a-nous-deux

This is easily my favorite Haurchefant exchange in French because it is absolutely hilarious–and scandalous. It’s long so this one will be text. 

Haurchefant: Aaah, Lucas! J’attendais ta venue avec im-pa-tience!

Haurchefant: Figure-toi que j’ai reçu des appaerils de muculation de dernier cri. Tu veux les voir? Ils sont dans ma chambre. On pourrait en profiter pour faire une petite session et comparer qui de nous deux a les plus beaux muscles. Et puis ce sera un bon moyen de te réchauffer, qu’en penses-tu?

Alphinaud: Bonjour, Sire Haurchefant. Vous avez parlé de se réchauffer? Ça m’intéresse… (grelotte)

Haurchefant: Oh, Messire Alphinaud… Je ne vous attendais pas si tôt…

Alphinaud: Je n’interromps rien, j’espère?

Haurchefant: Que nenni! Je parlais du bon vieux temps avec Lucas. L’époque ou vous cherchiez l’Enterprise ma paraît déjà si loin…

Haurchefant: Ah! J’ai appris que vous aviez créé une nouvelle organisation. … 

Haurchefant: Ah, [Player]! I’ve been waiting for you to return with im-pa-tience!

Haurchefant: Can you believe it, I’ve acquired some state of the art work out equipment. Would you like to see? It’s in my bedroom. We could take this opportunity to do a little work out session and compare whose muscles are more beautiful. It would be a splendid way to warm up, don’t you think? 

Alphinaud: [walking in from off-screen] Hello, Ser Haurchefant. You were speaking of warming up? That’s of great interest to me .. *shivers*

Haurchefant: Oh, Master Alphinaud… I was not expecting you so soon…

Alphinaud: I wasn’t interrupting anything, was I?

Haurchefant: Not at all! I was simply speaking with [Player] about the good old days. The time when you were looking for the Enterprise seems so long ago now. 

Haurchefant: Say, I heard that you had created a new organization! … 


Oh Haurchefant. He just wants to help you warm up in his bedroom and examine your beautiful muscles. 

I love how Haurchefant’s rapid change of the topic and obvious deflection does nothing but confirm that Alphinaud was absolutely interrupting something. 

*sweats profusely*

J'avais sûrement raison. Nous deux c'était que dans ma tête. J'ai inventé nos promesses, j'ai rêvé nos souvenirs, c'était juste pas réel. Un miracle n'aurait jamais pu se produire alors t'as eu raison de partir, de fuir tout ça parce que “tout ça” c'était rien et que “rien” ça en vaudra jamais la peine. Alors quel intérêt de dire au revoir à quelqu'un qui l'a déjà fait y'a des années ?
—  jemetais

Toi qui es la personne qui est partie
La personne qui a décidé que tout était fini
Tu as le droit d'être malheureuse
Tu as le droit d'être partie

Toi qui as dit que c'était terminé
Parce que ça n'allait plus
ou que tu n'étais pas heureuse
ou que tu ne rendais pas l'autre heureux
ou qu'il t'a trompé (ou que tu l'as trompé)
ou que t'es tombée amoureuse de quelqu'un d'autre
ou que tu ne l'aimes plus

Et c'est la plus belle des preuves d'amour de quitter quelqu'un
C'est loin d'être égoïste
C'est penser à l'autre
de dire
« Oui je ne t'aime plus et non je ne veux pas rester avec toi car tu mérites quelqu'un qui t'aime et qui saura être quelqu'un pour toi »
« Oui je ne suis pas heureuse avec toi et non ce n'est pas de ma faute, t'es parfait, mais on n'est spécialement fait pour être ensemble, car toi comme moi, nous nous n’épanouirons jamais tous les deux »
« Oui je suis tombée amoureuse de quelqu'un d'autre et non ce n'est pas parce qu'il est mieux que toi ou que tu n'étais pas à la hauteur, tu es quelqu'un d'extraordinaire, et lui autant que toi, mais les sentiments, ça ne se contrôle pas »
« Oui je n'arrive pas à te rendre heureux je m'en rend bien compte et non je ne veux pas penser qu'à moi en restant avec toi car notre relation me plaît, car à toi elle ne te va pas, tu mérites mieux, tu mérites tout le bonheur du monde et je n'arriverai pas à te le donner »
C'est pas égoïste de partir
Même si parfois ça peut l'être

