41es

Louise Bourgoin, Marie Gillain, Géraldine Nakache... Rendez-vous à Deauville !

La 41e édition promet une belle sélection et des membres du jury passionnés !Le 41e Festival du cinéma américain de Deauville a livré une foule d'informations lors de sa conférence de presse. On savait déjà que le film d'ouverture sera Everest avec Jake Gyllenhaal, que Robert Pattinson viendra sur place défendre le long métrage Life, que des hommages à Patricia Clarkson, Michael Bay, Orlando Bloom, Keanu Reeves, Terrence Malick et l'immense Orson Welles seront rendus et que le réalisateur français Benoît Jacquot en sera le président. Voici les autres nouvelles en provenance la cité balnéaire normande.

Pour les organisateurs, le thème de cette édition sera l'héroïsme. Ce qui ne surprend pas quand on sait qu'Everest lance les festivités avec une version en 3D vertigineuse. On connaît désormais la composition du jury de Benoît Jacquot : Marie Gillain, Sophie Fillières, Marthe Keller, Louise Bour­goin, Pascal Bonit­zer, Louis-Do De Lencque­saing, Marc Dugain et Julien Hirsh seront de la partie. Pour le jury de la Révélation, Zabou Breit­man prési­dera le jury et sera accompagnée dans sa mission par Géral­dine Nakache, Alice Isaaz, Stan­ley Weber et Rachelle Lefevre.

La sélection des films en compétition de Deauville 2015

- 99 Homes avec Michael Shannon

- Babysitter avec Max Burkholder

- Cop Car avec Kevin Bacon

- Day Out of Day avec Melanie Griffith

- Dixieland avec Chris Zylka

- Dope avec Zoe Kravitz

- Emelie avec Randie Langdon

- Green Room avec Patrick Stewart

- I Smile Back avec Sarah Silverman

- James White avec Cynthia Nixon

- Krisha avec Krisha Fairchild

- Les Chansons que mes frères m'ont apprises avec John Reddy

- Madame Bovary avec Emma Wasikowska

- Tangerine avec Mya Taylor

Le 41e Festival de Deauville se tient du 4 au 13 septembre

Retrouvez cet article sur purepeople.com

Amal et George Clooney : sexy et complices en vacances à Ibiza
Shy’m, reine de la provoc : elle se dévoile topless pour fumer la chicha
Rihanna : si court vêtue qu'elle frôle l'incident à Los Angeles
Jean Rochefort : les femmes de sa vie
Clara Morgane, ultra sexy au naturel pour ses vacances en Corse
Télécharger gratuitement l'application (iPhone, iPad et Android) PurePeople

Bundesliga - Réduit à 10, le Bayern Munich arrache la victoire à Hoffenheim

Le Bayern Munich s'est arraché dans les dernières minutes de la rencontre pour venir à bout d'Hoffenheim pour le compte de la 2e journée de championnat. Menés au score après un but ultra-rapide de Kevin Volland (9 secondes), les Bavarois ont refait leur retard grâce à Müller (41e) avant de prendre l’avantage suite à un but plein d’opportunisme de Robert Lewandowski (90e). Les rivaux des Munichois, Schalke 04 et Wolsburg, ont perdu des points en route contre le promu Darmstadt et Cologne (1-1 dans les deux rencontres).

Il y a des jours où tout commence mal. Sur la pelouse d’ Hoffenheim samedi après-midi, le Bayern Munich a encaissé le but le plus rapide de l’histoire de la Bundesliga (après 9 secondes). Profitant d’une mésentente incroyable entre David Alaba et Jérôme Boateng, Kevin Volland en a profité pour ouvrir le score (1-0, 1e). Malgré une nette domination, les hommes de Pep Guardiola ont eu quelques difficultés à conclure leurs nombreuses occasions. L’excellent Thomas Müller a finalement trouvé la faille suite à un travail parfait de Douglas Costa juste avant la pause (1-1, 41e).

Lire le tweet

Logiquement étouffé durant toute la seconde période, Hoffenheim a cru au miracle lorsque Boateng s’est fait exclure pour avoir dévié un coup franc de la main dans sa surface (73e). C’était sans compter sur Manuel Neuer. Le gardien de la Mannschaft a repoussé la tentative de Polanski sur son poteau (74e). Le réveil de l'ogre bavarois n'était plus qu'une question de temps. Passé tout près de la correctionnelle, le Bayern a trouvé les ressources, en infériorité numérique pour faire la différence. Servi par Douglas Costa, auteur d’un match plein, Robert Lewandowski a scellé le sort du match (1-2, 90e). Un succès dans la douleur mais qui permet aux Munichois de rester leaders.

Lire l'article complet sur Eurosport.fr :Réduit à 10, le Bayern Munich arrache la victoire à Hoffenheim

Orlando Bloom et Ian McKellen mis à l'honneur à Deauville
Le 41e Festival du cinéma américain rendra hommage aux deux comédiens britanniques, acteurs emblématiques de la saga du Seigneur des anneaux.

Une 41e édition sous le signe de l’heroic fantasy? Le Festival de Deauville, qui aura lieu du 4 au 13 septembre, rendra hommage à Orlando Bloom et Ian McKellen en leur présence. Les deux héros mythiques du Seigneur des anneaux rejoindront Keanu Reeves, qui sera aussi présent sur la Côte fleurie.

