Nouvelles-formes

Kim Kardashian, enceinte : Plus 10 kilos avant d'arriver à Paris !

Le corps de la superstar change. Elle exhibe désormais son ventre dans la Ville lumière.Avant de retomber enceinte, Kim Kardashian a immortalisé son corps pré-grossesse en posant nue lors d'une séance photo. Une décision visiblement maligne de la part de la star de télé-réalité de 34 ans, qui révèle avoir pris près de 10 kilos. Kim en sourit et continue d'afficher ses nouvelles formes…

“20 semaines et 20 pounds de plus” avant la naissance du petit garçonLe fils de Kim Kardashian et Kanye West (et petit frère de North West, 2 ans) est attendu pour le mois de décembre. En attendant, la future maman tient ses 33 millions d'abonnés Twitter au courant de l'évolution de sa grossesse. Ce week-end, elle leur a révélé avoir atteint la marque des 5 mois et pris 20 pounds, soit 9 kilos.

“En fait, j'aimais les rumeurs de fausse grossesse parce que j'étais mince ! LOL et bien, je ne peux plus le cacher, maintenant !”, ajoute Kim Kardashian. La bombe possède en effet un nouveau baby-bump. Le petit ventre s'est montré pour la première fois lors d'un week-end shopping et cinéma avec son mari et leur fille.

Kim K et son baby-bump débarquent à Paris.

Enceinte et constamment en déplacement, Kim Kardashian a réalisé ce lundi 20 juillet une arrivée relativement discrète (au vu des impressionnants mouvements de foule qu'elle provoque) à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Partie de LAX, Kim portait une tenue entièrement noire composée d'un trench en satin, d'un t-shirt henley, d'une jupe Wolford et de sandales Hermès.

Il s'agit du quatrième séjour de Kim Kardashian en France cette année après sa récente venue à Cannes, et du troisième à Paris. Elle y a lancé en avril les produits de beauté Kardashian Beauty, et a assisté en mars à la Fashion Week.

Igor N'Ko.

Retrouvez cet article sur purepeople.com

Joy Esther, naïade sexy et amoureuse pour ses vacances en Sicile
Lou Doillon scandalisée : elle clashe Nicki Minaj et Beyoncé
Mariage de Pierre Casiraghi et Beatrice: prince Albert dit tout sur la cérémonie
Gisele Bündchen fête ses 35 ans, 11 choses à savoir sur la bombe brésilienne
Sonia Rolland : topless dans la piscine, l'ancienne miss plus sexy que jamais
Télécharger gratuitement l'application (iPhone, iPad et Android) PurePeople

Retour sur le e-cinema, nouvelle façon de consommer des films

Ce vendredi 31 juillet sort Teach me love, très sympathique romance au casting de choc et de charme : Pierce Brosna, Salma Hayek, Jessica Alba. Inutile de vous ruer en salles, le film sort exclusivement en e-cinema, nouvelle forme de distribution. Si vous êtes un tant soi peu connecté, vous avez sûrement vu passer des publicités pour des films “prochainement en e-cinema”. Difficile aussi, d’échapper aux affiches dans les transports en commun et aux spots télévisés qui vantent ce nouveau concept de distribution. De gros moyens promotionnels en somme, dignes d’une sortie en salles classique, mais au service de quoi au juste ?

Techniquement, le e-cinema fonctionne sur le même modèle que la VOD classique : les films sont visibles sur le web et la plupart des plateformes vidéo accessibles via votre fournisseur d'accès internet (Free, Orange…). En clair, la séance se passe via la télé, la tablette, l’ordi ou le smartphone. Mais contrairement à la VOD, les longs métrages qui sortent en e-cinéma y sont proposés en première exclusivité. C'est à dire qu'ils n'ont pas fait l'objet d'une distribution dans nos salles même s'ils sont sortis sur grand écran dans leur pays de production. Ils sont disponibles pendant six semaines et coûtent environ 7 euros pour une location, et 13 euros pour un achat définitif. 

En France, les deux acteurs majeurs de ce nouveau modèle de distribution sont la société de distribution Wild Bunch et TF1 Vidéo. Wild Bunch a inauguré avec succès (200 000 visionnages) cette offre l’année dernière avec le film d’Abel Ferrara Welcome To New York (avec Gérard Depardieu dans un rôle très fortement inspiré de DSK). Wild Bunch, via sa filiale Wild Side, développe cette nouvelle stratégie commerciale.

Qu’est-ce qui pousse un distributeur à s’intéresser au e-cinema ?
La principale raison invoquée est l’engorgement des salles. “La France est le premier marché en Europe pour la salle, mais on est un peu victime de ce succès, (…) Lire la suite sur TeleLoisirs.fr

Retour sur le e-cinema, nouvelle façon de consommer des films
Much Loved, le film-polémique qui scandalise le Maroc, dévoile enfin sa bande-annonce !
13 Hours : la bande-annonce du prochain film de Michael Bay (VIDEO)
Star Wars : direction Disneyland Paris pour que vos enfants puissent apprendre à devenir Jedi (11 PHOTOS)
Les plus belles fesses du cinéma… côté hommes (PHOTOS)

ZAD ou pas ZAD, les luttes se fédèrent à Bure
ZAD ou pas ZAD, les luttes se fédèrent à Bure
By Barnabé Binctin (Reporterre), La source

A Bure (Meuse), divers rassemblements se succèdent pour soutenir la lutte contre le centre d'enfouissement de déchets nucléaires Cigeo. Notamment un Camp estival autogéré, qui inquiète passablement les autorités. Les associations locales voient, elles, d'un très bon œil ces dynamiques de solidarité et imaginent des nouvelles formes de mobilisation.


La tension serait montée d'un cran, ces derniers jours, autour de Bure (Meuse), lieu d'emplacement prévu pour Cigéo, projet d'enfouissement de déchets nucléaire. Le 18 juillet, l’Altertour lançait son édition 2015 en faisant étape à la maison de résistance de Bure… accompagné d'un déploiement de forces de l'ordre impressionnant. «C'était un véritable bataillon, avec cinq ou six véhicules de policiers, équipés de gilets pare-balles, avec un hélicoptère survolant la zone pendant plusieurs heures… », raconte Michel Marie, porte-parole du CEDRA (collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs), présent pour l'événement.