Et non être la personne qui part n'est pas la meilleure place
Tu es responsable de la souffrance de l'autre et la tienne
C'est aussi compliqué de provoquer la douleur que de la subir

Ce n'est pas grave de quitter quelqu'un
Ce n'est pas grave de partir
Ce n'est pas grave
Tu as le droit de penser au bonheur de vous deux avant de penser à l'amour
Ce n'est pas grave de dire
« Notre relation est nocive pour toi ou pour moi ou pour nous deux alors il est préférable qu'elle change de nature ou qu'elle n'existe plus »
« Je t'aime plus que le monde entier, je t'aime plus que je n'ai jamais aimé personne mais on ne veut pas la même chose, on n'attend pas la même chose de notre relation, on ne sera jamais d'accord sur des sujets qui pour moi sont essentiels, alors il est mieux pour moi comme pour toi qu'on arrête tout maintenant »
« Je ne me sens pas prête pour une relation sérieuse même si je suis certaine que tu aurais pu être la personne qu'il me fallait mais je ne suis pas encore dans une optique qui fait que nous serions bien ensemble »
« Je suis désolée mais tu n'es pas fait pour moi »

Et tu as l'autorisation d'être malheureuse même si tu es la personne qui as quitté

13 Reasons Why (Ou bien la série qu'il me fallait depuis quelques semaines. )

Comme je t'avais raconté, en ce moment j'ai cette obsession pour la mort, j'suis pas suicidaire, du moins je ne le suis plus. J'ai juste peur de la mort, et j'imagine c'est parce que je commence à apprécier ma vie, à aimer vivre.

13 Reasons Why est tiré d'un livre.
Ca parle d'amis qui ne le sont plus, d'amour quand on a 17 ans, de relations ado/parents, d'harcèlement, de slut-shaming, de viol, de trahison.

Hannah c'est moi, c'est toi, c'est elle, c'est nous tous.

Mon chéri à deux petites soeurs, dont une qui est en 3ème cette année. Quand j'ai annoncé que je regardais 13RW rècemment sur ma story Instagram, elle m'a écrit. Elle m'a rapporté que cette série lui parlait, parce qu'elle est en train d'apprendre ce que c'est d'être une femme dans cette société (malheureusement, non, c'est pas cool d'être une femme dans un contexte pareil), et que l'harcèlement, elle connaissait bien ce mot. Parce qu'elle l'a subit. Elle m'a dit que la série l'avait touchée, et aidée un peu. Qu'il ne fallait pas s'arrêter sur le premier épisode.
Au début je ralais un peu, parce que l'histoire est présentée sous l'aspect d'un jeu, et je trouve que c'est déplacé d'introduire un jeu dans une histoire de suicide. Mais j'ai continué. Et bordel. Oui bordel. Juste, bordel.

Il y'a déjà la bande son, qui est magnifique, et qui touche. Les musiques je les écoute encore sur mon ipod, la plupart sont magnifiques.
Il y'a ce jeu dans la réalisation, ce jeu qu'il y'a entre le passé et le présent, le personnage principal a un pansement dans le présent, comme s'il était blessé physiquement suite au suicide d'Hannah. Et les lumières changent… Couleurs chaudes quand Hannah est à l'écran. Froide quand le présent nous rattrape.
Les transitions sont bien trouvées, et même si on pense que c'est lent, que ça n'avance pas dans les premiers épisodes, les transitions rythment un peu plus le récit au fur et à mesure, et le récit devient plus intense par la suite.

