Les-sœurs

1.   Être à couteaux tirés.

  • littéralement: to be at drawn knives.
  • la signification réelle: to be at each other’s throats.
  • exemple: « Les deux sœurs sont toujours à couteaux tires, elles n’arrêtent jamais de s’insulter. »

2. Jouer les seconds couteaux.

  • littéralement: to play the second knives.
  • la signification réelle: to play second fiddle.
  • exemple: « C’est gênant de devoir jouer les seconds couteaux derrière quelqu’un moins talentueux que moi. »

3. Remuer le couteau dans la plaie.

  • littéralement: to stir the knife in the wound.
  • la signification réelle: to rub salt in someone’s wound.
  • exemple: « Après m’avoir battu aux échecs, il a continué à remuer le couteau dans la plaie. »

4. Avoir le visage en lame de couteau.

  • littéralement: to have the face in knife blade.
  • la signification réelle: to have a very long and thin face.
  • exemple: « Sarah Jessica Parker a le visage en lame de couteau. »

5. Un accent à couper au couteau.

  • littéralement: an accent to cut with the knife.
  • la signification réelle: a very thick accent.
  • exemple: « On peut pas comprendre le mec de Boston et son accent à couper au couteau. »
.vocab list 01.

  • français // english // brazilian portuguese

La Famille // The Family // A Família

  • les grands-parents (m. pluriel) // the grandparents // os avós (m. plural)
  • le grand-père (m.) // the grandfather, the grandpa // o avô (m.)
  • la grand-mère (f.) // the grandmother, the grandma // a avó (f.)
  • les parents (m. pluriel) // the parents (plural) // os pais (m. plural)
  • le père (m.) // the father // o pai (m.)
  • la mère (f.) // the mother // a mãe (f.)
  • les enfants (m. pluriel) // the children (plural) // as crianças (f. plural)
  • la fille (f.) // the daughter // a filha (f.)
  • le fils (m.) // the son // o filho (m.)
  • les frères e les sœurs (m. pluriel) // the siblings (plural) // os irmãos (m. plural)
  • le frère (m.) // the brother // o irmão (m.)
  • la sœur (f.) // the sister // a irmã (f.)
  • le petit-fils (m.) // the grandson // o neto (m)
  • la petite-fille (f.) // the granddaughter // a neta (f.)
  • l’oncle (m.) // the uncle // o tio (m.)
  • la tante (f.) // the aunt // a tia (f.)
  • le cousin (m.), la cousine (f.) // the cousin // o primo (m.), a prima (f.)
  • le neveu (m.) // the nephew // o sobrinho (m.)
  • la nièce (f.) // the niece // a sobrinha (f.)
  • le mari (m.) // the husband // o marido (m.)
  • la femme (f.) // the wife // a esposa (f.)
Et si je m'étais trompé depuis le début ? Il
n'y a peut être pas vraiment de bonnes personnes, de destiné, et de choses comme ça. On fait notre vie avec une personne parce qu'elle est la, et pas parce qu'elle est faite pour nous. C'est bidon, l'âme sœur, le destin. On finit simplement avec la personne qu'on arrive encore à supporter.

anonymous asked:

Comment fais-tu pour te cultiver ? J’aimerais bien l’être un peu plus mais c’est pas simple je trouve ^^

Le terme culture générale peut sembler lui-même bien… général ! On dira, pour simplifier, qu’il s’agit fondamentalement de culture, c’est-à-dire de l’art de rendre sa tête « bien pleine » et surtout « bien faite ». C’est ainsi qu’il faut comprendre l’adjectif général : il ne s’agit pas de s’en tenir à des généralités, mais de sortir du cadre étroit de connaissances spécialisées, de décloisonner et de faire circuler les savoirs.

Le but de la culture générale n’est pas d’orner l’esprit, mais de rendre capable de mieux penser. Certes, elle exige des connaissances fondamentales vastes et variées, mais surtout un certain état d’esprit à l’égard de ces connaissances : il s’agit de saisir les multiples dimensions des problèmes, leurs racines historiques et leurs enjeux contemporains.

