1ers

Apparemment ce qui se fait sur tumblr en ce moment, c’est le selfie. Du coup voilà ma tête en mode “bon ba…” (ça se voit pas, mais là je hausse les épaules) (parce que j’aime bien prendre des poses quand je fais des selfies, mais on comprend jamais donc je devrais arrêter)

J’ai été tagué par @thesunwillshine-again et maintenant je taaaag @je-suis-une-fangirl, @laviedunepatateetduncorset, @donttrustinkarma et @lys-c-rambles

Salut petits rats de bibiliothèque en tout genre !

Prêts à être époustouflés par un nouveau numéro qui envoie du lourd ?! On est vraiment fières de nos petits éviers pour la qualité remarquable de leur travail, vous vous êtes donnés.
Malgré le froid accablant sur notre douce France, la douce arrivée des fêtes, feux de cheminées et cochonneries sucrées en tout genre, le travail est loin d’être terminé ! Nous avons été très heureuses de rencontrer pas mal de fanzineux entre le dernier numéro et celui-ci, ce fut fort sympatique ! Bisous les gens du Sud :)

Comme d'hab, le prochain thème et la nouvelle contrainte sont annoncés à la fin mais pour les fainéants, on vous le répète ici : il s'agit de ATELIER et le format doit être HORIZONTAL. On se revoit le 1er Janvier pour le rendu (ou avant sur The New Sink Fanzine Wave 

Vous pouvez constater par vous-même les affirmations plus haut ici:

https://issuu.com/sink-fanzi…/docs/sink_fanzine___num__ro_13

ou là : http://sink-fanzine.tumblr.com/numero13

Jeudi 1er décembre


Je n’hésite jamais lorsque T. me propose de venir faire cours avec lui. Parce qu’avoir le privilège de voir un collègue et ami bosser est toujours riche d’enseignements.

Bon. Le seul souci est que nos emplois du temps ne me permettent jamais que d’aller le voir lorsqu’il a cours avec ses 3èmes A(pocalypse), la seule classe capable de me faire pleurer de joie à l’idée de retrouver les 3èmes Dalek.  

J’entre donc en salle 229 pour découvrir T. aux prises avec A. qui menace d’embrocher son voisin de derrière avec une paire de ciseaux à bouts ronds (qui devraient définitivement être classés parmi les armes lourdes, aux mains d’un gamin expérimenté), tandis que M. et K. observent avec une intensité inquiétante le cours d’EPS qui se déroule sous les fenêtres, refusant de croiser ne serait-ce que mon regard, jusqu’à ce que T. leur rappelle d’un ton docte mais sec qu’elles seraient bien aviser de se comporter comme des élèves si elles ne veulent pas terminer l’heure en vie scolaire.

Nous abordons l’argumentation, au moyen d’une carte mentale que nous avons bricolée  (ma question “tout le monde sait bien ce qu’est une carte mentale ?” est accueillie par un silence térébrant. J’en conclue sagement qu’ils approuvent, et non pas que le mot “carte” a pu poser un problème de vocabulaire). Je passe donc les premières minutes du cours à inviter les élèves par des regards, des chuchotements et quelques coups de coude bien sentis à inviter les chiards à écouter les explications de T. J’ai la nette impression de m’être assis sur une gigantesque marmite dont je maintiens le couvercle par le seul pouvoir de mon auguste fessier. (”Technique de la fesse d’acier”, la prochaine technique dans Dragon Ball Super). Hormis le fait qu’un élève s’offusque que je lui demande de se rasseoir alors qu’il s’est juste levé pour aller chouraver la règle de sa camarade en l’insultant avant de réduire ladite règle en morceaux infinitésimaux, 

L’étape suivante est autrement plus compliquée. Il s’agit de mettre les élèves en activité. Pas fou, T. a prévu trois sujets :

“L’écriture de soi permet-elle de porter un autre regard sur ce qui nous est arrivé ?” (niveau : Vous êtes en troisième, vous POUVEZ le faire).

“Pensez-vous que l’école soit un lieu d’épanouissement des élèves ?” (niveau : Mais bon, on sait que vous avez besoin d’un peu d’incitation).

“Pour ou contre la télé ?” (niveau : You hou ? Y a quelqu’un ?)

Bien entendu, tout le monde ou presque travaille avec un enthousiasme relatif sur le dernier sujet. Malgré tout, et après l’exclusion d’un élève ayant plusieurs fois bramé “espèce de pédé” à une camarade, tout le monde s’y met. Nous voguons de table en table pour expliquer la différence entre une idée et un argument, un argument et un exemple. Et parfois, il y a un regard surpris de la part d’un 3ème A(pocalypse) : “En fait y a tout ça dans une idée ?” Et je pense à une phrase de Monsieur Vivi : “Nous les profs, on essaye de faire de la place dans les élèves pour laisser rentrer la lumière.”

8

Jaspe Saphir Mfumu’Eto (a.k.a Papa  Mfumu'eto 1er) was born in Matadi in Bas-Congo in 1963, but lives in Kinshasa. His earlier works in 1990 focused on cartoons, which were popular in Kinshasa, before moving on to painting. His cartoons imaged popular folklore, such as the story of the supernatural and mystical Nguma a meli mwasi na kati ya Kinshasa (A boa that swallowed a woman). Mfumu’Eto’s (meaning our chief in Kikongo) paintings also speak of the supernatural and mystical, but also of everyday life in Congolese society. His work is also considered an anthropological survey of Congolese life, history and culture. (Read More) Click for captions with title and date. See more works here.

3

PerEcu/EcuPer week ♥~
Day One~ I’m 2 days late, sorry OTL…

Peru and Ecuador often do different types of drills together: in case of natural disasters (earthquakes, tsunamis, El niño, etc), militar accidents, fires, inundations, etc, in order to test their reaction as team and cooperate among eachother in case of disaster.

I decided to make the theme reffering to their last drill which was last month, as to prevent the “El Niño”. (Videito educativo: [Link])

(And their cute hats: [Link] were the reason I made this topic lol, they’re related to the drill of said phenomenom which they had last year~)