यम

L'anorexie, cette salope d'anorexie reprend trop le dessus, me mettant dans des états d'angoisses ingérables, entraînant crises de larmes et pulsions de scarifications, et j'ai peur putain, j'ai tellement peur de ne pas réussir à la vaincre, à l'enculer ; c'est un combat au quotidien, bien trop difficile.

(…)

kiuntisss  asked:

Oh oh oh moi j’ai vu qu’on pouvait poser des questions du coup.......: 3 4 5 14 16 20 21 36 48 Voilà :3

Ahah, merci ! 

3. Ton chiffre porte bonheur ? 
Huit.

4. Ta couleur préférée ? Le bleu des l’océan. Celui du ciel aussi. En fait, je trouve les couleurs de la nature magnifique.

5. Les langues que tu rêverais de parler ? 
Anglais, russe, coréen, japonais, espagnol, chinois et norvégien.

14. Ton animal préféré ? La hyène, d’autant plus qu’elle est assez mal aimée de par sa réputation. Et aussi la libellule parce que la poésie de cet insecte, c’est fou. 

16. T’aimes les lumières ? Beaucoup trop. Elles me fascinent, surtout quand elles sont en mouvement.

20. T’aimes écrire des lettres ? Beaucoup, j’en écris plein, à moi, aux autres, à des gens qui n’existent pas, à des inconnus. Évidemment, je ne les poste pas toutes. 

21. Comment est-ce que tu définirais l’art ? Transformer l’imagination, les émotions et les sensations en quelque chose de palpable. 

36. Qui sommes-nous dans les univers parallèles ? Une pomme de terre. 

48. Qui es-tu ? Une enfant pleine d’amour.

Bisous ! Bonne journée c: 

kiuntisss  asked:

Quand tu as commencé à sortir/avoir des sentiments pour une fille, avais tu déjà entendu parler de l’homosexualité? Si non, cela t’avait t’il posé problème et avais tu l’impression d’avoir quelque chose d’anormal?

Mh’ j'en avais déjà entendu parlé. Après j'avais très très très peu d’“exemple” dans mon entourage. La seule personne que je connaissais à l'époque du collège qui l'était s'était fait harcelée pendant deux ans à cause de son coming out…
Alors je crois que j'avais un peu freiné mes désirs ou mes attirances à ce moment là. Puis au lycée j'ai assumé très rapidement, je détestais devoir me cacher ou quoi. J'crois qu'au bout d'un mois de relation avec une fille je l'avais annoncé à ma Maman, à qui ça n'a posé aucun soucis.

anonymous asked:

C'est vraiment possible d'oublier sa cup dans son vagin ? Ca se sent vraiment si peu que ca ? Parce que vu la taille du truc je me disais que ca devait etre inconfortable.

Il y a des cups plus ou moins petites que tu peux adapter en fonction de la place que tu as mais surtout en fonction de ton flux, les fluides corporels n’étant pas absorbés par la cup, en général ça glisse plutôt bien et le vagin est relativement élastique ce qui permet d’y faire passer un doigt, un zizi voire un poing ou un bébé -chacun.e ses kifs- d’autant que le col à tendance à remonter au fil des heures, la gêne ressentie parfois au moment de la mise en place s’estompe et il est au courant de l’oublier durant la journée, maintenant il est assez rare de l’oublier plusieurs jours parce que :

1- À un moment le sang risque de déborder
2- Ça peut fatiguer tes muscles pelviens de la porter vraiment trop longtemps
3- Même si il est possible d’aller aux toilettes sans la retirer ça gêne quand même un peu….

Ma cup à mon caca, vue d’artiste :

Você de lá e eu de cá, olhando o mesmo céu. Que distância cruel!
—  Matheus e Kauan.
3

TAROT ILLUSTRÉ - SINK FANZINE

Bonjour !
On vous avait rapidement parlé de notre Tarot Illustré ! Et bien ça y est, il l'est entièrement (illustré). On bosse actuellement sur l'impression, et pour savoir combien on en imprime, on doit savoir combien vous en voulez ! Vous trouvez en dessous un document avec des visuels, des explications, et des questions à répondre, pour nous aiguiller !

