फूल

Tu sais elle réfléchissait tout le temps. Je me souviens qu'elle faisait des nuits blanches à penser à tout et à rien, à se poser des questions existentielles, à parler de la mort, la vie… Elle avait un esprit torturé et tordu, personne ne la comprenait. Une fois elle m'a demandé ce que c'était l'amour, et le lendemain ce que c'était la mort. On aurait dit une petite fille qui ne connaissait pas le sens des mots. Sauf qu'elle c'était juste qu'elle s'était perdue, qu'elle avait répété ces mots en boucle dans sa tête jusqu'à ce qu'ils n'en aient plus aucun sens, jusqu'à se demander ce que c'était, dans le sens profond, pas le superficiel qu'on apprendrait à un enfant. Elle cherchait le sentiment qui se cachait derrière les mots, je crois que c'était ça. En fait je crois qu'elle cherchait un sens à la vie. C'est ce qu'il y avait de plus merveilleux chez elle, elle se questionnait constamment, son cerveau était une véritable usine à rêve et à questions, qui rouillait si elle ne les posait pas.
—  Alix.
In honour of Speak Your Language Day : 165 insults and other obscenities “à la française”

Abrutis
Analphabète
Andouille
Âne baté
Archéodendrite 
Arrière-faix de truie ladre !
Avorton
Baltringue
Barjot
Bécasse
Bélître
Blaireau
Bon sang (de bonsoir)
Bordel
Bougre d’âne / d’imbécile / de congre
Branleur
Branquignol / Branquignole
Brise-burnes
Butor
Canaille / Canaillou
Cancrelat
Casse-pieds / couilles / bonbons
Catin
Charogne
Cinglé
Clampin
Con / Conne  
Con comme un balai / un manche / une chaise / la lune / ses pieds…
Conchieur
Connard/ Connasse
Coquebert  ! 
Cornegidouille 
Couillon
Crasspouillard
Crétin (des Alpes)
Crevard 
Crevure
Croupion
Cuistre
Cul-terreux
Décérébré
Dépravé
Diantre
Don Juan de pissotière / en herbe / de pacotille
Ducon
Ecervelé
Ecornifleur
Ectoplasme (purulent)
Emmanché
Emmerdeur
Emplâtre
Enculé
Enculeur de mouches
Enflure
Enfoiré
Engeance débauchée
Face de pet / de rat
Faquin
Félon
Flagorneur 
Flute
Fourbe
Foutre Dieu
Fripouille
Fumier
Garce
Géménée de godinette
Géopyge 
Gibier de potence
Glandeur
Gourde
Gredin
Grigou
Grippeminaud 
Gueux
Guignol
Hérétique
Hurluberlu
Ironie de la création
Ivrogne
Je te conchie !
Jean-foutre
Jocrisse
Malandrin
Malapris
Malotru
Manant
Maquerelle
Maraud
Maroufle
Mauviette
Mécréant
Merdeux
Minable
Mince
Morbleu
Mordious
Mortecouille
Mouton de Panurge
Nodocéphale 
Nom de Dieu / d'un chien
Oiseau de mauvaise augure
Olibrius
Orchidoclaste
Ordure
Ostréipyge 
Palsambleu
Paltoquet
Panoufle
Parbleu
Peau de vache
Pendard 
Péquenaud
Pervers
Pétasse
Philistin
Pignouf
Pimbêche
Piqueniquedouille
Pleutre
Poivrot
Pouf
Poufiasse
Putain (de bordel de merde) !
Pute
Puterelle 
Raclure
Rastaquouère
Rat
Résidu de basse fosse !
Ribaude
Roi des cons
Roublard
Sac à vin / à foutre / à puce
Sacrebleu
Sagouin
Salaud
Sale trogne
Salopiaud
Saperlipopette
Scélérat
Schnok
Sinoque
Sous-merde
Suppôt de Satan 
Ta gueule !
Tartempion
Tartignole
Tas de fumier / de merde
Tocard
Tonnerre de Brest
Triple buse
Triste sire
Trou du cul / de balle
Troufion
Truand
Va nu pieds
Vaurien
Ventre saint-gris
Ventrebleu
Vermine
Vieille baderne / carne
Vieux fossile
Vipère
Zélateur


J’ai un jour de retard je sais, mais j’y ai pensé que ce matin après coup (en même temps c’est French Friday aujourd’hui …). J’ai ce fichier qui traîne dans mon bazar depuis un bout de temps déjà et ce n’est que maintenant que je me dis que c’est une occasion rêvée de le partager et d’en faire profiter tout le monde. Amis francophones de tous les horizons, vous avez naturellement la permission d’ajouter votre contribution à cette liste. 