Ian McKellen s'est fait connaître du monde entier pour ses rôles dans la saga X-Men, en tant que Magneto, et en incarnant Gandalf dans la trilogie de J.R.R. Tolkien. Tout au long de sa carrière, il s'est aussi bien illustré sur les planches de théâtre, avec des productions classiques ou modernes, que sur les plateaux de cinéma. À l'occasion du festival, il présentera en avant-première Mr. Holmes. Dans ce film, il interprète un Sherlock Holmes vieillissant qui doit mener l'une des enquêtes les plus importantes de sa vie.

Orlando Bloom est aussi un acteur emblématique des adaptations cinématographiques du Seigneur des anneaux et de Pirates des Caraïbes. Il vient d'ailleurs de confirmer sa participer au cinquième volet de la série de Disney.

Le Festival du cinéma américain sera aussi l'occasion d'un hommage à Terrence Malick et de la présentation de son long-métrage, Knight of Cups. Everest avec Jake Gyllenhaal et Keira Knightley ouvrira la manifestation normande.



Retrouvez cet article sur Figaro.fr

Everest ouvrira le festival du cinéma américain de Deauville 
Le cinéma, nouveau remède anti-déprime 
À Deauville, Carter Smith parle d'homosexualité, d'amour et de tolérance 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro
Deauville 2015 : le Festival rend hommage à Gandalf et Legolas !

Gandalf et Legolas débarquent à Deauville ! Ian McKellen et Orlando Bloom recevront les hommages de la profession lors du 41e Festival du cinéma américain, qui se tiendra du 4 au 13 septembre. 

On aurait pu tout aussi bien dire “Un X-Men et un Pirate (échappé des Caraïbes) débarquent à Deauville”. Car si les deux comédiens britanniques ont définitivement conquis le coeur des fans avec leurs prestations respectives dans la saga du Seigneur des anneaux de Peter Jackson, ils sont également les héros de deux autres sagas à succès : X-Men, dans laquelle Ian Mckellen campe le trouble Magneto et Pirates des Caraïbes, où Orlando Bloom s'est battu à trois reprises aux côtés de Jack Sparrow. D'ailleurs, c'est officiel depuis hier, l'acteur retrouvera bien son personnage de Will Turner dans le 5e volet

A noter que dans le cadre de cet hommage, le Festival dévoilera en avant-première Mr. Holmes de Bill Condon, dans lequel McKellen se glisse dans le costume d'un Sherlock Holmes, âgé de 93 ans ! 

US Open (H) Paire élimine Nishikori
Benoît Paire s'est qualifié lundi pour le deuxième tour de l'US Open en éliminant Kei Nishikori, tête de série n°4 et finaliste du tournoi l'année passée. Le Français, qui a sauvé deux balles de match dans le tie-break de la quatrième manche, s'est finalement imposé en cinq sets (6-4, 3-6, 4-6, 7-6[6], 6-4).C'est sur un ace, son 21e de la partie, que Benoît Paire (41e) a définitivement assomé Kei Nishikori, finaliste de l'US Open en 2014. Une demi-heure plus tôt, le Français était pourtant en position fort indélicate, contraint d'effacer deux balles de match dans le tie-break de la quatrième manche.
Le film du matchD'abord relâché, explosif et entreprenant au filet (9/13), il a remporté le premier set, avant d'afficher davantage de fébrilité et de céder les deux suivants. Maladroit (67 fautes directes, contre 36 pour le Japonais) et incapable de convertir ses balles de break lors de la troisième manche (0/2, 2/8 au total), il a montré quelques signes d'agacement, finalement sans conséquence. Plus agressif que son adversaire, en témoignent ses 46 montées au filet et ses 64 coups gagnants, le 41e joueur mondial a également affiché une réelle solidité au service.

Au prochain tour, Paire affrontera Marsel Ilhan (84e), qui a profité de l'abandon de Radek Stepanek plus tôt dans la journée. Le natif d'Avignon n'a jamais franchi le deuxième tour de l'US Open.
Ça passe pour Tsonga, Paire et Chardy

par Matthieu Le Crom (iDalgo)
Pas de souci pour Jo-Wilfried Tsonga au premier tour de l'US Open. Le Manceau a très facilement battu Jarkko Nieminen en trois sets secs (6-3, 6-1, 6-1)? Jérémy Chardy, de son côté, a du s'employer un peu plus pour venir a bout de l'invité Ryann Shane (1041e), concédant le 3e set (6-2, 6-1, 6-7, 6-2). L'exploit du jour est à mettre au crédit de Benoît Paire. Le Français, 41e mondial, a éliminé le Japonais Kei Nishikori, tête de série n°4 et finaliste l'année dernière ! Le natif d'Avignon a du batailler ferme et notamment sauver deux balles de match dans le tie-break du 4e set. Il s'en sort finalement au bout des cinq manches (6-4, 3-6, 4-6, 7-6, 6-4) et affrontera Marsel Ilhan au second tour.