Cliquez –> /ICI/ <– pour le formulaire

Le Tarot Illustré est un projet du SINK Fanzine: 78 cartes de tarot, dessinées par 29 illustrateurs différents. Le jeu se joue, se divine, comporte 22 atouts, les 52 cartes classiques ainsi que les cavaliers. Il sera livré avec un beau packaging, et vous pourrez le retrouver aux soirées de lancement de novembre du SINK Fanzine, à Arles et à Paris !
On vous embrasse bien fort,
Le SINK Fanzine ♥

——————————————–
English:

ILLUSTRATED TAROT DECK

Hello !
You might have heard about our illustrated Tarot Deck, and finally, it’s completely done! We are currently working on printing and in order to print the right amount we need to know how many of them you want! You’ll find a document below filled with visuels, explanations, questions that you should answer and all that stuff if you want to help us out!

Click –> /HERE/ <– for the document

The illustrated Tarot Deck is an upcoming project created by the SINK Fanzine, you can play with it, of course, or use it as a divination tool. It’s composed of 78 cards; the usual 52 cards, 4 horsemen and the additional 22 trumps. It will be delivered with a nice packaging and you’ll be able to purchase it at our launch party in November, in Arles and Paris (France).
In the meantime, take care,
XOXO,
SINK Fanzine Staff

Je T’aime, Mon Cher Eddie

For @time-for-tozier who came up with this idea, I hope you like it!!

Eddie watched as the clock’s minute hand moved towards the number 12, making a ticking noise as it wet round. He was so fixated that he jumped when the bell rang, the cue for people around him to pack up and leave the room.

He slammed his yellow note book shut and shoved it, and his pencil, into his backpack, before running out of the classroom to meet up with the other losers.

He sprinted down the hallways, bumping into several people and nearly tripping twice, before he reached the door. He swung the door open and walked to the bike rack around the side of the school.

“Hey Eddie,” Ben called to him as he walked over.

“Hey guys,” Eddie took in the positions of his friends. Mike was sat on the ground, fiddling with his bike, it kept breaking. Ben was sat on a bench about a meter away from the bike rack, a book resting open on his lap. Beverly was sitting on her bike seat, hands already gripping the handlebars as if she was in a hurry to go. Bill and Stan were stood next to each other, however, Eddie noticed, much too close to be considered normal. And Richie, well, he was being his usual self. He was hung upside down on one the metal bannister of a nearby stair case, dark hair brushing the ground.

“Eds! You finally arrived!” Richie near shouted bouncing his way back over to the group. “Can we go now?”

The losers collectively rolled their eyes and grabbed their bikes, climbing on and cycling towards the woods.

Their was a field there that they had claimed as their new hangout. It was completely secluded and surrounded by trees. In the spring, the ground was covered in daisies, Richie loved it, and prided himself on making “the best daisy chains in Derry”. In the Summer and Autumn, the grass was green and soft. And in the Winter, the Loser’s decided to just hand out at each other’s houses instead, with the careful avoidance of the Tozier, Marsh and Kaspbrak residences.

They were all laying on the grass. Beverly had her head resting on Ben’s lap as he sat cross legged playing with her hair. Stan and Bill were laying shoulder to shoulder, Mike was spread out like a starfish, and Richie was resting his head on Eddie’s stomach.

They were peaceful.

“Richie, I couldn’t help but to notice that you were in my French class this morning.” Bev spoke up, breaking the silence.

She knew there had to be a reason behind his sudden appearance in the class. She knew that she took it so that one day, when she was old enough, she could move to France and never look back. She knew that Stan’s parents wanted him to focus more on his religion. She knew that Ben was already fluent in the language and didn’t need to take a class. She knew that Bill found it too hard because of his stutter. She knew that Mike and Eddie simply didn’t want to take the subject, seeing no reason for it.

So what was Richie’s reason?

“You take French?” Eddie chuckled, sitting up. “Since when?”

