sa 80

Octobre

Oscar Coop-Phane

À quel âge peut-on décréter que l'on a raté ou réussi sa vie ? Certains diront 80 ans, d'autres 40.

Jacques, lui, n'aura pas attendu si longtemps. À 28 ans, il a l'impression tenace d'avoir déjà fait le tour de son existence. A-t-il seulement vécu ? Pour s'en assurer, il s'offre un dernier tour de piste, retrouve celles et ceux qu il a aimés, arpente les lieux qui ont porté ses espérances, fait l'inventaire de ses échecs. Il a la nonchalance élégante et sobre, tout en retenue, de ceux qui restent émerveillés par cette vie dont ils n'attendent plus grand-chose.

Oscar Coop-Phane signe avec Octobre un roman mélancolique et doux, à la grâce intemporelle.

Kul pag same kayo ng trip na music. Oh kunwari same kayo mahilig sa The Beatles, aba whole day kayong may katabing mga CDs na may mga kanta ng The Beatles tapos may dala pa kayong gitara. Chill lang. Kantahan. Puro “Oy alam mo yung Something?” “Oo! Wait play ko” tapos wala pang isang minuto “Eh yung All My Loving?” “Favorite ko yan!!” mga ganyaaaaan. Masaya yan for sure. Syempre may kasamang bogchi na yan. Pizza o kaya lasagna o kaya burger o kaya fries o kung nagtitipid kayo chichirya yung tagpipiso. Pero di lang sa The Beatles magtatapos, basta mga banda sa 60s/70s/80s. Tapos magugulat ka nalang kasi alam nya pala yan mga ganun ganyan. Wala lang naisip ko lang.

80 pasahero sugatan (PNR train tumagilid)

80 pasahero sugatan (PNR train tumagilid)

UMABOT sa 80 pasahero ang sugatan nang madiskarel hanggang tumagilid  ang sinasakyan nilang tren ng Philippine National Railways (PNR) dahil sa kalumaan nito kahapon ng hapon Makati City. Inaalam ng Makati City Police Traffic Bureau ang mga pangalan ng mga biktimang isinugod sa iba’t ibang pagamutan. Sa inisyal na ulat ng pulisya, naganap ang insidente dakong 4 p.m. sa southbound lane ng PNR…

View On WordPress

80

ruhumuzun sağı solu belli olmayan saatleri bunlar…akan suyun rengi,sabahları bildiğim kadarıyla senin resmine gidiyor… öyle boş,öyle anlamsız ki bazı anlar;ben bunu da biliyorum,sabahları hiç yüksek bir tepeden düşülmüyor…vakit gelip hava söktüğü zaman kendini;dünden öteye uçabilen kuşların halinin,(bu güzel,çok güzel) kafamı toparladığı saat beş'e çeyrek kala vakitleri ..kargaların pılını pırtısını toplayıp gittiği o titrek anlar ..buz kesen şeritleri ortadan ikiye bölen ismi lazım değil kuşlar ..bi tilkinin göz göze geldiği son avı ..diye gittiği oluyor bazı sabahların ..bunlar hep sabahtan olma şeyler diye biliyorum ..geçiyorum köşeme ,yine o sağı solu belli olmayan sabahla selamlaşmamızı bir çayla sonlandırmış oluyorum.

