@molls

anonymous asked:

Could you write a basic list of classical pieces? Only the essential, your favourites :) Thanks!

Baroque

Bach
Brandenburg Concerto 5
H-moll-Messe
Weihnachtsoratorium
Fantasia in G
Fantasy and Fugue in G minor

Vivaldi
Winter
Concerto for 2 Cellos in G minor

Handel
Water Music

Classical

Mozart
Symphonies 39-41
Oboe Concerto
Bassoon Concerto
Clarinet Concerto
Requiem
Sinfonia Concertante KV 297b

Haydn
Cello Concerto

Romantic

Beethoven
Symphonies 3-5, 7
Violin Concerto
Piano Sonate 1, 18, 21, 23, 29

Mendelssohn
Symphonies 3-4
Violin Concerto
Paulus
Die Hebriden
Octet
Die Nachtigall
Kyrie

Spohr
Symphonies 2-4, 9-10
Clarinet Concerti 3-4

Schumann
Symphonies 2-3
Piano Sonata 2
Konzertstück für vier Hörner

Schubert
Widerspruch
Der Erlkönig

Chopin
Scherzo in Bb minor
Nocturne in Bb minor
Piano Concerti 1-2

Weber
Der Freischütz: Ouvertüre
Clarinet Concerti 1-2

Wagner
Tristan und Isolde: Vorspiel und Liebestod
Lohengrin: Vorspiel zu Akt III, Elsa’s Procession to the Cathedral
Die Meistersinger von Nürnberg: Vorspiel
Tannhäuser: Vorspiel

Tchaikovsky
Symphonies 1-4, 6
Piano Concerto 1
Marche Slave
1812 Overture
Francesca da Rimini
Romeo & Juliet Fantasy Overture
Violin Concerto
String Quartet 1

Rachmaninov
Symphony 2
Piano Concerti 1-2
Preludes in Gm, D, C#m
Vespers
Die Toteninsel

Johann Strauss II
Die Fledermaus: Overture

Dvorák
Symphonies 1, 3-4, 6-9
Cello Concerto
String Quartet 12
String Quintet
Carnival Overture
Slavonic Dances: Op. 46 no. 8 and Op. 72 no. 7

Brahms
Symphonies 1, 3-4
Clarinet Sonate 1-2
String Quartet 1

Saint-Saëns
Symphony 3
Tarantelle
Clarinet Sonata

Grieg
Peer Gynt Suites 1-2
Lyric Pieces: Hochzeitstag auf Troldhaugen
Piano Concerto

Strauss
Till Eulenspiegels lustige Streiche
Don Juan
Eine Alpensinfonie
Salomé
Violin Concerto

Sibelius
Violin Concerto

Glinka
Russlan und Ludmilla: Overture

Liszt
La campanella
Piano Concerti 1-2

Smetana
Ma vlast: Vltava

Elgar
Symphony no. 2
Cello Concerto

Bruckner
Symphonies 4, 8

Mahler
Symphonies 2-3, 5-10

Debussy
La Mer
Première Rhapsodie
Préludes

20th Century & Contemporary

Respighi
Pini di Roma
Fontane di Roma

Glière
Horn Concerto
Les Sirènes

Shostakovich
Symphonies 1, 5, 7, 9
Festive Overture
Funeral and Triumphal Prelude
String Quartet 8

Holst
First Suite in E-flat
Second Suite in F
St. Paul’s Suite
The Planets

Stravinsky
The Firebird
Pétrouchka: Danse russe

Prokofiev
Symphony 1
Romeo and Juliet

Kodály
Galántai táncok

Bernstein
Candide: Overture
Slava!
Clarinet Sonata

Poulenc
Flute Sonata
Clarinet Sonata

Grainger
Lincolnshire Posy
Shepherd’s Hey
Country Gardens
Molly on the Shore
Down Longford Way
In Dahomey