“Well, obviously since this morning dipshit. I already know how to say some stuff. Such as,” Richie cleared his throat. “Ta mère aime ça dans le cul.”

Bev’s head shot up. “Beep Beep Richie.”

“W-what did he say?” Bill asked.

“Do you really want me to tell you?” Bev whined. The rest of the group, bar Richie and Ben, nodded. She sighed. “He said “your mother likes it up the ass.”

Groans of “Richie”, and “really?” We passed around as Richie smirked.

“Hey Rich? Do you know anything that’s not rude?” Eddie asked.

“Umm yeah,” Richie replied. “Eddie, tu as de beaux yeux.” (You have beautiful eyes)

“What does that mean?”

“Ahh, my dear Eddie Spaghetti, that is a secret.”

“Don’t call me that. Bev? Can you tell me what he said?” Eddie asked Beverly, who was staring at Richie with a strange look on her face. She stared for a few more moments before turning to Eddie.

“Sorry Eddie, I don’t know what he said.”

————

The next morning Richie bounced into school with too much energy for 7am on a Tuesday.

“Good morning, mes petits choux.” He smiled, leaning his chin on Eddie’s head.

“Richie, if I may ask, why did you just call us ‘your little cabbages’?” Ben questioned.

“I did it because I felt like it.” Just then the bell rang for class.

“Um, Richie? Can I talk you you for a sec? In private?” Beverly asked. Richie nodded, he loved the girl like family, they both dealt with similar issues in their home lives. “Do you like Eddie? You know, as in like him?”

Richie blushed. “No, where did you get that idea?”

“You’re always hugging him, you never stop staring at him, and yesterday you told him, in French, that he had beautiful eyes.”

“You said you didn’t understand what I said!”

“Well I lied, I guessed that you didn’t really want me to tell him, otherwise you would have simply said it in English.” She sighed. “Richie, what’s the real reason you started taking French class? You know I’m not going to judge you.”

Richie sighed. “I’ve been dealing with so much at home and then I come to school and he,” Richie leant back against the wall. “He makes me feel safe, and, I dunno, loved I guess? I just wanted a way to tell him how I feel and explain what’s happening at home. But it was way too painful to say it all in English, so I thought it’d be easier to tell him in another language.”

“Oh, Richie.” Beverly wrapped him in a hug. “That’s so sweet.” Richie gave her a half smile, and they began walking to their first class, which happened to be French.

———-

Eddie was just dozing off when he hears the taps at his window. At first he was scared that it was a leper, or a murderer, but he was assured it wasn’t when someone spoke up from behind the glass and curtains.

“Eddie? You awake?” Eddie pushed he covers off and got out of bed, he walked over to the window and opened the curtains.

The person at his window was Richie.

“C-can I come in?” Eddie could see the tears making their way steadily down Richie’s cheeks. He pushed the window open as quietly as he could and Richie clambered in.

“Rich, are you okay? What happened?” Instead of the answer Eddie knew he wasn’t going to get, Richie clutched him in a hug, openly sobbing.

Eddie guided Richie over to his bed and lates him down so that Richie’s head was resting above his heart. He never got answers, but he knew how to calm his best friend down. He liked listening to Eddie’s heartbeat, to confirm he wasn’t alone, and he like it when Eddie ran his fingers through his hair.

That’s exactly what Eddie was doing when Richie stopped crying and mumbled something.

“I’m sorry? I didn’t catch that.”

“Je t'aime. S’il te plaît, ne me quitte jamais.” (I love you. Please never leave me.)

Richie fell asleep soon after that, Eddie had no idea what the sleeping boy had said to him.

Over the next few months, Richie refused to stop talking in French whilst around Eddie. Beverly noticed he would constantly be blushing whenever Richie spoke the foreign words, in a thick accent. All of the Losers agreed that it was The only good impression Richie Tozier had ever done. During these months, Bev had to put up with Richie’s constant pining for Eddie.

