Phalangist

The Sabra and Shatila massacre took place in the Sabra and Shatila Palestinian refugee camps in Beirut, Lebanon, between September 16 and September 18, 1982, during the Lebanese civil war.

Palestinian and Lebanese civilians were massacred in the camps by the Israeli supporters Phalangist militia while the camp was surrounded by Israeli forces.

In that period of time, Israel was at war with Lebanon. The Israeli forces occupied Beirut and dominated militarily the refugee camps of Palestinians and controlled the entrance to the city. Later, the Israeli forces were ruled to have been involved directly in massacres carried out in both camps.

2

The Irgun was a Jewish Terror organization in Palestine that operated in the 30′s and 40′s, carrying out attacks and massacres against Palestinian civilians in their [successful] efforts to use terror to establish the state of Israel.

The Irgun was responsible for numerous shootings and bombings, from drive-bys, to planting bombs in crowded markets and cafes, to targeted assassinations, to full-on massacres. 

Two of the Irgun’s most notorious actions were that of the King David Hotel bombing in 1946 that killed 90 people, as the Deir Yassin Massacre in 1948 in which over 100 Palestinians were murdered.

The Deir Yassin Massacre was one of the worst massacres of the Palestinian Nakba, the campaign in which Jewish forces ethnically cleansed the native Palestinian Muslims and Christians from their land, creating over 750,000 refugees and destroying over 500 towns and cities in order to establish the state of Israel. 

During the massacre in their attempts to control the village, Jewish forces went door to door with TNT and blew up houses containing Palestinian civilians and those defending their village from the attack. Irgun forces would throw grenades in through the windows of houses they passed, killing those inside. To add to the atrocity, those taken as prisoners by the Irgun were lined up and systematically shot.

The images above represent the Irgun’s emblem, which features all of Palestine and Jordan. The Irgun believed that the entirety of both Palestine and Jordan belonged to the Jewish people, and their end-goal was to establish the Israeli state across the two of them. 

Palestinians are frequently demonized as refusing to accept peace or seeking more land for ourselves [despite the fact that the entirety of our land was stolen from us, and continues to be stolen from us by Israeli settlements], yet ignore the fact that one of the most prominent groups responsible for carrying out the ethnic cleansing of Palestine to establish Israel /themselves/ believed that both all of Palestine AND Jordan would be theres.

“Why is this relevant?” you might ask.

The answer is because leaders of the Irgun eventually went on to hold leadership positions within Israel, among them Menachem Begin, who lauded and celebrated the massacre of Deir Yassin as being vital for the establishment of Israel:

Arabs throughout the country, induced to believe wild tales of “Irgun butchery,” were seized with limitless panic and started to flee for their lives. This mass flight soon developed into a maddened, uncontrollable stampede. The political and economic significance of this development can hardly be overestimated.

- Menachem Begin 

He also celebrated the massacre as a “splendid act of conquest” meant to serve as a model of the future:

His violent and pervasive genocidal mentality followed him all the way to the positions of power within Israel, where he ruled during future massacres that I will come back to.

Begin, who was leader of the Irgun at the time of the Deir Yassin Massacre, eventually went on to serve as Prime Minister of Israel and found the “Herut” political party. For context, the Herut party went on to become the Likud party, the current party in control of Israel.

Begin, leader of a terrorist organization responsible for numerous civilian deaths through bombings, massacres, and shootings, who supported the idea that Israel should encompass all of both Palestine AND Jordan, who celebrated the massacre of Palestinians as important for the establishment of Israel, went on to become the head of the state, and he brought his ideology of terror to Israeli leadership.

Begin was a major proponent of Israeli Settlements, which are recognized internationally as illegal due to their construction on stolen Palestinian land and their segregational nature. His support of Israeli settlements in Palestinian territory underlines his Irgun ideology - that ALL of Palestine and Jordan were to be Israeli territory.

Time and time again, Israel gives the world some sad story about how it’s the Palestinians who don’t want peace, how the Arabs refused to accept the partition plan, etc, etc. Yet, it’s clear to anyone familiar with history that the goal was always to control the entirety of Palestinian territory, and preferably have the Palestinians removed from it all. 

Begin was also Prime Minister of Israel during the Sabra and Shatila massacre of 1982, which left over 500 Palestinian refugees murdered by Lebanese Phalangists and Israeli forces.

So why is it that Israel, a country founded on terrorism, ethnic cleansing, and the massacres of civilians, headed by terrorists directly responsible for massacres who went on to carry out even worse while head of the state, continues to preach this double-standard and narrative of victimhood while those responsible for all the reprehensible actions mentioned above never faced justice and are instead lauded and celebrated?

Israel continuously asserts that Palestinians celebrate terrorists and murderers, yet Israel itself has been run on multiple occasions by terrorists and murderers responsible for the deaths of thousands, who are then hailed as heroes.

Benjamin Netanyahu’s Likud party is the successor of Begin’s Herut party, and as such, they follow the same ideology of conquest and ethnic cleansing.

anonymous asked:

Hi, can u link me some references on how Assad treats Palestinians? I'm trying to learn more about this

(i answered your question thinking you were asking generally and not specifically for resources, but i linked to a number of them below!)

let’s start off by laying the basics fact that, just like all of the arab governments, the assad government treats the palestinian cause as a fig leaf and a political tool — nothing more.

the syrian regime has a history of atrocities against palestinian camps. for as far back as 1976, when syria intervened in lebanon (with israeli consent of course), the aim was to crush the palestinian resistance. hafez al assad aligned himself with the lebanese facist phalangists who were fighting palestinians in refugee camps; his forces aided in the siege against tel al zaatar refugee camp and later in the massacre of over 2000 palestinian refugees mainly in tel alzaatar, jesr albasga and dbayeh. [x]

now, the syrian regime still uses the same tactics against palestinian refugees in syria. once the biggest palestinian refugee camp in syria, yarmouk had been under brutal siege for three years imposed by the syrian regime. the regime used numerous ways to insure the annihilation of the camp such as excessive shelling and dropping barrel bombs and trapping its residents in with no access to food, water or medicine to the point where some of its residents died of starvation. over 180 residents have died as a result of the siege. 