US Open: Paire foudroie Nishikori
Benoît Paire a fait sensation lors de la première journée de l'US Open lundi en battant Kei Nishikori, 4e mondial et finaliste malheureux de l'édition 2014 du tournoi new-yorkais.
C'est assez rare pour le souligner: Paire, l'Avignonnais toujours très disert, a eu du mal à trouver ses mots au moment de revenir sur sa victoire en cinq sets 6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (8/6), 6-4 contre l'un des prétendants au titre.
“Je ne veux pas m'arrêter là, je veux aller encore plus haut, je ne sais pas comment on peut dire en anglais”, a-t-il expliqué en appuyant ses mots d'un geste théâtral.
Le 41e mondial, vainqueur en juillet à Bastad (Suède) de son premier titre, revient pourtant de loin.
Contre Nishikori, il a dû repousser deux balles de match dans le 4e set.
Et depuis son arrivée début août aux Etats-Unis, rien ne fonctionnait même s'il avait accroché le N.1 mondial Novak Djokovic au 2e tour du Masters 1000 de Cincinnati.
“Ma dernière semaine d'entraînement était même pourrie, c'était compliqué, je n'avais pas de bonnes sensations sur mes frappes”, a-t-il avoué sans détours.
Mais depuis sa blessure au genou gauche qui a pourri son année 2014 et brisé son ascension, Paire, l'écorché vif en proie au doute permanent, a changé.
- ‘Un nouveau Benoît’ -
“J'ai progressé dans ma tête, j'ai pu m'appuyer sur une très bonne première balle, cela donne confiance. J'ai eu de la réussite, car les deux balles de match (au 4e set, NDLR), je ne les sauve pas, c'est lui qui me les donne, mais j'ai tenu bon dans ma tête”, a-t-il souligné.
“C'est un nouveau Benoît au niveau des efforts au quotidien, je suis plus calme aussi. C'est un peu une deuxième carrière qui commence, je veux aller en deuxième semaine en Grand Chelem”, a-t-il espéré.
Au prochain tour, il sera opposé au Turc Marsel Ihlan, 84e mondial: “Il va falloir bonifier cette victoire, c'est peut-être un match plus dur que le premier”, a-t-il prévenu.
La première journée a souri globalement aux Français.
Jo-Wilfried Tsonga n'a pas fait de sentiments face au Finlandais Jarkko Nieminen (6-3, 6-1, 6-1), qui disputait là son dernier match avant de prendre sa retraite.
“Ce match ne me rassure pas spécialement. Je suis sur la lancée de ce que je fais ces derniers temps. Je joue bien au tennis”, a souligné “JWT” qui sera opposé au prochain tour à l'Espagnol Marc Granollers.
Jérémy Chardy, demi-finaliste du Masters 1000 de Montréal, a pris le meilleur sur l'Américain Ryan Shane (USA) 6-2, 6-1, 6-7 (6/8), 6-2.
- Champ libre pour Williams -
En revanche, Lucas Pouille a mordu la poussière face au Russe Evgeny Donskoy, issu des qualifications 6-2, 6-7 (3/7), 6-2, 6-4.
Les Françaises ont également brillé puisque Kristina Mladenovic a disposé de Svetlana Kuznetsova (6-3, 7-5) et affrontera Bojana Jovanovski au prochain tour.
Océane Dodin, bénéficiaire d'une invitation, a surpris bon nombre d'observateurs face à Jelena Jankovic, vainqueur de l'US Open en 2004.
Elle s'est imposée 2-6, 7-5, 6-3 et signé son premère victoire en Grand Chelem. Elle rencontrera au deuxième tour la Colombienne Mariana Duque-Marino.
Après le forfait de Maria Sharapova, la voie semble grande ouverte pour Serena Williams avec les défaites de Karolina Pliskova et Ana Ivanovic.
L'Américaine, intouchable N.1 mondiale, peut devenir, en cas de victoire à Flushing Meadows, la quatrième joueuse de l'histoire à avoir remporté les quatre tournois majeurs la même année, la première depuis l'Allemande Steffi Graf en 1988.
Pliskova, tête de série N.8, a subi la loi de l'Américaine Anna Tatishvili (6-2, 6-1) et Ana Ivanovic, tête de série N.7 s'est inclinée face à la revenante Dominika Cibulkova (6-3, 3-6, 6-3).
La Tchèque Denisa Allertova a de son côté battu l'Espagnole Carla Suárez, tête de série N.10 6-1, 7-6 (7/5).
Après seulement une journée de compétition, il n'y a déjà plus de joueuses du top 10 dans la moitié de tableau de Williams.
US.Open: Tsonga passe à l'aise, Paire sort Nishikori

Jo-Wilfried Tsonga, tête de série N.19, est passé sans trop de problème lundi au 1er tour de l'US.Open en dominant le Finlandais Jarko Nieminen 6-3, 6-1, 6-1. Le Français a maîtrisé son sujet en ne laissant pas trop de jus dans cette rencontre au cours de laquelle il n'a commis que le minimum de fautes. Mais la grosse surprise côté français est venue de Benoît Paire, qui a sorti le Japonais Kei Nishikori, finaliste du tournoi en 2014, et tête de série N.4, en cinq sets 6-4, 3-6, 4-6, 7-6, 6-4.

Paire a sauvé deux balles de match dans le tie-break de la quatrième manche avant de s'offrir le tête de série N°4 et finaliste sortant au terme de cinq manches. Nishikori, battu par le Croate Marin Cilic l'année dernière, avait pourtant disposé de Paire lors de leurs deux dernières rencontres. Mais Paire, 41e mondial au classement ATP, qui n'a jamais fait mieux qu'un
2e tour à Flushing Meadows (en 2010, 2012 et 2014), a trouvé les ressources pour battre le Japonais.

