart des hommes, comme ça ça ne m'atteindra pas. Ou alors si ça m'atteint, j'espère que j'aurai la possibilité de changer deux trois trucs. En fait je crois que j'espère surtout que j'aurai arrêté de parler de moi sans arrêt parce que je sais, c'est chiant.

Je suis fatiguée : j'ai marché toute la nuit pour semer ton souvenir. Assise sur un banc, abrutie malgré moi par l'approche du matin, je cesse de me rappeler que j'essaie de t'oublier.
—  M. Yourcenar
Swear words in French

EDIT : I have been noticed that those were not used in all of the French-speaking countries. Yet, to avoid a long title I will say French but mean France, Belgium, Switzerland and Morocco (I have no idea about the others, but I’ve been there and most people speak French like I do. So that’s it)

I actually feel very proud of myself, teaching you the beauty of my language. I will also give you the literal translation, for the lolz.

There are two categories of swear words, the rude ones, and the ‘polite’ ones. Just as in English 'what the fuck’ is rude, and ‘what the fudge’ is not. Same.

Also, don’t say ‘palsambleu’, unless you want to make everyone laugh. It was originally an insult to the purity of the ‘blue blood’ of the royal family. It is also the contraction of ‘pâle sang bleu’, meaning ‘pale blue blood’. The more you know…

FIRST - the non rude ones:

- Diantre ! - I don’t know the exact translation, it’s a medieval word. Can be used like ‘Damned’.

- Bon sang ! / Bon sang de bon soir ! - Literally: Good blood! / Good blood of good night! This one is a bit old fashioned, but you can use it on a daily basis, especially if you are around children and you do not want to give them a bad example.

- Mince ! - Literally : Thin! But as in it was a thin chance and I missed it. The closest translation would be ‘crap’, but it has nothing to do with poo (unlike the rude version which is ‘merde’).

- Mercredi ! - Literally : wednesday! This one is used also when you are with children to avoid saying ‘merde’ because they sound alike. Wednesday is not a rude word, whatever the way you use it. Do not call a person a Wednesday, they won’t understand.

- Bon dieu ! - Literally : Good God! This one is especially used when someone fucked up. Ex: Bon dieu, mais qu’est-ce que tu as encore fait ?! - Good God, what have you done, again?! / You can also use ‘Mon dieu’ - ‘My god’.

Now - the rude ones (my favorite part):

- Abruti - Literally : dumb. It is not a swear word when it can be translated to ‘numbed’. Ex: Il était abruti par la chaleur. - He was numbed by the heat. 

- Couillon - Literally : not sure, related to the testicles. Could be translated into ‘dickhead’, or ‘ballsack’ and such.

- Con (variants : ‘oh le con’, ‘gros con’) - Literally : slang word for vagina. It is difficult to translate, but try to imagine the hideous creature born from the fusion of a douchebag, an idiot, an ignorant fuck, a pitiful excuse for a human being, a jerk, and a racist/antisemite/islamophobic/etc asshole. Now you have the ‘con’. 

You can actually use it as a synonym for ’abruti’ when someone fucks up. If you are the one who fucks up, you can say ‘oh le con !’ as a way to say ‘oh, dumb me!’. If someone else fucks up, you also say ‘oh le con’. If someone is the aforementioned creature, you can ad ‘gros’ to its title, now meaning they are an titanic douche. 

The feminine version is ‘conne’, or ‘grosse conne’.

- Putain ! - Literally : whore. You can use this one in almost every situation, for every emotion, etc. Ex: Horrified : ‘Putain !!! o_o’, Annoyed : ‘putaaaaain... -_-’, Pissed off : ‘putain ! D:<’, Recieving the perfect gift at your birthday : ‘putain ! :DD’, Orgasming : ‘puuuutaaaaaaaaiiiiinnn… putain ! PUTAIN !!!!’. The closest meaning would be ‘fuck’.Alternatively, you can use ‘bordel’ which literally means 'whorehouse’ and would also be translated into 'fuck’. When it qualifies a place/situation, it means it’s very messy and possibly disgusting. 

- Merde ! - Literally : shit.

- Bâtard ! - Literally : bastard.