She would always catch him calling Eddie a ‘magnifique petit tournesol’ (gorgeous little sunflower) or telling Eddie that he ‘avait l'air si mignon dans ce pull’ (looked so cute in that sweater’. He even said ‘Mon Amour.’ (My love) a few times

She was fed up of it. She knew without a doubt that Eddie had the same feelings towards Richie. So, during their 5th period geography class, Bev gave Richie a stern talking to.

“You need to tell him.”

“What?”

“Eddie! You need to tell him how you feel! I’m like 99% sure he reciprocates your feelings.”

“Yes Bev, but what about the 1% hmm?” Beverly rolled her eyes, they spent the rest of the lesson in silence.

A few weeks passed and Richie and Eddie found themselves alone at Loser’s Meadow, as the gang had dubbed it, watching the sun set.

“Eddie, I’m about to ramble in French and you just need to listen, you don’t need to understand.”

Eddie furrowed his brow. “Oh, okay.” He secretly loved it when Richie spoke French, however, he’d never admit it.

“Vous ne comprenez pas un mot que je dis en ce moment, et honnêtement? Je pense que c'est une bonne chose.

(You don’t understand a word im saying right now, and honestly? I think thats a good thing.)

J'avais besoin d'un moyen de pouvoir te dire ce que je ressens sans que tu me détestes.

(I needed a way to be able to tell you how i feel without you hating me.)

Parce que je sais que tu ne m'aimes pas en retour. Qui pourrait m'aimer de retour? Je suis un morceau de merde sans valeur.

(Because I know you don’t love me back. Who could love me back? I’m a worthless piece of shit.)

Vous voyez, vous n'avez absolument aucune idée de ce que je dis. En ce moment, tes joues sont d'un rouge vif avec combien tu rougis, et ton sourire n'a jamais été aussi beau.

(See, you have absolutely no idea what I’m saying. Right now, your cheeks are bright red with how much you’re blushing, and your smile has never been more beautiful.)

Tant que je continue à sourire et à parler, ce regard restera sur votre visage. Je ne veux jamais que tu arrêtes de sourire.

(As long as I keep smiling and talking, that look will stay on your face. I never want you to stop smiling.)

Ok, maintenant pour la vraie merde.

(Okay, now for the real shit.)

Eddie Kaspbrak, je t'aime depuis que nous avons neuf ans. Vous avez toujours été mon refuge, pour les nuits où il n'est pas sûr de rentrer à la maison, ou j'en ai fini avec le monde.

(Eddie Kaspbrak, I have loved you since we were 9 years old. You have always been my safe haven, for nights when it isn’t safe to go home, or I’m just done with the world.)

Vous êtes la seule personne à qui je fais confiance. Sauf ça. C'est la seule chose que vous ne saurez jamais, parce que je sais que vous ne ressentirez jamais la même chose.

(You are the one person I trust everything to. Except this. This is the one thing that you’ll never know, because I know you’ll never feel the same.)

Je t'aime Eddie Kaspbrak, je t'aime.

(I love you Eddie Kaspbrak, I love you.)”

Eddie giggled. “What the hell did you just say?”

“Oh, um, just a very detailed description of your mom’s vagina. I can retell it in English if you’d like?”

“Beep beep Richie.” Eddie said whilst laughing, as Richie sat admiring him, a wistful expression on his face.

A few days later saw Richie climbing into Eddie’s window at 3am with a bust lip and a black eye and tears streaming down his cheeks.

Without having to ask, Eddie pulled him into his bed and wrapped his arms around the crying boy. Richie wouldn’t stop muttering something in French until he fell asleep.

“Je t'aime.” Eddie made himself a promise that he’d look those words up as soon as the library was open tomorrow.

As soon as Richie left the next morning, Eddie pulled on a Red sweatshirt, one of Richie’s that he’d left behind years ago, and some shorts. He ran out of the house, making sure to kiss his mother goodbye before he left, and raced to the library.

He walked in and asked the receptionist to point him towards the ‘languages’ section.

He grabbed himself the first French dictionary he could find and flipped straight to the ‘T’ chapter, he already knew that ‘Je’ mean ‘I’.

