Deux-hommes-en-or

Bilan télévisuel - Automne 2014

Bilan télévisuel – Automne 2014

En cette période de dévoilement des résultats de sondages radiophoniques, je me suis dit pourquoi ne pas faire un bilan de télé ?

Apres tout, comme à la radio, l’automne est de loin la saison la plus importante en télévision en matière de cotes d’écoute et de guerre entre les réseaux. Plusieurs émissions ont été agréablement surprenantes cette automne et d’autres au contraire, m’ont vraiment déçu.

View On WordPress

anonymous asked:

Can you post the French version for "The man in ecstasy and the man drowning–both throw up their arms"

l'homme en extase et l'homme noyade, deux levent les bras. (correct me if i’m wrong). 

3

Le behemoth je le croyais pas si difficile a battre…Surtout niveau 40 je croyais être a la hauteur pour le tuer sans trop de difficulté, je me suis mit un doigt dans l'oeil! Il a tellement de vie ses incroyable! J'ai commencer le combat pendant le jour et j'ai terminer ce combat avec deux hommes en moins ( prompto et ignis ont ete k.o pendant la fin du combat >_

3

Concorde ou le schtroumpf farceur

Pour une raison obscure, l’homme qui portait cet irrésistible bonnet schtroumpfesque n’a pas voulu me dire son prénom. S’agissait-il d’une personne célèbre que je n’aurais pas reconnue ? D’un enseignant redoutant d’être retrouvé sur la toile par ses élèves ? Ou peut-être avait-il un prénom particulièrement difficile à épeler ? Je ne parvins donc pas à savoir grand-chose sur lui, le découvrant d’autant plus réticent à s’ouvrir que je l’avais interrompu en pleine partie de scrabble sur son téléphone. Chose surprenante, il parvenait à jouer tout en écoutant une chanson relevant plus de la blague verbale que de la mélodie de fond (comme quoi ceux qui affirment que les hommes sont incapables de faire deux choses en même temps sont de mauvaises langues) : « Le Club des catholiques » de Didier Super. Sa liste de lecture, m’avoue-t-il, est un peu en vrac, mais la proportion de chansons humoristiques y est assez forte. On va y retrouver Giedré, Marcel et son orchestre, mais aussi des pasticheurs anglophones comme « Weird Al » Yankovic ou Richard Cheese.

Un homme construit deux dômes en terre pour moins de 9 000€
Un homme construit deux dômes en terre pour moins de 9 000€
By Sandra Véringa

Un homme construit deux dômes en terre pour moins de 9 000€

Vous souhaitez explorer d’autres moyens d’avoir un mode de vie durable, mais vous pensez que cela ne peut pas être fait ? Bien que ce ne soit pas encore très commun, de nombreuses personnes choisissent de vivre hors réseau et comptent sur eux-mêmes en recueillant l’eau de pluie, en faisant des potagers, en utilisant l’énergie alternative, et plus encore. Les gens sont même en train de construire leurs propres maisons qui sont des dômes en terre. Voulez-vous savoir ce que c’est ? Découvrez quelques images et la vidéo ci-dessous.

La construction avec des « Earthbag » (sacs de terre ) est une méthode de construction relativement peu coûteuse qui utilise des ressources limitées à un faible coût. La technique utilise des matériaux naturels, tels que des piles solides remplies d’un matériau inorganique. Le sol doit contenir assez d’argile pour devenir cohésif après tassement, et le gravier, le sable ou la roche volcanique sont des matériaux couramment utilisés pour les Earthbag.

La construction des dômes en terre commence par une tranchée sur le sol et est suivie d’un remplissage avec des pavés ou du gravier. Les sacs ou tubes remplis de gravier peuvent ensuite être placés à l’intérieur de la tranchée pour servir de base étanche. Les sacs les plus utilisés sont en Polypropylène en raison du faible coût et de la résistance à l’eau, à la pourriture et aux insectes.

Le

s sacs ou les tubes sont placés sur d’autres sacs ou tubes pour créer les murs. Pour former un toit, les sacs sont progressivement inclinés vers le centre pour former une structure en forme de dôme. Ensuite, les murs peuvent être enduits de ciment similaire au stuc, ou recouverts d’un enduit à la chaux ou de plâtre-chaux.

