Bemidji-Minnesota

10

Some friendly deer I met at Paul Bunyan’s Animal Land in Bemidji, Minnesota.  Thought I would share something different. 

The first deer I spent at least half an hour petting.  He was just a big baby with antlers.  ^__^  The last one is the elusive albino devil deer.  Actually, I made that up.  XD  I don’t remember what that breed is called.

This time last year I was preparing to move away from my home and everything I knew to pursue my career… A thousand miles away in Northern Minnesota. It was a tough decision, and some times I think I regret it because of what it cost me (someone I love.) But then I remember all the amazing friends I made and still talk to every week. I remember seeing, and being inside, of the Aurora Borealis (northern lights,) spending 4th of July watching fireworks with the entire Kamaji Crew in town at the beach, eating lunch at the vegan cafe, The Cabin, every chance I got, walking around downtown Bemidji with my wonderful room mates Rachael and Aimee, catching over fifty frogs and putting them in the boys’ cabin plus the slew of other ridiculous pranks Aimee (aka Thacker Jacker,) Rachael (aka Smiles,) and I (aka Snortz) pulled on the boys, waking up to beautiful sunrises and falling asleep to beautiful sunsets over the most beautiful river… So many amazing memories of last summer that I will never forget.

Minnesota’s First Bemijigamaag Powwow Unites City, State and Tribes

At least 3,000 people came to the Sanford Center in Bemidji, Minnesota, for the first Bemijigamaag Powwow on April 4. A pow wow typically brings American Indians together, but this first-of-its-kind event encouraged non-Indians to come and learn about this staple of Indian country.

Fargo – Série TV (2014-15)
  • NB : Ce résumé ne comporte aucune révélation majeure pouvant nuire à votre visionnage.

En 1996, Joel et Ethan Coen signent Fargo, un film policier assez déroutant sur l’avidité et les caprices du destin. En 2014, les frères Coen produisent pour la chaîne FX dix épisodes d’une série du même nom, et qui applique des recettes similaires.

Pour écrire une histoire à la sauce des frères Coen, il y a des règles précises à suivre. D’abord, prenez des personnages atypiques. Choisissez-les bien : c’est sur eux que va reposer l’essentiel de l’intrigue. Ils doivent être typés, en forçant un peu le trait si nécessaire, ce qui les rendra plus attachants et offrira de nombreuses accroches pour des rebondissements. Ah, n’oubliez pas : on ne veut pas de super héros, mais des gens qui habitent parfaitement le rôle qu’on leur affecte : le soumis est vraiment soumis, la nympho est vraiment nympho, le cynique vraiment cynique, l’intello vraiment percutant, le con vraiment bas de plafond, le couard vraiment lâche, l’avide prêt à tout… Ils peuvent être des gens du quotidien (flics, assureurs…), mais tant qu’à faire, on peut aussi trouver des profils peu courants (tueurs à gage…). Ce qui importe avant tout, c’est qu’ils puissent aller au bout de leur caractère, de leur logique.

Ensuite, vous créez des relations entre ces gens : l’un travaille pour l’autre, l’un a couché avec l’autre, l’un et l’autres se sont côtoyés à l’école, l’un est marié à l’autre… Pour faciliter cela, il vous faut un cadre géographique commun : par exemple Bemidji, une petite ville du Minnesota (un État du nord des États-Unis, au milieu des terres, à la frontière Canadienne). Détaillez bien ces relations, en n’hésitant pas là encore à forcer le trait. L’important sera de rendre les enchaînements crédibles : telle situation qui arrive à tel personnage déclenche naturellement une réaction en retour, elle-même source d’autres conséquences, improbables mais pourtant prévisibles…

Pour lancer votre histoire, il vous faut un événement déclencheur. Il peut être parfaitement anodin, par exemple un personnage finit par craquer. Il a subi une même situation des centaines de fois, mais CE SOIR, quelque chose va l’amener à réagir. Cet événement n’est pas isolé : il doit être conjugué à d’autres événements, crédibles par rapport aux personnages impliqués et au cadre mis en place. Empilez ces situations, soit en les enchaînant soit en les juxtaposant : ce jour-là, tout se conjugue pour mettre le feu aux poudres. Et surtout, ne négligez pas les coïncidences : rien de mieux que deux événements insignifiants qui se télescopent de manière fortuite.