Estudo revela que internautas venderiam informações pessoais por US$ 20 (via TechTudo): Um estudo global com internautas de 17 países revelou que a maior parte dos consumidores online está disposta a vender informações pessoais a empresas de e-commerce. Realizado pelo Ponemon Institute e encomendado pela Trend Micro , empresa de segurança, o resultado podem soar como polêmico. Embora existam diferenças regionais sobre preços, o valor médio pensado pelos entrevistados é de US$ 19,60. Dependendo do tipo de dado, as quantias variam entre US$ 2,90 e US$ 75,80. Como saber se alguém entrou no seu Facebook Estudo global revelou que privacidade tem preço para maioria dos consumidores (Foto: Pond5) As informações menos valiosas são sexo (US$ 2,90), nome (US$ 3,90) e telefone (US$ 5,90). Entre as mais caras estão hábitos de compra (US$ 20,60), histórico de crédito (US$ 29,20), detalhes de pagamento (US$ 36), condições de saúde (US$ 59,80) e, pasmem, até as suas senhas (US$ 75,80). Gráfico mostra preço médio de informações estipulada por consumidores (Foto: Divulgação/Trend Micro) saiba mais Dizer número do celular na web pode atrair sequestradores; veja perigos Microsoft vai pagar para quem conseguir hackear navegador Spartan Checklist tem 12 passos para mandar bem nas redes sociais Sentimento de impotência A capacidade de precificar as informações surpreendeu os pesquisadores. “Simultaneamente, a maioria dos que se identificam como ‘sensíveis à privacidade’ não têm a intenção de mudar suas práticas de comportamento ou compartilhamento de informações, mesmo no caso de experimentarem uma situação de violação de dados. Isso poderia ser atribuído a um sentimento de impotência ou a uma total falta de consciência”, disse Raimund Genes, chefe de tecnologia da Trend Micro. De fato, 75% das pessoas que responderam ao estudo acreditam não ter qualquer controle sobre suas informações pessoais. A pesquisa aponta ainda que a maioria das pessoas acredita que os benefícios da Internet das Coisas são superiores às preocupações com privacidade. Chamado “Privacidade e Segurança em uma Vida Conectada: Um estudo dos consumidores americanos, europeus e japoneses”, o relatório concluiu que os consumidores querem privacidade, mas nem sempre estão dispostos a mudar suas ações para se proteger do rastreamento online. A pesquisa foi encomendada pela Trend Micro, desenvolvedora de soluções de segurança para conteúdo na Internet, e abrangeu 17 países. A lista compreende Bélgica, Dinamarca, França, Alemanha, Grécia, Irlanda, Itália, Luxemburgo, Holanda, Polônia, Rússia, Eslovênia, Espanha, Suíça, Suécia, Inglaterra e Estados Unidos. E você, venderia suas informações? Existe algum receio ao fazer compras online? Comente no Fórum do TechTudo!

Estudo revela que internautas venderiam informações pessoais por US$ 20 (via TechTudo): Um estudo global com internautas de 17 países revelou que a maior parte dos consumidores online está disposta a vender informações pessoais a empresas de e-commerce. Realizado pelo Ponemon Institute e encomendado pela Trend Micro , empresa de segurança, o resultado podem soar como polêmico. Embora existam diferenças regionais sobre preços, o valor médio pensado pelos entrevistados é de US$ 19,60. Dependendo do tipo de dado, as quantias variam entre US$ 2,90 e US$ 75,80. Como saber se alguém entrou no seu Facebook Estudo global revelou que privacidade tem preço para maioria dos consumidores (Foto: Pond5) As informações menos valiosas são sexo (US$ 2,90), nome (US$ 3,90) e telefone (US$ 5,90). Entre as mais caras estão hábitos de compra (US$ 20,60), histórico de crédito (US$ 29,20), detalhes de pagamento (US$ 36), condições de saúde (US$ 59,80) e, pasmem, até as suas senhas (US$ 75,80). Gráfico mostra preço médio de informações estipulada por consumidores (Foto: Divulgação/Trend Micro) saiba mais Dizer número do celular na web pode atrair sequestradores; veja perigos Microsoft vai pagar para quem conseguir hackear navegador Spartan Checklist tem 12 passos para mandar bem nas redes sociais Sentimento de impotência A capacidade de precificar as informações surpreendeu os pesquisadores. “Simultaneamente, a maioria dos que se identificam como ‘sensíveis à privacidade’ não têm a intenção de mudar suas práticas de comportamento ou compartilhamento de informações, mesmo no caso de experimentarem uma situação de violação de dados. Isso poderia ser atribuído a um sentimento de impotência ou a uma total falta de consciência”, disse Raimund Genes, chefe de tecnologia da Trend Micro. De fato, 75% das pessoas que responderam ao estudo acreditam não ter qualquer controle sobre suas informações pessoais. A pesquisa aponta ainda que a maioria das pessoas acredita que os benefícios da Internet das Coisas são superiores às preocupações com privacidade. Chamado “Privacidade e Segurança em uma Vida Conectada: Um estudo dos consumidores americanos, europeus e japoneses”, o relatório concluiu que os consumidores querem privacidade, mas nem sempre estão dispostos a mudar suas ações para se proteger do rastreamento online. A pesquisa foi encomendada pela Trend Micro, desenvolvedora de soluções de segurança para conteúdo na Internet, e abrangeu 17 países. A lista compreende Bélgica, Dinamarca, França, Alemanha, Grécia, Irlanda, Itália, Luxemburgo, Holanda, Polônia, Rússia, Eslovênia, Espanha, Suíça, Suécia, Inglaterra e Estados Unidos. E você, venderia suas informações? Existe algum receio ao fazer compras online? Comente no Fórum do TechTudo!