Forces de l'ordre et affolement médiatique

En fin de semaine dernière, des contrôles policiers auraient été menés aux abords de Bure, menant à deux interpellations – dont l'une a débouché, depuis, sur une interdiction de territoire. Un dispositif dont le préfet de la Meuse s'est d'ailleurs justifié, lundi, dans la presse locale, jugeant «logique de renforcer les forces de sécurité »

Motif de l'inquiétude? La succession des manifestations venues marquer leur opposition au projet Cigéo, ces dernières semaines. Outre l'Altertour, Les Amis de la Terre y ont tenu leur Assemblée Générale en mai, tandis que les Amis de Silence, la revue écologiste, organisent jusqu'à lundi prochain leur rencontre annuelle, à quelques kilomètres de Bure, « en soutien à celles et ceux qui luttent sur place». « C'est la première fois que ces groupes s'approprient cette lutte et viennent à notre rencontre. C'est un baromètre intéressant, cela montre que la mayonnaise prend», analyse Michel Marie.

Mais c'est bel et bien l'organisation d'un autre événement qui attire tant l'attention des autorités publiques. A partir de samedi, et jusqu'au 10 août, un grand rassemblement sous forme de campement autogéré s'est donné rendez-vous à Bure. « Leur vocabulaire, “anti-capitaliste” et “anti-autoritaire”, n'est pas neutre», veut craindre le préfet.

Le terrain prévu pour le Camp VMC

Suffisant pour déclencher la machine médiatique : la semaine dernière, plusieurs médias s'inquiétaient de « l'ampleur» que prenait la mobilisation autour de Cigéo, se demandant si Bure, « prochain épicentre de la contestation anticapitaliste», pouvait devenir « le nouveau Sivens».

Surinteprétation

Le ton est donné : attisée par l'incroyable passage en force du gouvernement sur ce dossier, la lutte contre Cigéo pourrait bien devenir le nouveau cauchemar des pouvoirs en charge du maintien de l'ordre. « On agite le spectre des hordes zadistes qui déferleraient cet été pour occuper les terres comme à Notre-Dame-des-Landes», écrit le comité organisateur dans un communiqué.

Maison de la résistance à la poubelle nucléaire dans Bure

Problème, cette interprétation semble largement erronée. D'abord parce que sur place, les premiers concernés ne paraissent pas du tout inquiets. « Il n'y a aucune tension particulière. Nous avons avec les premiers manifestants sur place une relation parfaitement normale. Quand on leur demande de retirer une pancarte parce qu'on la juge injurieuse, il la retire», raconte Jean-Paul Baillet, le directeur du Cigéo.

Contacté par Reporterre, il reconnaît que l'Andra a porté plainte suite à des dégradations volontaires sur les installations scientifiques, opérées lors de la manifestation des « cent mille pas». Mais il veut faire la distinction avec ceux qui manifestent, « qui apportent un peu de folklore et rien d'antipathique».

“Des pointures qui mènent une vraie réflexion”

Ensuite parce que ce camp estival est bel et bien déconnecté de toute actualité législative et politique : « L'idée est née, il y a plus d'un an, de faire une réunion de bilan des luttes anti-nucléaires des dernières années. D'où le lieu, Cigéo étant un étendard de l'opposition au nucléaire», explique Ian, un membre sous pseudonyme du collectif VMC.

Chantier collectif du Collectif VMC

Né spécialement pour l'occasion, ce groupe a fini par s'ouvrir à d'autres réseaux de luttes. « Il y a ceux qui viennent de Valognes et ceux qui se sont connus sur des contre-sommets anticapitalistes, il y a les réseaux des Camps Climat et les militants anti-THT, il y a les militants urbains qui luttent contre la chasse aux pauvres en centre-ville et il y a les No Tav… Ce qui nous rassemble, c'est la dénonciation de ces grosses logiques économiques qui nous écrasent – ce qui peut être résumé sous le terme de GPII», décrit Ian.

Sur le terrain, l'arrivée de ces nouveaux opposants semble s'être très bien effectuée avec les nombreuses associations locales déjà engagées contre ce projet, telle que l’EODRA, Bure Zone Libre, Bure-Stop 55, etc. « Ils ont tout de suite demandé à nous rencontrer, et cela fait plus de deux mois que l'on discute tous ensemble, témoigne Michel Marie. Ce sont loin d'être les hurluberlus que l'on veut décrire, au contraire : ce sont des pointures qui mènent une vraie réflexion à partir de leurs expériences vécues à Notre-Dame-des-landes, sur le Lyon-Turin ou encore à Roybon…»

Nouvelles formes de mobilisation

Une réflexion qui vise justement à dépasser l'étiquette rassembleuse de la « ZAD». Loin d'en récuser l'histoire, le mouvement en a repris certains « codes» connus : pas de personnification du collectif, horizontalité totale, absence de logo et d'étiquette institutionnelle, refus du consumérisme et des rapports marchands, respect des tours de parole, etc.

Mais l'acronyme est devenu très médiatique : « Le “ZAD partout” est devenu un mot d'ordre pour toutes les luttes de territoire, et il y a eu un ré-accaparement du terme par les médias pour désigner tout et n'importe quoi. Son entrée dans le dictionnaire est l'incarnation de son dévoiement, souligne Ian. Et puis ce n'est pas très respectueux des associations locales qui portent cette lutte depuis si longtemps…»

Dans la Maison de la résistance à Bure

Parmi elles, le CEDRA, créé en 1994. Pour son porte-parole, le concept de ZAD ne correspond pas au contexte local : « Etymologiquement, cela nécessite d'occuper un terrain, hors celui-ci l'est déjà par l'Andra.» Mais Michel Marie veut surtout y voir l'opportunité d'aller plus loin dans les formes de mobilisation : « Le concept est déjà dépassé, il faut envisager d'autres formes de lutte, comme l'installation de jeunes en maraîchage dans les environs.»