Il y a de nombreuses façons de se cultiver, et ce, très facilement. Pour ma part, j’ai eu de la chance, car depuis l’enfance, j’ai toujours été très curieuse. Cette curiosité m’a conduit à me cultiver par moi-même en dehors de ce que j’apprenais à l’école. Puis, ce besoin de culture s’est accentué lorsque j’ai quitté le lycée, car suite à des problèmes de santé, je n’ai pas pu assister pleinement à mes cours de Terminale. Je me sentais complexée, car j’étais passée à côté de beaucoup de choses. Pendant deux ans, cela a été le flou total pour moi dans mes études : j’ai commencé l’étude du japonais, puis de l’anglais, mais le niveau était si faible que j’ai préféré arrêter, et c’est à cette période que j’ai vraiment réalisé être autodidacte. Je pense que cela aide. Grâce à l’appui d'un journaliste qui est devenu mon mentor, secondé par son épouse agrégée en lettres, je me suis lancée dans des études de lettres modernes, et cette licence m’a permis d’élargir mes connaissances sur bien des domaines, en particulier par l’intervention d’un de mes professeurs qui cherchait à transmettre son savoir. Par son biais, j’ai appris beaucoup de choses sur la littérature, l’Histoire, la politique, les sciences…

  • Lire plus. Les livres sont en train de disparaître, et c’est déplorable, car ils contiennent une quantité d’informations remarquables sur tous les sujets possibles. Pour la littérature, je conseille du classique :

Littérature française : Zola (Les Rougon-Macquart, Nana, Germinal), Maupassant (Bel-Ami, Le Horla, Une vie),  Flaubert (Emma Bovary, L’Éducation sentimentale) Victor Hugo (Hernani, Les Misérables, Le Dernier Jour d’un condamné, Claude Gueux, Notre-Dame de Paris, ses recueils de poésie), Balzac (Le Père Goriot, Le Colonel Chabert), Baudelaire (Les Fleurs du mal, Le Spleen de Paris), Dumas (La Reine Margot, Le Comte de Monte-Cristo) Montaigne (Essais), Chateaubriand (Atala, Mémoires d’outre-tombe), Voltaire (Zadig, Voltaire), Molière (toutes ses œuvres), La Fontaine (idem), Laclos (Les Liaisons Dangereuses), Camus (L’Étranger, Le Mythe de Sisyphe), Sartre (La Nausée, Huis clos, Les Mots), Simone de Beauvoir (Les Mandarins).

Littérature anglaise : Shakespeare (Hamlet, Roméo et Juliette, Macbeth), Dickens (Oliver Twist), Jane Austen (Orgueil et préjugés, Raison et Sentiments), Arthur Conan Doyle (Les aventures de Sherlock Holmes), George Orwell (1984, La Ferme des animaux), Oscar Wilde (Le Portrait de Dorian Gray), les sœurs Brontë (Jane Eyre, Les Hauts de Hurlevent), Aldous Huxley (Le Meilleur des mondes), Tolkien (Le Seigneur des Anneaux, Le Hobbit), Mary Shelley (Frankenstein ou le Prométhée moderne), John Keats (ses recueils de poésie).

Littérature allemande : Patrick Süskind (Le Parfum), Goethe (Faust), Alfred Döblin (Berlin Alexanderplatz), Lessing (Nathan le Sage, Minna von Barnhelm), Kafka (Le Procès, La Métamorphose).

Littérature russe : Tolstoï (Guerre et Paix, Anna Karénine), Boris Pasternak (Le Docteur Jivago), Dostoïevski (Crime et Châtiment), Tchekhov (La Mouette, Les Trois Sœurs), Anna Akhmatova (ses recueils de poésie), Svetlana Alexievitch (La Fin de l’homme rouge).

Littérature italienne : Dante (La Divine Comédie), Pétrarque (Canzoniere), Boccace (Décaméron), Giuseppe Tomasi di Lampedusa (Le Guépard), Le Tasse (La Jérusalem délivrée).

Tragédies grecques : Eschyle (L’Orestie, Les Perses, Les Sept contre Thèbes), Sophocle (Œdipe roi, Antigone, Électre), Euripide (Médée, Andromaque).