I’m a day late I know, but it was an afterthought. I had this file somewhere for a while now. It was only this morning that I saw the opportunity to share it. Feel free to contribute to this list.

(◡‿◡✿)

Je crois que j'ai pleuré toute les larmes que je pouvais par rapport à cette histoire, à lui, à nous. Je pense que c'est fini maintenant. 
J'en ai passé des soirs à chialer, pour diverses raisons, au début je pensais que c'était de ma faute puis après j'ai compris que c'était de la sienne. Je m'en suis voulu, je lui en ai voulu. J'ai voulu y croire aussi, fort, très fort, en vain. Je me suis trompée, je suis tombée. 
Je pense avoir compris, j'ai fait des erreurs, certes, je regrette pas. Je me suis relevée, je m'en suis sortit.
Aujourd'hui c'est une page qui se tourne.

Je le savais.

Dès le début,

j'aurais dû me méfier
mettre ma ceinture

changer de direction

ou même faire demi-tour.

Mais j'suis trop débile,

j'avais envie d'aimer
envie de te donner mon coeur

et mon âme

par la même occasion.

J'avais envie de te parler,

à n'en plus dormir,
à rêver de toi chaque nuit,
à te voir partout,
à te désirer un peu trop.

Fichues envies,

fichu amour.

Je ne t'en veux pas,
j'crois que je m'en veux

à moi-même.

Enfin si,
je t'en veux un peu.

D'être parti comme ça,
comme un voleur,

avec mon bonheur.

Je t'en veux beaucoup,

d'me laisser là,

de m'ignorer de la sorte,

quand j'ai les larmes

au bord du cœur.

Je t'en veux énormément,
quand j'ai trop mal pour pouvoir parler,
quand j'ai trop peur de ne jamais t'oublier.

Parce que oui,

j'en suis certaine,

je ne t'oublierai jamais.

J'le sens au fond de moi,

dès que j'te vois.

C'est pas un amour passager,
pas un amour volatile,
ça non…

Puis j'sais même plus

ce que j'écris

où je vais

quelle heure il est

quel est mon nom,

j'suis trop occupée

à penser à toi,

à toi…

Me desculpa, mas eu vou ter que ser sincero com você, coisa que eu não tenho sido há muito tempo. Você me perdeu. Completamente. E eu não estou nem um pouquinho triste com isso, pra falar a verdade. Para mim foi mais como um alívio, como se alguém tivesse finalmente puxado uma farpa que vem me machucando demais, mas que eu nunca tive coragem de remover. Você me perdeu, e veja só, nem se deu conta disso. Você me perdeu e eu, graças à Deus, à Jah, à Buda, à todas as entidades do universo, consegui me achar. E tenho me achado muito bem, obrigado.
—  Azul Ciano.

J'repense trop à tout, à son sourire à la con quand il s'est barré et que j'l'ai suivi et que jlui ai dit “tu m'attends même pas ?” et qu'il m'a répondu “je savais très bien que t'étais là”
J'repense trop à sa voix toute douce que j'entendais même pas quand il était affalé sur mes genoux
J'repense à comment j'étais pire que bien dans ses bras alors qu'il puait l'alcool et le joint
J'repense à la fille que j'étais, et jme dis que finalement jveux redevenir cette fille
J'repense à son regard quand il a vu que je connaissais ses musiques par coeur
J'repense à quand jme suis barrée toute seule pour rejoindre ma pote qui était sortie, qu'il est direct parti me voir
J'me souviens que je savais plus comment rentrer, il m'a vu perdue comme une débile à quelques mètres et il m'a ouvert ses bras et putain de merde ses bras
J'repense à son ptit rire qui voulait dire “jvais finir par te taper” quand jlui ai écrasé sa clope et que jle faisais chier et que je faisais comme si je connaissais même pas son prénom
J'repense à comme jme sentais vivante quand il était à côté, comme jme sentais apaisée quand j'étais dans ses bras
Jme suis jamais sentie aussi apaisée
Et j'crois que je m'étais jamais sentie aussi bien

3

„Mus" à gauche
„Tang" à droite
Et à gauche, à droite

Un essuie-glace
Un paquet de Kool
Un badge
Avec inscrit dessus
Keep Cool

Serge Gainsbourg, „Ford Mustang” (1968)

Ford Mustang with 289 cid V-8 power plant mobilizing 225 adult ponies

Je vous en supplie, faite qu'il pense à moi comme moi je pense à lui. C'est-à dire à chaque seconde de ma putain de vie, que ce soit le jour comme la nuit. S'il vous plait, faite que je ne suis pas la seule à être dans cette merde qui deviens ma véritable torture.
— 

#JM

I beg you, made that he thinks of me as I think of him. It is to be said every second of my whore of life, that it is the day as the night. Please, made that I am not the only one to be in this shit which become my real torture.

