XVIIIe

François Boucher (Paris, 1703- Paris, 1770) 
La demeure chérie 
Toile 
127,5 x 109,5 cm

Ce tableau qui peut être daté de 1741, à l'apogée de la carrière de François Boucher, porte une dédicace à Madame de Tencin :

Contemplant des Bergers la demeure chérie, / Je n'ay point de mépris pour leur rusticité : / Celle que je cheris joint la simplicité / Aux sublimes clartés du plus vaste Genie. / F.Boucher.

Alastair Laing explique la relation qui lie François Boucher à Madame de Tencin : le Comte de Tessin, ambassadeur de la Suède à Paris, avait fait appel à Boucher pour illustrer son conte de fées Faunillane, ou l'Infante Jaune (1741) avec l'espoir secret, dit-on, d'approcher Madame Boucher dont il était épris. 

Il est fort probable que Boucher ait réalisé là une œuvre pour s'assurer durablement les faveurs d'une personnalité influente dans le milieu des arts. 

Adjugée 210.664 € en Juin 2007 chez Artcurial


XVIIIe

La Chute des Feuilles

De la dépouille de nos bois
L'automne avait jonché la terre ;
Le bocage était sans mystère,
Le rossignol était sans voix.
Triste, et mourant à son aurore,
Un jeune malade, à pas lents,
Parcourait une fois encore
Le bois cher à ses premiers ans :
“Bois que j'aime ! adieu… je succombe.
Ton deuil m'avertit de mon sort ;
Et dans chaque feuille qui tombe
Je vois un présage de mort.
Fatal oracle d'Epidaure,
Tu m'as dit : ” Les feuilles des bois
“A tes yeux jauniront encore ;
"Mais c'est pour la dernière fois.
"L'éternel cyprès se balance ;
"Déjà sur ta tête en silence
"Il incline ses longs rameaux :
"Ta jeunesse sera flétrie
"Avant l'herbe de la prairie,
"Avant le pampre des coteaux. ”
Et je meurs ! De leur froide haleine
M'ont touché les sombres autans ;
Et j'ai vu, comme une ombre vaine,
S'évanouir mon beau printemps.
Tombe, tombe, feuille éphémère !
Couvre, hélas ! ce triste chemin ;
Cache au désespoir de ma mère
La place où je serai demain.
Mais si mon amante voilée
Au détour de la sombre allée
Venait pleurer quand le jour fuit,
Eveille par un léger bruit
Mon ombre un instant consolée. “
Il dit, s'éloigne… et, sans retour…
La dernière feuille qui tombe
A signalé son dernier jour.
Sous le chêne on creusa sa tombe…
Mais son aimante ne vint pas
Visiter la pierre isolée ;
Et le pâtre de la vallée
Troubla seul du bruit de ses pas
Le silence du mausolée.

Charles-Hubert Millevoye (1782-1816)