La réaction de Benoît Paire

“C'est une belle victoire, sans  doute la plus importante de ma carrière contre l'un des finalistes ici à  Flushing en 2014. Mais je ne veux pas m'arrêter là… Quand j'ai vu le tirage  au sort, je me suis dit que cela allait être difficile. Il a atteint la finale  l'an dernier ici, je me suis dit qu'il fallait que je prenne du plaisir et que  je m'amuse. J'ai commencé le match en  étant offensif, je me suis senti en confiance, Kei était peut-être un peu  nerveux, puisqu'il avait beaucoup de points à défendre. A deux sets à un pour  lui, ce n'était pas facile pour moi, je ne me sentais pas bien physiquement, il  faut être honnête, j'ai eu pas mal de chance, car il a eu deux balles de match, je ne les ai pas sauvés, c'est lui qui me les a offerts, il était nerveux. Je  savais que je pouvais le battre, ce n'est pas comme si je jouais contre Roger  Federer, le jeu de Kei me convient, je sais que je peux le (…)

Lire la suite sur francetv sport
Djokovic, Dimitrov et Goffin rallient le 2e tour
WTA US Open - 1er tour : Les beaux coups de Mladenovic et Dodin
Ana Ivanovic chute d'entrée
Nishikori s'incline d'entrée à Flushing Meadows

NEW YORK, États-Unis - Le Japonais Kei Nishikori, finaliste des Internationaux des États-Unis l'an dernier, s'est incliné d'entrée à New York, baissant pavillon face au Français Benoît Paire, lundi, par le pointage de 6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (6), 6-4.

Quatrième tête de série, Nishikori s'était retiré du tournoi de Cincinnati il y a deux semaines en raison d'une blessure à la hanche. Même s'il avait dit samedi qu'il était en bonne santé, Nishikori a semblé incommodé par une blessure en fin de match face à Paire, classé 41e au monde.

Paire a sauvé deux balles de match lors du bris d'égalité en quatrième manche, avant de signer une première victoire en carrière contre un membre du top-5 mondial

L'an dernier à Flushing Meadows, Nishikori était devenu le premier homme originaire d'Asie à participer à une finale en Grand Chelem. Il avait perdu contre Marin Cilic.

Pour sa part, l'Américain Mardy Fish a repoussé sa retraite d'au moins quelques jours en gagnant 6-7 (5), 6-3, 6-1, 6-3 face à l'Italien Marco Cecchinato.

Fish est un ancien membre du top-10 mondial qui a annoncé qu'il prendrait sa retraite après son parcours aux Internationaux des États-Unis.

Il a été ennuyé par des problèmes d'anxiété au cours des années et il n'avait pas joué à New York depuis 2012, quand il avait déclaré forfait avant un match de quatrième tour face à Roger Federer en raison d'une crise de panique.

Il avait demandé de jouer son match face à Cecchinato sur le court Grandstand, le troisième plus gros à Flushing Meadows, là où les partisans sont près de l'action et sont bruyants.

Âgé de 33 ans, Fish a été ralenti par des crampes dans un duel de près de trois heures, mais il a mis fin au match avec un as.

VIDEOS. Tennis. US Open : Paire crée l'exploit face à Nishikori

Benoît Paire, 41e mondial, a réalisé une grande performance ce lundi au 1er tour de l'US Open en sortant le Japonais Kei Nishikori, n°4 et finaliste l'an passé. Le Français a sauvé deux balles de match avant de s'imposer 6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (8/6), 6-4.


Benoît Paire a signé le plus bel exploit de sa carrière lundi à Flushing Meadows. L'Avignonnais de 26 ans, 41e joueur mondial, a éliminé au 1er tour de l'US Open le Japonais Kei Nishikori, n°4 et finaliste l'an dernier à New York. Le Français a sauvé deux balles de match dans le tie-break de la quatrième manche avant de s'imposer 6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (8/6), 6-4 en 3h14.

Face à un adversaire qu'il n'avait jamais battu (deux défaites), Paire a prouvé qu'il était en grande forme. Cet été, il a remporté son premier titre sur le circuit à Bastad (Suède). La confiance accumulée ces dernières semaines lui a permis de garder son calme face à Nishikori. Mené deux manches à une et 6-4 dans le tie-break, l'élève de Lionel Zimbler est revenu à hauteur sans trembler, grâce notamment à un excellent service (21 aces au total).

Ciel bleu sur New York

Dans le set décisif, le Français a breaké le Japonais à 2-2. Il est ensuite parvenu à garder sa mise en jeu pour s'offrir sa plus belle victoire en Grand Chelem sur un dernier ace. Au prochain tour, il aura une très belle carte à jouer face au Turc Marsel Ilhan, 84e mondial. «J'ai sauvé deux balles de match, je suis très chanceux. Battre Nishikori ici à l'US Open, je ne l'aurais jamais imaginé», s'est félicité Paire juste après son exploit.

«Quand on se bat, quand on ne lâche pas et qu'on ne dit rien, c'est bien, a-t-il ajouté au micro d'Eurosport. Je suis plus calme, je suis plus serein. Les personnes autour de moi m'aident et m'encouragent.» 

VIDEO. Les meilleurs moments du match Paire - Nishikori

Fichier sélectionné dans Sport

VIDEO. Quand Paire lâche sa raquette au service, il vaut mieux se (…) Lire la suite sur LeParisien.fr

Tennis : Sharapova forfait à l'US Open
Tennis : pour sa première finale, Herbert s'incline à Winston Salem
Tennis : Kyrgios menacé d'une amende et d'une suspension de 28 jours
VIDEO. Tennis : Federer stoppe Djokovic en finale à Cincinnati
VIDEOS. Tennis : McEnroe, 56 ans, pense qu'il battrait Serena Williams
Eysseric délivre Saint-Étienne

AS Saint-Étienne 2 - 1 SC Bastia

Buts : Perrin (20e) et Eysseric (62e) pour l'ASSE // Danic (41e) pour le Sporting

La quatrième minute de jeu n'est pas encore atteinte. Sur la pelouse, Fabien Lemoine est au sol, hurlant de douleur, sa cheville droite entre les mains. À quelques centimètres de lui, Alexander Djiku se relève doucement, une légère grimace déformant son visage. Sans doute un moyen d'apitoyer l'arbitre, avant que ce dernier ne décide de la sanction à infliger. En vain, puisque c'est bien un carton rouge que M. Gautier brandit à la face du défenseur bastiais. Une réaction disproportionnée. Car si le joueur corse s'est laissé emporter dans son élan, sa semelle allant bien caresser la cheville du milieu de terrain stéphanois, un carton jaune aurait largement suffi à l'aube d'un match où s'il ne s'était encore rien passé. Surtout, cela aurait permis d'assister à une rencontre équitable, car à dix contre onze pendant près de 70 minutes avant la nouvelle expulsion de… Kamano, les vaillants Bastiais ont forcément fini par craquer sur la pelouse de Geoffroy-Guichard.