but not only in yarmouk, palestinian refugees of al sbeina camp have been prevented from returning to their houses for close to three years and have been internally displaced along with 450,000 others. also, dara’a camp has been without water for over 2 years and almost 70% of its buildings were demolished. and let’s not forget how the regime marked the 68th anniversary of the nakba by bombing palestinian refugee camp of khan eshieh killing two

today, there are over 1090 palestinians in syrian prisons  including more than 75 women. many of the prisoners won’t make it out due to torture and medical neglect. an example is palestinian-syrian ghiyath matar, who used to hand out flowers to the syrian security forces back when the revolution started in 2011 as a way to show the peaceful means of the demonstrations. soon enough, he was kidnapped and tortured to death. so far, there has been at least 448 palestinians who were tortured to death in assad jails.

until the end of last year, the action group for palestinians in syria has documented the deaths of more than 3080 palestinians in syria and more than 100,000 of the 560,000 palestinian refugees previously living in syria have since fled the country due to assad’s terror. 

the assad regime continues to portray itself as a revolutionary force while committing all of these atrocities against its people as well as palestinians who sought refuge in syria. the regime also shamelessly poses as a fighter of imperialism and colonialism while the occupied golan remains a peaceful “military zone” where israel gets to occupy lands rather peacefully, without a single case of disturbance since 1967.

anonymous asked:

1/3. You made some decent points around the US foreign policy, but failed to exam how Islamic culture the cultures of the Middle East/North Africa may be partly responsible for creating terrorists. I mean, the US committed acts of brutality in Vietnam and Panama, but those countries didn't launch direct attacks against the USA as a result. Similarly, the Falklands War didn't result in nationals from Argentina launching terror attacks in Britain. US foreign policy alone isn't the sole cause.

2/3. I mean, what are your thoughts on the historical aggression shown by Muslim states towards the fledgling USA in the mid-late 18th century, when there was no prior hostilities between the countries? US ships were regularly attacked by pirates from Ottoman states. When Jefferson/Adams spoke to the Tripoli ambassador in London they were informed Muslim states had the “right” to attack US ships as they were non-Muslim. The US had no history of aggression towards any Muslim state at this point.

Anonymous said:3/3. I will agree though that in some areas of the world, Western Foreign policy is the major factor in terrorism. British foreign policy and colonialism in Africa, particularly in what is now Nigeria, almost certainly laid the ground work for ethnic conflict, which in turn produced Boko Haram. With all that said, 86% of all the terrorist attacks in 2017 have been carried out by Islamic terrorists. To what extent should Islamic culture be considered a factor in modern terrorism?

Firstly, thank you for this question. I may not agree with you, but I really, really appreciate how you’ve asked this - considering some of the other messages I’ve received.

I am going to provide NATO’s international definition of terrorism for reference at the start of this answer just to clarify the issue. Terrorism is:  "The unlawful use or threatened use of force or violence against individuals or property in an attempt to coerce or intimidate governments or societies to achieve political, religious or ideological objectives". 

Firstly, I have to point out the fact that in all those comparisons you have given you haven’t looked at the fact that the brutality in Panama and Vietnam was, in fact, terrorism. You are asking what it is about Islamic culture that breeds terrorism, while comparing the response of states that were the victim of US terrorist attacks. I would asked what it is about the culture of the United States that breeds terrorism? US foreign policy utilises terrorism to meet most of it’s goals - just because it is driven by profit and not religion, doesn’t mean it’s not terrorism. It still meets the definition.

Also, terrorist attacks were committed during the vietnam war and the first war on terror was actually declared by Ronald Reagan, not George W Bush, and was in relation to Nicaragua, and was about communism - not Islam. 

Now, the terrorism you are citing is in fact the Barbary Wars, and was far more complex than you are portraying. It was, in fact, government sponsored pirates demanding the provision of tributes in exchange for safe passage through the mediterranean sea. They were targeted for money. The US also instigated the first Barbary war by refusing to pay this tribute, and sent a fleet of ship to attack the ports. I suppose that could be considered an act of international aggression.

Historically I would like to draw parallel’s with other ideologically based terrorist groups (ignoring terrorist states, because obviously the United States is the biggest culprit and has been for quite some time ). Lets, for example, look at christianity and see whether that has a lengthy history of terrorism.

And, of course it does. Looking for more historical examples there is obviously the crusades (which specifically targeted muslims) and the european inquisitions, and the Bucharest Pogrom (which targeted Jews).

And looking at more contemporary examples, there was the Ilaga christian militia in the Philippines which specifically targeted muslims - in one occasion slaughtering up to 79 people (including children) in a mosque in 1971. And of course the Phalangist christian paramilitary in Lebanon that committed the Sabra and Shatila massacres during the Lebanon war. 

Then there is the National Liberation of Tripura - a christian group in north east India that forces tribespeople to convert to christianity, and is known to kill those who resist conversion. And then there’s the Anti-Balaka christian militia in the Central Africa Republic that is carrying out ethnic cleansing of muslims. 

I won’t argue that there is a lot of terrorism that is cited as having Islamic roots currently - but I think it’s far too reductionist to assume it is entirely motivated by a religion and overlooks the fact that any religion can be used as an excuse for violence when twisted far enough. And even then you can’t view Islamic fundamentalism outside of the scope of historical US  foreign policy - the United States has consistently supported violent, fundamentalist ideology in the middle east over secular nationalism. They supported Hamas when the PLO was in power, they supported Wahhabism in Saudi Arabia so it could access their oil during the cold war. And obviously the mujahideen in Afghanistan when it was occupied by the soviet union. The west has funded Islamic extremism and helped it take a grip of the middle east - because it ensured secular nationalism wouldn’t infringe on their access to resources.  