#5 Mettre des mots sur les petits bouts de passé - Décembre 2013

J'ai fait la liste sur un papier que je cache dans mon bordel scolaire. Les vêtements que j'emmène, les papiers importants qui ne faut pas oublier. Les objets que je ne veux pas laisser. Les choses à faire avant de partir. Les livres à donner aux copines… 

J'ai 18 ans et demi.
Mes parents (ma mère et mon beau-père) ne se doutent de rien. Dans quelques jours, je fugue.
J'ai rencontré une fille sur internet, Pauline, elle a accepté de m'aider à fuire ce lycée de merde, et ces parents oppressants qui ne comprennent pas vraiment mes crises d'angoisse, les problèmes que j'ai pour me construire etc… Ils ne m'écoutent pas. Ils ne m'entendent même pas. Mais pour me dire que je vais finir caissière à Carrefour parce que je vais pas avoir mon bac, ça, y'a du monde. 
Je sèche la plupart de mes cours. Je ne me sens pas à ma place dans ce lycée, dans cette classe, dans ces cours… J’ai l’impression d’être une ratée, que je ne réussirai jamais, alors que je pensais avoir les capacités. Quand je ne vais pas en cours je vais au Grand Large, c’est un espèce de lac artificiel près de Lyon et tout proche de mon lycée, là bas je me sens bien, contrairement au lycée et “chez moi”. 
Dans quelques jours je fugue.
J'ai fait croire à ma mère que j'avais trié mes vêtements dans mon armoire, elle était soulagée “Ah enfin ! C’était tellement le bordel ! Maintenant t’as plus qu’à ranger le reste de ta chambre…”, mais en réalité, j'ai juste fait une pile “j'emporte” et une autre “je laisse”.
J'ai rassemblé mes papiers sous mon lit.
Le reste, je ferai au dernier moment.
Pauline a acheté les billets de train. Je l'ai jamais vu. On est “ensemble” depuis quelques mois, mais on ne s'est jamais rencontrées. J'suis pas certaine de l'aimer comme j'ai aimé mon ex, mais je l'affectionne, elle est gentille, plutôt avenante pour le moment. Et elle est dingue de faire ce qu'elle s'apprête à faire.
J'ai besoin de partir, de liberté. Je veux me sentir libre. Pour de vrai. J'agis en opportuniste égoïste mais tant pis.
Tous les soirs avant de m’endormir je me refais la liste dans ma tête de ce que je laisse et de ce que j’emporte. 

Je vois mon ex aujourd'hui, pour lui annoncer que je pars. Ça faisait longtemps que je ne l'avais pas vu, et mon cœur s'est un peu emballé quand je l'ai vu. Tout le monde autour de moi la traîte de connasse parce qu'elle m'a fait du mal, mais j'arrive toujours pas à passer à autre chose à 100%. Cependant sur le moment, j'essaie de m'auto-convaincre que j'aime Pauline.
Je lui explique tout, le fait que je vais partir, chez une fille, que je n'ai jamais vu. Elle me regarde avec des yeux ronds. J’espérais secrètement qu'elle me dise ou fasse comprendre de rester. Mais elle s'est inquiétée pour mon futur professionnel, et m'a dit que si c'était ce que je voulais alors c'était bien.

Aujourd'hui Pauline vient me chercher à la gare. Claudie m'accompagne, elle sèche un cour pour ça, mais elle s'en branle, parce qu'elle a pas vraiment besoin d'être présente en cour pour réussir.
Mes parents sont sortis de la maison, je suis censée aller en cours, je n'irai pas. Je fonce récupérer ma valise dans une autre pièce dès qu'ils ont fermés la porte d'entrée. Je remplis mes sacs à dos. Je vérifie une dernière fois, je relis la liste, encore une fois… Je fais une connerie. Je fais une connerie. Je fais une connerie.
Pauline est arrivée à Lyon. On est allées boire un verre. On revient ensuite dans la gare. Le train est annoncé. Ça y est. 
Pauline va composter les tickets de train. Le sien, et le mien. Pendant ce temps je reste avec Clo’ et je lui chuchote “j'suis en train de faire une énorme connerie là”, elle me répond “C'est un peu trop tard là”.
Oui c'est trop tard Léa.
J'ai laissé une lettre tout à l'heure à la maison pour leur dire que je partais. Je n'ai pas dit où, ni comment, ni avec qui.
Je monte dans le train.
J'ai fait une connerie.