Eddie gasped when he read the meaning. He dropped the book, causing a loud thud, and ran straight for the exit. He clambered back onto his bike and sped down the streets. He knew where Richie would be. The out of use highway bridge. He would always go there on a Saturday to smoke, listen to The Smiths and get away from his Parents.

Eddie threw his bike down as soon as he arrived, taking a puff from his asthma inhaler. “Richie?” He called out.

“Eddie?” He looked up to see Richie sat on the bridge’s ledge, feet swinging backwards and forwards. Eddie began to run up the hill towards the dark haired boy, whilst said boy stumbled down towards him. They met halfway.

“Eds, what are you doing here? Aren’t you supposed to be babysitting your mother or something.”

“Je t'aime aussi.” Eddie stated, not even bothering to tell Richie off for calling him Eds.

“What?” Richie looked unsure of what he’d just heard.

“Je t’aime aussi.” Eddie took a breath. “I love you too.”

Richie wasted no time in pulling Eddie in by his waist, connecting their lips. Eddie fisted his hands in the collar of Richie’s shirt. They pulled away a few moments later, in need of air, and rested their foreheads together.

This felt right. This felt like home.

Tu sais, je te mentirai si je te disais que t’oublier a été facile. Ça a été plus difficile que ce que je laisse paraître. J’ai du me forcer à ne plus penser à toi. Bien sur, c’est le contraire qui s’est produit. Comment ne plus penser à quelqu’un alors que ça fait bien longtemps que c’est devenu quotidien ? Il n’y avait que ton prénom qui résonnait dans mes oreilles, seulement ton image, ton visage qui apparaissait dans mes yeux, et juste tes mots qui battaient dans mon cœur. J’étais mal. Peu de personnes peuvent comprendre cela. Il faut avoir su aimer, plus que soi, plus que les autres, pour pouvoir savoir ce que ça fait de se détacher de quelqu’un. 

Je te mentirai si je te disais que lorsque je me repasse tous nos souvenirs, cela ne me fait plus rien. C’est faux, faux. Mes yeux brillent. Comme je regrette le passé ! Ces moments, ces sourires complices, ces petits regards qui me faisait tellement d’effet. Ces frôlements qui me chamboulaient. Ces paroles magiques. Je regrette tout ça. Surtout d’être tomber amoureuse. Une belle connerie. Une saloperie de connerie. J’ai été trop dépendante. Pourtant, je savais les risques. Ne pas s’attacher autant. Oui, oui, plus facile à dire qu’à faire. Je n’ai rien choisis. Ça m’est tombé dessus. Sans crier gare, j’avais des chaînes autour du cœur. Prisonnière de l’espoir.

Je te mentirai lorsque tu me demanderas si ça va. Toujours. Même maintenant. Ça ne va pas. Tu m’as brisé. Tu m’as entaillé. Je n’ai jamais voulu ça. Tu auras beau dire que tu ne voulais pas me faire du mal, c’est exactement ce que tu as réussi à faire. Ce n’est pas ta faute. Non. On ne choisit pas d’être un con. Mais un bourreau de cœur, si. Tu n’avais pas qu’à me dire tous ces mots, ces trois mots. Oh, comme je te mentirai si je te disais que je ne pense plus à toi ! Quoique je dise, quoique je fasse, il n’y a pas un seul jour, où je ne songe pas à toi. Tu n’es pas le centre du monde. Non, seulement à mes yeux, tu es devenu mon centre d’intérêt. 

Je te mentirai si je te disais que ça ne me fais rien quand tu es dans ses bras, à elle. Quand tu l’embrasses. Tu sais ce que ça me fait ? Ça me brise. Ça me fait verser des larmes. Souvent. Trop souvent. Elle est belle. Tu mérites une fille comme ça. Il n’y a pas de concurrence possible puisque je me retire. Je n’ai jamais été quelqu’un pour toi. Juste la fille qui était assez attachante pour qu’on y fasse attention quelque temps. Je ne t’en veux pas. Je n’ai pas de raisons pour. J’aurai aimé, certes. Te détester aurait été plus facile que ce que je ressens actuellement.