- Connard ! - Even worse than the ‘con’. Feminine version : ‘connasse’.

- Enculé(e) ! - Literally : a person having anal sex and being the sub. You will especially hear it if you can’t drive properly.

Also ‘va te faire enculer’ means ‘go fuck yourself’.

- Fils de chien ! - Literally : son of a dog (so you can use it as son of a bitch, too)

- Fils de pute ! - Literally : son of a whore / son of a bitch

- Pute / salope : Literally : whore, slut

- Salaud / Salopard : Literally : I guess someone who goes to the red lantern district. Can be used as a synonym for ‘gros con’.

- Traînée : Literally : someone being trailed on the ground. Means slut.

- Tête de bite : Literally : dickhead

- Trou du cul / trou de balle / trou de fesse : very rude version of ‘asshole’ / less rude / less less rude

- Tête de cul / tête de fesse : Literally : assface / buttface

These are the ones that you will hear the most because we French love to swear. Also the two French words that have the biggest number of synonyms are ‘bite’ and ‘chatte’, literally ‘dick’ and ‘pussy’. 

Now, there are also more creative ones like ‘résidut d’inceste’ - ‘residue of an incest’, ‘enculeur de chèvres’ - ‘goat sodomizer’, or ‘consanguin’ - ‘ consanguineous person’, but they are less used. Don’t hesitate to be colorful, especially when insulting your friends, with something like ‘tête de capote trouée’ - ‘broken condom face’ or ‘échappé de la SPA’ - ‘escaped from an animal refuge’ (if insulting your enemies I would advise using the basic ones). I voluntarily didn’t include the racist/homophobic swear words for obvious reasons (even if ‘enculé’ could be considered homophobic, but you’ll hear it a lot sot you’d better know it’s an insult).

I hope my beautiful language will be useful to you. If you want other lists of vocabulary, just ask me.

Hommages à tous les abrutis qui, encore aujourd'hui, ne prennent pas les personnes atteintes de troubles mentaux au sérieux.
J'aimerais que vous soyez atteint de l'un de ces troubles, au moins une journée, pour voir.
Voir à quel point l'anxiété, la panique sociale, la dépression, les troubles alimentaires, la paranoïa etc. peuvent vous bouffer la vie.
J'aimerais voir votre gueule au moment où vous réaliserez que, oui, il y a vraiment un problème, là, à l'intérieur, une vraie maladie, au même titre que le cancer, un truc invisible contre lequel vous allez devoir vous battre tous les jours pendant des mois, des années, voire toute votre vie.
J'aimerais vous voir ravaler tous vos petits mots méchant “T'es juste paresseuse” “Tu fais pas d'efforts” “Arrête de jouer la comédie” “Ressaisis-toi un peu” “C'est pas la fin du monde” “Pourquoi tu prends tout comme ça” “tu veux juste attirer l'attention n'est-ce-pas”. Attirer l'attention ? Laissez moi rire, vous avez déjà vu quelqu'un draguer comme ça ? “Bonjour, je suis atteinte de troubles mentaux qui rendent rendent ma vie et celle des personnes qui m'entourent d'un peu trop près invivable, tu veux sortir avec moi et avoir envie de te taper la tête sur les murs tous les jours ?”. Ah, ça vous en bouche un coin hein.
J'aimerais bien voir votre état quand vous croirez aller mieux, et vos têtes quand vous saurez qu'en fait non, non vous n'êtes pas encore sortis de cette merde.

Autre chose: j'espère bien que vous avez conscience que Tumblr “glamorise” ce genre de troubles. Je vous assure qu'être à moitié cinglée n'a rien de “sexy”, bien au contraire.
Non, avoir la flemme de sortir avec vos potes un après-midi ne fais pas de vous un(e) antisocial(e).
Non, rater un repas et avoir envie de perdre 3 kilos ne fait pas de vous une personne anorexique.
Non, être stressé avant un contrôle ne fait pas de vous une personne anxieuse.
Non, pleurer tous les soirs pendant une semaine après que votre copain/copine vous ait quitté ne fait pas de vous une personne dépressive. Non, entendre sa mère pleurer tous les soirs quand vous êtes tellement mal qu'elle à peur de vous perdre dans la nuit n'est pas une expérience à vivre. Non, être incapable d'entretenir des relations stables, continues, “normales” avec votre entourage n'est pas amusant

Un TM on l'a, on a pas choisi, mais on l'a, tous les jours, tout le temps, jusqu'à ce qu'on arrive à guérir, si on arrive à guérir. Ce n'est pas un jeux. Ce n'est pas drôle. Ce n'est pas tendance ou je ne sais quelle autre connerie.

