Mépris

J'aimerais m'en foutre. Vraiment. En avoir rien à faire du regard des gens, de ce qu'ils disent sur moi, de ce qu'ils pensent de moi, j'adorerais ignorer leurs remarques, leur mépris et leur bêtise. Ils me font pitié mais je n'arrive pas à ne pas écouter ce qu'ils peuvent bien raconter. C'est peut-être une pulsion auto-destructrice, de pas pouvoir s'empêcher d'entendre ce que les autres sortent comme merde à son sujet. J'en sais rien, tout ce que je sais c'est que j'voudrais bien être à la place de ceux qui vivent leur vie et qui s'en foutent du reste, j'les envie beaucoup. J'aimerais bien avoir la force d'envoyer valser tous ces regards sur moi. Mais j'suis bien trop fragile pour ça.
On est à un tel niveau de nivellement vers le bas, au niveau intellectuel, que critiquer TPMP c’est avoir du mépris de classe maintenant. Alors j’vais vous dire une chose : Si considérer que les Français méritent mieux à manger que la merde que leur sert tous les jours Cyril Hanouna, si ça c’est du mépris, alors je le dis très clairement : je méprise absolument le peuple.
Vous nous emmerdez avec votre "peur" du "politiquement correct".

Quand vous faites la bise en souriant à votre grand-oncle que vous ne pouvez pas blairer, vous êtes politiquement correct.
Quand vous répondez à votre boss que oui, la réorganisation du service est une très bonne idée, vous êtes politiquement corrects.
Quand vous dites à vos beaux-parents “je reviens tout de suite” au lieu de “j’ai monstrueusement envie de chier”, vous êtes politiquement corrects.
Quand vous laissez votre place assise dans le bus à la vieille dame alors que vous seriez bien restés assis, vous êtes politiquement corrects.
Quand vous ne dites pas à votre cousine que la couleur de son nouveau papier peint vous fait penser à du vomi, vous êtes politiquement corrects.
Quand vous dites “c’est une façon de voir les choses” à votre ami qui a des vues politiques opposées aux vôtres, vous êtes quoi à votre avis ?

En fait, vous passez déjà votre vie à adapter votre comportement pour ne pas vexer, blesser, mettre en colère ou mal à l’aise certaines personnes autour de vous. En permanence.

Ce qui vous emmerde, c’est de devoir le faire avec des personnes que vous ne considérez pas comme ayant le droit d’être épargnées par votre mépris, votre haine ou votre indifférence. Ce qui en dit beaucoup plus sur vous que sur eux.