Tu as bien compris, je te mentirai si je te disais que j’ai réussi à t’oublier. La preuve, je t’aime encore. Alors, j’enchaînerai les mauvais jours si il le faut, mais j’ai besoin de ressentir quelle que chose, et la seule solution possible est de me retenir à ce semblant d’amour que tu as laissé derrière toi. Je me mentirai encore et encore.

Finaliste: @Journal intime de carpe diem

não importa Zé. não importa quantas pessoas te amam ou quantas pessoas você ama. no final do dia quando você coloca a cabeça no travesseiro só tem você e você. você tem que se ajudar, você tem que se amar, você tem que se recompor, você tem que ser você. é você que tem que carregar o peso de existir e às vezes pesa demais e você não aguenta. você se entrega ao peso, à escuridão e à dor que é sobreviver. e só você pode te tirar do abismo que você mesmo se jogou. só você pode se salvar. e ás vezes simplesmente não dá.

J'ai essayé tu sais, de m'attacher aux gens, de les aimer, de leurs accorder ma confiance, mais pour que ça fonctionne, faudrait peut être que j'en ai quelque chose à foutre. Tu vois, il est la le problème, depuis qu’t'es parti, j'attends plus rien de personne, je me fais pas d'idée, j'me prends plus la tête avec qui que ce soit. J'ai laissé tout le monde partir, je me suis pas battue. Genre, j'ai tellement tout donné avec toi que depuis ce jour, j'ai juste baisser les bras. Et pas seulement qu'avec toi, avec tout le monde. Notre relation, ce que je ressentais, les heures passées à penser à toi ; tout ça m'a usée. C'est fatiguant d'aimer les gens. J'crois que j'ai tellement eu de mal a supporter les déceptions que j'ai simplement tout fait pour ne plus jamais être déçue. Et les gens, leurs actions, leurs paroles, ça déçoit. Alors… C'est pas comme si je les avais envoyé chier. J'ai juste retenu personne, et j'ai vainement tenté de continuer ma vie. J'ai arrêté les prises de tête, j'ai arrêté de chercher des réponses, j'ai aussi arrêté de me poser des questions. J'ai juste… arrêté d'en avoir quelque chose à foutre, tu vois? (silence) Y'a beaucoup de gens qui sont partis, depuis deux ans. Au final j'me dis que c'est peut être pas plus mal comme ça, que ça m'a permis de faire le tri, de finalement arrêter les relations qui me détruisaient plus qu'autre chose. Peut-être aussi que j'ai été le genre de fille qui supportait rien, qui se sentait blessée par que dalle, et qui s'est trouvé des excuses pour prendre la fuite ; au final, ça revenait au même : j'finissais par m'en foutre et partir. Et en 2 ans, t'en rencontres plein d'autres, des gens. Encore une fois, peut être pas que des bonnes personnes ; tu te doutes bien que mon attirance pour les connards et les connasses reste encore aujourd'hui quelque chose que je contrôle pas.. (rires discret). Mais bref, j'ai essayé tu sais, de m'attacher à ces gens biens, parce qu'y'en a quand même. J'ai essayé de les aimer, de leurs accorder ma confiance, de leurs montrer de l'intérêt. J'ai essayé, sauf que j'me suis rendue compte que j'en avais plus rien à foutre de qui que ce soit ; vraiment plus rien, depuis trop longtemps et que.. ça changeait pas. C'est comme si je savais pas faire autrement, les gens sortent juste de ma tête, je sais pas comment les faire rester, j'suis pas attentive à ce qu'ils me racontent, j'arrive pas à m'intéresser à leur vie, j'ai pas envie de savoir c'qu'ils ressentent pour moi et moi j'arrive pas à ressentir quoi que ce soit pour eux. Alors j'pense pas que ce soit parce que c'que je ressens pour toi prend trop de place et que j'ai plus rien à recevoir et offrir aux autres. Franchement, j'pense pas que ce soit ça. (silence) C'est comme si… j'sais pas.. j'étais vide. J'ai eu pour habitude de tout laisser couler, de donner de l'importance a personne, qu'aujourd'hui j'suis incapable de faire autre chose que ça. J'sais plus comment on fait. Pour interagir, parler, échanger ; j'sais plus comment on fait pour se laisser aller tu sais, j'aimerai qu'il se passe un truc, j'aimerai ressentir un truc au fond de moi ; et j'te parle pas d'être amoureuse, j'te parle juste de se sentir un minimum concernée, mais genre de le sentir au fond de soi un peu, dans ton coeur et dans ta tête. J'crois qu'inconsciemment, j'suis terrifiée à l'idée que les gens me blessent. Terrifiée qu'on me mente, qu'on se foute de ma gueule a nouveau, qu'on m'emmène tout en haut d'un grate ciel pour m'envoyer 6 pieds sous terre juste après. J'ai peur, j'panique à cette idée d'être de nouveau malheureuse, de nouveau triste, de nouveau fatiguée. J'ai essayé tu sais. J'arrive toujours pas à m'dire que les déceptions font parties d'une vie au même titre que le bonheur qui arrive toujours par surprise. J'arrive pas à me foutre dans la tête que le meilleur reste à venir et que j'peux ressentir pleins de trucs cools aussi. Parfois j'me demande même si j'ai pas peur de ressentir ces trucs cools, justement parce que ça fait tellement longtemps que c'est pas arrivé, et que j'sais même plus comment on gère les émotions quand tout va bien et que le bonheur éclate de tous les côtés. J'sais pas… J'suis perdue, j'sais même pas pourquoi j’t'écris, ça faisait longtemps et tu me manquais aujourd'hui. Beaucoup de choses ont changé, t'avais dit que j'irai mieux, mais pour tout te dire j'suis pas sûre que ce soit le cas. Cependant, j'y travaille. J'y mets un peu du mien, comme j'te l'ai dit j'essaye et si j'y arrive pas maintenant, peut être que j'y arriverai demain, et si j'y arrive pas, ben… on attendra le jour d'après.
—  jemetais