Que se passera-t-il si le campement se prolonge au-delà du 10 août ? «Ce n'est pas sa vocation première », coupe court Ian, qui insiste sur la nécessité de discuter préalablement. «Nous avons absolument besoin d'un temps de réflexion, qui prime quelque peu sur le temps d'action. » Les associations locales se montreraient presque plus enthousiastes, à l'image de Michel Marie : «La lutte de Bure n'appartient à personne mais surtout à tout le monde. Que Cigeo devienne un point majeur de cristallisation, ça ne peut être que bénéfique pour notre combat. »

Voir en ligne : À Bure, une fleur de résistance s'épanouit contre les déchets nucléaires

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos :
. Affiche et maison résistance : Emmanuel Daniel pour Reporterre
. Autres : VMC Camp



July 29, 2015 at 02:50AM
via Reporterre http://ift.tt/1OAn6Vj
FINANCEMENT DU TERRORISME L’équation qui inquiète l’Occident

L’Algérie, qui a combattu le terrorisme durant deux décennies et considérée comme un pays leader en la matière, a été le premier Etat à avertir sur le terrorisme international et l’un des premiers à avoir réagi contre le financement des groupes armés qui versent dans le crime.

Les alertes de l’Algérie malgré ses objectifs ont été presque ignorées et ce n’est qu’après l’escalade de ce phénomène qui menace la planète entière qu’on aborde pour la première fois «le financement du terrorisme qui a pris des formes plus dangereuses».
Dans ce contexte, l’un des observateurs présents à la Conférence internationale d’Alger sur les extrémismes violents et la déradicalisation, souligne dans son intervention que «le financement du terrorisme a pris ces derniers temps de nouvelles formes plus dangereuses, notamment avec les financements des Etats».
L’intervenant appelle à réagir rapidement «à lutter sérieusement contre le phénomène», car intervient-il, «la menace terroriste, déjà hybride et complexe et qui profite aujourd’hui du chaos des Etats faillis de l’Afrique subsaharienne, se renforce de plus en plus, notamment avec les nouvelles formes de financement telles que le trafic de drogue, d’ivoire d’éléphants et les filiations d’immigrations clandestines».
Richard Labévière, rédacteur en chef du magazine en ligne proche du Moyen-Orient déclare à la presse en marge des travaux, «il y a une mutation dans le financement des organisations terroristes, telles que l’organisation autoproclamée Etat islamique connu sous le nom de Daesh, le Front d’El-Nosra prétendue branche syrienne d’Al Qaîda».
Il enchaîne pour préciser: «Ce sont des organisations qui ont été financées très clairement par des gens, soit des privés soit des responsables dans les monarchies du Golfe, à l’instar de l’Arabie saoudite, du Qatar et du Koweït.»
Il notera, notamment en insistant: «Il est clair que toutes les conventions des Nations unies adoptées après les attentats du 11 septembre 2001 et renouvelées dernièrement luttent contre le financement de Daesh mais c’est plutôt aux Etats de lutter efficacement ou non contre le financement du terrorisme». L’interlocuteur ne manquera de rappeler à qui veut l’entendre que «l’Algérie a souffert dans sa chair, durant la décennie noire, lors de la lutte contre le terrorisme». Il revient aussi sur le sacrifice de l’ANP pour dire que «c’est grâce à l’Armée nationale populaire, que l’Algérie, sans aucun soutien extérieur, a pu sortir du tsunami terroriste». Il revient sur la menace des groupes terroristes pour avertir que «l’Algérie fait aujourd’hui face à la menace terroriste dans une région un peu volatile et au milieu d’un contexte très hostile d’Etats faillis, notamment avec le chaos libyen provoqué par les gouvernements français et britannique». La lutte contre ces groupes criminels et leur financement «nécessite beaucoup plus de moyens militaires, surtout en ce qui concerne le partage du renseignement».
Ces déclarations interviennent presque cinq ans après les alertes de l’Algérie, qui n’a cessé en dépit de l’indifférence du monde occidental aveuglé par son arrogance d’avertir sur l’émergence de la violence terroriste à l’ombre des révolutions dites populaires enclenchées dans plusieurs pays arabes cycliquement et qu’on désigne par printemps arabe. Mais bien avant, l’Algérie avait réussi à faire passer une résolution à l’ONU pour la criminalisation du versement de la rançon qui est également une source efficace pour le financement des groupes terroristes.
L’Occident qui a su être un complice exemplaire dans l’éruption de Daesh au Proche-Orient, avec les pays du Golfe, cherche-t-il réellement les moyens pour combattre le monstre qu’il a enfanté? Après l’attentat de la Turquie qui a joué un rôle dans le développement du terrorisme dans la région, pourra-t-on croire que ce pays est prêt à le combattre aujourd’hui? Les USA, la France, la Grande-Bretagne, sont-ils prêts à hisser le drapeau blanc? Eux qui étaient décidés à faire tomber la Syrie même en signant un pacte avec le diable, vont-ils se retirer? L’avenir va nous prouver encore que quand un plan échoue, il y a un plan de rechange!
L’Algérie, même si elle est considérée comme «un partenaire de très haut niveau en Afrique du Nord dans la lutte contre le terrorisme», comme l’a déclaré la chef de la délégation américaine, Paige Alexander lors de la Conférence d’Alger, restera sur ses gardes. Elle se distingue par son capital d’expérience, son professionnalisme, elle n’hésitera pas à mettre son savoir-faire au service de la paix, mais certainement pas aux dépens de la sienne. L’échange de l’information doit se faire mutuellement entre les pays qui luttent contre ce phénomène; pourrait-on dans ce cas dire que les USA qui possèdent un système d’intelligence sécuritaire militaire pour contrer l’extrémisme violent, seraient-ils prêts à partager leurs renseignements? La chef de la délégation US déclare: «Nous avons besoin de travailler sur des approches gouvernementales et sociétales supplémentaires afin d’arriver à comprendre les causes de l’extrémisme violent, la prévention et ses mesures», ce qui ne répond pas à la question de l’échange du renseignement dans la totale transparence. Néanmoins, elle soutient que «la coopération algéro-américaine en matière de sécurité dans la région du Sahel, est engagée avec une collaboration et travaille étroitement sur la lutte antierroriste».