Quand on voit le glamour artistique de ces dômes en terre, cela donne envie d’en construire un!

Alors que nous continuons à nous remettre doucement de la crise des subprimes créée par la cupidité des banques centrales, les gens du monde entier cherchent des moyens de vivre sans prêt hypothécaire. Cela devient encore plus vrai, sur un autre plan, quand on apprend que le gouvernement fait tout pour interdire la vie hors réseau, durable.

En Floride, un juge a déclaré à une femme qui vivait hors réseau que sa situation était illégale et contraire aux normes et aux règlements locaux et internationaux. De même, en Floride un couple a dû défier l’Etat quand on leur a informé qu’ils auraient une amende de 500 dollars pour avoir fait un jardin potager sur un terrain qu’ils possédaient depuis plus de 20 ans.

Il serait temps de compter un peu moins sur les autres et plus sur nous-mêmes.

Après Un homme construit deux dômes en terre pour moins de 9 000€ voir aussi

#TOGO #BREAKING John #Dramani #Mahama est arrivé à #Lomé. #TGINFO #TGPR15 #AFRIQUE #GHANA

John Dramani Mahama est arrivé à Lomé. Il a
été accueilli à son arrivé par Faure
Gnassingbé. Les deux hommes sont
actuellement en entretien à la Présidence.
Objectif de sa visite: éviter que le Togo soit un…
autre foyer de tension dans la sous
région.

Badagbon

View On WordPress

Quand Coulibaly et Kouachi étaient encore des « têtes de banane »
Quand Coulibaly et Kouachi étaient encore des « têtes de banane »
By Patricia Neves

Si Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi se sont « synchronisés » lors des attentats de Paris, les deux hommes se connaissent en réalité depuis longtemps. En témoignent les nombreuses conversations qu'ils échangent dès 2010. Bien avant de devenir les cagoules noirs d'Al Qaïda au Yemen et d'Abu Bakr al-Baghdadi.

Pour Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi, il fut un temps heureux, presque insouciant. Un temps où il faisait bon rire, entre « potes », malgré la prison, où ils se sont rencontrés. A cette époque, les deux hommes, la vingtaine, jonglent entre les missions d’intérim et les cours de religion qu’ils prennent, régulièrement, auprès d’un homme de « science », Djamel Beghal, notamment condamné pour son implication, en 2005, dans un projet d’attentat contre l’ambassade américaine à Paris.

« Allah il sait que je veux les cours » explique d’ailleurs Chérif Kouachi, début 2010, à Djamel Beghal, assigné à résidence à Murat, dans le Cantal. Commencent alors pour les jeunes oies, de la banlieue parisienne, futurs auteurs des attentats de Charlie, Montrouge et de l’Hyper Cacher, de drôles de voyages. Par la route, de nuit, ensemble, Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi entament en effet un périple qui aura duré, en réalité, plus de cinq ans.

Djamel Beghal et Amedy Coulibaly (à droite).

« Vas-y ramène des bouteilles de coca là »

Prison, femmes, accident de voiture etc. par téléphone ou sur place, à Murat, le trio rit bientôt de tout, y compris de lui-même. Chérif, qu’Amedy Coulibaly a affectueusement enregistré sur le répertoire de son téléphone à la lettre « T » pour « tête de banane » et « Doly », surnom d’Amely Coulibaly en prison, ont-ils cependant conscience qu’au même moment se trame l’évasion de l’artificier des attentats de 1995, Smaïn Ait Ali Belkacem, incarcéré à la centrale de Clairvaux ? Djamel Beghal leur a-t-il confié qu’il en discute longuement, en secret, le soir, par téléphone, avec le principal intéressé ? Les enquêteurs en sont convaincus.