M. Gautier, ce Lucky Luke du carton rouge


Il ne s'est encore rien passé dans cette rencontre quand M. Gautier décide donc de renvoyer Alexander Djiku au vestiaire pour un excès d'engagement. Une décision très sévère qui, déjà, condamne les Bastiais à l'exploit. Les Verts, eux, ne se font pas prier et mettent immédiatement leur supériorité numérique à profit en se jetant à l'assaut des cages bastiaises. Les offensives stéphanoises s'enchaînent et les Corses finissent par céder après vingt minutes de jeu, sur un dégagement foiré par Julian Palmieri à la suite d'un corner forézien, Loïc Perrin surgit au second poteau pour ouvrir le score. Menés au score et en infériorité numérique, les Bastiais ne baissent pas les bras pour autant et tentent crânement leur chance. Une attitude courageuse qui finit par être récompensée à la 41e (…) Lire la suite sur sofoot.com
Saint-Etienne s'impose face à Bastia, réduit à neuf

par Quentin Migliarini (iDalgo)
Les Verts se sont défaits, non sans mal, de Bastia (2-1) dans un match comptant pour la quatrième journée de Ligue 1, ce dimanche à Geoffroy-Guichard. Rapidement réduite à 10 après l'expulsion de Djiku (4e), pour une semelle sur Fabien Lemoine, la formation corse a subi pendant la première période. L'ouverture du score stéphanoise intervient sur un corner mal dégagé par Julian Palmieri, et repris victorieusement par Loïc Perrin du pied droit (20e). Les Bastiais ne se désunissent pas pour autant et reviennent au score juste avant la pause, grâce à Gaël Danic (41e). Les joueurs de Ghislain Printant tentent tant bien que mal de conserver le match nul, mais Saint Etienne trouve la faille à l'heure de jeu par l'intermédiaire de Valentin Esseyric. Nullement attaqué à l'entrée de la surface, le milieu stéphanois décoche une superbe frappe croisée pour tromper Jesper Hansen (62e). L'expulsion de Kamano (Bastia) est anecdotique, Saint Etienne enchaine sur une troisième victoire consécutive toutes compétitions confondues. Trois jours après s'être qualifié pour la Ligue Europa en disposant de Milsami (1-0).

US Open: le Français Benoît Paire bat le Japonais Kei Nishikori au 1er tour

Le Français Benoît Paire a éliminé le Japonais Kei Nishikori (6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (8/6), 6-4) lundi lors du premier tour de l'US Open à New York.
Paire a sauvé deux balles de match dans le tie-break de la quatrième manche avant de s'offrir le tête de série N°4 et finaliste sortant au terme de cinq manches.
Nishikori, battu par le Croate Marin Cilic l'année dernière, avait pourtant disposé de Paire lors de leurs deux dernières rencontres.
Mais Paire, 41e mondial au classement ATP, qui n'a jamais fait mieux qu'un 2e tour à Flushing Meadows (en 2010, 2012 et 2014), a trouvé les ressources pour battre le Japonais.
Il affrontera le Turc Marsel Ilhan lors du prochain match.
Résultats de la 1e journée du tournoi ATP de New York, disputée lundi:

Simple messieurs (1er tour):
Andreas Seppi (ITA/N.25) bat Tommy Paul (USA) 6-4, 6-0, 7-5
David Goffin (BEL/N.14) bat Simone Bolelli (ITA) 6-4, 6-1, 6-2
Mardy Fish (USA) bat Marco Cecchinato (ITA) 6-7 (5/7), 6-3, 6-1, 6-3
Feliciano López (ESP/N.18) bat Nikoloz Basilashvili (GEO) 7-6 (7/5), 6-1, 6-3
Benoît Paire (FRA) bat Kei Nishikori (JPN/N.4) 6-4, 3-6, 4-6, 7-6 (8/6), 6-4
Marsel Ilhan (TUR) bat Radek Stepanek (CZE) 6-0, 2-6, 6-4, 3-2 (abandon)
Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.19) bat Jarkko Nieminen (FIN) 6-3, 6-1, 6-1
Marcel Granollers (ESP) bat Lukas Lacko (SVK) 6-2, 6-3, 6-1
Mikhail Kukushkin (KAZ) bat Yen-Hsun Lu (TPE) 6-3, 6-3, 3-0 (abandon)
Grigor Dimitrov (BUL/N.17) bat Matthew Ebden (AUS) 6-4, 6-2, 6-4

Saint-Etienne-Bastia : les Verts font tomber les Corses 2-1

L'AS Saint-Etienne s'est imposé 2-1 sur sa pelouse face à Bastia lors de cette 4e journée de Ligue 1. Les Verts ont profité des évènements d'une rencontre que les Corses ont terminé à neuf suite à l'expulsion précoce dès la 4e minute d'Alexander Djiku, puis celle de François Kamano à un quart d'heure de la fin. Les Verts ont d'abord ouvert le score par l'intermédiaire de leur capitaine Loïc Perrin (20e minute), puis Valentin Eysseric (62e) leur a offert les trois points d'une frappe lointaine. Entre temps, Gaël Danic avait égalisé (41e).