Source: Lexpression.dz



from WordPress http://ift.tt/1GNswXc
via IFTTT
Deux magiciens s'incrustent avec un impressionnant tour lors d'un JT en direct

Il y a quelques temps maintenant, avec l’ascension des réseaux sociaux, une nouvelle forme de farce est arrivée. Cette dernière baptisée photobomb, consiste à s'incruster en arrière-plan des photos afin d'apporter un trait d'humour à ces dernières. Aujourd'hui c'est un journaliste de la chaîne anglaise Sky News qui a en fait les frais. Alors que ce dernier était en plein duplex en direct, deux magiciens se sont incrustés et ont réalisé un impressionnant tour de magie en plein direct !
Lire dans vos pensées et vous identifier partout où vous allez : le monde rêvé de Facebook tournera-t-il vite au cauchemar ?

L'équipe de développeurs du réseau social est à la recherche de l’algorithme qui permettra de partager directement ses émotions avec ses proches… Facebook cherche à envahir notre quotidien sans qu'aucunes limites ne l'arrêtent.

Franck Decloquement : En spécialiste des actions d’influence que je suis, il nous faut regarder dans leur ensemble, les dernières “mises à jour” déclaratives du fondateur de Facebook, et les remettre en perspective dans un “global”, pour y détecter la logique sous-jacente à l’œuvre.

C’est le moins que l’on puisse faire, face à l’un des ténors de la discipline quand il appelle de ses vœux l’émergence de nouvelles formes de partages en ligne… de nos “émotions” !

Comme chacun le sait, Mark Zuckerberg est passé maître dans l’art de “noyer le poisson” de ses objectifs véritables, dans “l’océan” de la mise en œuvre concrète de ses projets audacieux… Et ceci, par le recourt intensif et régulier à l’emphase sémantique, et l’usage d’un storytelling intelligent, compatible avec  la doxa progressiste et lénifiante de l’idéologie mainstream dominante.  L’exercice consiste toujours - dans une perspective très anglo-saxonne - à faire entendre aux fans que les avantages proposés le sont dans le sens de “leurs intérêts, de “leurs préoccupations”, de “l’exercice plein et entier de leur intelligence”, de “leur autonomie personnelle”, au bénéfice de “leurs relations avec leurs proches”, de “leurs collègues de bureau”, de “leurs groupes d’amis”, et en dernière analyse, de “leur liberté”…

Un “cheval de Troielinguistique et culturel en quelque sorte, habillé par le prisme de la “soft idéologie”. Rien de bien neuf sous le soleil pour les spécialistes de l’influence, dès lors qu’il s’agit de mystifier à grande échelle, à des fins politiques, mercantiles ou sociétales.

Il n’en reste pas moins que les préceptes “orwelliens” n’en finissent plus d’inspirer en continue la politique des “BIG FIVE” de l’internet,  dans le déploiement de leurs projets hégémoniques. Cela nous renseigne et nous édifie quotidiennement sur leurs ambitions démiurgiques, leur intelligence d’approche, leur supériorité stratégique et culturelle en la matière. “BIG FIVE”, est une expression popularisée par John Batelle sur son blog, qui désigne généralement les “4 GAFA”. Autrement-dit : Google, Amazon, Facebook , Apple,  auxquels s'ajoute Microsoft.

Et cela devrait très sérieusement interroger nos autorités régaliennes, sur les problématiques de souveraineté numérique et de gouvernance que cela soulève, d’ores et déjà.  D’autant plus quand les ingénieurs en charge du développement de ces nouvelles révolutions à venir - dans l’antichambre des labos américains de la Silicon Valley - sont bien souvent Français… Car la France et l’Europe n’ont aucune maitrise à l’heure actuelle, sur cette révolution en marche de “l’internet prédictif, contrôlé exclusivement par les américains. Les Chinois l’on eux bien compris, et de très longue date…

Concrètement, comment une technologie de ce type pourrait-elle se retourner contre ceux qui l'utilisent ? Quelles sont les dérives à prévoir ?

L’essentiel du dispositif mercantile pour un “opérateur phare” tel que Facebook, consiste pour l’essentiel à obtenir le “consentement éclairé” de ses utilisateurs – pour être en conformité avec les législations nationales en vigueurs – afin de pouvoir corrélativement intégrer, puis raffiner sa collecte d’information de masse à sa guise. Ce nouvel Eldorado virtuel que constitue en somme le “BIG DATA”. En contrepartie, il lui est nécessaire d’appâter en amont le chaland, en lui offrant gratuitement  des services “prétextes” dédiés, et une “expérience client” personnalisée, sensés révolutionner ses pratiques d’échanges interpersonnelles, et le faire adhérer – ou consentir – à sa propre aliénation.  Sa propre mise en abyme, à partir de l’intrusion graduelle et volontaire dans la sphère de ses données personnelles, ou de ses traces de navigations privées.  Tous supports confondus.

Il faut bien comprendre que nous sommes tous entrés de plein pied  – et sans le savoir –  dans ce que le professeur de littérature Yves Citton nomme : “l’économie de l’attention”.

En d’autre terme, le nouvel horizon du capitalisme 3.0. Cette économie dont “l’attention” constituerait la première rareté et la plus précieuse source de valeur pour les géants de l’internet, est en passe de supplanter les anciens modes d’échange des biens matériels. En conséquence de quoi, leurs objectifs tout désigné consistent bien entendu dans le cadre de leur logique capitalistique bien comprise et leur stratégie de puissance, à reconfigurer nos “régimes attentionnels” pour mieux en tirer les dividendes.  D’aucun dirait : “en tirer parti”. C’est tout du moins, leurs espérances cachées en vertu de ce qu’ils pensent “être possibles”, et donc souhaitable à l’avenir : “mettre le réel en équation” et le rendre “calculable”. Cette espérance illimitée dans “le computationnel” et l’usage sans fin de “nos vies algorithmiques”, confine à un véritable projet de civilisation : tout doit devenir prévisible et transparent. Tout doit pouvoir être présagé et anticipé !

De nombreuses déclarations qui émanent des GAFA vont dans ce sens.