Western foreign policy is far too important to ignore when it comes to this form of terrorism, and I think Islam is a red herring when you look at the over all context of terrorism across the globe, and the fact that the west and their client states commit horrific acts of terrorism consistently and without remorse. We’re far too quick to point the finger at others and create a dichotomy of good and evil - it’s not that simple. We need to reflect on how we contribute to the world, we need to question our own governments and apply the standards that we apply to others to ourselves. 

Rouky et des satanées broutilles

Perché sur le talus, ses petites oreilles baissées, à l’affût, il me regarde passer, relève le museau pour humer l’air, puis traverse sur le passage piéton comme s’il en était un ordinaire.

Des mois qu’il est là, fidèle au poste, chaque fois que je sors du hameau. Le jour, aucune trace de ses moustaches. Dès la tombée de la nuit, il attend sur le talus. Pour quelle mystérieuse raison il croit bon de traverser sur le passage piéton ; pourquoi toujours après la voiture, il pourrait s’y risquer avant ; pourquoi dans ce sens et pas dans l’autre, autant de questions qui m’occupent et dont je n’aurai jamais les réponses puisque malgré mes tentatives d’entamer le dialogue avec lui, sa plus notable réaction fut de me fixer intensément, d’uriner sur un pissenlit et de repartir la tête dressée, plus fier que jamais.

Ce renard s’appelle Rouky.

La première fois que j’ai vu Rouky, je téléphonais au volant, faute grave s’il en est, et j’ai failli l’écraser. C’était en septembre 2016, j’ai écrabouillé mes freins et laissé une longue trace noire sur le bitume tout en balançant le portable aléatoirement sur les sièges arrière et une bordée d’injures adressées à l’animal et au Dieu auquel je ne crois pas. Le frisson qui me parcourait l’échine, l’adrénaline qui me traversait les veines, la frayeur qui m’avait secouée : j’étais une pitoyable loque accrochée fermement à son volant au cas où la voiture déciderait de reprendre la route toute seule. Devant moi, Rouky le renard, plissant les yeux dans l’aveuglement des phares, m’avait regardée longuement, puis il s’était assis sur la route lentement, paisiblement, un Dalaï Lama des forêts, imperturbable de zénitude, ce salaud, alors que j’essuyais mes dix litres de sueur et que je vérifiais si, dans la panique, je n’avais pas déféqué sur mon siège.

Un long échange de regards, je descendis ma vitre : « Tu comptes rester là longtemps ? » lui avais-je demandé – aucune réponse hormis un sautillement de l’oreille gauche. « Je peux t’appeler Rouky ? » ; pas plus de répartie. J’avais allumé une cigarette, il avait humé l’air, décrété qu’il m’avait suffisamment fait attendre et avait daigné bouger son séant jusqu’au bord de la route.

Depuis cette première rencontre, je savais désormais qu’il était là – et je pensais d’ailleurs, sans le confier à personne, de crainte d’être moquée, que tel avait été son but premier : me faire savoir qu’il était là

Là, c’est la route du CAO (Centre d’Accueil et d’Orientation) qui, comme son nom l’indique et ne l’indique pas, accueille mais n’oriente pas du tout les migrant.e.s en provenance de Calais et plus récemment de Grande-Synthe. 

Quand je descends de ma voiture, le petit J. est déjà posté devant moi, les deux poings sur les hanches, le regard sévère : « Il est où, mon bisou ?! » me demande-t-il en tentant de reproduire les sourcils froncés que je lui adresse généralement avec cette même phrase ; ses deux millimètres de sourcils produisent un microscopique V devant lequel je tente de prétendre être terrifiée, avant de lui donner bien vite ledit bisou pour éviter toutes représailles de type attaque de câlins.

Deux heures plus tard, je monte au volant du bus pour conduire des réfugiés voir un match de handball. Le rituel du départ est toujours le même, il y a une liste de prénoms inscrit sur la feuille, il en manque trois, je klaxonne, il y en a cinq en trop, je recompte, il en manque deux, on recompte, plus personne ne comprend rien, on raye des prénoms, on en rajoute d’autres, un enfant est monté derrière le volant, je le fais descendre, il remonte pendant qu’on recompte, il klaxonne, il y a trois personnes qui viennent en plus, je déchire la feuille, on abandonne l’idée de compter et on part avec une demi-heure de retard.

Quelques mètres seulement et ils entament une conversation animée ponctuée de rires, ils se racontent des blagues, ils rient, ils rient, ils rient – je ralentis en passant devant le repère de Rouky, que j'aperçois, perché sur son talus, nous échangeons un regard complice – tout le trajet se fait avec leurs rires, Ja. est à deux doigts de s’étouffer tant il pleure de rire, je ne comprends qu’une phrase sur cent mais je suis heureuse de les voir, pour une fois, autant s’amuser.

Devant le palais des sports, je gare le bus, ils descendent et foncent vers l’entrée. Je croise un journaliste qui m’arrête et me pose des questions sur la manifestation à venir, je ne reste que cinq minutes mais lorsque je tourne la tête, il n’y a plus personne, ils sont déjà tous à l’intérieur. 