La qualification européenne a peut-être fait du bien aux Verts. Les hommes de Christophe Galtier après un début de saison poussif (une victoire, un nul, une défaite) ont signé un deuxième succès en s'imposant sur leur pelouse face à Bastia. Avant ce déplacement dans le Forez, les Corses étaient invaincus, mais les choses ont mal tourné trop vite pour eux. Réduit à 10 dès la 4e minute après l'expulsion de Djiku pour une semelle appuyée, Bastia a cédé à la 20e minute devant Perrin. En égalisant avant la pause par Gaël Danic (41e), les Corses ont cru pouvoir tenir le nul, mais l'éclair de Valentin Eysseric (62e) puis l'expulsion de Kamano pour une charge sur Stéphane Ruffier, qui a laissé ses coéquipiers à neuf, ont rendu la tâche trop dure. Avec ce succès, Saint-Etienne revient à la hauteur de son adversaire du jour (7 points).

11 - Depuis 2012/13, Loïc Perrin est le défenseur le plus prolifique de Ligue 1 (11 buts). Capitaine.

— OptaJean (@OptaJean) 30 Août 2015

Dans leur Chaudron, les Verts ont enchaîné un troisième succès de rang, le deuxième en Ligue 1, avec au milieu, un succès en barrage pour l'Europa League. Le défenseur central et capitaine Loïc Perrin a donné l'avantage à son équipe en reprenant un corner, peu évident, qu'il avait obtenu après un premier tir sur la barre de Romain Hamouma (21). Le meneur de jeu Valentin Eysseric, prêté par Nice le 17 août et (…)

Lire la suite sur francetv sport
Galtier : “je comprends les sifflets du public”
OL, ASM, OM, Girondins, ASSE : en L1, la chasse à l’Europe est ouverte
Saint-Etienne-Bastia (2-1), résumé de match

Après sa qualification pour la phase de groupes de la Ligue Europa, revenait aux affaires courantes en Ligue 1. Victorieux de Lorient la journée précédente, les hommes de Christophe Galtier devaient enchaîner pour revenir dans le haut du tableau après un début de saison mitigé. L'opération a bien débuté, puisqu'en supériorité numérique depuis la 4e minute et l'expulsion de Djiku, Loïc Perrin, le défenseur le plus prolifique du championnat de France, a ouvert le score dès la 20e minute de jeu, bien heureux de récupérer un ballon mal dégagé de la défense bastiaise suite à un corner (1-0, 20e). 

Peu créatifs, les Stéphanois ont mal géré leur avantage en concédant l'égalisation de Gaël Danic, lui aussi à la réception d'un ballon mal renvoyé par Lemoine et Théophile Catherine (1-1, 41e). Au retour des vestiaires, les Verts ont naturellement conservé le ballon, sans toutefois se créer une multitude d'occasions. Peu après l'heure de jeu, c'est Valentin Eysseric, rentré en cours de jeu, qui a libéré le Chaudron d'un ebelle frappe à l'entrée de la surface de réparation, trop croisée pour Hansen (2-1, 62). 

Mais alors que les débats étaient équilibrés, les Corses ont de nouveau pris un carton rouge pour un geste mal maîtrisée de Kamano dans le buste de Ruffier. Finalement, après une prestation pas à la hauteur des attentes du public, Saint-Etienne a tout de même pris 3 points importants après leur sortie européenne. concède de son côté la première défaite de sa saison et reste donc à la 7e place du championat avec autant de points que son adversaire du jour. 


Retrouvez cet article sur Goal.com
Tous les transferts OFFICIELS du mercato estival 2015 !
Mercato, Lemina très proche de la Juventus
OFFICIEL - Coman prêté au Bayern Munich
OM, vers un départ de Nkoulou ?
OFFICIEL - Markovic prêté à Fenerbahçe
Téléchargez les applications mobiles Goal.com (iphone, Android, Nokia, Windows)
Bastia voit rouge, Saint-Etienne en profite
Très rapidement en supériorité numérique, Saint-Etienne a livré une prestation très moyenne ce dimanche mais s'est tout de même imposé contre Bastia (2-1). Les Corses ont même terminé à 9 !

Saint-Etienne-Bastia 2-1 Saint-Etienne : Perrin (20e), Eysseric (63e) Bastia : Danic (41e)

La semaine a été copieuse, compliquée mais finalement belle pour l’AS Saint-Etienne. Vainqueurs sur le synthétique de Lorient (0-1) il y a une semaine et qualifiés pour la phase de groupes de la Ligue Europa après sa victoire jeudi contre les Moldaves de Milsami (1-0) , les Verts ont aligné une troisième victoire d’affilée ce dimanche face à une formation bastiaise invaincue en championnat au coup d’envoi (2-1). En dépit de leur supériorité numérique précoce suite à l’exclusion directe de Djiku (3e), les Foréziens ont dû s’employer pour décrocher leur premier succès à domicile de la saison en L1. L’ASSE pensait avoir un boulevard devant elle après l’ouverture du score de Perrin qui profitait d’un raté de Palmieri sur corner pour catapulter le ballon au fond des filets (1-0, 21e). Mais ce fut le contraire. Trop relâchées et pas assez concentrées, les ouailles de Christophe Galtier se faisaient d’abord rappeler à l’ordre sur une grosse occasion de Cahuzac (36e) puis sanctionner par Danic. L’ancien Rennais profitait d’un dégagement gag de Lemoine sur Théophile-Catherine pour égaliser (1-1, 41e).