Olumsuz etkilendik

Petrol fiyatlarının çok kısa bir sürede 80 dolar seviyelerinden 40 dolara gerilemesi ve rublenin dolar karşısında değer kaybetmesi Rusya ekonomisini zora soktu. Ukrayna krizinden dolayı Avrupa Birliği ile karşılıklı ambargo restleşmesine giren Rusya’da önceki gün açıklanan büyüme rakamı da yüzde -2 oldu. Petrol fiyatlarının düşmesinin Türkiye için iyi, Rusya için kötü olduğunu kaydeden Rusya Devlet […]

Olumsuz etkilendik
http://habervizyonu.com/2015/04/27/olumsuz-etkilendik-2/

puta anyare sa buhay ko

Napupuno na ako sa mga pinagsasabi ni mommy na pawang walang katotohanan. Halos lahat ng gusto ko ayaw ng nanay ko. Yung sa mga bagay bagay na nagiging masaya ako, di naman sila interesado. Di ba niya alam na 80% sa population ang umuunlad dahil sa uniqueness, weirdness at pagiging different. Pota sumasakit nanaman puso ko sa mga pinagsasabi niya eh eyoko na pls architect na sana ako para makabili na ako ng SARILI kong cellphone at camera. sorry ilalabas ko lang tong galit ko, baka makapatay pa ko ng ipis dito. Ang babaw pero nasasaktan ako :/

La violence au service des projets immobiliers à Buenaventura

Buenaventura est la principale ville de la côte pacifique colombienne. Construite à l’embouchure de deux fleuves, à la jonction entre les eaux douces et salées, elle est entourée de paysages de mangrove. Bien qu'il s'agisse d'un port majeur à l'échelle latino-américaine, 80% de sa population vit dans la pauvreté et 63% de la population active y est officiellement sans-emplois d'après le PNUD. A plus de 90% afro-colombienne, sa population vit dans une grande pauvreté mais également une forte violence due aux conflits territoriaux de groupes néo-paramilitaires issus de l'éclatement des groupes paramilitaires de la région en 2004.

A Buenaventura, nous avons rencontré Luis et Angel, deux étudiants en architecture de l'Université du Pacifique, qui travaillent sur un projet d'amélioration du quartier Puente de los Nayeros avec la population locale. Un quartier particulier, déclaré depuis un an Espace Humanitaire, suite à des mois de terreur et d'une violence inouïe, provoquée par les groupes armés aux services des intérêts économiques de la zone. Les habitants nous ont raconté les origines de cette violence, et comment ils sont parvenus à y mettre fin.

Barrio puente de los Nayeros : un quartier qui grandit sur l'eau

Le quartier Puente de los Nayeros fut construit à partir des années 70 par des immigrants venus de la région du Rio Naya pour peupler le bord de mer : la zone de Bajamar à Buenaventura. Les maisons sur pilotis du quartier ont leur entrée sur la terre ferme, sur un ancien pont, et le reste des maisons est construit au-dessus de l'eau. Les logements représentent une esthétique propre au Pacifique et aux cultures afro-colombiennes. Il s'agit d'un “urbanisme flexible” basé sur l'extension progressive des logements vers l'arrière de la “parcelle aquatique”, tandis que la façade étroite, en bois et très colorée, est l'interface avec la rue.

La rue est l'espace communautaire: exclusivement piéton il sert non seulement à la circulation mais également au commerce, aux réunions et aux festivités de la communauté. Des “ruelles” parallèles à la rue principale sont elles mêmes construites à base de planches sur pilotis. Faute de canalisations, tous les rejets sont fait directement dans l'eau, qui est aussi la ressource économique pour ces familles de pêcheurs.

Dans les années 1990 puis en 2001, face à la violence des luttes entre guérillas, paramilitaires et narcotrafiquants dans les terres du Naya, qui ont occasionné plusieurs massacres de populations locales, de nombreuses familles sont venues trouver refuge sur la côte, dans le quartier de leurs proches. “Le paysan va là où est le paysan” nous explique un dirigeant du quartier. A 4 heures de pirogue (9 heures par la route) de leur village d'origine, Buenaventura représente en effet un bon endroit pour continuer de vivre de la pêche, dans un éco-système proche de celui que les familles ont quitté.

Face à cette immigration massive, le quartier a dû s'étendre sur la mer. Les habitants remplissent l'eau de déchets qu'ils compactent et sur lesquels une couche de sable, de gravats et de ciment vient créer un nouveau sol urbanisable. Un polder artisanal sur lequel vivent 302 familles (plus de 1.000 personnes, surtout des enfants), toutes afro-colombiennes originaires du Naya.

