technico

A priceless 1978 ad for Technico Inc.’s TMS-9900 microprocessor computer. It doesn’t look like the company went very far (it’s impossible to find much about them on the net) and companies like Intel had come out with equally good chips at the same time-period. None the less, “two bytes are better than one” is probably the best tag line for ads that I’ve seen to date.

Lucha Libre 101: Wrestling Styles

In areas such as sport, entertainment, and the arts, the best conflicts have goodies and baddies. Wrestling, more than any other sport, has  endless opportunities for goodies and baddies because it has a narrative.  It’s a serial. There are characters, with backstories, there is love and hate and wright and wrong.

In Lucha Libre, much of this is epitomised and characterised by the distinct styles or types that all male and female Luchadores (wrestlers) fall within: Technico, Rudo and Exotico. Lucha Libre also has ‘Minis’ who are a mix of midgets and particularly short wrestlers. Each style has its own code of conduct, physical style of wrestling and cultural appeal. Tell me more you say? Well read on luchador.

Technico: these are the good guys. They play by the rules, respect the crowd and get the girl.  Technicos are physically slim and lean rather than the muscle-bound wrestlers you see in modern western wrestling. They are also technically accomplished athletes and tend to rely on high flying, skillful and graceful moves.

Rudo: no prizes for guessing that these are the bad guys. Generally much bigger in appearance, more physical in style, they also break whatever rules they need to, will abuse the referee and the crowd and generally make a nuisance of themselves.

Exotico: camp?/gay?/pro-gay?/anti-gay? - there is mixed response to the exotico luchador - they spend as much time in the ring chasing, slapping and ass grabbing as they do fighting, but while often bordering on the ridiculous, they aren't ridiculed. They often win, are an important part of the narrative and have some kick-ass moves.

The Minis aren't necessarily a fighting code, as they are defined mostly by their physical prowess, and some are goodies and others baddies - but they too have their own moves and following.

Many characters have swapped from technico to rudo in their career as part of a larger story, so it’s worth pointing out that roles and styles are very fluid. What is true, is that the crowd always know who is who - there is nothing vague or ambiguous, and it’s one of the main drivers of the action in the ring.

On croit qu'affronter la mort requiert une sorte d'héroïsme. C'est d'ailleurs là le grand contresens que l'on fait habituellement à propos de la pensée heideggerienne de l'être pour la mort. Il ne s'agit nullement de “se faire à l'idée de la mort”, de s'endurcir contre elle, de parvenir à la considérer comme un mal inévitable qu'il faudrait se préparer à stoïquement endurer. Notre rapport à la mort demeure en effet, malgré tous ces appels à la froide raison, marqué par l'épouvante. La mort ne se domine pas par la pensée. L'idée que l'on puisse se délivrer, en faisant appel à la raison, de l'angoisse d'être mortel, constitue un leurre finalement aussi trompeur que les discours sur l'au-delà ou les fantasmagories technico-scientifiques sur le prolongement indéfini de la vie. Il ne s'agit pas de faire taire l'angoisse, de “dédramatiser la mort”, ni d'atteindre à son égard à cet état d'ataraxie, d'absence totale de trouble, que le stoïcisme et l'épicurisme ont toux deux recommandé à ceux qui recherchent le bonheur. Il ne s'agit pas de s'amputer de cette part sensible de notre être qui s'émeut à la pensée de la mort. Il faut plutôt cesser d'opposer de vaines résistances à l'angoisse, se laisser porter par elle, pour parvenir à atteindre ce moment où elle se changera en joie.
—  Comment affronter la mort? - Françoise Dastur
Portrait - Thibault FINOT

Je suis

Thibault, étudiant en M2 Entrepreneurs à l’EM Normandie. Je suis rentré à l’école après une formation de technico-commercial dans le nautisme à Concarneau. Je suis un passionné de voile, et de tous les sports nautiques, ce qui m’a amené à pas mal voyager, et à me confronter à la problématique des langues !

Mon projet

Depuis le début de l’année, je construis Co-speaking, un site internet collaboratif permettant aux utilisateurs de pratiquer les langues avec des natifs du monde entier. Pour cela, je me suis lancée dans une campagne de crowdfunding avec l’EM Normandie et son incubateur l’InsIDE.

Pourquoi investir dans mon projet ?  Sans partir dans un grand discours façon Antoine Veinard (Responsable du campus du Havre) en début de U3… Parce que vous êtes tous directement concernés, tout le monde a besoin de pratiquer les langues étrangères, pour préparer un stage, un voyage à l’étranger, ou encore un rendez-vous galant à l’autre bout du monde ! Et puis c’est un formidable moyen de rencontrer des gens du monde entier, et de partager avec eux sur nos différences culturelles !

Si tu souhaites investir tes 5euros donnés par l’école, clique ici !

Une start-up ?

Tout d’abord Blablacar, avec son patron Frédéric Mazella, qui a su  créer et développer un concept révolutionnaire ! Il y a aussi le Slip Français, pour sa capacité à innover dans le slip…  et surtout pour sa créativité dans la communication !

Un compte Twitter ?

@cospeaking, qu’il est impératif de suivre et @le_gorafi, histoire de bien se marrer !

Un cri de guerre ?

Bandidos Bandidos (cf Baudouin Vidor + BDS Bandidos)

Un surnom ?

Un ? Non plusieurs ! Barbe rousse ; Jogging ; Dupont ; vieux loup de mer…

 Un pouvoir de super-héros ?

Aie, non c’est pas trop mon truc ce genre de bestiole !

Un talent caché ?

Le molkky ! Je faisais partie de l’équipe Olympique lors des derniers JO de Londres ! 

THE chanson ?

« Man on fire », d’Edward Sharpes and the Magnetic Zero !

Une passion ?

La voile, la voile, la voile !

Un salarié engagé comme technico commercial, qui bénéficiait d'une grande indépendance dans la gestion de son emploi du temps, avait été licencié pour faute grave à la suite de son refus de se soumettre à une demande de son employeur visant à installer un système de géolocalisation dans son véhicule de fonction.
L'employeur peut-il contraindre un salarié itinérant à installer un système de géolocalisation dans son véhicule de fonction, afin d'assurer le contrôle de la durée du travail ?
A cette question, la (…)

- Toute l'actualité / Emploi et Salaires
Learn to speak lucha: The secret language of the squared circle - Los Angeles Times

Please Retweet
Los Angeles Times

Learn to speak lucha: The secret language of the squared circle
Los Angeles Times
Don’t you hate when it’s time to “go home,” but the rudo you’re wrestling botches a tope and now you have to plan a new finish? No? Well, I’m sure there was a time you were working as a technico but kept getting massive heel heat, right? If you didn't …

тощо »