Márquez
Danzón no. 2

Adams
Short Ride in a Fast Machine

Orff
Carmina Burana

Britten
War Requiem
Peter Grimes: 4 Sea Interludes

Williams
The Mission

Barber
Adagio for Strings
Violin Concerto

de Meij
Symphony 1

Maslanka
Give Us This Day
Symphony 4

Stevens
Benediction

McBeth
Of Sailors and Whales

Trad., arr. Kirchner
Wana Baraka

Clausen
At the Round Earth’s Imagined Corners

Whitacre
Sleep
October
Cloudburst
The Seal Lullaby

Michel Butor


« J’ai vécu quelque temps à Manchester où j’ai été lecteur dans mes jeunes années. C’était une ville où régnait en hiver un brouillard, le smog, à distinguer du fog par son épaisseur palpable. Manchester était alors une ville industrielle, les usines recrachaient cendres et fumées qui se mêlaient à l’humidité ambiante. Sortir dans la rue revenait à s’enfoncer dans une caverne molle et froide. J’entendais souvent dire : “In Manchester there is no time, only weather.” Ces deux termes anglais, weather et time, qui signifient la même chose en français, nous invitent à penser différemment l’opposition entre l’épaisseur du temps vécu, du temps qui passe, et la linéarité du temps socialisé, du temps des calendriers, des horloges. Le plus souvent, nous concevons le temps de façon linéaire, mais cela ne peut pas fonctionner. Saint Augustin le souligne lorsqu’il évoque dans ses Confessions les trois temps du présent. Passé et futur n’ont selon lui pas de réalité en eux-mêmes, ils n’existent que dans notre conscience, dans nos souvenirs et nos projections. Il considère donc plus appropriés les termes de présent du passé, présent du présent et présent du futur. Ce sont ces différentes échelles superposées que j’ai voulu explorer dans L’Emploi du temps. Dans son journal intime, Jacques Revel, simple employé de bureau, revient sur ses premiers mois à Bleston, ville anglaise imaginaire. L’écriture dessine jour après jour les contours d’un labyrinthe spatio-temporel où, Français égaré dans des brumes étrangères, Revel tente de reconstruire l’entrelacement des rues et de ses rencontres. »

La fugue
« Nous tourner vers la musique peut être ici utile. Le temps musical est étranger à la linéarité : des motifs se répètent, se transforment, se renversent, s’imbriquent les uns dans les autres… La fugue et l’écriture contrapuntique en sont les exemples les plus frappants. “Fugue” signifie littéralement “fuite” (du latin fugare) : on y court après le temps tout en voulant le maîtriser, l’organiser, le modeler. Dans L’Emploi du temps cette conception musicale du temps vient au secours du temps vécu, elle réorganise la linéarité du calendrier. Un récit n’est jamais chronologique : on croit raconter une histoire avec un début et une fin, mais il y a toujours des retours en arrière. Si le parcours d’un personnage peut constituer la colonne vertébrale du récit (Rastignac dans La Comédie humaine), les rencontres qu’il fait obligent à bouleverser la linéarité des événements. Le récit organise le plus harmonieusement possible ces différentes lignes, ces différentes voix : il n’est donc pas chronologique mais polyphonique. »

Le kairos
« Épaississement et sécrétion du temps renvoient à l’antique notion de kairos. Variante du dieu Chronos, le kairos était représenté dans la mythologie grecque par un jeune homme ailé coiffé d’une unique mèche de cheveux. À son passage s’offrent trois possibilités : ne pas le voir, le voir et ne rien faire, tendre la main et saisir la mèche de cheveux. La dernière option correspond à l’opportunité saisie, à un instant d’inflexion. Le kairos indique donc une autre dimension du temps, marquée d’une certaine profondeur, à laquelle l’individu montre plus ou moins de sensibilité. Aujourd’hui perdue de vue, cette vertu souligne en creux notre plus grande passivité face au temps. L’improvisation musicale est l’un des aspects de ce kairos : elle est en effet création d’un temps qui devient œuvre à partir de contraintes et d’un matériau donnés. J’ai donné le nom d’Improvisations à certains de mes textes critiques retranscrits d’après des cours consacrés à Rimbaud, Flaubert ou Balzac. Mes interventions étaient préparées, mais je ne lisais jamais de notes, je n’avais pour guide que le livre à commenter. Pour moi, un cours était un voyage d’une citation à l’autre. Des sortes d’escales. »

Les cycles
« La capacité d’avoir prise sur le temps varie grandement selon les âges de la vie. D’abord ouverture dont la continuité laisse toujours advenir des possibles, la vieillesse et l’approche de la mort font davantage vivre le temps comme une fermeture. Comment vivre cette fin, ce déroulement qui n’est plus progrès perpétuel mais qui se referme progressivement ? Une fois cette question posée, tout devient urgent. Cela me rappelle un célèbre passage des Essais où Montaigne raconte que, dans les salles de banquets, les anciens Égyptiens plaçaient un squelette afin de rappeler aux convives : “Profitez ! Buvez du bon vin tant qu’il en est encore temps !” À certains malades, le médecin annonce : “Il vous reste trois mois à vivre.” C’est la même question : comment remplir ces trois mois le plus intelligemment pour vous et pour autrui ? À l’échelle plus collective de l’humanité, on retrouve la même problématique. Quelle notion de progrès peut-il y avoir pour une espèce sans doute vouée à disparaître ? Il s’agit d’un thème fondamental de la pensée antique et médiévale, qui concevait l’univers bâti selon un système de correspondances : le fonctionnement du corps humain répondait à l’agencement des planètes, microcosme résonnait avec macrocosme. Dans La Science nouvelle, le philosophe et historien Giambattista Vico [1668-1744] raconte l’histoire des sociétés sur le modèle de celle d’un individu : elles ont donc une enfance, une maturité, une vieillesse et une mort. Ce thème de la mort des sociétés nous renvoie au thème fondamental en religion de la fin du monde, à l’eschatologie liée dans le christianisme au jugement dernier. Ce n’est qu’au moment où notre monde disparaît pour se transformer en enfer et en paradis que l’on comprend qui est qui, qui sont les bons et qui sont les mauvais. »