Une violence extraordinaire

Contrairement au reste du pays qui s'est relativement sécurisé dans les années 2000, Buenaventura est devenue la ville la plus violente de Colombie, avec un taux d'homicides en croissance exponentielle… Le fait que 60% des importations maritimes colombienne passe par Buenaventura (en provenance d'Asie et des États-Unis principalement) est en effet source de conflits d'intérêts entre différents groupes armés. Une guerre de gangs a éclaté entre les groupes néo-paramilitaires “La Empresa” et “Los Urabeños” qui ont rompu leur pacte de non-agression en 2013 et on commencé à s’entre-tuer dans les quartiers de Bajamar. Les habitants qui se trouvent sur les territoires aux frontières invisibles de ces groupes en conflit subissent les conséquences directe, à travers des assassinats pour le contrôle des quartiers.

Les croyances de sorcellerie afro-colombiennes veulent que si une personne est assassinée, il faut l'enterrer avec les deux pouces des mains et les deux pouces des pieds liés entre eux, afin que l'âme du défunt poursuive son assassin jusqu'à sa mort. Pour éviter les menaces d'outre-tombe, les gangs ont trouvé la parade: démembrer les cadavres et séparer les membres au plus loin, pour que le mort ne puisse-être enterré entier par sa famille. Ces exécutions barbares se sont ainsi généralisées dans les “casas de pique”, lieux de torture où les prisonniers pour l'exemple, ou suspectés d'être des “sapos” (balances, traîtres) sont découpés vivants à la tronçonneuse ou à la machette. Les cris provenant des casas de pique et les membres retrouvés presque quotidiennement dans les rues ou dans l'eau œuvrent à dissuader les autres habitants de se rebeller contre cette oppression.

Cependant, d'après les habitants du Puente de los Nayeros, ce ne sont pas de simples guerres de gang qui font que la violence soit si présente dans la zone de Bajamar. En effet, d'importants méga-projets urbains, immobiliers et portuaires sont prévus dans tout le littoral de Buenaventura. Une digue avec un méga-complexe touristique devrait remplacer les quartiers précaires de Bajamar en même temps qu'un nouveau port industriel, un nouveau terminal de conteneurs et un nouveau Centre d'Activités Économiques seront créés pour moderniser les infrastructures et attirer les investisseurs étrangers.

Il est donc prévu depuis 2013 qu'une digue balayerait toutes les zones d'habitat précaire actuelles, pour proposer aux promoteurs privés des emplacements de choix pour leurs hôtels, casinos, bureaux, résidences etc. Les promoteurs du projet et la mairie de Buenaventura sont obligés de passer par une étape de consultation de la population affectée (des milliers de familles afro-colombiennes précarisées) pour proposer une solution de rechange.

Cette solution est un déplacement massif dans un complexe résidentiel nommé San Antonio, en tout point similaire à ce que nous avons vu à Socio Vivienda à Guayaquil (voir articles précédents). Situé à 13km, dans les terres, dans des zones où la violence est tout aussi importante et en plus où il est impossible de continuer de vivre de la pêche, le complexe San Antonio n'est pas une option viable pour les habitants, qui ont décidé de rester à Bajamar. Selon les habitants, la violence vécue dans leur quartier vise à faire régner une terreur telle que les familles abandonnent la côte permettant le projet multi-millionnaire de se réaliser sans résistance. Des milliers de familles ont déjà abandonné Bajamar, mais dans le quartier Puente de los Nayeros, la communauté s'est organisée pour rester, coûte que coûte.

Voir ce reportage vidéo en anglais/espagnol sur la violence à Buenaventura et la résistance de Puente de los Nayeros : http://www.vice.com/es_co/video/buenaventura-desmembrada-y-desplazada

S'organiser pour résister et faire valoir ses droits

Comme ses voisins, le quartier Puente de los Nayeros a été la cible des violences des groupes armés. Nora, une des militantes du quartier nous raconte le climat de terreur dans lequel ils ont vécu plus d'un an:  

“En 2013, un groupe de paras a exécuté un adolescent du quartier devant tout le monde pour terroriser et démobiliser notre quartier. Depuis, il y a eu des menaces de morts, des disparitions, des exécutions tous les jours. Les paras de différents groupes entraient dans le quartier et se tiraient les uns sur les autres, si bien qu'à partir de 18h, il n'y avait plus personne dans les rues. Tout le monde se cachait sous son lit pour éviter une balle perdue qui traverse votre mur et vient vous tuer. Dans un quartier comme le notre où toute la vie sociale et culturelle se passe en extérieur, vous ne voyiez plus personne dans la rue…”

Une autre personne intervient pour compléter le récit:

“Les commerces du quartiers devaient tous payer 1000 pesos par jour à un des groupes armés pour pouvoir continuer avec leur activité. Une fois, c'était en pleine journée, une femme à bout qui tenant une épicerie pour vivre a refusé de les payer. Ils l'ont frappé et l'ont faite tomber à l'eau. Alors qu'elle essayait de s'échapper en nageant, ils l'ont poursuivi avec un canoë a moteur, ils l'ont assommée avec une rame, puis ils ont maintenu son corps sous l'eau pour la noyer. Finalement ils ont fait couler son corps en le chargeant avec des pierres pour que personne ne vienne la repêcher.”