Je monte dans les gradins et cherche les réfugiés du regard. Sans les trouver. Après un bon moment, j’aperçois une main qui se lève, A. me fait signe. Il est assis, tout seul. Je m’assois à ses côtés, il me sourit. Je regarde tout autour. « Ça va ? » Il acquiesce et me propose des chips. Je le fixe, dubitative. Je finis par apercevoir Ja. dix rangs plus bas sur la droite, tout seul aussi. Je le rejoins et m’assois à côté de lui. Il me sourit et me tend une pomme. Je refuse, « Ça va ? » Oui, oui, il va « super bien » me dit-il, « on va gagner ! ». Je cligne des yeux trente-cinq fois en silence. Tour d’horizon des gradins, je repère M. tout en haut, même cérémonial, non merci je ne veux pas de jus d’orange, oui il va bien, « tranquille ! ». Après avoir refusé une bière, un morceau de Savane et une autre pomme, je craque au septième, Ak., isolé lui aussi à l’autre bout des gradins. « Mais enfin, pourquoi vous êtes tous assis tout seuls comme ça ? Vous rigoliez comme pas possible y a dix minutes et maintenant vous êtes tous éparpillés, vous vous êtes engueulés ? » Il baisse les yeux, il hésite un peu et finit par murmurer, en anglais : « On sait que c’est compliqué pour vous en ce moment, il y a vos élections pour un nouveau président. Il y a une dame raciste qui peut gagner. » Ak. cherche la suite de sa phrase en tortillant le bout de ses doigts ; pas un seul n’est intact, ils sont marqués de cicatrices, plus ou moins profondes, de récits plus ou moins douloureux à raconter. « Ça n’est pas bon pour vous, poursuit-il enfin. Cette femme, qui peut devenir présidente, elle dit que nous, les réfugiés, on vous envahit. Ça n’est pas bon pour vous, en ce moment, si on nous voit tous ensemble au même endroit. Les gens vont penser qu’on vous envahit vraiment. » 

Un bloc de granit me tombe dans les tripes. Je voudrais trouver quelque chose à dire, d’intelligent, une réaction à avoir, une phrase magnifique dont ma descendance serait fière sur mille ans, mais je n’arrive qu’à fixer mes godasses, pétrie de honte et de colère, en essayant de retenir mes larmes parce que ce n’est pas à moi de pleurer ici. Ak. me prend la main et dit : « On est de quelle couleur ? » en montrant les joueurs de handball sur le terrain. Je relève la tête : « Rouge ».

               *                                              *

« Alors, quoi de neuf aujourd’hui, monsieur Torres ?

— Il fait pas chaud. »

Monsieur Torres a rallumé le chauffage, il a longtemps attendu, il n’allait tout de même pas rallumer le chauffage en avril, mais merde à la fin, il l’a rallumé parce qu’il faisait trop froid. Tandis que je mets de l’ordre dans ses papiers, monsieur Torres rajoute qu’il faisait moins froid l’année dernière à la même époque, ce dont je doute, « c’est le réchauffement climatique, me dit-il, ça fait crever les baleines alors ça viendra même à bout des gras du bide comme moi ! » 

Sur le mur, derrière monsieur Torres et son gros ventre, une photo de lui, jeune, avec sa moustache et son chapeau. Au-dessus, comme un arbre généalogique bancal, un cadre avec une petite photo de son père à gauche, sous laquelle il est écrit Papa, et un autre cadre, à droite, sans photo, portant la simple inscription Mama

Monsieur Torres est né à Pampelune, en 1934. « Je viens de Navarre, vous savez “de France et de Navarre”, eh bien moi je viens de Navarre ! » dit-il comme un refrain. Il était le premier enfant de ses parents, qui sans doute l’aimaient plus que tout. Sans doute. Le premier et le dernier, car ses parents furent assassinés par les phalangistes en 1936. 

Parfois, monsieur Torres leur en veut. « Quand on aime son gosse, on l’élève, on sauve sa peau, on se fait pas tuer pour des broutilles ! » Il serre son poing et plisse ses lèvres de rage ; je grimace sur le mot broutilles. S’ensuit toute une tirade sur la vie atroce qu’il a dû mener, ses souffrances d’enfant, terribles, la solitude qu’il a traînée toute son existence malgré les amis, les collègues, malgré le mariage, malgré les enfants et petits-enfants. Il conclut invariablement ce déversement par une phrase étrange, à l’attention de ses parents : « Qu’ils crèvent ! » Comme si, en les tuant lui-même de ses vœux, de sa propre volonté, leur mort était moins dure ; comme si, pour leur souhaiter de mourir maintenant, il pouvait les faire revivre auparavant, ne serait-ce qu’un instant furtif et imaginaire.

Quelquefois, monsieur Torres s’interroge. « Est-ce que j’ai été un bon père, vous croyez ? » me demande-t-il alors que je lui explique son avis d’impôt foncier. « C’est que, comme j’ai pas eu de modèle, je sais pas », ajoute-t-il devant ma mine décomposée. Je pose mon stylo, ma calculatrice et j’attends la suite. Est-ce qu’il aurait été heureux avec ses parents ? Est-ce qu’ils l’aimaient ? Est-ce qu’il aurait pu faire quelque chose pour empêcher leur mort ? – point sur lequel j’interviens pour rappeler que malgré toute la bonne volonté du monde, à deux ans, il lui aurait été impossible de faire quoi que ce soit pour sauver ses parents ; « Mais peut-être que c’est moi qui ai crié, qui ai pleuré, que c’est moi qui les ai fait repérer, moi qui les ai fait tuer ! » me hurle-t-il alors, avant de détourner le regard pour que je ne voie pas ses yeux mouillés de larmes.

Au bord de la route, près de la maison de monsieur Torres, il y a un élevage de chevaux. Parfois je m’arrête leur caresser le chanfrein en partant de chez lui, pour me vider l’esprit, pour laisser toute cette détresse et cette colère se détacher de moi ; souvent je me demande quelle version est pire, la rage ou la souffrance aveugle. Aucune réponse n'apparaît et aucun cheval pour me venir en aide.