Le terme
« J’ai 85 ans, cette histoire ne va plus durer bien longtemps, je le sais ! Il s’agit donc d’organiser un temps qui se rétrécit de multiples façons. Avec le passage des années, la conscience du temps se transforme et prend une autre valeur, on fait l’expérience d’une accélération. C’est le temps lui-même qui change la façon dont nous le percevons. Contre cette accélération surgit toutefois l’idée que l’on peut soi-même sécréter du temps. Arrivé à un point de sa vie, on peut en effet décider de se donner du temps pour aller jusqu’à un certain terme. La relation de l’individu au temps est donc bien plus active que ce que l’on a l’habitude d’imaginer. Lorsque j’étais enseignant, je consacrais une bonne partie de mon temps à préparer mes cours, ce qui m’en laissait peu pour le reste. Je n’ai jamais eu le temps d’écrire ce que j’ai écrit, je l’ai pris. Il y a une forme de violence dans cet acte. Mais ce temps que l’on a pris dévore finalement l’ensemble du temps, ce qui est d’autant plus sensible à mesure que les années passent. Le rétrécissement du temps en fin de vie a donc forte partie liée à cet acte de prendre, qui multiplie le temps en même temps qu’il le menace. Je viens de publier mes œuvres complètes, mais évidemment elles ne le sont pas. Je peux toujours ajouter quelque chose, une coda comme on dirait en musique. Mais je n’ai plus de grand projet. Je suis en quelque sorte en sursis. Je vis un temps qui se rétrécit et qu’il faut saisir différemment. J’écris encore beaucoup, mais pour des amis, des peintres, des photographes qui me demandent de collaborer avec eux. Heureusement qu’ils sont là car je leur dois ma propre survie. Mon projet est de survivre, et de faire survivre les gens qui m’entourent. »

anonymous asked:

Something super sad, like fuck me up sad

Bach
H-moll-Messe: Kyrie eleison

Beethoven
Symphony no. 3, mvt II
Symphony no. 7, mvt II

Brahms
Symphony no. 3, mvt III

Grieg
Peer Gynt: Åses Død

Mahler
Symphony no. 9, mvt IV

Holst
Second Suite in F, mvt II

Barber
Adagio for Strings

“Then he cupped her face in his hands. “Jer molle pe oonet. Enel mörd je nej afva trohem verretn.” Nina swallowed hard. She remembered those words and what they truly meant. I have been made to protect you. Only in death will I be kept from this oath. It was the vow of the drüskelle to Fjerda. And now it was Matthias’ promise to her.”

Little scene between Nina and Matthias from Six of Crows (maybe not 100% accurate though) ! Something really quick this time ‘cause i’ve others things to work on.

10

Barbara Desiree is a young US model from Cleveland, Ohio. Also Miss Desiree is a n online entrepreneur and she runs her own web site to keep in touch with her fans, for more photos and videos click -> Barbara Desiree 

We recommend also 

Laci Kay Stomers the hotter instagram celebrity

Abigail Ratchford is the model of summer 2016

thesolopianist  asked:

Can you recommend some sad and calming pieces?

Bach
Wie soll ich dich empfangen - Chorale from Weihnachtsoratorium Kantate I
H-moll-Messe: Kyrie eleison
Brandenburg concerto 2 mvt 2

Mozart
Requiem: Introit, Lacrymosa

Beethoven
Symphony 3 mvt 2
Symphony 7 mvt 2

Schumann
Symphony 3 mvt 4

Chopin
Nocturne in B-flat minor
Waltz in B minor
Piano Concerto 1 mvt 1

Mahler
Symphony 9 mvt 4

Still a classic….

#Repost @whiskeydeltagulf
・・・
#tacotuesday @highspeedgear LegRig V1. This weekend, at a private training venue, I had the opportunity to run this little rig in and out of vehicles. Looking into purchasing one now. But, what colour? Multicam? Scorched Earth? Original Drab? Grey??? #HSGI #highspeedgear #tacos #doubledeckertaco #subload #multicam #tactical #tacticalgear #MOLLE #alwaysready #beprepared #wdgblog #goodhorseisneverabadcolor @immediate_action @robomurray @cdngunworx

Made with Instagram