Respecter les personnes qui souffrent de ces troubles, arrêtez de les regarder de travers ou de leur faire des repproches , croyez-moi quand je vous dit qu'elle font de leur mieux pour s'en sortir. Elles n'ont pas besoin que vous leur rajoutiez des problèmes. (Je m'excuse si j'ai offensé des personne en employant “Nous” pour parler de manière générale, bien sûr chacun ressent son trouble différemment)

« (…) Revenons à la télévision. Elle est utile pour les gens qui ne sortent pas, pour ma femme par exemple. J'ai un poste, au premier étage, mais je ne monte jamais. C'est un prodigieux moyen de propagande. C'est aussi, hélas ! un élément d'abêtissement, en ce sens que les gens se fient à ce qu'on leur montre. Ils n'imaginent plus. Ils voient. Ils perdent la notion de jugement, et ils se prêtent gentiment à la fainéantise.
La TV est dangereuse pour les hommes.
L'alcoolisme, le bavardage et la politique en font déjà des abrutis. Était-il nécessaire d'ajouter encore quelque chose ?
Mais il faut bien l'admettre. On ne réagit pas contre le progrès. Vous arriverait-il d'essayer de remonter les chutes du Niagara à la nage ? Non. Personne ne pourra empêcher la marche en avant de la TV. Elle changera bientôt tous les modes de raisonnement. Elle est un instrument idéal pour la masse. Elle remplace tout, elle élimine l'effort, elle accorde une grande tranquillité aux parents. Les enfants sont passionnés par ce phénomène.
Il y a un drame aujourd'hui : on pense sans effort.
On savait bien mieux le latin lorsqu'il n'y avait pas de grammaire latine. Si vous simplifiez l'effort, le cerveau travaille moins. Le cerveau, c'est un muscle : il devient flasque.
Un exemple, les femmes avaient du mollet sous l'Occupation. Elles marchaient. Aujourd'hui, c'est le triomphe de la mécanique, nous sommes au royaume des belles voitures. Les femmes n'ont plus de jambes, elles sont affreusement laides. Les hommes ont du ventre.
C'est toute la civilisation du monde qui est condamnée par le côté raisonnable de la vie. On vit d'optimisme. La vie commence à cinquante ans et tout le drame est là, car c'est alors un débordement de passions. A cet âge, l'homme court après les petites filles, il s'habille plus jeune, il va au thé dansant, il boit, car l'alcool donne une illusion de force. Il se soûle de tout.
Comprendra-t-il un jour que, passé la trentaine, il s'en va vers sa fin ? (…) »
—  Louis-Ferdinand Céline

Je voulais juste vous dire un p'tit truc à la con pour lequel je mérite d'être charriée pendant des mois tellement c'est cliché mais les gars, vivez, bordel vivez. C'est la seule chose qu'on sait tous faire. Se sentir putain de vivants vous savez j'ai pas choisi ce pseudo pour rien, j'veux que vous vous sentiez juste vivants, juste putain de présents sur cette terre et putain de contents d'être ici. J'vous souhaite de vous sentir comme ça, que ce soit tout seul dans votre coin avec d'la bonne musique dans les oreilles ou au milieu d'un concert ou dans une salle de cours à écouter des choses qui vous passionnent ou encore à faire de l'équitation du piano de l'accordéon j'en sais rien jmen fous juste faites ce qu'il vous plaît envoyez chier le reste même moi j'arrive à le faire, soyez vous-mêmes restez seuls si vous êtes solitaires et allez parler aux gens quand vous en avez envie, soyez juste putain de vivants, parce que jcrois pas en grand chose les gars mais en la vie j'y crois, et j'sais qu'elle continue et qu'elle continuera donc restez pas sur le bord du chemin, vous savez même si vous faites rien pour les gens seront là à vous juger et vous dévisager alors envoyons chier tous en coeur ces abrutis de première