Agora, exprimo-lhes um dos meus inumeráveis preconceitos: a paixão é uma emoção, um afeto, capaz de abraçar-nos loucamente o corpo e, paralelo ao acolhimento dos braços, beijar-nos a boca, de modo caloroso, e ainda sussurrar à beira do nosso ouvido carícias e malícias pretensiosas… O amor, por sua vez, originado através da própria paixão - ou não -, parece revestir-se com algo semelhante à brandura, à ternura, à delicadeza.

Neste instante, entretanto, exponho para vocês, leitores, algumas perguntas que possam contrapor o que eu mesmo escrevi no parágrafo anterior: com base no que foi manifestado nas primeiras linhas deste texto, como se explica, portanto, aqueles relacionamentos amorosos aparentemente eloquentes, efusivos, tenazes? Os casais que vivem e experimentam essas relações não se amam? Ou o amor que compartilham está veementemente atrelado à paixão que eles ainda cultivam em si mesmos?

Nietzsche Cywisnki, memórias aleatórias de uma vida incompleta

Je n'attends plus rien de toi. Je n'attends plus que tu m'envoies de messages ou que tu m'appelles. Je n'attends plus que tu me demandes comment je vais, si j'ai passé une bonne journée ou si j'ai bien dormi. Pourtant, je voudrais que tu t'occupes de moi, que tu t'assures que je sois en bonne santé et que je garde la joie vivre.
J'ai remballé mes espoirs et mes prières, toutes ces conneries qui sont censées vous garder en vie. Parce que si tu tenais à moi, je n'aurai jamais eu à espérer, à prier ou à attendre.
Linge sale en famille

j’ai un aveu à faire : dans l’Emission politique d’hier soir, - que je regardais coeur battant coeur confiant pour Benoît Hamon - ce que j’ai préféré c’est le débat de la droite

Respect. 

Pas de non-dit pas de langue de bois t’as l’impression que t’es dans confession intime de la politique, d’un coup tout le monde se dit la vérité et aussi “merci,” “c’est vrai,” “je suis pas d’accord”. Et Copé, je veux pas dire ce chacal si c’est pas un surdoué de la com ! le gars il est en duplex, il voit pas les gens, et il arrive à s’imposer, à développer, à s’incruster alors qu’en général les invités en duplex c’est un peu le tiers-monde de la télé. Il explique, il se bat, il veut pas être avalé par Macron, on dirait un appel du 18 juin, incroyable Copé. Et tout à coup tu comprends dans quel merdier ils sont : peur de disparaître s’ils font copain-copain avec Macron, peur de disparaître s’ils ne font pas copain-copain avec Macron, ils sont comme les touristes au Sri-Lanka quand ils ont vu le tsunami arriver. 

en un mot : pareil qu’au PS.

Sauf qu’au PS on attend je ne sais quoi la lune le déluge que les fêtes de Noël soient passées pour pas contrarier mamie, on attend qu’il soit trop tard, on attend d’avoir désespéré Billancourt pour enfin se dire les choses. 

Et hier, la droite m’a fait du bien.

peut-être ça veut dire qu’on va avoir une invasion de sauterelles cet été, ou que la fin du monde est proche ou que l’arrivée de Macron a vraiment bougé les lignes.

mais hier, la droite n’a pas eu peur de débattre.

Je te veux. Je te veux si fort. Je te veux tout le temps. Je ferme les yeux et je te vois. Je pense à toi, à ta peau, à ton odeur. Je pense à tes doigts à ton souffle à tes yeux. Je pense à ton sourire. Partons. Une escapade, juste tous les deux. Partons. Je te veux. Je veux bouffer des kilomètres avec toi. Je veux voir l'océan tout près de toi. Emmène moi voir l'océan. Ramène moi à la vie. Peut-être que face à lui j'oserais. Peut-être qu'il me donnera la force de te dire une toute petite partie de tout l'amour que j'ai pour toi.

5

Ce soir, je me sens différente. J’ignore si c’est simplement passager ou si ce que je pense et ressens est révélateur d’un grand changement. Ce que je sais, c’est que je dois prendre des décisions qui ne me plairont pas. Faire des études pour continuer ma thérapie par exemple, alors que j’aurai pu déménager dans le nord dans l’espoir d’échapper à la chaleur, sachant que ma chambre fait actuellement 28 degrés avec le ventilateur à fond les maracas. 

