4943

4943) I'm REALLY concerned with nipple placement when I get top surgery because I've seen many guys with their nipples in very unnatural positions and I'm not sure what to do.
New Post has been published on WODNEWS

New Post has been published on http://www.wodnews.com/un-wod-par-jour-est-il-suffisant-si-vous-voulez-faire-de-la-competition/4943

Un WOD par jour est-il suffisant si vous voulez faire de la compétition ?

La chose la plus importante que vous pouvez faire pour vous préparer pour une compétition à venir est de vous entrainer intensément pendant les mois qui la précèdent. Je suis désolé mais il n’y a pas de pilule magique ou de recette miracle, vos performances lors d’une compétition seront déterminées par la discipline et les efforts cumulés lors des semaines de préparation que vous y consacrerez.

A deux semaines du jour-j, vous serez presque fixés sur vos capacités physiques et votre potentiel de performances. A une semaine de la compétition, vos capacités et vos ressources physiques et psychiques seront définitivement fixées et il n’y aurait rien que vous pourrez faire afin de les améliorer.

Mais en plus de l’entrainement, les périodes de repos ne sont pas du tout à prendre à la légère. Louie Simmons dit que quelqu’un qui a peur de se reposer lors des jours qui précèdent une compétition n’a pas confiance en sa formation.

Cependant, la véritable question à laquelle il faut répondre réellement est : Combien de WODs faut-il réaliser pour être au top pour une compétition ?

Le principe de base

Le principe de base qu’il faudrait garder toujours à l’esprit en crossfit est de s’entrainer durement avec des programmes complets et enchainés pour se préparer à l’inconnu et être prêt à affronter toutes les éventualités lors d’une compétition.

Pour ce faire, il faut impérativement prendre en considération l’importance de la variation des mouvements fonctionnels et exercices de force en maintenant un niveau d’intensité élevé.

En préparant une compétition, il faut, donc, suivre un programme logique et précis qui se rapproche des gestes sportifs, des intensités et des volumes de travail qui seront exigés lors de cet évènement.

Tout entrainement doit reposer sur le programme classique du crossfit, à savoir :

– échauffement ;

– entrainement « Technique » ;

– entrainement « Force » et/ou 1 Metcon ;

– étirements et repos des muscles.

En ce qui concerne l’entrainement technique (Skill) en début de séance, vous pouvez optez pour ces exercices :

En phase d’entrainement « Technique », évitez de trop vous charger et soyez assisté par un coach qui saura rectifier vos mouvements pour qu’ils soient les plus parfaits possibles.

En ce qui concerne les séances de « Force », vous pouvez débuter par un échauffement, puis enchainer avec de l’haltérophilie progressive commençant par du léger et arrivant au poids de travail avec  5 séries de 5 répétitions et un poids unique. Cette progression se fera en ajoutant environ 2Kg à chaque série pour valider des paliers et aller plus loin dans le développement et le renforcement musculaire.

Les facteurs à prendre en compte pour fixer le nombre de WODs :

En réalité, le nombre de workout par jour va différer d’une personne à une autre selon les facteurs suivants :

Facteur N°1 : les objectifs :

En fait, si votre objectif est simplement de retrouver une condition physique raisonnable vous permettant de continuer à faire du sport, alors un seul workout par jour sera suffisant, surtout s’il est combiné au suivi rigoureux d’un bon régime alimentaire, notamment le régime paléo.

Par contre, si vous vous fixez comme objectif d’améliorer votre condition physique au point de devenir un crossfitteur professionnel ou même d’aller jusqu’à vous mesurer aux autres pros lors de compétitions officielles, vous devriez, alors, envisager d’enchainer les WODs pour assurer une formation complète.

Si vous optez, par exemple, à la réalisation de WODs rapides (maximum de rounds en une vingtaine de minutes voir moins), dans ce cas, un ou deux autres WODs, selon vos capacités physiques et mentales, différents du premier devront être ajoutés.

Par exemple, pour un WOD à une seule modalité (haltérophilie), vous pourrez travailler sur des séries de Clean’n Jerk en enchaînant sur un WOD de type Metcon.

Facteur N°2 : Le type de WOD initialement choisit :

Faire un ou plusieurs WOD’s par jour pour préparer une compétition dépendra, aussi, du premier WOD que vous allez effectuer.