Comme chacun le sait, la majorité de nos gestes en ligne sont captés, épiés, analysés, classés puis stockés dans l’attente d’être revendus à des organisations tierces. Et nos historiques d’affichages ou de visites sont tous attachés à nos noms ou nos identifiants de connexion. Avec ses partenaires naturels (ses partenaires financiers, mais aussi l’administration américaine), Facebook  est de toute évidence devenu l’un des meilleurs services de renseignement  au monde, selon l’adage humoristique très en vogue chez les spécialistes de la discipline. Beaucoup n’auraient même pas pu rêver de l’émergence d’un tel outil de surveillance, avant 2004. Date de la création de Facebook. Et nous vérifions chaque jour un peu plus cette réalité parfaitement tangible, en vertu de l’accélération croissante des concepts n’ayant trait au “web prédictif”, aux “technologies de la surveillance généralisée”, au déferlement des “armes numériques de distraction massive”.

L’usage récurrent de ces outils de recueil et de traitement à grande échelle de nos données personnelles – de prédiction de nos intentions individuels et de nos comportements collectifs – va démultiplier à très court terme les effets exponentiels de ces technologies de captations subversives sur nos vies. Et cela impact d’ores et déjà sur le fonctionnement de nos démocraties et de leur gouvernance. Et ceci, compte tenu de la multitude des informations personnelles qui sont collectées – à tout moment dans le monde – à partir d’un simple cycle de navigation sur les réseaux sociaux “prétextes”.

Dans un monde où la surveillance institutionnalisée des individus est un risque palpable, quels pourraient en être les garde-fous ?

Soyons clair, il n’y a pas ou peu de garde-fous sérieux à l’échelle globale. Ils restent très limités, voire symboliques pour la plupart, au regard de la puissance d’action déployée par les géants américains du secteur, et leurs sponsors gouvernementaux. NSA y-compris.

Les intérêts commerciaux et les enjeux régaliens de puissance sont proprement gigantesques. Ils ne sauraient donc être aisément contrecarrés ou contournés. Les pays européens ne donnent pas le sentiment d’être en capacité d’agir ou de s’opposer à quoi que ce soit en la matière. La pression exercée en coulisse étant énorme. En outre, les futurs accords TAFTA ne devraient pas améliorer la situation et sans aucun doute accélérera même une certaine forme de “colonialisme numérique américain 2.0”, fort justement évoqué par Stéphane Richard, le valeureux PDG d’ORANGE.

Comme chacun le sait, les moteurs de recherches sont ainsi déjà capables de guider individuellement chaque utilisateur dans ses recherches par le biais d’algorithmes – et corrélativement de le pister en retour – afin de le mener tout droit vers ses préférences personnelles prédictibles,  en fonction de ses inclinaisons propres. Ces algorithmes sont très schématiquement déjà en mesure “d’apprendre” de leurs erreurs et de “s’améliorer” en continue. Les habitudes de navigation ne sont donc plus un secret pour personne. Et nos comportements collectifs sont ainsi épiés et analysés à très grande échelles, pour des usages commerciaux à venir et des objectifs sécuritaires qui n’en sont encore qu’au stade du développement

A l’image de l’univers liberticide et concentrationnaire du film de Steven Spielberg : “Minority Report”. Nouvelle de science-fiction visionnaire du génial Philip K. Dick, publiée pour la première fois en janvier 1956. Ces problématiques ne datent donc pas d’hier, et s’actualisent désormais quotidiennement…

Comment Facebook peut-il s'y prendre pour transférer des émotions en termes techniques ?

Vaste programme explicatif. Il serait trop long ici d’entrer dans les détails techniques probablement mobilisés pour ce faire.

Néanmoins, il ne s’agit pas non-plus de fantasmer outre mesure, sur les effets d’annonces en matière de “télépathie numérique”, et autres nouveaux outils technologiques de “transferts instantanés de bons sentiments à autrui”, à la sauce Zuckerberg. Tout ceci, je le répète n’est pas nouveau, et ce “marketing spectral” ne cessera de s’égrener continuellement dans les années qui viennent, à travers les célèbres “messes périodiques” – appelées “Town Hall” –  de Q & A Zuckerberg, pour appâter de nouvelles audiences cibles et faire rêver le monde.

Tels de modernes Cassandre,  l’objectif poursuivi  par le staff dirigeants de Facebook - dans une optique anglo-américaines - est de conditionner  les attentes du public et de la presse, de susciter l’envie et l’émotion à grande échelle, afin d’augmenter la propension de chacun de nous à se faire mystifier et “librement happer” par le “système d’exploitation” algorithmique Facebook, si je puis m’exprimer ainsi métaphoriquement…

Le développement en labo – par des ingénieurs français très en pointe sur ces recherches faut-il le rappeler – et l’exploitation de nouveaux modes d’interactions avec autrui (via les technologies de “réalité augmenté”, d’algorithmes prédictifs exploitant l’immense base de donnée des comportements humains possibles, que stock et test Facebook en secret), de manière continue.

Des neurosciences à l’anthropologie, des mathématiques à la sociologie, une très grande diversité de disciplines sont ainsi mobilisées ici pour éclairer et générer de nouveaux business dans le cadre de cette “économie de l’attention” et “des attentes”, précédemment citée. Ce qui augure de multiples perspectives technologiques qui pourront peut-être dès demain agir conjointement pour cette émergence, et d’ores et déjà jeter les bases de ce programme de “réalité des émotions en partage”.

http://www.atlantico.fr/decryptage/lire-dans-vos-pensees-et-identifier-partout-ou-allez-monde-reve-facebook-tournera-t-vite-au-cauchemar-franck-decloquement-2224003.html

Photos : Kim Kardashian : sans complexe, elle dévoile tout !

Enceinte de son deuxième enfant, Kim Kardashian ne négligerait son style pour rien au monde… Même avec de nouvelles formes, elle ose absolument tout !
Plus d'images sur Public.fr !

Source: Public


Plus d'images sur Public.fr !

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Enceinte de son deuxième enfant, Kim Kardashian ne négligerait son style pour rien au monde… Même avec de nouvelles formes, elle ose absolument tout ! …
Retrouvez cet article sur Public
Présentation de Yahoo LiveText - Une nouvelle façon de communiquer

SUNNYVALE, Californie

Yahoo! Inc. (NASDAQ:YHOO) a annoncé aujourd'hui le lancement de Yahoo LiveText, une nouvelle application de SMS vidéo en direct sur téléphones iPhone et Android. Yahoo LiveText allie la commodité et la facilité d'envoyer des SMS, avec l'immédiateté et la vivacité de la vidéo en direct, mais sans le son - de sorte que vous pouvez l'utiliser dans n'importe quel contexte.