On se forge une carapace et on finit par croire qu’elle nous rend solide. On arrête de pleurer.  On ment en disant que tout va bien, si bien qu'on finit par y croire, tout en continuant à se détruire, à se tordre de douleur. On rit de notre propre corps, on rit du vide que nous sommes devenus. On rit de se savoir capable du pire.

Guy de Maupassant, Yvette (1884)

— Tu es amoureux.

— Non. Elle me trouble, me séduit et m'inquiète, m'attire et m'effraye. Je me méfie d'elle comme d'un piège, et j'ai envie d'elle comme on a envie d'un sorbet quand on a soif. Je subis son charme et je ne l'approche qu'avec l'appréhension qu'on aurait d'un homme soupçonné d'être un adroit voleur. Près d'elle j'éprouve un entraînement irraisonné vers sa candeur possible et une méfiance très raisonnable contre sa rouerie non moins probable. Je me sens en contact avec un être anormal, en dehors des règles naturelles, exquis ou détestable. Je ne sais pas.

— Je te dis que tu es amoureux. Tu parles d'elle avec une emphase de poète et un lyrisme de troubadour. Allons, descends en toi, tâte ton cœur et avoue.

— C'est possible, après tout. Dans tous les cas, elle me préoccupe beaucoup. Oui, je suis peut-être amoureux. J'y songe trop. Je pense à elle en m'endormant et aussi en me réveillant… c'est assez grave. Son image me suit, me poursuit, m'accompagne sans cesse, toujours devant moi, autour de moi, en moi. Est-ce de l'amour, cette obsession physique ? Sa figure est entrée si profondément dans mon regard que je la vois sitôt que je ferme les yeux. J'ai un battement de cœur chaque fois que je l’aperçois, je ne le nie point. Donc je l’aime, mais drôlement. Je la désire avec violence, et l'idée d'en faire ma femme me semblerait une folie, une stupidité, une monstruosité. J'ai un peu peur d'elle aussi, une peur d'oiseau sur qui plane un épervier. Et je suis jaloux d'elle encore, jaloux de tout ce que j'ignore dans ce cœur incompréhensible. Et je me demande toujours : « Est-ce une gamine charmante ou une abominable coquine ? » Elle dit des choses à faire frémir une armée ; mais les perroquets aussi. Elle est parfois imprudente ou impudique à me faire croire à sa candeur immaculée, et parfois naïve, d'une naïveté invraisemblable, à me faire douter qu'elle ait jamais été chaste. Elle me provoque, m’excite comme une courtisane et se garde en même temps comme une vierge. Elle paraît m’aimer et se moque de moi ; elle s’affiche en public comme si elle était ma maîtresse et me traite dans l'intimité comme si j'étais son frère ou son valet.