Entre Kouachi et Coulibaly, placés sur écoute pendant plusieurs semaines, au printemps 2010, il n’en sera pourtant jamais question, du moins directement, alors même que 240 cartouches de kalachnikov seront retrouvées à Bagneux, chez Coulibaly décrit fièrement par le propre Belkacem comme « fiable » et « déterminé. » Des qualificatifs qui contrastent avec les nombreuses conversations échangées, au téléphone, avec son « ami » Chérif, qui dessinent davantage, à l’époque, l’errance d’une joyeuse bande de potes de cité, qui a l'habitude de se retrouver le soir, parfois en compagnie de leurs femmes, Hayat et Izzana, comme l’attestent plusieurs échanges et autres notes rédigées par les policiers chargés de les surveiller, à l’instar de ce vendredi 16 avril 2010 (Toutes les fautes d'orthographe sont d'origine…) :

Amedy Coulibaly : « A ce qui paraît t'es invité chez moi demain ou quoi ? »
Chérif Kouachi : « C'est même pas demain c'est ce soir. »
Amedy Coulibaly : « Ah c'est ce soir tu viens ?? »
Chérif Kouachi : « Hein ?? »
Amedy Coulibaly : « C'est ce soir tu viens ? »
Chérif Kouachi : « Ouais ce soir on va passer là. »
Amedy Coulibaly : « Ah bah c'est bien ça ! Ben moi j'finis…moi j'suis chez moi à 22 heures 30 inch allah. (…)
Chérif Kouachi : « T'étais pas au courant ? »
Amedy Coulibaly : « Tu m'as dit quoi ? »
Chérif Kauachi : « T'étais pas au courant ? »
Amedy Coulibali : « Bah j'sais pas moi, ma femme elle m'a dit que…que toi t'allais venir avec ta femme et (inaudible). C'est ça non ? Allo ?? »
Chérif Kouachi : « Ouais ben vas-y on va se voir ce soir inch allah. (…) mais euh, vas-y ramène des bouteilles de coca là. (Amedy Coulibaly travaille pour une succursale de Coca Cola à Grigny.)
Amedy Coulibaly : « Y en a chez moi là, j'en ai pris la dernière fois là. »
Chérif Kouachi : « Vas-y tu vas, tu vas m'en passer alors… »

Un peu plus tôt, le 21 mars 2010, la soirée à Bagneux, au domicile de Coulibaly et de sa femme, Hayat, (un F3 de 70 mètres carrés), avait à l’inverse été annulée. « Amedy appelle Hayat » écrivent de fait les policiers. « Amedy dit qu'ils ont pris la route (depuis Murat) et qu'ils seront là (à Bagneux) vers 4 heures et demi (…) 1 minute 50 : Amedy et Hayat parle de la logistique lorsqu'ils arriveront, ils dormiront dans le salon. Amedy dit qu'il n'arrive pas à dormir lorsqu'il y a de la lumière et ajoute que la nuit dernière ils ont dormi que 4 heures et que s'il ne dort pas suffisamment et qu'après il va au travail, “il va mourir”. Au final lorsqu'ils arriveront, Chérif qui accompagne Amedy prendra sa femme et retournera chez lui. »

Chérif : « allez on va appeler Doly, “appelle le, appelle le" »

Plus que leurs femmes cependant, leur pratique rigoriste de la religion, bien qu’à ses premiers balbutiements en 2010, les lie étroitement. Avec au centre, la figure tutélaire de Beghal, pour lequel ils ont même « sollicité » des « frères », à hauteur de « 50 euros chacun » afin de lui « faire des courses » et lui « donner les sommes restantes. » Chérif et Beghal seront d’ailleurs aperçus, le 10 avril 2010, à la sortie d’un magasin LIDL, à Murat, Chérif portant, entre autres, des bouteilles de lait.

Mais devant l’absence d’Amedy Coulibaly, Chérif Kouachi ne pourra s’empêcher d’appeler « Doly » quatre jours plus tard, le 14 avril 2010, qui par ailleurs ne fait, lui-aussi, « que des les appeler toute la journée. »
- « On a été courir, on a dormi, on a… »
 explique Chérif Kouachi.
- « Ah ben c'est bien vous êtes cools là » répond Amedy Coulibaly.
- « Ben on est cools là, il manque plus que toi là, mais toi tu veux pas venir » tente Chérif.
- (Rires).
« Ah ouais frère. Donc là on est pas "cool”, on est coo, si tu serais là y aurai le “L” dans “cool”. » poursuit encore Chérif.
-  (Rires).
Avant de poursuivre : « en plus on fait des marches tout ça, c'est des bêtes de marches, wallah c'est xxxxx. Tu fais quoi cousin ? Ca va ou quoi frère ? » (Amedy Coulibaly est sur son lieu de travail.) « On est mort de rire frère, toute la journée. (…) on est mort, mort toute la journée. (Rires) » raconte alors Chérif Kouachi. 
« T'aimes trop rigoler, faire le fou, alors t'es là, tu l'as entraîné, tu l'as contaminé là » lui répond Amedy Coulibaly avant que Chérif ne passe le téléphone à Djamel Beghal :
Djamel Beghal : « (…) « il passe son temps à (inaudible) avec Doly, allez on va appeler Doly, “appelle le, appelle le, comme ça il va venir, appelle le, appelle le, appelle le comme ça il va venir, mets lui la pression”. J'lui dit “laisse le tranquille xxxxx”.
Amedy Coulibaly: (Rires).