Je réalise que tous mes projets positifs pour cet été vont devoir tomber à l’eau sans doutes. Pour que je puisse accomplir certaines choses. Je vais sans doutes oublier mon petit séjour à Bordeaux pour revoir un ami, des randonnées folles en Ardèche avec deux amis proches également à cause de la chaleur qui est trop néfaste pour mes problèmes de santé. Si jamais je trouve un travail, je dirais aussi adieu à ma semaine de vacances avec mes amis dans le sud, près de la plage. Je n’ai pas été à la plage depuis environ 15 ans. Rien que de réaliser ce trop plein d’années, mon coeur s’emballe légèrement. 15 ans que j’ai perdu quelqu’un et que ça a fait éclaté quelque chose qui comptait beaucoup à mes yeux. Quelque chose qui ne se réparera jamais, qui est cassé, déchiré trop profondément et qui part en poussières. J’ai appris de nombreuses choses en 15 ans, j’ai grandi, j’ai évolué, j’ai pris du poids, j’en ai perdu, j’ai fais mille erreurs capillaires et j’ai connu la mort, l’amour à sens unique la plupart du temps, la valeur de l’amitié et du respect. 

Le respect que je dois aux autres. Maintenant, je travaille le respect que je me dois de me donner. J’en ai besoin, cruellement. J’ai besoin d’avoir confiance en moi. Je n’y pensais plus depuis beaucoup trop longtemps, mais putain. J’en ai besoin. Je le veux. Je veux être forte, je veux être fière de moi et bâtir une plus grande fierté, une plus grande dose de respect de moi-même. Tant au niveau de ce que j’ai laissé des gens me faire physiquement, que je n’ai réalisé que très récemment et qui me poussent à me sentir dégoûtée et souillée, qu’au niveau psychologique et social. Je dois arrêter de tout garder pour moi. Pas les mots, mes émotions et mes peurs, non… Ma colère, mon injustice, dénoncer le manque de respect dont on peut faire preuve à mon égard. Je veux me taire quand il le faut - souvent - et l’ouvrir quand c’est nécéssaire. Je veux inverser la donne, je veux que la roue cesse de tourner, je veux la briser. Je veux ce changement radical qui va me demander beaucoup de courage, d’amour, de confiance et de travail. Je dois croire que je peux y arriver. Je ne dois pas oublier que la dépression est une maladie. Que ce n’est pas, et ne sera JAMAIS ma personnalité. Je ne veux plus penser que sans la dépression je ne serai personne. Je suis une putain de belle personne. J’ai beaucoup de valeur. J’ai un grand coeur, beaucoup (trop) de générosité, je suis très (trop) gentille et j’aime. J’aime les gens. J’aime les animaux. J’aime la nature. J’aime ma planète. Alors maintenant, j’ai décidé que j’allais aimer ma vie. 

Je veux au moins essayé de ne plus me scarifier. Ne plus me faire de mal. Ne plus canaliser ma colère à l’intérieur de moi et par le sang. Je veux l’exprimer et la sortir quand il le faut, sur le moment même. Je veux casser cette image qu’on a de moi, de fille trop gentille, “mignonne” et qui ressemble à une enfant. Je suis moi. Je ne suis pas quelque chose en particulier, et je ne veux plus être considérée comme une enfant, je ne veux plus avoir l’air mignonne. Je ne suis pas une peluche. Je suis un être humain avec des problèmes beaucoup trop gros mais qui fait tout pour les détruire. Je crois que j’aimerai tuer progressivement qui je suis. Je veux renaître.

Je suis belle. Je suis intelligente. Beaucoup même, peu importe mes notes. L’intelligence se situe de tant de façons différentes. Je suis forte. Je suis courageuse. Courageuse, autant dire que jamais avant je n’aurai pensé associer ce mot à ma personne. Pour exemple (et attention, ça ne rigole plus…) avant, les tests qui m’envoyaient dans une maison à Poudlard m’envoyaient toujours à Serdaigle ou Poufsouffle. J’adore ces maisons, et à vrai dire je n’ai jamais eu une seule maison favorite. Je les aime toutes. Mais récemment, j’en ai refais plusieurs, pour acheter une écharpe à la maison qui me serait assortie. C’est alors que je fus surprise de voir tous les tests m’envoyer à Gryffondor. Tout ce que je n’étais pas, que je n’aurai jamais pensé être. Pourtant oui, je le sais et je le sens. J’ai changé, j’ai beaucoup évolué et j’ai bien amélioré ma façon de penser et d’être. Mon opinion de moi-même également.

