9o9

RENCONTRE avec AÏCHA EL BELOUI : 909 and Graphic Urban Disorders

Croisée dans un article de Telquel sur la Nayda casablancaise, la marque 9o9. Rencontrée lors d'un brunch musical, Aïcha El Beloui, sa créatrice. Derrière son grand sourire et ses yeux rieurs, fourmillent mille idées, mille révoltes. Talentueuse et engagée, elle a rédigé un mémoire universitaire sur les Anciens Abattoirs de Casablanca, milité à Casamémoire, créé la délicieuse marque 9o9 et signé le graphisme du superbe ouvrage Le métier d'intellectuel, Dialogue avec quinze penseurs du Maroc de Driss Ksikes et Fadma Aït Mous – petite bombe intellectuelle vivement conseillée par Vin rouge et corne de gazelle. Avec une simplicité et une énergie lumineuses, Aïcha est une des âmes de cet élan farouche qui irrigue Casablanca et le Maroc, porté par une jeunesse créative et solaire, militant pour une réappropriation apaisée et jubilatoire de son identité culturelle et de ses richesses. Bien loin d'un Maroc carte postale et du Casablanca fantasmé et bling-bling, la jeune femme se promet d'exprimer et révéler « nos ordres et désordres urbains, nos particularités culturelles, nos subtilités linguistiques et nos codes sociaux en utilisant le design graphique, la photographie, l'écriture, les t-shirts, les bloc notes et tout ce qui est potentiellement exploitable de manière créative, constructive et amusante ».Rencontre avec une 9o9a bedaouia.

Vin rouge et corne de gazelle : Parle nous un peu de toi et de ton parcours…

Aïcha El Beloui : Je suis architecte de formation et designer graphique de passion et de métier. J’ai pas mal bourlingué et l’année dernière j’ai décidé de m’installer ici et de faire mon petit projet en me disant que c’est maintenant ou jamais…

Quel est le concept de 909 ?

909 se veut, comme son slogan l’indique (Graphic Urban Disorders), une marque urbaine marocaine à travers laquelle je reprend les éléments de la vie quotidienne (d’ailleurs, très riches en termes culturel et linguistique) et j’en fait des gribouillis (graphismes, illustrations) simples mais parlants, que les gens de cette même société qui m’inspire, s’approprient et apprécient. C’est une façon de valoriser notre culture à nous, qui n’est pas que occidentale, ni que arabe mais marocaine avec ses caractéristiques, ses multiples facettes et ses richesses.

Et d'ailleurs, pourquoi le nom « 9o9 » ?

909 veut dire artichaut en langage FB et SMS. Et artichaut en darija veut dire plein de choses à part le légume. Un problème, une jolie fille, une fille moche… C’est un élément très fort du langage urbain courant de chez nous, la réaction unanime à sa découverte est ou un large sourire ou un rire carrément, parce que des référents, ben il y en a beaucoup. Et c’est un nom que l’on oublie pas, d’ailleurs, je suis devenue 909a par extension

Quelle est ta vision de la création et de la culture au Maroc ?

Il y a beaucoup de potentiel mais la chaîne est défectueuse. A commencer par l’éducation, la formation, le soutien à la création… Nous avons de très bons artisans, mais l’innovation n’est pas encore au rendez-vous !

Casablanca… Que t'inspire t-elle ?

Casablancaise de naissance et de cœur, je suis amoureuse de l’énergie de cette ville, de sa dynamique spatio-temporelle, des empreintes monumentales de son histoire courte mais intense. C’est une très belle ville, mais qui est mal menée par ses occupants autant que par ses gérants. C’est là ou je puise toute mon énergie et c’est là où je l’épuise aussi vite.

Tu as signé le graphisme du superbe ouvrage Le métier d'intellectuel, Dialogue avec quinze penseurs du Maroc, tu peux nous en parler un peu ?

« Le métier d’intellectuel » a été une superbe aventure grâce à la collaboration avec la maison d’édition en toutes lettres et les auteurs. L’équipe était d’une rigueur, d’un bon sens et d’une efficacité rares. J’ai été à leur écoute, ils m'ont fait confiance pour ce que je sais et ce que j’aime faire et tout ça a vite et bien pris et je peux t'affirmer que c’est très rare dans notre contexte.

Le 9 mars dernier, à l'occasion de la journée de la femme, tu as lancé une collection limitée de tabliers drôles et incisifs… Quelle est ta vision de la place des femmes dans la société marocaine ?

Le tablier était un clin d'oeil comme je voudrais en faire plus souvent. Tablier en darija, veut dire aussi “le mien est irrité” quand tu lis le mot tel que je l'ai écris sur le produit. C'est une illustration ironique de la situation de la femme sur un accessoire supposé être machiste Pour ce qui est de la situation de la femme: elle est grave! Nous sommes une société patriarcale, mais ce qui me désole le plus dans l'histoire, c'est la résistance de ces mêmes femmes à aller de l'avant. J'estime donc, avec beaucoup de regret, que la femme y est pour beaucoup dans sa situation de sous-être dans ce pays.

Quels sont tes autres projets ?

Je continue à développer des projets d’identité visuelle, chartes graphiques, logos : du graphisme quoi ! … et j’espère aussi continuer à porter 909 et à créer d’autres produits. Il n’est pas évident de mener les deux en même temps, mais j’y tiens et je suis têtue ! Donc ça ira peut être doucement mais sûrement.