Le présent Smart News Release (communiqué de presse intelligent) contient des éléments multimédias. Consultez l’intégralité du communiqué ici : http://www.businesswire.com/news/home/20150729006874/fr/

Introducing Yahoo Livetext - A New Way to Connect. A live video texting app, without audio, for iPhone and Android. (Photo: Business Wire)

« Chaque changement de plateforme conduit à de nouvelles formes de communication, inspirées par notre désir de nous connecter et d'interagir de manière plus enrichissante », a déclaré Adam Cahan, vice-président de Video, Design, and Emerging Products. « Nous voulions créer une nouvelle façon de communiquer, alliant la simplicité des textos avec l'émotion et l'immédiateté de la vidéo en direct, pour rendre votre expérience spontanée et vraie ».

Yahoo LiveText est une nouvelle façon de rester en contact : non-intrusive, rapide et en temps réel, l'application est aussi éphémère, tout comme les conversations de la vie réelle. Des interactions, comme un sourire, ou un clin d'œil et un soupir, signifient que ‘Lol’ n’est plus nécessaires pour assurer le sens d'un message texte, car toutes les réactions en temps réel sont placées au centre de la conversation.

Nous avons déployé Yahoo LiveText à l'échelle mondiale, en commençant par Hong Kong, Taiwan et l'Irlande. Demain (30 juillet) Yahoo LiveText sera disponible dans App Store et Google Play Store dans cinq nouveaux pays (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Allemagne et France).

À propos de Yahoo

Yahoo est un guide visant à informer, relier et divertir nos utilisateurs. En créant des expériences hautement personnalisées pour nos utilisateurs, nous les gardons connectés à ce qui compte le plus pour eux, sur tous les dispositifs et dans le monde entier. En retour, nous créons de la valeur pour les annonceurs en les reliant aux publics qui renforcent leur activité. Yahoo a son siège social à Sunnyvale, en Californie, et possède des bureaux répartis dans les Amériques, l'Asie-Pacifique (APAC), l'Europe, et la région Moyen-Orient et Afrique (EMOA). Pour en savoir plus, visitez notre salle de presse (pressroom.yahoo.net) ou le blog de la société (yahoo.tumblr.com).

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : http://www.businesswire.com/news/home/20150729006874/fr/

Yahoo PR Contact
Ana Braskamp, 408-718-4493
abraskamp@yahoo-inc.com

Le président nigérian en visite au Cameroun

Au premier jour de sa visite au Cameroun, le président nigérian Muhammadu Buhari s’est entretenu mercredi avec son homologue camerounais Paul Biya d’un renforcement de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram.

Les deux dirigeants diffuseront une déclaration commune jeudi, au terme de la première visite du président nigérian au Cameroun depuis son élection, en mars dernier.

Le ministre camerounais de l’Information, Issa Tchiroma Bakari, a déclaré avant leur entrevue de mercredi qu’ils allaient discuter “des meilleurs moyens d’éradiquer cette nouvelle forme de belligérance et des stratégies pour réduire Boko Haram”.

Le mouvement armé, qui a fait allégeance à l’organisation djihadiste Etat islamique (EI), a lancé récemment une série d’attaques meurtrières au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord, trois attentats suicides de Boko Haram ont fait au moins 60 morts ce mois-ci. Les autorités locales ont ordonné la fermeture de certaines mosquées et interdit le port de la burqa.

Au Nigeria, depuis l’investiture de Buhari, il y a deux mois, les attaques de Boko Haram ont fait au moins 600 morts.

Une force militaire de 8.700 hommes mandatée par l’Union africaine, avec son quartier général à N’Djamena, la capitale tchadienne, aurait dû commencer ses opérations ces jours-ci mais des problèmes de financement ont retardé son déploiement.

La présidence nigériane a indiqué que les discussions seraient notamment focalisées sur la mise en oeuvre de cette force. Buhari est par ailleurs attendu samedi au Bénin, cinquième pays associé à cette opération militaire.

(Sylvain Andzongo; Guy Kerivel et Henri-Pierre André pour le service français)

Source:  Yahoo Actu

from WordPress http://ift.tt/1DPKicD
Photos : Kim Kardashian : sans complexe, elle dévoile tout !

Enceinte de son deuxième enfant, Kim Kardashian ne négligerait son style pour rien au monde… Même avec de nouvelles formes, elle ose absolument tout !
Plus d'images sur Public.fr !

Source: Public


Plus d'images sur Public.fr !

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Source: Public

Enceinte de son deuxième enfant, Kim Kardashian ne négligerait son style pour rien au monde… Même avec de nouvelles formes, elle ose absolument tout ! …
Retrouvez cet article sur Public
Le président nigérian en visite au Cameroun

Au premier jour de sa visite au Cameroun, le président nigérian Muhammadu Buhari s’est entretenu mercredi avec son homologue camerounais Paul Biya d’un renforcement de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram.

Les deux dirigeants diffuseront une déclaration commune jeudi, au terme de la première visite du président nigérian au Cameroun depuis son élection, en mars dernier.

Le ministre camerounais de l’Information, Issa Tchiroma Bakari, a déclaré avant leur entrevue de mercredi qu’ils allaient discuter “des meilleurs moyens d’éradiquer cette nouvelle forme de belligérance et des stratégies pour réduire Boko Haram”.

Le mouvement armé, qui a fait allégeance à l’organisation djihadiste Etat islamique (EI), a lancé récemment une série d’attaques meurtrières au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Dans la région camerounaise de l’Extrême-Nord, trois attentats suicides de Boko Haram ont fait au moins 60 morts ce mois-ci. Les autorités locales ont ordonné la fermeture de certaines mosquées et interdit le port de la burqa.

Au Nigeria, depuis l’investiture de Buhari, il y a deux mois, les attaques de Boko Haram ont fait au moins 600 morts.

Une force militaire de 8.700 hommes mandatée par l’Union africaine, avec son quartier général à N’Djamena, la capitale tchadienne, aurait dû commencer ses opérations ces jours-ci mais des problèmes de financement ont retardé son déploiement.