Peut-être aurez vous déjà laisser tomber la lecture de ce post en pensant qu’il était très narcissique, égocentrique ou que j’étais terriblement imbus de moi-même. Grand bien vous fasse. La vérité, c’est que ce soir, je réalise que j’ai de la valeur, pour de bon. Que non, je ne dois plus me blâmer de détester ma vie et de vouloir la terminer. Que j’ai réussi à jeter ma lame de rasoir déjà trop utilisée. Que j’ai commencé depuis quelques jours à écrire dans des carnets pour m’organiser. Que je touche beaucoup moins mon téléphone, que je peux même quitter la maison sans. J’ai encore beaucoup à apprendre, mais j’apprendrai. Je suis une battante. Alors ce que je dis là, oui, c’est pour moi. Mais aussi pour vous. Je me suis remise en question de façon existentielle, deux semaines durant. Je doute que ce soit fini. J’ai souffert le martyr pendant des mois, et j’ai rechuté ces dernières semaines. Pas comme si ça allait mieux entre temps, mais dans ma dépression sévère, j’ai eu des pics plus importants avec de vraies raisons de mourir. 

Ce que je veux dire… C’est que je ne suis pas mieux que vous. Je ne suis pas pire non plus. Je suis pareille. Je suis malade (complètement mala-deuuuh) comme probablement beaucoup d’entre vous qui vivent actuellement des moments difficiles à cause de maladies telle que la dépression, ou une toute autre. Je ne parle que de ce que je connais, comme je l’ai déjà dit. Ce que je veux dire (une fois encore) c’est que je suis toujours dépressive. Je suis toujours dans un épisode de dépression sévère. Je vais continuer (oh oui je vais continuer, c’est pas pour rien que j’ai commencé à les voir) à voir mon psychologue et ma psychiatre. Je vais pleurer. J’ai cette boule dans la gorge qui me donne envie de pleurer à chaque instant. Même maintenant. J’ai cette boule au ventre qui contient toute la colère que j’ai encaissé des années durant et qui stagne là, en attendant d’exploser. Je ne veux pas exploser. Je veux la faire sortir quand il le faut et la gérer. Je ne veux plus intérioriser. 

Si j’ai évolué déjà en l’espace de quelques années, que j’ai pu perdre du poids (et même le reprendre héhé.) décider de partir sur une voie capillaire qui me correspond enfin (attendre que tout soit à la même longueur, couper et partir sur une base bien naturelle et bouclée et ne plus jamais leur infliger de mal) que je suis passée de omnivore à végétalienne, que j’ai réussi avec mon rééquilibrage alimentaire à apprendre à 20 ans à manger des légumes, des fruits, et d’autres aliments naturels et bons pour la santé… vous pouvez accomplir les changements que vous devez effectuer. On a tous un parcours différent, un passif, un présent, un corps, une gueule, des défauts, des qualités, une famille, des connaissances ou amis, peut-être même quelqu’un avec qui partager notre vie. Ou pas. Bref, tout ça pour dire que si vous voulez changer, faites-le. Il y a toujours des solutions. Parlez-en avec votre docteur, prenez rendez-vous avec un psychologue, avec le spécialiste qu’il vous faut, faites traiter ce mal que vous avez depuis longtemps, qu’il soit physique ou mental, abandonnez vos relations toxiques qui vous font souffrir et vous détachent de votre propre identité, devenez vous-mêmes.

Devenez la meilleure version de vous-même. Même si ça prend des mois. Même si ça prend une vie. Faites-le. Tentez. On ne peut pas regretter quelque chose qu’on a essayé si on l’essaye pour les bonnes raisons. Faites ce que vous voulez parce que votre coeur et votre raison vous le dictent. Choisissez de vous entourer de personnes positives. Aidez les autres, écoutez-les, mais cherchez aussi de l’aide et venez vous en aide. Vous comptez. Terriblement. Vous avez tous de la valeur. Vous avez peut-être fait des erreurs, graves même (qui sait, vous avez peut-être même fait de la prison ou autre) mais il n’est jamais trop tard pour se racheter. 

Déménagez. Changez de travail, d’études, faites un break, coupez les ponts avec les gens qui vous oppressent. Agissez comme bon vous semble, et car ça vous fait du bien. Aimez vous. Acceptez vous. Ayez confiance en vous. ça prendra du temps, ça peut déjà être même accompli. Dans ce cas, aidez les autres. Soyez maître de votre vie, n’en soyez pas l’esclave. On a toujours le choix. Même si ça nous fait mal. Même si on doit arrêter de parler à notre famille, pour un temps ou pour de bon. Même si on doit changer de ville, de pays. Réfléchissez. Organisez-vous. Changez.