Là, maintenant, vous disposez d’une vraie situation explosive. Normalement, le déclenchement a dégénéré et vous pouvez uniquement vous concentrer sur ses conséquences. Les personnages en présence vont réagir selon tous les éléments que vous avez décrits au niveau de leur personnalité. Pour ceux qui ont les explications, tout doit couler de source, alors que la situation est complexe pour tous les autres. C’est sur ces deux positions que vous pouvez jouer : soit vous avez donné les clés au spectateur pour qu’il suive les événements, en se délectant des collisions de situations ; soit vous laissez des éléments dans l’ombre pour les expliquer plus tard. Petit à petit introduisez de nouveaux personnages, de nouvelles situations, qui vont à leur tour engendrer des rebondissements et demander aux personnages déjà en place de de réadapter. Et n’hésitez pas à dérouler le temps pour relancer l’histoire à quelques années d’intervalle : l’évolution des personnages aura d’autant plus de poids, et vous pourrez intelligemment boucler les trames narratives laissées en suspens.

Et la morale dans tout ça ? Oui il va bien falloir terminer votre histoire, l’emballer habilement pour qu’elle marque les esprits. Comme vos personnages réagissent selon les traits que vous leur prêtez, ils ne s’embarrassent pas toujours de notions morales. Mais bon, le spectateur, lui, aime bien quand une histoire se finit bien. Oh, ça ne veut pas dire que les « gentils » doivent gagner à la fin et les « méchants » être punis. Mais juste qu’il faut parfois veiller à rééquilibrer les choses : quand un personnage a été particulièrement maltraité (ou inversement), la grande balance cosmique va sans doute un jour ou l’autre retourner les choses. C’est notamment le cas quand un personnage enchaîne les situations dont il tire profit par ruse ou méchanceté : un jour ou l’autre, il va finira par tomber de son piédestal, à la grande satisfaction du spectateur, qui y verra une forme de justice.

Maintenant, ne comptez pas sur moi pour vous raconter ce qui se passe dans la première saison de Fargo. Sachez seulement que cette recette est parfaitement employée, et que l’histoire s’articule principalement autour de 3 personnages :
- Lester Nygaard (Martin Freeman), agent d’assurance débordé
- Lorne Malvo (Billy Bob Thornton), tueur à gages pervers
- Molly Solverson (Allison Tolman), policière acharnée et douée

Tous les épisodes ont été écrits par un unique auteur, Noah Hawley, ce qui fait un parallèle avec True Detective, l’autre découverte de 2014. La narration est efficace, oscillant entre la comédie et le polar noir. Certaines parties sont vraiment filmées de manière intelligente (par exemple cette superbe scène de règlement de compte, qui ne montre qu’un bâtiment vu de l’extérieur au gré de la progression de l’action, en lien avec le son intérieur). Même s’il s’agit bien évidemment d’une fiction, chaque épisode débute par la mention « Ceci est une histoire vraie. Les événements ont eu lieu au Minnesota en 2006. À la demande des survivants, les noms ont été modifiés. Par respect pour les victimes, le reste est inchangé. » Les personnages principaux et secondaires sont très attachants, et partagent les raisons du succès de la série.

Ah permettez-moi un dernier conseil : faites régler votre machine à laver. On ne sait jamais ce qui peut se passer sinon…

FX a renouvelé Fargo pour une seconde saison, qui décrira une affaire totalement différente, 20 ans auparavant, et qui a impliqué des parents des personnages principaux de la première saison. C’est une bonne raison de se réjouir !

Newsboys proclaim God is indeed not dead to sold out Sanford crowd

One of Christian music ’s biggest groups performed at the Sanford Center in Bemidji, Minnesota as they travel across the country on the “We Believea God’s Not Dead” Tour. Also along for the ride are Audio Adrenaline , Finding Favour and newcomer John Tibbs .



from Greensboro News To read the rest of the article Click Here
via Greensboro NC News and @NewsGSONC


Are you looking for social media marketing or web design in Greensboro, NC? Contact us today at contact@jeremiahbarrett.com for a free consultation.
Hey girls-

Okay so we’ve gotten lots of questions since we started and we try our hardest to answer as accurately as possible. We were asked when we first started what schools we know best and I feel like we should state them again because we’ve gotten a lot of asks about schools we don’t know much about (and I feel bad we can’t answer those fully beyond what Facebook/ insta/ twitter can tell us)

Schools we know the most info about:

MSU, Minnesota, bemidji, michigan tech, ferris state, Miami of Ohio, Ohio state, Colorado college, UND, Denver, Minnesota Duluth, UMass Amherst, Boston college, western, bowling green, Penn state, umich, Harvard.

Schools we know some boys/info

Notre dame, Mankato, lake state, Colgate, clarkson

Xoxo Emily