Aujourd’hui, monsieur Torres n’est ni en colère, ni triste, il a simplement froid. Son chauffage, s’il ne voulait pas le rallumer, c’est surtout que le gaz, depuis quelques années, a beaucoup augmenté et qu’il va avoir une grosse facture à payer. Or sa retraite est bien maigre et ne lui permet pas de faire tourner les radiateurs à plein régime. « Heureusement, tout ça va changer ! » me dit-il. J’émets un vague « Ah ? » tout en tentant de déchiffrer l’écriture d’un agent du conseil général sur un mot qui m’est destiné. « Oui, avec madame Le Pen qui va être élue ! » 

Je relève la tête comme un coucou sort de son horloge. 

Monsieur Torres me fixe, dans l’attente d’une validation, comme toujours. Interloquée, je peine à ouvrir la bouche. « Monsieur Torres… vous… votre… vos… Monsieur Torres, vos parents ont été tués par des fascistes, monsieur Torres. » Il me regarde avec de grands yeux ronds. « Et alors ? me répond-il. Je vois pas le rapport, je vous parle du prix du gaz, moi. »

               *                                              *

« Breton !! Mettez “breton” !! » Il éclate d’un rire gras.

Je souris et je coche la case « française » en face de la question « Nationalité ? » 

Tandis que je continue à remplir sa demande de visa pour l’Inde, Pierre débat avec son compagnon de savoir pourquoi il n’y a pas la case breton dans les nationalités. « Mon père n’aurait jamais répondu “français” à cette question, il aurait fait une case en plus ! » D’ailleurs, maintenant qu’il y pense, sa mère était d’origine basque, il faudrait une autre case en plus. « Avec toutes ces bombes dans ta généalogie, il te manque plus que les corses ! » dit son compagnon et les deux se contorsionnent de rire. 

« Alors, votre numéro de passeport, s’il vous plaît ? » Pierre se redresse, réalisant qu’il s’est peut-être un peu trop laissé aller. Il me tend son passeport. J’inscris le numéro dans la case mais il ne rentre pas, j’essaie trois fois, cinq fois, dix fois, avec et sans lunettes, c’est bien un J ça, oui oui, qu’est-ce que c’est que ce bordel, je fulmine, j’en ai marre de ce formulaire, je clique partout, la page disparaît, il faut tout recommencer, je reste stoïque tandis qu’en moi un monstre se déchaîne, imaginant passer l’intégralité de la pièce au lance-flammes. « On va y arriver, il suffit d’un peu de patience », dis-je en souriant.

Le numéro de passeport ne rentre toujours pas dans la case, qui clignote en rouge lorsque je tente de passer à la question suivante. Je soupire tout à coup de ma propre stupidité : le numéro de passeport est en fait demandé dix lignes plus bas, il s’agit ici du numéro de citoyen. « Qu’est-ce que c’est que ça ? » me demande Pierre. « Pas la moindre idée. » Je trouve dans la notice la façon de répondre que, dans notre pays, cela n’est pas en vigueur. Je poursuis le remplissage du formulaire.

Il se passe un bon quart d’heure dans un parfait silence avant que le compagnon de Pierre ne dise : « Pour le moment. » Je passe les yeux par-dessus mon écran pour le regarder. « Pour le moment, c’est pas en vigueur. Qui sait ce qui pourrait arriver si elle passait. » Pierre jette sa main sur lui en riant, gêné : « Tais-toi enfin, n’embête pas la dame avec la politique ! »

Quelques secondes s’égrainent ; ils restent tous les deux dans cette position, Pierre, un sourire crispé, la main sur le visage de son compagnon ; ce dernier, sérieux, ses yeux rivés dans les miens. Sur son avant-bras, il y a un vieux tatouage Peace and Love qui tremble légèrement, suivant les oscillations de sa main. « Il n’y a rien de bon dans ce qui pourrait arriver si elle passait », je réponds. Les traits de leur visage se détendent soudain, ils esquissent un sourire léger et soupirent, un soulagement passager, de la respiration d’un plateau en montagne avant de reprendre une ascension aussi difficile que la précédente. Je repose mon regard sur l’écran : « Alors… nom et nationalité de votre père ? » Pierre rigole : « Y a toujours pas “breton” ? »

               *                                              *

Personne ne chante. 

Le camion de la CGT en tête passe ses chansons habituelles, mais loin derrière, dans notre cortège, personne ne chante. Il y a du monde pourtant, des énergies, des motivations ; la colère, d’ordinaire, nous fait scander des mots d’ordre, pousser des refrains, improviser des accroches qui finissent en éclats de rire. Personne n’a envie de rire aujourd’hui.

On regarde loin devant le groupe des camarades venus de la montagne, ils sont en pleine forme, prêt.e.s pour l’insurrection, des chansons plein la gorge, des banderoles et des panneaux colorés. Un teint vif, la peau fraîche. L’air pur sûrement. Ou le fait qu’ils attendent systématiquement qu’il se passe quelque chose pour montrer le bout de leur nez, consommateurs de révolution qu’il faut leur servir sur un plateau, prémâchée ; où étaient-ils durant la lutte pour les grévistes ? durant la lutte pour les migrant.e.s ? Je regarde les cernes des camarades qui m’entourent, cuit.e.s par des mois, des années de terrain, prêt.e.s pourtant à renquiller, mais certainement pas prêt.e.s à célébrer en chanson que les cinq années à venir vont les priver de vie, de loisirs, d’argent. Je mastique mon aigreur quand j’entends un chant clair et frais juste derrière moi : « VOTEZ MACRON ! » Je me retourne : une dame, inconnue, tient l’une de nos banderoles et scande à pleins poumons de voter Macron. Je cours vers elle.