Je vous aime tendrement, j’espère que vous aussi. Vous êtes beaux, vous avez tout ce qu’il faut pour aller bien, aller mieux, guérir. Bien-sûr, il y a des exceptions, je fais beaucoup de généralités et je ne suis pas Gandhi. Je n’ai que 23 ans mais j’en connais déjà suffisamment sur la vie pour comprendre quelles doivent être nos priorités et ce qu’il faut faire pour essayer de s’extirper du toxique, de ce qui nous fait du mal. Devenez égoïstes, devenez généreux. Donnez tout pour être une meilleure personne pour vous et pour les autres.

Je continuerai à être aventureuse, à changer, à suivre mon esprit et mes yeux, refusant d’être étiquetée et stéréotypée. L’affaire est de se libérer soi-même : trouver ses vraies dimensions, ne pas se laisser gêner.
—  Virginia Woolf
Ça fait deux jours que je sors non-stop, que je vois mes potes. Aujourd'hui je vais encore les voir. Ça me fais du bien. Parce que une fois rentrée chez moi, ma tête se met à balancer à droite puis à gauche. J'pense à rien et à tout en meme temps. J'suis comme paumé, perdue. J'suis comme malade. Allongée sur mon lit, j'suis devenue un fantôme.

anonymous asked:

Bonjour ! Je cherche des tumblr politiques/militants français intéressants à suivre. J'ai le tien, et tes recommandations (une sourde, loubia connection etc.), mais j'en cherche davantage, et je sais pas trop vers qui aller parce que tumblr est vaste !! Je me disais que peut-être tu avais des tumblr à conseiller ? Merci bisous !

Salut anon !

Alors euh, je t’avoue que je ne suis plus aussi active qu’avant sur les réseaux sociaux, du coup je suis sans doute moins “dans le coup”. Tout ce que je peux te donner ce sont les tumblrs politiques que je follow moi-même et qui continuent d’être actifs sur tumblr (parce que plus ça va, plus yen a qui disparaissent ou ne sont plus alimentés, buh). En espérant que ça t’aide. :)

@deuxiemepage
Si tu devais ne choisir qu’un seul tumblr à suivre parmi la liste que je te propose, je te dirais de suivre celui-ci. C’est le tumblr du webzine Deuxième Page, comme son nom l’indique. Ce webzine réalise des articles analytiques sur le féminisme, la sexualité, les luttes LGBT+ ou les luttes anti-racistes mais il est aussi très axé culture et propose de découvrir des artistes ou des œuvres, souvent issu-e-s de groupes minoritaires. Et je ne saurais que trop souligner l’importance de faire découvrir une culture qui n’est pas celle de la culture dominante. Le travail qui est fait sur ce site est excellent, professionnel alors que les personnes qui le tiennent n’ont que très peu de moyens, et bien sûr le tout est axé convergence des luttes. D’ailleurs, si jamais tu en as le temps et l’envie, iels cherchent des bénévoles pour participer au projet. :)

Autres liens :
Facebook
Twitter

-

@thinktank2p
Bien entendu, si je te parle de Deuxième Page, je dois aussi te parler de leur Think Tank, qui fait un peu près le même travail que je fais avec Égalitariste, à savoir relayer des articles et/ou des informations qui nous semblent importantes. De même, iels recherchent des bénévoles pour ce travail, si ça t’intéresse. :)

Autres liens :
Facebook
Twitter

-

@assigneegarcon
C’est le tumblr d’une femme trans -du nom de Sophie Labelle- qui raconte son expérience en BD en tant que personne trans. Elle ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté, mais ça reste une excellente BD pleine d’humour qui permet de combattre à grand coup de pied dans le derrière les idées reçues qu’on peut avoir quand on est une personne cisgenre. Des fois je me dis qu’il nous faudrait davantage de BD comme celles-ci qui racontent la vie des minorités pour permettre au plus grand nombre de les comprendre. D’ailleurs j’invite tout artiste qui est dans ce cas et qui a un site / tumblr à me donner leur adresse, que je puisse relayer son travail !

Autres liens :
Facebook
Twitter

-

@clemmiewonder
C’est le tumblr d’une féministe qui poste régulièrement des billets engagés que je trouve très pertinents. Dans l'ensemble, ses billets sont plutôt axés billets d'humeurs, ce qui permet d'apprendre des choses (elle source pas mal ses propos) tout en ayant accès à une sorte de lecture défouloire et libératrice qui fait du bien. C'est un peu le tumblr de l'empowerment, si tu préfères. Et c'est plus que bienvenu selon moi.