En effet, si vous vous attaquez à un WOD assez complexe, assez complet et hautement explosif, vous risquerez d’avoir du mal à enchainer avec un deuxième WOD. D’ailleurs, un second WOD serait inutile dans ce genre de situation vu que vous avez bien exploité vos ressources et exercé les différents groupes de muscles lors de ce premier workout.

Plus concrètement, si vous optez pour un WOD “Barbara” (5 rounds de 20 pull-ups, 30 push-ups, 40 sit-ups, 50 squats), il vous sera très difficile d’ajouter un autre WOD car vous aurez puisé toute votre énergie dans le premier et, même si vous le pourrez, vous fatiguerez excessivement vos muscles à un point que la période de repos qui sera nécessaire pour récupérer après sera trop importante.

Pour pouvoir faire deux WOD’s en un jour, il faut que le premier workout effectué ne vous ait pas vidé de toute votre énergie et que le deuxième qui sera sélectionné soit relativement différent du premier pour le compléter et être un véritable apport dans votre entrainement.

Exemple : 10 rounds composés de 15 Deadlifts et 10 tractions suivis d’un deuxième WOD composé d’une course de 400m et de 20 sit ups realisés en 15 minutes maxi.

Pour conclure, nous pouvons dire qu’un seul workout par jour peut être suffisant pour se préparer convenablement à une compétition du moment qu’il est construit de façon à être complet, alliant mouvements techniques et exercices de force, et assez varié pour englober et activer la majeur partie des groupes musculaires du corps.

L’informatique et le numérique pour tous ?

Par Sylvie Bonnet

Le 6 novembre 2014, le président François Hollande a annoncé son ambition que « la France puisse être leader dans l’e-éducation » et souhaité que le codage soit intégré dans les enseignements du collège. En mars, le conseil supérieur des programmes a inscrit officiellement l’informatique dans le socle commun des programmes de collège, en précisant que « l’élève doit connaître les principes des langages de programmation et être capable de réaliser des applications utilisant des algorithmes simples ».

En classes préparatoires scientifiques, les opérations ont été lancées il y a deux ans, à marche forcée. Dès la rentrée 2013, sous le pilotage des Grandes Écoles d’ingénieurs – désireuses de promouvoir l’informatique dans la formation de leurs futurs étudiants - et du ministère de l’enseignement supérieur, l’informatique a fait son entrée dans toutes les classes préparatoires scientifiques, avec un horaire dédié et des programmes allant de l’algorithmique aux bases de données en passant par l’acquisition d’un langage de programmation. Mais qui allait assurer ce nouvel enseignement ? Le ministère de l’Éducation nationale ne reconnaît pas l’informatique comme une discipline, et n’a pour ce domaine ni professeurs, ni dispositif de formation continue opérationnel, ni inspection générale, ni concours de recrutement, ni agrégation, ni certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (CAPES).

Programme transitoire

Il a donc été décidé que les professeurs scientifiques déjà en poste en classes préparatoires allaient commencer par assurer seuls leur propre formation. Quand, comment, auprès de qui ? Ce sont les Grandes Écoles qui ont mis sur pied des stages et mobilisé leurs propres enseignants-chercheurs pour assurer leur formation dans l’urgence. Il a aussi été décidé que les professeurs scientifiques prendraient en charge cet enseignement de l’informatique entièrement en heures supplémentaires, ce qui ne manque pas de sel, si on se souvient (…)

Lire la suite sur lemonde.fr

Figures libres. Eloge inconsidéré des cigognes
Inscrivez-vous aux newsletters du Monde.fr
Cricket-Bayliss believes in-form England can target Ashes win

