Asie-centrale

«Jamais la liberté de la presse n’a été aussi menacée [dans le monde].»

Attaques antimédias, fausses informations, répression et triomphe d’«hommes forts comme Trump ou Erdogan». Dans son rapport 2017 publié mercredi, Reporters sans frontières (RSF) s’alarme de la situation «difficile» ou «très grave» que connaît la liberté de la presse dans 72 pays (sur 180 recensés), dont la Chine, la Russie, l’Inde, presque tous les pays du Moyen-Orient, d’Asie centrale et d’Amérique centrale, ainsi que les deux tiers des pays d’Afrique. Six pays sur dix ont enregistré une aggravation de leur situation. Comme l’an dernier, aux premières places figurent les pays scandinaves et aux dernières l’Erythrée et la Corée du Nord. La presse n’est libre que dans une cinquantaine de pays - en Amérique du Nord, Europe, Australie et dans le sud de l’Afrique -, selon ce rapport. La France, pour sa part, remonte de la 45e place (en 2016) à la 39e place, un effet mécanique après une année 2015 marquée par la tuerie de Charlie Hebdo. RSF y relève néanmoins un «climat violent et délétère», avec des attaques verbales contre «les médias menteurs» pendant la campagne présidentielle, «où il devient normal d’insulter les journalistes, de les faire siffler et huer lors de meetings».

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Au Xinjiang, en Chine, les prénoms Saddam ou Mohamed ne sont plus en odeur de sainteté.
C’est une initiative inédite en Inde : le gouvernement local du Cachemire a ordonné mercredi le blocage des réseaux sociaux pour un mois,
Les forces irakiennes reprennent à l’EI le site antique de Hatra
Après cent jours, les pro-Trump tentent de garder la foi
Le pire de Donald Trump dans le texte