Autres liens :
Twitter

-

@unmug
Impossible de savoir à qui appartient ce tumblr. Il n'y a pas de descriptions, pas de lien allant vers d'autres comptes ou réseaux sociaux, pas de noms ou de pseudos… Rien. Cependant, je pense que la personne qui tient ce tumblr doit être assistant-e social-e, car iel parle souvent de son travail qui consiste à venir en aide à des personnes en grande difficulté. Son témoignage donne la parole à des personne qu'on écoute peu (migrants, victimes de viol, femmes battues, handicapés etc), voire pas du tout, et le tout avec un style d'écriture aussi bon qu'accessible. Personnellement, je trouve que ce tumblr est indispensable et je pense qu'il gagnerait à être lu davantage.

-

Et puis sinon, voici une liste de tumblr personnels de personnes engagées qui relaient des posts, des images ou des articles en rapport avec les luttes qui leurs tiennent le plus à cœur :
@vegan-warrior
@misandre-radicale
@myschka
@pas-une-planteverte
@hackthepatriarchy
@bleukobalt


-

Enfin, je t'invite aussi à suivre ces associations / personnes qui ne sont pas forcément très actives sur tumblr mais qui ont quand-même des choses à dire qui sont très intéressantes et importantes :

*L'Association Polyvalence*
C'est une association qui fait énormément de choses différentes pour venir en aides aux personnes en difficultés. Elle a commencé il y a cinq ans avec la récolte et la mise en avant de témoignages de personnes ayant été victimes de violences sexistes. Aujourd'hui, cette asso a un local à Paris dans lequel différents ateliers sont organisés, axés autour de la sexualité, de l'apprentissage du français pour des personnes immigrés, et tellement d'autres choses. De grosses actions sont aussi menées pour venir en aide aux migrants. Cette asso a énormément besoin de bénévoles et de soutiens financiers car elle est assez peu connue ce qui ne l'empêche pas de se démener pour être présente sur tous les fronts.

Autres liens :
Facebook
Twitter



*Simonae*
C'est une association de féministes qui écrivent des articles sur tout ce qui touche de près ou de loin la lutte des femmes, avec option convergence des luttes. C'est un excellent site pour toute personne qui connaît mal ou peu le féminisme et qui souhaite se renseigner sur ce sujet. Le site est bien fait, intuitif, on y navigue facilement et on trouve ce qu'on cherche sans difficultés. Personnellement, quand je veux initier quelqu'un aux luttes féministes je le revoie à Simonae. 

Autres liens :
Facebook
Twitter


*CCIF*
C'est une association venant en aide aux personnes musulmanes ou perçues comme musulmanes qui lutte contre l'islamophobie. Tout particulièrement durant la période politique que nous traversons, je pense qu'il est important d'écouter ce qu'ils ont à dire et surtout de les soutenir. Ils font un super travail pour défendre cette minorité sur laquelle la France tape à longueur de journée et pour informer efficacement sur ce qu'est réellement l'islam et la communauté musulmane. L'un des fondateurs du CCIF, Marwan Muhammad est d'ailleurs un excellent orateur que je conseille de suivre.

Autres liens :
Facebook
Twitter
Facebook de Marwan Muhammad
Twitter de Marwan Muhammad


*Ouvrir la Voix*
C'est un long-métrage réalisé par Amandine Gay, une féministe afro-descendante, qui donne la parole à plein d'autres femmes afro-descendantes également. Il y a une véritable communauté qui s'est organisée autour de ce projet, je le mets donc dans la liste parce que ça me semble intéressant pour toute personne qui souhaite avoir plus d'information au sujet de la lutte des femmes racisées. Je découvre, au passage, en écrivant cette réponse, que Mme Gay a relayé une organisation du nom de NKALI qui aide les femmes racisées à entreprendre et à mener à bien leur vie professionnelle.

Autres liens :
Facebook
Twitter
Youtube


-

Bon en fait, en dehors de tumblr, j’aurais encore mille noms à donner, mais je commence à fatiguer aha. De toute façon, je relaies régulièrement ce que postent les personnes que je suis, donc si tu es abonné-e, tu finiras par découvrir d’autres sites, d’autres noms et d’autres associations. Je t’invite à me suivre aussi sur facebook et twitter si tu peux, d’ailleurs, parce que je ne relaie pas toujours les mêmes choses suivant les plateformes.

Voilà, j’espère que tout ceci t’a aidé. Passe une belle journée, et courage ! On lâche rien !

- Myroie