Eysseric débloque la situation Vaillants, solidaires et généreux dans l’effort sous (…) Lire la suite sur sport24.com

Classement Ligue 1

La 4e journée en images

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

Terry Pratchett: Son dernier roman vient de sortir en Grande-Bretagne

LITTERATURE - L'écrivain britannique de fantasy est décédé en mars dernier… Le dernier roman de Terry Pratchett, l'auteur britannique de la saga de fantasy burlesque «Les Annales du Disque-Monde», décédé en mars, est en vente depuis jeudi au Royaume-Uni et dans les pays du Commonwealth. L'écriture de The Shepherd’s Crown, 41e et dernier épisode de la saga «Les Annales du Disque-Monde», a été achevée l'été dernier avant que Terry Pratchett ne soit affecté par les derniers stades d'une forme rare de la maladie d'Alzheimer, l'APC (atrophie corticale postérieure), qui lui a été fatale. Sortie française pour le second semestre 2016 «Ce n'est pas seulement un superbe livre de l'univers Disque-Monde, c'est extraordinaire. Dans ce 41e roman du Disque-Monde, maintenant son dernier, Pratchett met magnifiquement en ordre sa maison», estime Kat Brown, la critique littéraire du Daily Telegraph. La sortie française de ce roman est prévue pour «le second semestre 2016», a précisé à l'AFP les Editions L'Atalante qui ont publié l'essentiel de son oeuvre en France. La sortie américaine est prévue mardi. Les versions britanniques et américaines du dernier roman de Terry Pratchett. - dr Un ton irrévérencieux Terry Pratchett a vendu au total près de 85 millions de livres dans le monde. Les «Annales du Disque-Monde» sont une série de fantasy où l'action se déroule sur un monde en forme de disque, soutenu par quatre éléphants, et qui voyage sans fin à travers le cosmos. Visant un public de jeunes adultes, les Annales se distinguent par leur ton irrévérencieux et sont empreints de références parodiques à la culture classique, à la mythologie mais aussi à la musique rock. En faveur de l'euthanasie Terry Pratchett avait été désigné en 2006 deuxième meilleur écrivain britannique vivant, derrière J.K. Rowling, qui a imaginé le personnage d'Harry Potter, par les lecteurs du magazine littéraire Book. Ces (…) Lire la suite sur 20minutes.fr

Zep: « Titeuf n'a plus le choix, il doit évoluer!»
«The Witcher 3» : Plus de 6 millions d’exemplaires vendus dans le monde
David Guetta revient aux sources en mixant au Queen
ABBA: Le piano sur lequel le groupe a joué ses tubes est vendu aux enchères
Téléchargez gratuitement l'application Android 20 Minutes

Rugby - Amical La France s'offre la revanche

Grâce à une bonne entame puis à un essai de Yoann Huget en seconde période, le XV de France s'est imposé face à l'Angleterre (25-20), samedi au Stade de France, même s'il a souffert jusqu'au bout dans ce match de préparation à la Coupe du monde.On attendait beaucoup de ce match de préparation contre les Anglais au Stade de France, ne serait-ce que pour savoir si les Tricolores étaient au point, physiquement et tactiquement, ainsi que l’avait promis le sélectionneur Philippe Saint-André. La réponse est oui. Du moins pendant soixante-dix minutes. Virant devant à la mi-temps (15-6) grâce aux pieds de Spedding et Michalak, plus que propres dans les conquêtes, en particulier en mêlée, les coéquipiers du capitaine Papé avaient commencé par faire plier le pack anglais à l’impact, ce qui était le meilleur début. Dominée devant, l’Angleterre n’a pu lancer son jeu qu’à quatre reprises (38e, 41e, 72e, 78e): c’est tout mais suffisant pour inscrire deux essais, soit un de plus de les Français. C’est parfois simple, le rugby et ça commence souvent devant.

Heureusement, le jeu bleu ne s’est pas arrêté au défi frontal. Profitant des percussions des poids lourds Picamoles et Bastareaud, Michalak - parfait animateur et premier défenseur - avait ouvert l’espace d’une passe intérieure pour Yoann Huget, bien caché derrière lui. Cadrage-débordement, raffut et accélération: l’ailier toulousain filait entre les poteaux inscrire le premier et seul essai français de ce match tant attendu, propulsant la France (46e, 22-6) loin devant. Installé au score, le XV de France semblait maîtriser puissamment ce Crunch en proposant tout l’arsenal pour faner la Rose. A l’heure de jeu, commençait la valse des remplaçants et la réponse anglaise.

Vexés, les hommes de Robshaw ne voulaient pas quitter Paris sans sauver l’honneur et inscrivaient deux essais en cinq minutes: ballon porté puis longue passe pour Cipriani (72e, 25-13) qui plongeait dans l’en-but, puis débordement de Joseph (77e, 25-20) en coin. En poussant très fort trois minutes au-delà du temps réglementaire, les Anglais, que l’on pensait brisés, firent trembler les Tricolores, plantés à une portée d’essai transformé. Il fallut un énorme tampon d'Huget, l'un des meilleurs Tricolores, pour endiguer la marée blanche près de l'en-but français.A la 17e minute de ce match, l’ouvreur tricolore Frédéric Michalak est devenu le meilleur réalisateur français de tous les temps, en battant le précédent record détenu depuis 2001 par Titou Lamaison (380 points). A l’issue de la partie, le Toulonnais (remplacé à la 70e) totalisait 394 points. Devant Lamaison, donc, Yachvili (373) et Thierry Lacroix (367).Certes, il y a le septième essai d’Huget en bleu, le nouveau record de Michalak mais c’est surtout la mêlée française qui a été le socle de ce succès. Rablé, costaud, diffile à bouger, le pilier droit du Stade Français, Rabah Slimani, a fait souffrir la mêlée blanche. Avec ses compères de la première ligne, Ben Arous et Guirado, et l’attelage de bœufs Maestri-Papé, Slimani a pesé, empêchant les avants anglais de briller dans le grand champ pendant plus d’une heure.