© Aïcha El Beloui

anonymous asked:

I know there's probably a lot of songs that matches Jazz but I feel like Marina and the Diamonds- Oh no! fits her perfectly

hmm hmm

i could see that ! 9o9

La journée de la femme, absurdités essentialistes & subversion artistique

« Aujourd’hui, nous revoilà prises au piège dans l'impasse familière du ‘c'est-merveilleux-d'être-femme’. En 1949, Simone de Beauvoir mettait précisément en évidence la fausse conscience qui consiste à choisir parmi les aspects du mythe (…) ceux qui ont bon air et à les utiliser pour définir les femmes. Mettre à l’œuvre le 'c’est merveilleux-d’être-femme’, c’est retenir pour définir les femmes les meilleurs traits dont l’oppression nous a gratifiées (encore qu’ils ne sont pas si bons que ça). » Monique Wittig, La Pensée Straight

Images : Sarah Maple, talentueuse et impertinente

Paroxysme de la léthargie intellectuelle, de la misogynie poisseuse et du sexisme hypocrite, vive l'instrumentalisation de la journée de la fâââme, au Maroc et ailleurs. Phénomène marketing, ersatz économique de la Saint Valentin, alibi idéal pour faire cracher quelques billets et affermir l'essentialisation de la moitié de l'humanité sous couvert de bonne action, le 8 mars fut bien gris sous le soleil chérifien. Oui mesdames, ruez-vous dans les magasins où vous attendent mille réductions irrésistibles. Nous célébrons aujourd'hui la courbe de vos hanches, la douceur de vos gestes, le rouge de vos lèvres, votre discrétion charmante et vos talons aiguilles. Nous célébrons tout ce qui vous enferme dans un schéma oppressif. Excitez, séduisez, attirez, happez. Et léchez les vitrines. Pas d'outrages. Complaisez vous dans cette hypersexualisation obscène des rapports humains, incarnez LA femme, puisqu'il semble n'y en avoir qu'une possible. Soyez vulnérables, dociles, manipulables, mamans ou putains, faibles, fragiles. Et si vos droits sont édulcorés, si l'espace publique vous est confisqué et que la nuit n'est que danger, quelle importance ? Ne vous prenez pas à rêver d'émancipation, d'indépendance, de liberté, d'alternative, de bienveillance, de sororité, de fraternité, d'amour, de révolte ou d'égalité. Ce sont des mots dangereux. Puisque éminemment politiques.



« Si j’étais un homme, ce serait le 8 mars pour moi tous les jours de mon existence. Et ainsi, je n’aurais pas à penser qu’un jour par an m’est dédié quand le cheval a chaque année sa quinzaine à Rabat ! Si j’étais un homme, je n’aurais pas besoin de me couvrir le visage, la tête, et parfois même tout le corps jusqu’aux chevilles pour dissimuler aux autres ce que Dieu m’a donné et que certains veulent m’interdire de montrer parce qu’ils sont incapables de maîtriser leurs pulsions et leur libido. Si j’étais un homme, j’irais me baigner sans ressembler à une bouée de sauvetage, saucissonnée (halal) dans une combinaison en caoutchouc ou astreinte à tirer constamment sur ma chemise de nuit ou ma djellaba mouillée plaquée son mon corps, me rendant ainsi encore plus offerte aux regards des vicieux qui essaiment sur les plages (…). Si j’étais un homme, je m’assoirais à la terrasse d’un café, au ras du boulevard, en plein espace public illégalement occupé, à mater les jeunettes qui rentrent de l’école, à émettre des « psst, psst, man choufoukch ? » tout en sirotant mon café, avant de rentrer à la maison, passer une gandoura et regarder la télé en attendant le repas que ma femme me servirait. Si j’étais un homme, je n’aurais pas le souci de l’âge qui avance, la crainte de l’infidélité, la peur de la répudiation, l’angoisse de l’avenir, car, bien souvent, la Moudouwana proclame des droits que les juges ne reconnaissent ou n’appliquent pas. Si j’étais un homme, quelle joie d’aller au boulot, car personne ne songerait à me pincer les fesses, me coincer dans un couloir, m’appeler dans son bureau sous un prétexte futile, me proposer une « promotion canapé ». Si j’étais un homme, j’aurais connu la vie avant le mariage, ce qui, sans doute, m’aurait permis de savoir que mon époux n’est qu’un piètre amant. Si j’étais un homme, je n’aurais pas maudit la destinée qui m’a faite femme, fille, mère, épouse. Si j’étais un homme, je n’aurais pas voulu être une femme… »  Fahd YATA

Heureusement, le 8 mars, c'est aussi un condensé de conférences passionnantes, d'actions politiques précieuses, de projets fantastiques. Parmi ces belles énergies, il y a celle d’Aïcha El Beloui, créatrice de 9o9, qui a conçu pour cette occasion 50 tabliers avec le mot tablia, qui signifie tablier en arabe, mais aussi « j'en peux plus, il y en a marre » en darija. Ironique, drôle et percutant.

chairs-r-us asked:

If you receive this, share 10 random facts about yourself then pass this to your 10 favorite followers <3 And have a nice day :)

1) is virgo B)
2) has currently gone through a weaboo phase
3) spent my Valentine’s Day this year getting the New 3DS! I’m addicted to it now 9o9
4) has the best brother in the world!!!
5) loves cotton candy ;)
6) has moved seven times ever since I was born o0o
7) loves homestuck, roosterteeth, Dan and Phil, and soooo much more!
8) is artist =u=
9) my profile pic is the design on my minecraft skin!
10) i have friends.

anonymous asked:

hey, I Really love your blog. but the thing is, I am kinda scared of furry's and if it not to much to ask may you please tag post that have furry's in them. I am sorry..

oh yeah !!  i usually do ?? 9o9 are u meaning like just talking about them or the furries themselves b/c i tag the latter as “furry” or “fursuit” or both