Je dégaine un sourire et entame des tractations. Ça va pas être possible ce genre de slogans là, Ah bon et pourquoi ?! vous votez FN ??, Bien sûr que non mais on ne donne pas de consigne de vote nous, Mais c’est pas possible ça qu’est-ce que je tiens comme banderole c’est pas contre le FN ??, Si mais on ne donne pas de consigne de vote je comprends que vous votiez Macron mais je comprends aussi que l’on ne souhaite pas voter du tout donc si vous souhaitez scander « Votez Macron » vous allez ailleurs s’il vous plaît, Ah vous voulez me priver de ma liberté d’expression elle est belle la France c’est vous les fascistes !!!, Est-ce que vous pourriez vous calmer la manif est immense vous avez une place infinie pour scander votre mot d’ordre mais ne le faites pas dans notre cortège qui ne souhaite pas ces injonctions c’est tout, C’est vous qui faites gagner le FN !!! VOTEZ MACRON VOTEZ MACRON, D’accord super est-ce que vous pourriez aller crier plus loin s’il vous plaît ?, Non je ne bougerai pas VOTEZ MACRON VOTEZ MACRON FACHOS et tu as quel âge toi tu es une gamine tu as fait quoi dans ta vie pour lutter contre le FN moi je connais la vie tu vas pas me l’apprendre VOTEZ MACRON VOTEZ MACRON !!!

J’allume une cigarette. Une autre dame, amie de la première, la rejoint et la tire sur le côté. Elle lui parle longuement, je repars.

Plus tard, madame VotezMacron vient me voir dans la manif. Se présente en souriant. « Je suis psychologue », me dit-elle. Je ne réponds pas. Elle m’explique pourquoi il faut voter Macron durant quinze minutes, dit qu’elle sera là, ensuite, pour lutter contre lui, dans la rue. Puis elle disparaît. 

Je sais que je ne la reverrai jamais.

               *                                              *

Il était arrivé confiant, sûr de lui, en terrain conquis. Partout où il allait, il pouvait exprimer sa pensée, personne ne le contredisait. Au bar de la commune, il pouvait le dire haut et clair : « Moi, je vais voter FN ! » Des mois qu’il le disait, et des mois que le patron riait en lui donnant une tape dans le dos : « C’est bien mon gars ! » Hormis le jour du marché, ils n’étaient que sept clients réguliers dans ce troquet et tous les sept votaient FN. Des arabes, il y en avait trop, c’était une évidence. Dans leur commune de 700 habitants, il n’y en avait pas, mais ils regardaient tous la télévision et ils étaient unanimes : des arabes, il y en avait trop. Sur le reste, il ne savait pas. Didier, qui s’y connaissait mieux qu’eux car il avait fait des études, il était journaliste, leur avait expliqué que le Front National était le parti des ouvriers. Lui qui avait trimé depuis ses 17 ans à l’usine, il ne voyait pas pour qui d’autre il aurait pu voter.

À l’usine, il n’en parlait pas tellement, excepté avec ses collègues Pascal et Jean-Mi, qui partageaient son avis. À la pause, s’il y avait une blague à faire, ils n’étaient pas les derniers pour la déconne. Il aimait leur compagnie car ils étaient les rares collègues à ne pas aller chasser le week-end et lui avait horreur de la chasse. 

À la maison, aucun souci, son épouse épousait ses opinions. 

La télévision semblait du même avis que lui. Il ne lisait pas le journal et n’allait pas sur Internet, hormis sur le Boncoin pour des annonces de pièces de moto d’occasion.

Bar, boulot, dodo, tout son monde le soutenait. Aussi il n’avait aucune raison de se méfier lorsqu’il rendit visite à sa mère, se décapsula une bière, s’assit dans une pose décontractée et déclara sur un ton nonchalant : « Eh ben moi, j’ai voté Le Pen, je suis bien content qu’elle soit au second tour ! »

La matriarche, qui approchait les quatre-vingts ans, arrêta net le balancement de son rocking-chair. Elle fit répéter son fils, incertaine que son ouïe ne l’ait pas trompée. 

À la seconde écoute, elle se leva lentement, laissant le temps à ses genoux arthrosés de se déplier. Dans un parfait silence, elle trottina jusqu’à sa chambre, ce qui prit un bon moment, permettant à son fils de boire la moitié de sa bière. Elle revint enfin, avec un cierge énorme, d’un mètre de long, orné d’un dessin de la Sainte-Vierge. Le fils regarda la procession qui traversait la cuisine d’un œil étonné. Sa mère se planta devant lui avec son colosse de cierge, elle posa une main ridée sur la table, reprit son souffle, « Oh, ça va, la mère ? » lui demanda-t-il ; elle ne répondit pas, elle se redressa, souleva le cierge gigantesque, et BIM, en colla un grand coup sur le crâne de son fils.

« WOH ! Mais ça va pas, non !? » beugla ce dernier en bondissant de sa chaise et en se frottant le crâne avec vigueur.

Sa mère posa la moitié de cierge qui lui restait dans les mains sur la table. Elle s’adressa à lui en patois : « Tu viens dans ma maison, me regarder dans les yeux et me dire que tu as voté pour cette saloperie ? Ton père, ton grand-père, ton oncle, ils te voient là où ils sont, ils ont HONTE ! J’ai honte ! Allez ouste ! Dehors ! Tu n’es plus un gamin qui ne sait pas ce qu’il fait ! Tu rentreras dans ma maison quand tu auras retrouvé un honneur ! »

Plus tard dans la journée, elle s’approcha du téléphone fixe à énormes touches que son fils lui avait acheté exprès pour qu’elle n’ait pas de difficultés à voir les chiffres. Elle ouvrit son petit répertoire, dans lequel elle consignait les coordonnées depuis 1964. Elle composa le numéro sur le clavier.

Mon portable sonna.

« Allô ?

— Allô, c’est moi. Tu vas aller à la messe dimanche ?

— Oh putain, fous-moi la paix avec ta messe, maman !

PARLE COMME IL FAUT ! »

               *                                              *

Sur le carrelage, des petites fourmis se suivent dans une parfaite colonne, chacune portant une miette de pain – ou de brioche, qui sait. Je pose mon doigt sur leur trajet, le cortège s’interrompt brutalement, semble communiquer pour choisir une stratégie : attaquer l’ennemi, faire demi-tour, franchir le doigt, garder ou non la nourriture ; elles choisissent de contourner l’obstacle. Je retire mon doigt mais les fourmis continuent d’emprunter leur déviation comme s’il était toujours là. 