Ce que j'ai aimé particulièrement, c'est que cette série n'est pas gnangnan, elle n'est pas fausse, elle décrit les adolescents comme on peut en trouver dans les lycées actuels.
Les viols et le suicide sont sans musique, sans chichi, c'est difficile à regarder, mais ça semble vrai. Ce n'est pas “glamourisé”. Parce que je vous assure que c'est pas glamour de se faire violer, moi quand ça s'est passé y'avait pas les violons qui jouaient au fond de la pièce.
La scène de suicide est vraiment violente cependant, j'ai du détourner le regard 2/3 fois, je ne pouvais pas, alors que généralement, je suis pas sensible à ça.

Le personnage principal est attachant au fil des épisodes (au début je m'en battais un peu les couilles, sur la fin j'avais juste envie de lui faire un câlin et tenter de l'aider.)

Cette série n'est pas un appel au suicide, comme j'ai pu le lire sur certains sites, mais une aide pour crier “à l'aide”. Si vous êtes perdus, seuls, déprimés, l'aide existe. Elle existera toujours. Vous n'êtes pas seul, jamais.

13RW m’a redonné cette envie de vivre, de ne pas laisser tomber, d’avoir moins peur de la mort, et l’envie de continuer cette aide que je propose sur Tumblr. 

Voilà, c'était mon avis (dont tout le monde s'en bat les couilles), sur 13RW.

Si t'aimes bien ce genre de post, mets un p'tit coeur, et dis le moi dans les commentaires.

Des bisous.

AEL

PS: Tu n'es pas seul.

  • tu sais ce que je crois, c'est qu'on n'est pas fait pour être ensemble. depuis longtemps. nous deux c'est l'opposé des évidences
Oui mais tu peux gueuler autant que tu veux. Tu peux me reprocher de t'avoir bloqué, tu peux me reprocher de t'avoir ignoré, de ne plus t'avoir parlé. J'aurais toujours plus de choses à te reprocher. Parce qu'on est comme ça. On peut pas se supporter, on s'embrouille tout le temps, et parfois si l'un de nous deux avait un flingue entre les mains, il serait capable de tuer l'autre. C'est comme ça, on y peut rien. On est plus forts pour se haïr que pour s'aimer. Et toi t'es plus fort pour partir que pour rester. T'as mis un terme à notre histoire d'amour sans me demander mon avis, alors j'ai fais pareil avec ton existence. T'existes plus à mes yeux et je trouve ça dommage sachant qu'on a passé de bons moments ensemble. Mais en partant, t'as pris tous les souvenirs avec toi. Tu m'as juste laissé la haine. Ça m'a maintenu en vie. J'ai demandé l'armistice, tu m'as donné la guerre. T'es parti pour avoir la paix mais t'as pas pensé à me la donner à moi aussi. J'ai du bataillé pour sortir de ce putain de trou dans lequel tu m'as mis, maintenant que je m'en suis remise tu reviens? Ça marche pas comme ça, tu m'oublies, je t'oublie. T'es parti, tu reviens pas. C'est la vie. T'as réussi trois mois sans moi, fais ça jusqu'à la fin de ta vie maintenant. Et oublie qu'un jour j'étais là, parce que je ne le serais plus jamais pour toi.
Pleure pas bébé - Saez 🎶

Pleure pas bébé
J’ai toujours trouvé ça naze, les ruptures en deux mots
« C’est terminé »
Moi j’sais plus comment faire, les amours à l’envers
Moi j’sais plus respiré
Sur des chiottes sur des rails, bébé putain j’déraille
C’est compliqué
J’suis trop rouillé, baisé, putain j’ai dérouillé
J’suis bousillé
Pleure pas bébé

Nous deux faut qu’on s’oublie
C’est trop con, trop con c’qu’on s’détruit
J’pète les plombs, nous deux faut qu’on s’oublie
C’est pas bon, d’s’aimer quand c’est fini
J’ai fait l’con, lancé l’incendie

❤️

Nous sommes tous les deux perdus et nous avons créé autre chose, quelque chose qui existe seulement comme une fusion de nous deux. Dieu, nous sommes amoureux ! Aussi profondément, aussi complètement qu'on peut l'être.
—  Robert James Waller