En dehors de Murat, et de Djamel Beghal, Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi partagent aussi leurs galères. Du léger accident de voiture qu’a eu Chérif Kouachi - (« t'as fait un accident ?? (…) ouais ouais, j'ai tapé… euh…t'sais les barres en fer là. (…) t'sais les barres en fer dans l'autoroute (…) baahh, j'ai tapé ici. » (…) « T'as dormi ?? » « Non j'ai pas dormi, j'ai en train de chercher… j'ouvrais ma cannette. ») au vide de certaines de leurs journées :
« Quoi de neuf ? » demande ainsi Chérif Kouachi le 20 avril 2010.
- « Ben rien, aujourd'hui j'suis resté là j'ai galéré toute la journée hein » répond Coulibaly. 
- « Ouais je sais hein. J'ai….laisse tomber frère.(…) moi aussi hein j'ai galéré toute la journée hein! » compatit Chérif Kouachi.

Coulibaly, Kouachi la foire du Trône et l’UOIF de Sarkozy

Un vide notamment rempli par les sorties, et les… amis. Ainsi Hayat « se plaint-elle du comportement de son époux, celui-ci la délaissant au profit de ses amis » remarquent les policiers, qui interceptent également, par hasard, les conversations autour de la Rencontre annuelle des musulmans de France, au Bourget, en Seine Saint-Denis. « Hayat dit qu'elle n'ira pas au Bourget car c'est organisé par l'UOIF (Union des Organisations Islamistes de France) et que c'est des partisans de Sarkosy. Cela aura lieu le 2, 3, 4 et 5 (avril 2010) Amedy va y aller, il dit qu'il voulait y aller depuis des années, depuis qu'il était en prison. » Ca tombe bien, Chérif Kouachi, raconte, au téléphone, précisément être, le 3 avril 2010 au Bourget, et avoir « besoin de trois badges. » Amedy Coulibaly y est-il allé avec lui ? Se sont-ils rendus un mois plus tard, à la mi-mai, à la foire du Trône (un parc d’attraction parisien) ? 

« C’est quoi demain pour la foire du Trône, là » demande en effet Chérif Kouachi le 17 mai 2010.
- « J’sais pas » répond Amedy Coulibaly. (…)
« On est fatigué » poursuit Chérif, (…) on est parti jouer au foot, on est rentré, (…) on
 a squatté chez Mohamed tout ça, on est allé à la mosquée, (…) on est reparti chez lui, on a mangé un couscous, couscous piquant des Tunisiens…
 akhi, ouala ça fait trop mal à la gorge ; ça fait mal à la gorge, aux dents, aux lèvres, tout… Rires). »

C’est également un ballon de football sous le bras, (voire sur la tête) que Chérif Kouachi sera aperçu dans le Cantal, aux côtés de Djamel Beghal, où tous franchissent, au printemps 2010, une étape symbolique de leur parcours initiatique et religieux. Avant d'être arrêtés tous les trois, le 18 mai, dès l’aube, dans le cadre de l’affaire de l’évasion manquée du cerveau des attentats de 1995, Smaïn Ait Ali Belkacem. Si devant les enquêteurs, Chérif Kouachi choisit de garder le silence, Amedy Coulibaly, lui, s'explique. La charia? « Je pense que tout doit évoluer, y compris la Charia » déclare-t-il.
- AQMI? « Le seul truc que j'ai vu à leur sujet c'est qu'ils prenaient des otages pour réclamer des libérations ou des rançons. Pour moi AQMI c'est comme les FARC en Colombie : c'est du banditisme chez les musulmans c'est tout. »  
- Combattre en Irak? « Pourquoi je quitterai mon havre de paix pour aller à la guerre ? » 
- Quelle est votre position concernant les attentats commis contre les pays occidentaux ? « Je pense que cela ne fait pas avancer les choses. La terre est assez grande on peut quand même se la partager, et que tout le monde reste tranquilles. Je ne suis pas d'accord avec les attentats, ne serait-ce que parce que moi je pourrai en être victime. (…)  En plus ce ne sont que des innocents qui sont touchés. » 