La nappe se soulève brusquement : « Vous êtes toujours là-dessous ? me demande Marie-Thérèse. Tenez, j’ai trouvé un marteau. » J’abandonne mon étude des insectes – sont-ce des insectes ? – de toute façon, l’autre fou de Werber doit bien avoir résolu la question de savoir pourquoi ces bestioles continuent à contourner l’obstacle même s’il n’est plus là – est-ce qu’on fait la même chose ? – et je prends le marteau pour fixer avec des cavaliers le tuyau à oxygène de Marie-Thérèse. Elle marmonne quelque chose que je ne comprends pas. « J’entends rien, madame G. ! Attendez que je sorte ! » Elle continue de parler, tant et si bien que j’extirpe la tête de sous la table pour voir si c’est urgent. « Qu’est-ce que vous dites ? » Je devine son sourire ridé, serein sur son fauteuil roulant. « Je disais : vous votez pour qui, dimanche ? »

Je lâche un énorme soupir et je repasse sous la table sans répondre.

Devant le placard à outils, où chaque ustensile a sa forme dessinée, je cherche celle qui correspond au marteau, en vain. Depuis l’autre pièce, j’entends Marie-Thérèse parler toute seule. « Il va où votre marteau, madame G. ? » J'allonge le cou pour capter la réponse et j’entends distinctement : « Pour Macron ou pas ? » Je lâche oh merde aux outils du placard et pose le marteau sur les tournevis cruciformes, tant pis.

Dans son fauteuil, Marie-Thérèse tient un petit carnet usé. Je m’assieds en face d’elle, à la table, prête à lui répondre puisqu’il le faudra bien, j’attends que la question revienne mais les yeux bleus se contentent de me regarder avec malice, en silence. Je soupire de nouveau, s’il en est ainsi je vais répondre sans qu’elle repose la question, à la guerre comme à la guerre, j’ouvre la bouche mais Marie-Thérèse fait un geste de la main et catapulte d’un jet le vieux carnet qu’elle tenait sur la table, qui glisse sur la toile cirée jusqu’à moi. Coup d’œil au carnet, coup d’œil à la mamie, qui me fait un signe de tête signifiant « allez-y », un allez-y que je prends pour allez-y ouvrez le carnet et lisez-le, il y a des signes de tête plus prolixes que d’autres.

C’est un carnet de guerre. De Résistance. Celui de son grand frère, maquisard. Je connais son histoire, je reconnais son nom, je tourne les pages avec précaution. « Ah vous saviez pas que je l’avais, hein ! » Elle me fait un clin d’œil fier. 

Le carnet fait une trentaine de pages, l’écriture est fine, serrée, de plus en plus serrée en avançant vers la fin où la place manquait pour tout dire. Je tourne les pages, lis quelques lignes, tourne encore, je ne sais pas ce que je suis censée faire. Je regarde Marie-Thérèse. « J’aime bien la page dix-neuf », me dit-elle. Je vais à la page dix-neuf.

« … espagnols, communistes, anarchistes, hommes du général de Londres, brigands, briscards et croix de feu ! Comment serait-ce possible ! Satanés instants qu’il nous est donné de vivre. Chaque jour éclate une nouvelle querelle, tantôt pour des broutilles : qui va se charger des vivres ? qui ira relever les missives et qui pour les pièges à oiseaux ? qui pour la tournée des fermes, tâche ingrate ? qui fera le feu, nous en sommes rendus là ! Nous nous déchirons surtout pour décider du pire : quel est le bien, quel est le mal, faisons-nous le bien ou le mal ? En tuant s’occupant des miliciens R. et T., Eclair a-t-il fait bien ? Avait-il le choix ? Ils nous auraient tués ! disent certains, d’autres rétorquent qu’en tuant nous devenons comme eux. Je reste en retrait et ne dis rien, car je pense pour ma part que personne n’a tort au fond et qu’ils ont tous raison. Notre ennemi nous divise et c’est là sa toute puissance ; son grand pouvoir est de nous moudre tandis que nous cherchons à l’identifier ; son stratagème est de nous perdre en nous-mêmes. Nous nous perdrons, je le sais, je suis déjà perdu, mes nuits ne sont que cauchemars, je pressens qu’elles le resteront ma vie entière, si je vis. Je me bats pour que d’autres vivent sans cauchemars, pour qu’ils n’aient jamais à se demander s’ils faisaient le bien ou le mal, pour nous il est déjà trop tard. »

Marie-Thérèse me sourit toujours. « Ma fille aînée, elle m’a dit qu’elle n’irait pas voter. Je lui ai dit Fais comme tu veux, ma fille ! Tu as raison. Ensuite ma fille cadette m’a dit qu’elle irait voter Macron, pour faire barrage. Je lui ai dit Fais comme tu veux, ma fille ! Tu as raison. … C’est drôlement bien installé le tuyau pour l’oxygène, vous savez bien bricoler, hein ! » Elle m’adresse un pouce en l’air et reprend : « Et vous, vous allez faire quoi, dimanche ? »

Je replie le carnet, que je redonne à Marie-Thérèse. « Des cauchemars, comme chaque nuit. »

               *                                              *

En remontant dans le bus, ils ont recommencé à rire. Seule déception de la soirée : notre équipe de handball n’a pas gagné, malgré un suspense insoutenable dans les dix dernières minutes qui m’aurait presque convaincue d’aimer le sport.