La présidence nigériane a indiqué que les discussions seraient notamment focalisées sur la mise en oeuvre de cette force. Buhari est par ailleurs attendu samedi au Bénin, cinquième pays associé à cette opération militaire.

(Sylvain Andzongo; Guy Kerivel et Henri-Pierre André pour le service français)

Source:  Yahoo Actu

from WordPress http://ift.tt/1KAu0ZX
via IFTTT
Le président nigérian en visite au Cameroun

YAOUNDE (Reuters) - Au premier jour de sa visite au Cameroun, le président nigérian Muhammadu Buhari s'est entretenu mercredi avec son homologue camerounais Paul Biya d'un renforcement de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram.
Les deux dirigeants diffuseront une déclaration commune jeudi, au terme de la première visite du président nigérian au Cameroun depuis son élection, en mars dernier.
Le ministre camerounais de l'Information, Issa Tchiroma Bakari, a déclaré avant leur entrevue de mercredi qu'ils allaient discuter “des meilleurs moyens d'éradiquer cette nouvelle forme de belligérance et des stratégies pour réduire Boko Haram”.
Le mouvement armé, qui a fait allégeance à l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), a lancé récemment une série d'attaques meurtrières au Nigeria, au Cameroun, au Tchad et au Niger.
Dans la région camerounaise de l'Extrême-Nord, trois attentats suicides de Boko Haram ont fait au moins 60 morts ce mois-ci. Les autorités locales ont ordonné la fermeture de certaines mosquées et interdit le port de la burqa.
Au Nigeria, depuis l'investiture de Buhari, il y a deux mois, les attaques de Boko Haram ont fait au moins 600 morts.
Une force militaire de 8.700 hommes mandatée par l'Union africaine, avec son quartier général à N'Djamena, la capitale tchadienne, aurait dû commencer ses opérations ces jours-ci mais des problèmes de financement ont retardé son déploiement.
La présidence nigériane a indiqué que les discussions seraient notamment focalisées sur la mise en oeuvre de cette force. Buhari est par ailleurs attendu samedi au Bénin, cinquième pays associé à cette opération militaire.

(Sylvain Andzongo; Guy Kerivel et Henri-Pierre André pour le service français)

Kylie Jenner se sent plus sexy avec ses grosses lèvres !

Kylie Jenner fait largement polémique avec ses nombreuses opérations chirurgicales, notamment pour ses lèvres, qui ne cessent de grossir. Mais selon HollywoodLife, la star se sentirait bien plus attirante avec ses lèvres pulpeuses, notamment pour faire des bisous !

Selon une source exclusive d’HollywoodLife, Kylie Jenner serait bien consciente des critiques. Mais elle s'en moquerait et le vivrait très bien. Ses nouvelles formes, et surtout ses nouvelles lèvres très charnues, lui auraient permis d'acquérir plus de sex-appeal, et donc plus de confiance en elle. Kylie tiendrait à ses lèvres plus que tout et semblerait absolument ravie de ses nouveaux bisous bien plus sensuels. Tyga en serait d'ailleurs complètement dingue, ce qui ravit la starlette. Mais sommes-nous en droit de nous inquiéter tout de même ?

Kylie brûle les étapes ?

La controverse n'est pas étouffée pour autant. Le public reste très choqué face aux nombreuses opérations chirurgicales précoces et supposées de la jeune fille de 17 ans seulement. Lorsqu'on voit l'évolution effarante de Kylie en seulement 3 ans, on a de quoi rester très perplexes. Ses seins, ses fesses, ses lèvres… tout a été refait à plusieurs reprises selon les médias américains. Et la star ne semble pas vouloir s'arrêter là. On a peur pour Kylie, à quoi va t-elle ressembler à 30 ans ? Triste manière de se construire…

Ses défenseurs

Tyga et la famille de Kylie Jenner, notamment Kim Kardashian, soutiennent cependant les choix de la jeune fille quant à son changement physique, qu'ils semblent même apprécier. Pour Kim on comprend, Kylie lui ressemble de plus en plus, au grand bonheur de la jeune fille fan de sa demi-sœur on imagine ! Du moment qu'elle se sent bien après tout, c'est ce qui compte !

Tous les articles de Staragora.
Toute reproduction interdite sans la mention Staragora.com.
Contenu original : http://ift.tt/1JuZHVSSuivez les stars de l'actu : Nicki Minaj, Bobbi Kristina, Whitney Houston



from Les infos marquantes de staragora http://ift.tt/1JuZHVS
ZAD ou pas ZAD, les luttes se fédèrent à Bure contre le projet d'enfouissement de déchets nucléaires
ZAD ou pas ZAD, les luttes se fédèrent à Bure contre le projet d'enfouissement de déchets nucléaires
By Barnabé Binctin (Reporterre), La source

A Bure (Meuse), divers rassemblements se succèdent pour soutenir la lutte contre le centre d'enfouissement de déchets nucléaires Cigeo. Notamment un Camp estival autogéré, qui inquiète passablement les autorités. Les associations locales voient, elles, d'un très bon œil ces dynamiques de solidarité et imaginent des nouvelles formes de mobilisation.


La tension serait montée d'un cran, ces derniers jours, autour de Bure (Meuse), lieu d'emplacement prévu pour Cigéo, projet d'enfouissement de déchets nucléaire. Le 18 juillet, l’Altertour lançait son édition 2015 en faisant étape à la maison de résistance de Bure… accompagné d'un déploiement de forces de l'ordre impressionnant. «C'était un véritable bataillon, avec cinq ou six véhicules de policiers, équipés de gilets pare-balles, avec un hélicoptère survolant la zone pendant plusieurs heures… », raconte Michel Marie, porte-parole du CEDRA (collectif contre l'enfouissement des déchets radioactifs), présent pour l'événement.

Forces de l'ordre et affolement médiatique

En fin de semaine dernière, des contrôles policiers auraient été menés aux abords de Bure, menant à deux interpellations – dont l'une a débouché, depuis, sur une interdiction de territoire. Un dispositif dont le préfet de la Meuse s'est d'ailleurs justifié, lundi, dans la presse locale, jugeant «logique de renforcer les forces de sécurité »

Motif de l'inquiétude? La succession des manifestations venues marquer leur opposition au projet Cigéo, ces dernières semaines. Outre l'Altertour, Les Amis de la Terre y ont tenu leur Assemblée Générale en mai, tandis que les Amis de Silence, la revue écologiste, organisent jusqu'à lundi prochain leur rencontre annuelle, à quelques kilomètres de Bure, « en soutien à celles et ceux qui luttent sur place». « C'est la première fois que ces groupes s'approprient cette lutte et viennent à notre rencontre. C'est un baromètre intéressant, cela montre que la mayonnaise prend», analyse Michel Marie.