Au vu de ces écoutes, banales, vides, osera-t-on dire inoffensives, difficile d'imaginer que quatre ans plus tard Coulibaly ferait partie du commando du 7 janvier avec Chérif, qu'un policier, chargé de recueillir les dépositions de « Doly » orthographiera même « Chéri » ? Pourtant l'opération d'embrigadement avait bien commencé. En s'adressant à Djamel Beghal, en avril 2010, Smaït Aït Ali Belkacem disait déjà : « Wallah, les jeunes ici, Ma Chaa Allah (Ce que Dieu a voulu), notre opération chirurgicale est réussie Djamel. » Depuis, « Doly » et « tête de banane » ont en effet fini de rire.



April 21, 2015 at 07:54AM
via Marianne - “Le goût de la vérité n’empêche pas de prendre parti” A.Camus http://ift.tt/1Jp0eFN
Vu sur notre forum : Un garçon de 14 ans poursuivi pour «cybercrime» après avoir changé le fond d’écran de son professeur

20 minutes a écrit:Il pensait juste jouer un mauvais tour. Domanik Green, élève de 14 ans d’une école de Holiday, en Floride, a été arrêté et inculpé pour «cybercrime» après avoir accédé au réseau de son école et remplacé le fond d’écran d’un professeur par une photo de deux hommes en train de s’embrasser, rapporte le Tampa Bay Times. L’histoire remonte à fin mars. D’après le journal américain, l’adolescent aurait utilisé le mot de passe d’un professeur pour se connecter à son ordinateur …

Retrouve ce sujet sur : Akihabara no Sasayaki

Enceinte depuis plus d’un mois de père inconnu : une étudiante menace de porter plainte contre ses deux amants
Fatoumata Sidibé dite Fatim ou Tim Tim selon les intimes est étudiante à la Faculté des sciences juridiques et politiques de Bamako, domiciliée au Banconi, en Commune I du district de Bamako. Dans le courant de la seconde quinzaine de mars, elle découvre qu’elle est enceinte depuis plus d’un mois. Interpellée par sa mère, elle cite un auteur probable qui a démenti. Elle essaya une solution « B » pour le même résultat. Alors, pour  les faire avouer, elle menace de porter plainte.

Tim Tim a donné la preuve de son infidélité en citant deux hommes, probables auteurs de sa grossesse de moins de deux mois. C’est dans le courant de la seconde quinzaine de mars dernier qu’elle s’est persuadée qu’elle était enceinte il y a plus d’un mois. Harcelée par sa mère qui veut connaître l’auteur de sa grossesse, elle a cité le nom d’Oumar Barou Touré, un étudiant qui fréquente la même faculté qu’elle. Beaucoup des membres de la famille le connaissent car, il vient souvent chercher Fatoumata. Invité par les parents de sa copine à assumer ses responsabilités, il a nié être l’auteur de la grossesse de Tim Tim. Il en veut pour preuve, le fait que celle-ci l’a souvent plaqué pour sortir avec un autre jeune qu’il connait de vu. Il se peut d’après Barou, que ce soit lui l’auteur. Ces propos ont écœuré la mère de Fatim qui l’a interpellée à nouveau. Elle cite Abdou Traoré, un tailleur du quartier, grossier de réputation. Convoqué par les parents de sa copine pour répondre de ses œuvres, ce dernier, fidèle à sa réputation d’effronté en rajoutera à leur écœurement en leur répondant qu’il n’est pas facile de « reconnaitre le père  d’un chiot ». Fatim n’avait plus que ses yeux pour pleurer. Croyant faire plier l’un ou l’autre, elle a menacé de saisir la police. L’a-t-il fait ? Notre source ne le précise pas. Dénis T Théra

Source: Autre presse



from WordPress http://ift.tt/1JHuPiA