Changement

The boomer mentality goes like this: get a good education. Get a well-paying full-time job. Find a stable partner. Buy a house and a car. Preferably, have a child. Failing any stage of this process is a reflection of your self-worth and indicates a lack of moral fibre.

With regional variations, millennials have absorbed our parents’ world view. We consider these expectations reasonable, and we blame ourselves for not living up to them.

Of course, it’s all a trick. The global conditions that enabled a middle-class existence are evaporating, and are being replaced by an economic system whose function is the transfer of wealth to the lucky few.

The boomer mentality has an odd amount of sticking power considering it only briefly bore any relationship to reality. For thousands of years, wealth has been concentrated in the hands of a select few, who have used this power to exploit and oppress everyone else. The economist Thomas Piketty writes that in all known societies, the bottom 50% of the population has owned virtually nothing.

—  Why are the baby boomers desperate to make millennials hate ourselves?, by Eleanor Robertson, link here:

 " Tu ne dois pas aux gens, la personne que tu étais avant. Tu n'es pas obligé de parler aux gens qui parlent à la personne que tu étais avant. Et s'ils veulent la faire ressortir mais que tu as déjà laissé cette personne derrière toi, ils n'ont pas à te parler. Quand tu es passé de faiblesse à force, tu ne dois pas une performance de ton ancien toi pour quelqu'un qui ne peut se faire à ton chan-gement. “


— Dig Yourself            

La tragédie est un changement radical dans notre vie, qui a toujours la même origine: la perte. Quand nous sommes confrontés à une perte, il n'avance à rien de tenter de retrouver ce qui est parti, il vaut mieux mettre à profit le grand espace ouvert et le remplir par du nouveau.
Puis vient un moment, un jour, un endroit, où l'on s'aperçoit qu'il en est de tout cela comme du ciel et de l'eau. Tu vois les nuages; eh bien! les nuages passent, mais c'est toujours le même ciel et le même soleil. L'eau coule et jamais la même eau ne repasse deux fois devant nos yeux; mais la rivière, elle, reste inchangée. Il n'y a que nous qui changions et encore, pas beaucoup. Le reste…
—  Trente Arpents, Ringuet.