Mais c'est bel et bien l'organisation d'un autre événement qui attire tant l'attention des autorités publiques. A partir de samedi, et jusqu'au 10 août, un grand rassemblement sous forme de campement autogéré s'est donné rendez-vous à Bure. « Leur vocabulaire, “anti-capitaliste” et “anti-autoritaire”, n'est pas neutre», veut craindre le préfet.

Le terrain prévu pour le Camp VMC

Suffisant pour déclencher la machine médiatique : la semaine dernière, plusieurs médias s'inquiétaient de « l'ampleur» que prenait la mobilisation autour de Cigéo, se demandant si Bure, « prochain épicentre de la contestation anticapitaliste», pouvait devenir « le nouveau Sivens».

Surinteprétation

Le ton est donné : attisée par l'incroyable passage en force du gouvernement sur ce dossier, la lutte contre Cigéo pourrait bien devenir le nouveau cauchemar des pouvoirs en charge du maintien de l'ordre. « On agite le spectre des hordes zadistes qui déferleraient cet été pour occuper les terres comme à Notre-Dame-des-Landes», écrit le comité organisateur dans un communiqué.

Maison de la résistance à la poubelle nucléaire dans Bure

Problème, cette interprétation semble largement erronée. D'abord parce que sur place, les premiers concernés ne paraissent pas du tout inquiets. « Il n'y a aucune tension particulière. Nous avons avec les premiers manifestants sur place une relation parfaitement normale. Quand on leur demande de retirer une pancarte parce qu'on la juge injurieuse, il la retire», raconte Jean-Paul Baillet, le directeur du Cigéo.

Contacté par Reporterre, il reconnaît que l'Andra a porté plainte suite à des dégradations volontaires sur les installations scientifiques, opérées lors de la manifestation des « cent mille pas». Mais il veut faire la distinction avec ceux qui manifestent, « qui apportent un peu de folklore et rien d'antipathique».

“Des pointures qui mènent une vraie réflexion”

Ensuite parce que ce camp estival est bel et bien déconnecté de toute actualité législative et politique : « L'idée est née, il y a plus d'un an, de faire une réunion de bilan des luttes anti-nucléaires des dernières années. D'où le lieu, Cigéo étant un étendard de l'opposition au nucléaire», explique Ian, un membre sous pseudonyme du collectif VMC.

Chantier collectif du Collectif VMC

Né spécialement pour l'occasion, ce groupe a fini par s'ouvrir à d'autres réseaux de luttes. « Il y a ceux qui viennent de Valognes et ceux qui se sont connus sur des contre-sommets anticapitalistes, il y a les réseaux des Camps Climat et les militants anti-THT, il y a les militants urbains qui luttent contre la chasse aux pauvres en centre-ville et il y a les No Tav… Ce qui nous rassemble, c'est la dénonciation de ces grosses logiques économiques qui nous écrasent – ce qui peut être résumé sous le terme de GPII», décrit Ian.

Sur le terrain, l'arrivée de ces nouveaux opposants semble s'être très bien effectuée avec les nombreuses associations locales déjà engagées contre ce projet, telle que l’EODRA, Bure Zone Libre, Bure-Stop 55, etc. « Ils ont tout de suite demandé à nous rencontrer, et cela fait plus de deux mois que l'on discute tous ensemble, témoigne Michel Marie. Ce sont loin d'être les hurluberlus que l'on veut décrire, au contraire : ce sont des pointures qui mènent une vraie réflexion à partir de leurs expériences vécues à Notre-Dame-des-landes, sur le Lyon-Turin ou encore à Roybon…»

Nouvelles formes de mobilisation

Une réflexion qui vise justement à dépasser l'étiquette rassembleuse de la « ZAD». Loin d'en récuser l'histoire, le mouvement en a repris certains « codes» connus : pas de personnification du collectif, horizontalité totale, absence de logo et d'étiquette institutionnelle, refus du consumérisme et des rapports marchands, respect des tours de parole, etc.

Mais l'acronyme est devenu très médiatique : « Le “ZAD partout” est devenu un mot d'ordre pour toutes les luttes de territoire, et il y a eu un ré-accaparement du terme par les médias pour désigner tout et n'importe quoi. Son entrée dans le dictionnaire est l'incarnation de son dévoiement, souligne Ian. Et puis ce n'est pas très respectueux des associations locales qui portent cette lutte depuis si longtemps…»

Dans la Maison de la résistance à Bure

Parmi elles, le CEDRA, créé en 1994. Pour son porte-parole, le concept de ZAD ne correspond pas au contexte local : « Etymologiquement, cela nécessite d'occuper un terrain, hors celui-ci l'est déjà par l'Andra.» Mais Michel Marie veut surtout y voir l'opportunité d'aller plus loin dans les formes de mobilisation : « Le concept est déjà dépassé, il faut envisager d'autres formes de lutte, comme l'installation de jeunes en maraîchage dans les environs.»

Que se passera-t-il si le campement se prolonge au-delà du 10 août ? «Ce n'est pas sa vocation première », coupe court Ian, qui insiste sur la nécessité de discuter préalablement. «Nous avons absolument besoin d'un temps de réflexion, qui prime quelque peu sur le temps d'action. » Les associations locales se montreraient presque plus enthousiastes, à l'image de Michel Marie : «La lutte de Bure n'appartient à personne mais surtout à tout le monde. Que Cigeo devienne un point majeur de cristallisation, ça ne peut être que bénéfique pour notre combat. »

Voir en ligne : À Bure, une fleur de résistance s'épanouit contre les déchets nucléaires

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photos :
. Affiche et maison résistance : Emmanuel Daniel pour Reporterre
. Autres : VMC Camp



July 29, 2015 at 02:50AM
via Reporterre http://ift.tt/1JRfdqP