La psychanalyse : Introduction à la psychanalyse, Psychopathologie de la vie quotidienne, L’Interprétation du rêve de Sigmund Freud.

La philosophie : Platon (Le Banquet, La République), Aristote (Éthique à Nicomaque), Descartes (Discours de la méthode), Nietzsche (Par-delà le bien et le mal), Sartre (L’existentialisme est un humanisme), Hannah Arendt (Condition de l’homme moderne), Machiavel (Le Prince).

Les journaux : Le Monde, Le Figaro, Les Échos, Libération, The New York Times, The Washington Post.

  • Regarder des films. Si les livres sont un bon moyen pour acquérir une culture vaste, il ne faut pas oublier les chefs-d’œuvre du cinéma.

Cinéma américain : Stanley Kubrick, Alejandro González Iñarritu, Christopher Nolan, Lana et Lilly Wachowski, Steven Spielberg, David Fincher, Alfred Hitchcock, Quentin Tarantino, Brian de Palma, Martin Scorsese, David Lynch, Francis Ford Coppola, Oliver Stone, Walt Disney, Fritz Lang, Ridley Scott, Peter Jackson, Joel Schumacher, George Lucas, filmographie de James Dean, Tom Hanks, Rob Marshall, Charlie Chaplin, Claude Lanzmann, Alexander Fleming, Clint Eastwood, Jonathan Demme, David Lean.

Cinéma français : François Truffaut, Jean-Pierre Melville, Henri-Georges Clouzot, Luc Besson, filmographie de Gérard Depardieu, Fabrice Luchini, François Ozon.

Cinéma asiatique : Hayao Miyazaki, Isao Takahata, Park Chan-wook.

  • Regarder la télévision. Même si je ne supporte pas la télévision, suivre des séries ou des programmes de télévision intéressants peut permettre d’élargir sa culture (à regarder sur Internet pour certaines).
  • Élargir ses horizons musicaux. Beaucoup de personnes ne s’intéressent parfois qu’à un genre de musique en particulier.

Musique classique : Mozart, Bach, Beethoven, Debussy, Chopin,Tachaïkovski, Wagner, Brahms, Ravel, Schubert, Liszt, Schumann, Berlioz, Vivaldi, Mahler, Rachmaninov, Saint-Saëns, Fauré, Strauss, Purcell.

  • Jouer aux jeux vidéo. Longtemps considérés comme faisant partie de la culture geek, les jeux vidéo deviennent aujourd’hui de plus en plus populaires et m’ont personnellement permis de m’introduire à des évènements historiques ou de réfléchir sur certains sujets de réflexion.

Action : God of War, Uncharted, Zelda, Detroit: Become Human, The Last of Us, Silent Hill, Metal Gear Solid, NieR: Automata, Resident Evil, Ori and the Blind Forest, Fire Emblem, Grand Theft Auto.

FPS : Call of Duty, Battlefield, Dishonored, Deus Ex, Halo, BioShock,.

RPG : Dragon Age, Mass Effect, Dark Souls, Assassin’s Creed, The Witcher, Final Fantasy, Fallout, Baldur’s Gate, Red Dead Redemption, Bloodborne, The Elder Scrolls (Skyrim, Oblivion, Morrowind).

Réflexion : Civilization. 

  • S’intéresser à l’art.
  • Apprendre une nouvelle langue étrangère.
  • Voyager.
  • Se documenter : L’histoire du monde, la géographie, les sciences fondamentales (physique, mathématiques, chimie, biologie), l’économie, la psychologie, l’art et l’architecture, la philosophie, la gastronomie.

J’ai sûrement oublié de nombreuses choses, mais j’espère que cela t’aidera ! :)

Elles étaient toutes les deux, là, devant le lac, comme des sœurs, deux filles qui ne se quittent jamais. Leur biberon, pour marquer l'originalité, était bien dosé de whisky coca, elles m'ont parlé, elles m'ont dit des trucs qui m'ont touché et je ne veux rien oublier. Tu connais ce genre de soirée ? Tout le monde va bien et soudain, c'est comme si le monde tournait mieux. Le monde tournera mieux cet été, je te le promets.
—  A