sertic

Les Bordelais croient au retour en forme de Yoann Gourcuff

«Il vit un moment difficile, raconte Grégory Sertic, toujours en contact avec Gourcuff. Il manque de confiance.» Lors de son intronisation à la tête de l’OL, Rémi Garde avait pourtant fait du retour au premier plan de l’international l’un de ses objectifs. Le principe n’aura pas survécu à l’obligation de résultats. Mercredi après-midi, le technicien lyonnais devrait relancer Gourcuff contre son ancien club pour ce 8e de finale de Coupe de France. Encore engagé dans quatre compétitions, l’OL a besoin de faire souffler certains cadres. «Il aura à cœur de montrer de belles choses, table Michaël Ciani. C’est toujours étonnant de voir un joueur de cette qualité sur le banc.» «Il va rebondir et il fera taire les critiques», assure Sertic.

Watch on chupeeyoyo.tumblr.com

Grégory Sertic et Michaël Ciani ont apportés leur soutien à leur ancien coéquipier des Girondins de Bordeaux.

dailymotion

“J'ai plus un style de nonchalance, je suis pas très chalant”

Du très grand Gregory Sertic, maîtrisant à la perfection la langue de Molière.

Gourcuff, un exemple pour Sertic !

Grégory Sertic (23 ans) évoque le joueur avec lequel il s’entendait le mieux et était le plus complémentaire : Yoann Gourcuff.

Voici ce qu’a déclaré Sertic à propos de Gourcuff :

Greg, quel ancien joueur des Girondins avec qui tu as joué, te manque le plus ?

« Yoann Gourcuff. J’ai une attache particulière à Yoann. Nous nous entendons super bien. Lorsqu’il jouait à Bordeaux, on se voyait énormément en dehors du terrain. C’est un très bon ami à moi. Je suis toujours en relation avec lui mais c’est forcément moins évident avec la distance. On se voit moins mais j’ai passé énormément de bons moments avec lui. »

Lors de votre première saison aux Girondins, quels exemples avez-vous pris en équipe première parmi les Fernando, Wendel, Mavuba… ?

« Ce qui me marquait, c’était la régularité dans leurs performances. A mon arrivée, j’étais souvent avec Yo (Yoann Gourcuff). Je regardais ce qu’il faisait. Cette saison-là, celle du titre, il était vraiment énorme. Il nous a tous fait rêver. C’était mon pote donc je prenais exemple sur lui, d’autant qu’il était alors le n°1 en France. Chez les autres joueurs, je m’inspirais de la constance mais aussi de leur maîtrise de soi. En Ligue des Champions, les matches n’étaient vraiment pas faciles avec la Juventus, le Bayern mais ils ont toujours répondu présents. Avant d’être de bons joueurs, ils étaient des hommes forts, avec un gros mental. J’ai aussi beaucoup regardé Wendel à l’entraînement pour ses coups de pied arrêtés. Le ballon allait souvent au fond. Nous ne frappons pas de la même manière. J’ai essayé mais je n’ai pas pu le reproduire (sourire). »

Lors de votre première saison professionnelle, quels conseils Y. Gourcuff vous a-t-il donné sur votre position sur le terrain qui est similaire à la sienne ?

« Sur le jeu, il m’a toujours dit que le plus important était de prendre du plaisir avec les gars autour de soi. Voilà son principal conseil, se faire plaisir avec les partenaires car c’est là qu’on est le meilleur. »

Avec quel joueur êtes-vous le plus complémentaire au milieu de terrain depuis votre arrivée aux Girondins ?

« Désolé d’insister mais je vais encore dire mon Yo’. Avec lui, tu sais que le ballon va revenir tout de suite après le lui avoir donné. Nous n’avons pas joué beaucoup de matches ensemble, je n’ai pas compté mais c’était toujours un plaisir. J’aime également beaucoup jouer avec Jaro (Jaroslav Plasil). C’est un très bon joueur. Sur le terrain, je m’entends très bien avec lui. »