Lorsque je passe sur le passage piéton, je tourne la tête vers le talus pour saluer Rouky, mais il n’est pas là. Je ralentis, je regarde plus attentivement : rien. J’arrête le bus. Les mecs me demandent ce qui se passe, je les rassure, je cherche quelque chose, Mais tu cherches quoi ? Tout le monde regarde le talus que je fixe désespérément, et sur lequel il n’y a, désespérément, que de l’herbe, inutile.

Je descends du bus, grimpe sur le talus dans l’obscurité, j’appelle : Rouky ! Rouky ! qui n’est définitivement pas là et j’ai une boule d’angoisse dans le ventre, totalement déraisonnable, je regarde partout, je me vautre sur l’herbe mouillée, A. et Ja. sortent du bus en courant et parlent dans trois langues à la fois pour poser mille questions soucieuses ; je demande pardon, je reprends le volant, je me confonds en excuses, je ne voulais inquiéter personne, je suis vraiment désolée, je suis fatiguée en ce moment, et euh eh bien, voilà : je cherchais Rouky le renard. 

Silence de mort dans le véhicule. Une voix au fond, timidement, répète : « Rouky ?? » Le ridicule de la situation me saute à la gueule et j’éclate de rire, suivie par tous, qui n’arrêtent pas de répéter « Rouky ?? » et j’ai mal aux joues et aux côtes de rire autant, ça faisait des mois que ça ne m’était pas arrivé, j’ai perdu Rouky mais j’ai gagné dix minutes de bonheur.

Une heure et demie du matin, tout le monde est parti se coucher, le bus est garé, j’ai dit au revoir, bu un thé, je reprends ma voiture et la route pour rentrer chez moi. En sortant du chemin, je crois voir une ombre dans un champ, je ralentis mais rien de précis, je tourne sur la route et j’accélère. 

Moins de 200 mètres plus loin, une silhouette énorme déboule sur la route brusquement ; j’écrase les freins, donne un coup de volant, fais un tête à queue au milieu de la route, rétablis la bagnole comme je peux évitant de justesse d’atterrir dans le fossé ; je hurle les pires injures que la terre ait portées. Je sors de la voiture : elle n’a rien. Moi non plus. Je cherche du regard la bestiole maudite que j’ai esquivée et là, sur la route : un blaireau. Un gros blaireau qui se dandine et fait des zigzags devant les phares de ma voiture. « Tu te fous de ma gueule, mec ?! » est la phrase que je lui adresse vertement, sans doute pas la plus réfléchie ni diplomate, mais sur le coup c’est tout ce qui me vient. 

Aucune réaction ni réponse du blaireau, qui continue à gigoter son gros popotin d’un côté à l’autre de la route pour s’éloigner.

Que fout ce blaireau ici, première fois que je le vois, loin de sa puante tanière au milieu des bois. J’attends que mon cœur reprenne une allure normale, je remonte au volant et redémarre. Obligée de suivre le blaireau qui lui-même suit son ombre produite par mes phares, à cette allure-là je serai chez moi dans trois ans. Je m’arrête et coupe mes phares. J’attends une minute ou deux. J’allume une cigarette. Un cri effroyable retentit subitement dans la nuit. Je rallume les phares. 

Dans la lumière, Rouky, qui me regarde en plissant les yeux. Et qui tient dans sa bouche l’énorme blaireau, qu’il vient d’achever d’une morsure à la gorge.

Satanés instants.

anonymous asked:

Not the anon who brought up the topic and definitely no expert but where are the israeli jews supposed to go? They are being threatened by the countries around them

Israeli jews are not being asked to go anywhere, the existence of the state of Israel is not being denied by the Palestinian Authority and has been accepted since the PLO acknowledged Israel’s right to exist in 1988. 

You also need to understand why Israel is being ‘threatened’ by countries around them - Israel has been guilty of unprovoked aggression and outright unfounded wars with neighbouring countries for decades. Just today it’s come out that Israel has attacked Syria. The wars with lebanon cannot be viewed outside of the fact that Israel invaded and occupied Lebanon for 18 years, and the original 1982 invasion was entirely unprovoked and condemned internationally. 

You can also not ignore the fact that Israel has pulled out of, and at times outright refused to engage with, negotiations with democratically elected palestinian representatives. In relation to Camp David - for example - the president of Israel at the time has said since “I went to Camp David presuming we would not be reaching an agreement,” - there was no intention to produce peace. Please read from Plowshares into Swords as it gives a very good overview of the failed peace processes and the causes of them - both parties can be allocated guilt. 

Also, the main barriers preventing the peace process is not that Palestinians are demanding the destruction of Israel or asking for the jews of Israel to go anywhere - what they have asked for is a withdrawal from the illegally occupied territories (a withdrawal to the 1967 borders for example), a right for self-determination (in other words a government and control over their own resources) and the right of return for Palestinian refugees (not the removal of the Israeli jewish population - again see United Nations Security Council Resolution 242).  

I just want to briefly touch on the fact that, firstly, Palestine was ethnically cleansed and Palestinians were forced from their homes when the state of Israel was established - are you not concerned about the threats against them? For example a significant amount of those refugees fled to neighbouring countries, one of them being Lebanon. And when the IDF invaded Lebanon those refugees were slaughtered by Israeli backed Phalangist militias (ignoring the massive shelling of refugees by Israel directly, which killed far more innocent people). Where were those Palestinians supposed to go? They fled after their homes and land was taken from them - and yet that didn’t even keep them safe? Are you concerned for their wellbeing and their right to live in peace? 

Israel has repeatedly violates international law and UN Resolutions during the conflict, and any threat against Israel needs to be put in the context of the threat Israel poses to other nations in the area, because there’s a massive amount of historical information that is often (probably purposefully) ignored when the conflict is covered by mainstream (particularly US) media.  

theres twitter chaos bc one of the big e-pundits stanning for hillary on the site and who worked as a former advisor to her turned out to have served in the right-wing lebanese phalangist deathsquad militias in the 80s and has bragged about it

tumblr looks like a god damn tranquil garden in comparison