“ENIVREZ-VOUS
Il faut être toujours ivre. Tout est là : c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise.”

(Auteur : Baudelaire

Livre : “Petits Poèmes en prose”)

SEMI-AUXILIARIES in French

Semi-auxiliaries are verbs that are always followed by an infinitive. They have several uses:

They indicate the aspect of a verb:

The aspect of a verb indicates whether it is the beginning or end of an action, or whether it is in the middle of an action.

1. The beginning:

verbs: commencer à/de, se mettre à, être sur le point de

e.g. en entendant cette blague, tout le monde s’est mis à rire.

Upon hearing that joke, everyone started laughing.

J’étais sur le point de me coucher quand mon ami est arrivé.

I was about to go to bed when my boyfriend arrived.

2. During an Action:

verbs: être en train de, continuer à

Ne me dérange pas ! je suis en train de travailler !

Don’t bother me, I am working!

3. The End of an Action:

verbs: finir de, cesser de, arrêter de

e.g. J’ai fini de lire le journal

I finished reading the newspaper.

Au bout de trois jours, la pluie a enfin cessé de tomber.

After three days, the rain finally stopped.

 

They indicate the tense/time:

1. The future

aller + infinitive = le future proche (going to)

e.g. je vais sortir bientôt

I’m going to go out shortly

e.g. J’allais rentrer chez moi quand Laurent m’a appelé pour me raconter qu’il ne n’aimait plus.

I was about to go home when Laurent called me to say that he didn’t love me anymore.

2. The Past.

Venir de + infinitive = le passé recent/(having just done something)

e.g. Violetta vient de sortir

Violetta just left.

Violetta venait de sortir quand Ramón est arrivé.

Violetta had just left when Ramón arrived.

(aller and venir are also verbs of motion, not only semi-auxiliaries)

to be continued…

Mint Boy’s flower ◆ Part III

Requested by the lovely @thefuturewillbeprosperous

Part I ◆ Part II

Genre : Fluff/Smut/Dark/Angst/Mafia/Drugs

Paring : Yoongi x Reader

Summary : When a drug dealer meets the rarest flower.

Warning :

- Very graphic/violent content

- English is not my mother tongue so please forgive all my lacks of conjugation / spelling mistakes ♡

A/N : Thanks again to the sweet @thefuturewillbeprosperous​ for this amazing request. I had a lot of fun writing it & thanks to you, many other cuties came to read some of my other writings which is amazing. Merci infiniment, et j’espère qu’on continueras à apprendre à se connaitre. ♥

And thanks to all the cuties who loved this story. I hope you’ll stay with me for the next ones, and I hope you’ll like it even better !




The room is plunged in the dim light, the daylight barely coming through the blinds. It has been several days since Yoongi didn’t leave his room, refusing to see anyone. He doesn’t eat, empties his reserve of whiskey and saké, and has no more tears to shed. He’s in a lamentable state, alcoholic and drugged to forget, condemned to constantly see you appear in his mind, unable to think of anything else. The rare moments of lucidity are the most painful: all the mistakes, all the evil things that he has made resurface and haunts him. His inability to go back in time makes him mad. How could he be convinced that he could keep you away from this part of himself? His selfishness tortures him. But the fact that you’re deliberately out of his life is much worse. You should have given him the chance to explain, the chance to make you understand why he did so. He just wanted to protect you and he only hurt you.

Keep reading