Ça fait du bien! Pourquoi tu chiales? Me dit pas que t'avais pas envie, j'avais besoin de me vider”
“T'es qu'une conne, une abrutie, une bonne à rien, tu vas encore tout rater”
“T'es qu'une salope, une pute, t'es juste bonne à faire le trottoir
—  1-avec mon ex suite à un rapport non consenti. J'avais mal, je me sentais souillée.
2-toujours avec le même ex: je préparais un concours d'entrée pour une école d'aide-soignante. À cause de ses paroles, je l'ai loupé.
3-encore et toujours le même, pendant une dispute, juste après qu'il m'ait frappé et qu'il est arraché mes vêtements.
Je l'ai quitté il y a 7 ans pour celui qui est aujourd'hui mon mari et qui est tout le contraire de mon ex: il me pousse à réussir dans mes projets, me soutient dans les moments difficiles, m'aide à avancer et m'a sorti de mon burn out

Ok je vais écrire dans ma langue natale pour expliquer quelque chose.

Est ce que le fait d'avoir peur de sortir dans la rue à plus de 21 heures est normal ? Est ce que le fait de dire à mon prof de sport “je suis indisposée” plutôt que “j'ai mes règles” parce que j'ai honte de le dire est normal ? Est ce que le fait de mettre une jupe et me sentir mal par rapport à ça est normal ?  Est ce que le fait de se faire klaxonnée dans la rue CHAQUE semaine est normal ? Est ce que le fait que mes camarades masculins trouvent ça “gratifiant” est normal ?

J'en ai marre d'entendre dire que je ne pourrais pas faire de longues études parce que j'ai une famille à former et qu'après trente ans, bah non, c'est fini. 

J'en ai marre d'entendre de la part de mon frère que si je suis énervée, c'est parce que j'ai mes règles.

J'en ai marre des abrutis dans la rue qui me demande de sourire, c'est quoi mon nom, ou qui me sifflent.

J'en ai marre des “uh! t'as que quinze ans ! tu connais pas encore la société, tu peux pas être féministe. Elles gueulent pour rien celles-là”. Oh si, je la connais la société. Bien plus que toi, papa.

Et c'est pour ça que j'en ai marre de cette société de merde qui me sexualise et qui me voit comme un vagin géant, qui me discrimine pour ce que je suis. Une femme.

anonymous asked:

nda x marine lepen

A peine eut-elle fini son discours qu’elle alla se réfugier dans sa loge. Elle y pleura des heures et des heures durant, serrant contre elle un portrait de Jeanne d’Arc.

“Pourquoi pas moi, Jeanne, pourquoi pas moi ! A quoi ça sert de prétendre que je ne déteste pas tant que ça les arabes, les juifs et les homos, à quoi ça sert de supporter la présence de Philippot, si c’est pour perdre ? POURQUOI, JEANNE, POURQUOI”

Nicolas Dupont-Aignan, de l’autre côté de la porte, en l’entendant se lamenter, n’osait pas rentrer.

“Pourquoi, De Gaulle, pourquoi ? Parce que vous auriez voté FN, non ? Enfin… je crois ? Non ? Peut-être ? Le FN, tout ça, plutôt votre truc, hein ?”

Il repoussa ces doutes existentiels pour se noyer dans le chagrin.

Au ciel, Jeanne d’Arc et le Général de Gaulle soupiraient devant ces deux abrutis. 

(I don’t know, just take it)

Je t'aime tellement, tu peux pas imaginer à quel point j'ai envie d'cracher sur Cupidon sur les cœurs dégoulinants les fleurs les promesses fausses les messages de gamins genre “je t'aime mon namoureux” toutes ces conneries pour moi c'est pour les abrutis et pourtant même si j'déteste ça, même si je hais la niaiserie même si l'amour c'est pas mon truc toi j'peux pas le nier, j'peux pas mentir, je t'aime, tu fais battre cette merde au côté gauche comme personne pourrait le faire t'es unique putain, tu m'rends dingue et j'arrive pas à me dire que tu s'ras pas à moi, jamais.