SYDNEY, June 25 (Reuters) - England coach Trevor Bayliss was encouraged by the performance of his new charges in their recent encounters with New Zealand and thinks they have every chance of winning the Ashes if they can keep producing good cricket.
Australian Bayliss, appointed coach last month, left his homeland on Wednesday but has clearly been keeping tabs on England from Sydney, even if he has not yet swapped the “they” for “we” when referring to the team.
England split a test series 1-1 with the Black Caps before recovering from a 2-1 deficit to win a thrilling one-day series, finishing with a flourish with a win in the sole Twenty20 match.
“It’s been quite exciting, the series against New Zealand, the tests and the one-dayers… got some new, young players in there with plenty of skill, plenty of enthusiasm,” he told Fox Sports TV at Sydney airport.
“So it sounds like they’re in a good place, looks like they’re enjoying themselves out in the field and that’s the main thing.”
Bayliss, the former coach of New South Wales, said his first task in the pre-Ashes training camp in Spain would be to get to know the players and then put together some plans for the series against Australia, which begins in Cardiff on July 8.
“Looking forward to it, to be involved in an Ashes series will be some good fun, I think,” he added.
“I will be just doing the things I normally do with any of the cricket teams I’ve been involved with, and hopefully that means England will be playing some good cricket.
"I’m confident of putting up a good show and if they play some good cricket they’ll be a chance of winning.”
As always, much pride is at stake in the five-test Ashes series with Australia looking for a first triumph on English soil since 2001 and the hosts hoping to erase the memory of their 5-0 humiliation Down Under in 2013-14.
Michael Clarke, Steve Smith, David Warner, Mitchell Starc and Josh Hazlewood are among the Australians to have played under Bayliss at New South Wales but he does not think that his inside knowledge will prove decisive.
“I don’t think it will mean winning or losing for either team,” he said. “I think these teams play each other quite a bit, they know what the opposition can do and obviously the Aussies know what England can do.”
Bayliss was inevitably asked about the position of batsman Kevin Pietersen, who has been ruled out of participating in the series by England’s director of cricket Andrew Strauss because of “trust issues”.
“Look, apparently, he’s unavailable for selection, so that’s all I know at this stage,” Bayliss said.
“He is a good batter but at this stage he is unavailable, so that’s all I know.” (Reporting by Nick Mulvenney; Editing by John O'Brien)

Tried and tested: Body Moisturiser

Using a body moisturiser is one of those things that we all know we should do, but can’t always be bothered. Greasy limbs and pungent smells are some of the reasons why people might skip them, but your skin won’t thank you for it. Here we look at some which might make you stick to a moisturising schedule.

Original Source Skin Quench Body Lotion Peach & Apricot Oil - 4/5

I’ve used Original Source shower gels in the past, so seeing that the company had expanded into body care piqued my interest. And I can confirm that the moisturiser feels and smells just as good as the shower gel. The peach and apricot scent was strong enough to leave an impact, but subtle enough to not overpower. A little went along way and absorbed into the skin quickly. My skin has been really sensitive lately and a lot of products have caused it to sting - but not this one, which was really nice and gentle.

Calendulis Plus Cream - 2.5/5

This is a special moisturiser because it’s formulated to help with skin conditions like eczema, psoriasis and dermatitis. The ingredients are all natural, which I liked, and it did relieve the itching I have from eczema on my arms. It didn’t do anything to help clear the condition up though, which was a little disappointing. It’s also got quite a strong and medicinal smell, which didn’t particularly bother me but won’t be for everyone.

Palmer’s Cocoa Butter Formula Natural Bronze Body Lotion - 4/5

I love the products from Palmer’s and their cocoa butter is a staple in most homes. This bronzing version for summer is sure to be a big hit with fans, as I found it gave me a streak-free result that built gradually. It’s much more natural than other fake tans and also gives your skin that traditional hit of cocoa moisture. Sadly it falls into the tanning trap of being a bit smelly, so I had to deduct a point.

Cover Media

© Cover Media

britania-crossing asked:

Hello! For your open market could I have 20 white azaleas, 20 pink azaleas, the campus set, classic set, and a robust statue? FC: 3883-8398-4943 Thank you so much! :)

Unfortunately the AR card doesn’t have bush starts so I can’t get those. However I can get everything else for you if that’s still okay ^^

Were you a Savigny Bat recipient?

Were you a Savigny Bat recipient or involved with the Launceston Grammar First XI Cricket Team?

(1955 State Premiership Team at NTCA)

Paul Richards is requesting your assistance.

A book, due to be launched late 2015 or early 2016, will be a comprehensive history of the prestigious cricket prize ‘The Savigny Bat’.  It will  be fully referenced, peer reviewed and illustrated with photographs covering the nine decades of the First XI Cricket Team and life of the bat.

The scope of the project is to collect brief anecdotes, reminisces and stories from your time playing in the First XI and the bat/s you won. Once compiled it will include the Savigny Family contribution to the School’s State Cricket, a special chapter on the ‘baggy greens’ and the 2015 Launceston Church Grammar First XI.

If you would like further information about the project please contact Mr Paul Richards on 6327 4943 or pacrichards1@bigpond.com.

(Kayden Hine, Grade 12 and Paul Richards (1963) with the original Savigny Bat)