RIEN

Dans la vie, on croise des gens précieux, qu'on voudrait garder toujours auprès de soi, mais qui, pour des raisons qui ne tiennent ni à eux, ni à nous, sont forcés de s'en aller. Ce n'est pas qu'ils nous abandonnent de leur plein gré, ni que nous soyons coupables de n'avoir pas su les retenir, c'est juste que, parfois, il ne peut en être autrement. Il m'est arrivé de chérir profondément des êtres que j'ai perdus, et c'est peut-être pour cela qu'on écrit, pour les retrouver et cheminer, l'espace d'un instant, à leurs côtés. Comme si rien n'avait changé.
—  Minh Tran Huy
Matrice

Les enfants du paradis
Sont les enfants sur terre
Alignés comme radis
Contre leur mère

Les enfants du paradis
Sont les enfants sur terre
Aux paupières arrondies
A l'iris délétère

L'iris délétère

Ils sont venus sur terre
Sans rien demander
Comme une pluie d'hiver
Sur une ville inondée

Est-ce pour nous aider
A supporter la peur du noir
Le tremblement de nos mémoires
Le choc de nos mâchoires ?

Renvoyez-nous d'où on vient
D'où on est né d'où on se souvient
Des perles de tendresse
Sanglots de l'ivresse

Renvoyez-nous d'où on vient
Sans le moindre mal, vous le savez bien
Qu'on n'a pas vraiment grandi depuis
Le sang nous frappe les tempes

Matrice tu m'as fait
Dans son lit défait
Matrice tu m'as fait

Mal, le mal est fait

Matrice

Renvoyez-nous d'où on vient
Par le même canal, le même chemin
De l'éternelle douleur
De la vallée des pleurs

Renvoyez-nous pour notre bien
On n'en veut pas plus, on demande rien
Que nager dans le grand liquide
Comme un têtard aux yeux vides

Matrice tu m'as fait
Dans un moule parfait
Matrice tu m'as fait
Mal, le mal est fait

Matrice

Matrice tout compte fait
Tu sais, le monde est tout fait
Plus tu vas vers l'infini
Plus tu sais que c'est fini

Matrice tu m'as fait
Mal, le mal est fait
Plus tu vas vers l'infini
Plus tu sais que c'est fini

Matrice
Matrice
Matrice
Tu m’as 

 
https://www.youtube.com/watch?v=X55ykMWiuzQ

Le temps nous embrouille, ne trouvez-vous pas ? Les physiciens savent jouer avec mais, en ce qui nous concerne, il faut nous accommoder d'un présent fugace qui devient un passé incertain et, si confus que puisse être ce passé dans nos têtes, nous avançons toujours inexorablement vers une fin. En esprit, cependant, tant que nous sommes vivants et que nos cerveaux peuvent encore établir des connexions, il nous est possible de sauter de l'enfance à l'âge adulte, puis en sens inverse, et de dérober, dans l'époque de notre choix, un petit morceau savoureux ici, un autre plus amer, là. Rien ne peut jamais redevenir comme avant, mais uniquement comme une incarnation ultérieure. Ce qui était autrefois l'avenir est maintenant le passé, mais le passé revient au présent à l'état de souvenance, il est ici et maintenant dans le temps de l'écriture.
—  Siri Hustvedt
Incorrect Snk quotes #13
  • Eren : *phone starts ringing*
  • Jean, looking to see who's calling: Lmao, you still call your dad “daddy”?
  • Eren, answering the phone and making direct eye contact with Jean : Hello Captain.
  • Jean: *chokes on drink*
Ce sont les enfants sages, Madame, qui font les révolutionnaires les plus terribles. Ils ne disent rien, ils ne se cachent pas sous la table, ils ne mangent qu'un bonbon à la fois, mais plus tard ils le font payer cher à la société. Méfiez-vous des enfants sages.
—  Jean-Paul Sartre

Que lindas esas personas que sentís ahí, cerca. Que sentís su mirada, sus ojos, su voz, su brillo.
Que lindas esas personas que brillan por sí solas, que tienen un universo en la cabeza, que sueñan, que comparten, abrazan, besan, cantan, ríen. Que disfrutan de todo:
de la luna, de la noche, del día, del sol, de la familia, de los amigos y de sí mismos.
Esas personas que no les importa, que no se arrepienten.
Esas que van por todo o nada.
Esas que agarran y no sueltan.
Esas que vuelan, y vuelan lejos.