Festival de Deauville 2015 - Le programme dévoilé

Menu copieux pour les cinéphiles. Le programme de la 41e édition a été entièrement dévoilé lundi. On savait déjà qu'«Everest» ferait l'ouverture et «Sicario» la clôture, que le festival rendrait hommage à de nombreuses personnalités du septième art, que Robert Pattinson viendrait sur les planches avec «Life» d'Anton Corbjin - il recevra avec la belle Elizabeth Olsen le prix Nouvel Hollywood célébrant les espoirs du cinéma américain - et enfin que Benoît Jacquot présiderait le jury de la compétition. La compétition, parlons-en, comme chaque année, les organisateurs ont sélectionné le meilleur du cinéma indépendant américain. Quatorze films tenteront de succéder à «Whiplash» de Damien Chazelle. Parmi les titres retenus, quelques belles découvertes du dernier Festival de Cannes comme «Dope» et «Les Chansons que mes frères m'ont apprises».

La compétition

«99 Homes», Ramin Bahrani
«Babysitter», Morgan Krantz
«Cop Car», Jon Watts
«Day Ouf of Days», Zoe R. Cassavetes
«Dixieland», Hank Bedford
«Dope», Rick Famuyiwa
«Emelie», Michael Thelin
«Green Room», Jeremy Saulnier
«I Smile Back», Adam Salky
«James White», Josh Mond
«Krisha», Trey Edward Shults
«Les Chansons que mes frères m'ont apprises», Chloe Zhao
«Madame Bovary», Sophie Barthes
«Tangerine», Sean Baker

Les avants-premières

De nombreuses avant-premières sont bien sûr au programme. Parmi les films les plus attendus, citons «Agents très spéciaux: Code UNCLE» de Guy Ritchie, «Knight of Cups» de Terrence Malick et deux films du dément Eli Roth («Knock, Knock» et «The Green Inferno»). 

«Agents très spéciaux: Code UNCLE», Guy Ritchie
«Crazy Amy», Judd Apatow
«Danny Collins», Dan Fogelman
«Experimenter», Michael Almereyda
«Jamais entre amis», Leslye Headland
«Knight of Cups», Terrence Malick
«Knock Knock», Eli Roth
«Le Prodige», Edward Zwick
«Life», Anton Corbijn
«Mr Holmes», Bill Condon
«October Gale», Ruba Nadda
«Ruth & Alex», Richard Loncraine
«The Green Inferno», Eli Roth

Le programme est complété par une sélection de (…)

Lire la suite sur Paris Match

Pluie d'hommages au Festival de Deauville
Trouville, la revanche d’une discrète
Deauville rend hommage aux maîtres du cinéma
Liga et Real, fâchés avec les buts

L'équipe du week-end : Celta Vigo

Ennuyeux, pour ne pas dire chiants, ses débuts de Liga ont étonné malgré eux. Le Celta Vigo et son projet alléchant ont, au moins, relevé le niveau. Avec un trio offensif composé du revenant Iago Aspas, de la valeur sûre Nolito et du lilliputien Orellana, les Galiciens se posent en premiers leaders du championnat espagnol. Un leadership qu'ils doivent avant tout à l'expulsion de Simão qui, d'un vilain tacle, rejoint les vestiaires dès la cinquième minute de jeu. Forte de sa supériorité numérique, l'escouade d'Eduardo Berizzo attend pourtant la 41e avant d'ouvrir le score. Une ouverture du score qui doit beaucoup à la chance : bien plus tôt, Levante se voit refuser un but sans la moindre raison. Rejoints au score, les Celtiñas trouvent tout de même les ressources pour arracher la victoire par Iago Aspas. En espérant une intégration rapide de Guidetti, ce Celta a tout pour étonner.

L'homme du week-end : Cuellar (Sporting Gijón)

Anonyme il y a de ça deux jours, le portier du Sporting Gijón s'est offert une nuit de folie. Pour sa huitième sortie en Liga, Ivan Cuellar, 31 ans et formé à l'Atlético de Madrid, a sorti le grand jeu face à l'autre Madrid. D'abord bien aidé par une défense agressive, il n'a été que peu mis à l'épreuve lors du premier acte. La mi-temps passée, la donne change. Agacé, le Real pilonne sa surface et envoie, principalement par l'intermédiaire de Cristiano Ronaldo, pas moins de huit frappes cadrées. À chaque fois, le gardien asturien détourne, bloque ou claque le cuir. Son chef-d'œuvre attend les cinq dernières minutes et une nouvelle tentative du dernier Pichichi de la Liga : d'une main ferme, il évite la lucarne merengue et offre au promu son premier point de la saison. Un point au mérite.

Vous avez raté Betis Séville - Villarreal et vous n'auriez pas dû

Pour cette première, la chienlit s'est taillée la part du lion dans bon nombre (…) Lire la suite sur sofoot.com