Les histoires macabres ne manquent pas dans le quartier où il y avait également une casa de pique que tout le monde connaissait et dans laquelle une vingtaine de voisins ont été morcelés. Mais devant l'absence totale des autorités, le frère de Nora a commencé à réunir, dans la plus grande discrétion, des preuves de chacun des assassinats et réussi à faire rentrer discrètement -le jour d'un événement populaire dans le quartier en avril 2014- des membres de la Commission Inter-églises de Justice et Paix (CIJP). Il s'agit d'une ONG colombienne qui appuie les dénonciations des communautés victimes de crimes et de violations des droits de l'homme. 

Témoin de crimes, les membres de cette organisation ont fait des dénonciations à la Court Inter-américaine des Droits de l'Homme et ils sont parvenus à décréter la communauté Puente de los Nayeros, comme Espace Humanitaire. Il s'agit d'une première en milieu urbain, les espaces humanitaires (c’est à dire sans armes que ce soit pour les habitants comme pour les forces armées régulières ou irrégulières) étant généralement décrétés dans les villages ruraux en zones de conflits armés.

Grâce à ces organisations extérieures, la pression a été mise sur le gouvernement pour assurer une présence policière afin de protéger les 302 familles. La communauté s'est elle même renforcée et est parvenue à mettre dehors pacifiquement les miliciens armés. La casa de pique de la rue a symboliquement été détruite par les habitants. 

Le 13 avril 2014, c'est pour nous la date de la libération du quartier. Depuis il n'y a plus eu de morts dans la rue. Maintenant quand un para pointe son nez dans le quartier, les voisins lui font face et le mettent dehors, ou appellent la police”.

Cependant, malgré le processus juridique international et la militarisation de Buenaventura, les voisins sont toujours en état d'alerte permanent. La protection policière est en effet inefficace contre les incursions de paramilitaires armés dans l'Espace Humanitaire pour menacer la population, notamment les familles qui ont commencé des procès contre les paramilitaires ou même des membres de la CIJP. La CIJP informe presque quotidiennement ce genre d’événements sur son site internet.

Les voisins dénoncent également l'absence de justice contre les crimes commis. Certains responsables ont été arrêtés, mais il est rare que la justice permette aux familles de témoigner.

“Les paramilitaires attrapés par la police ou l'armée passent quelques mois en prison et en ressortent, ou "s'échappent”. Ils portent les mêmes armes que l'armée régulière, ils sont couverts et financés par l'élite économique et politique de notre pays. Il n'y a pas de justice dans notre pays".

Reconstruire le quartier, reconstruire les personnes

Depuis que l'espace humanitaire a permis la pacification de la rue, il y a un an, les familles peuvent reconstruire leur quartier et projeter des améliorations. Les étudiants en architecture sont à disposition des familles pour améliorer les logements et organiser la construction participative d'une maison de la culture, à l'emplacement de l'ancienne casa de pique. C'est la raison pour laquelle, en ce dimanche où nous la visitions, la communauté entière participe à un bingo et à une tombola pour récolter des fonds pour la construction de la maison de la culture.

Reconstruire le quartier, c'est aussi déconstruire chez les enfants la violence dans laquelle ils ont grandit. Un jeune du quartier qui s'est improvisé éducateur nous raconte comment les enfants ont été marqués par la violence pendant ces mois d'occupation para-militaire : 

“Les enfants du quartier ont été transformés par la violence ambiante. Les paras leur enseignaient à charger des armes à feu et à tirer sur des animaux. Les plus petits jouaient avec des armes en bois à se tirer dessus et à se torturer. Il n'y a aucune organisation qui nous aide avec nos enfants et nos adolescents, alors nous avons pris nous même les choses en main.”

Les voisins organisent des ateliers avec les enfants pour échanger les armes en bois contre des instruments de musique, réutiliser les bouteilles plastiques et autres détritus pour fabriquer des jouets, apprendre à reconnaître et dénoncer la violence. Ils font des activités sportives et de nettoyage ludique du quartier. Ils nagent maintenant là où plusieurs mois auparavant il n'était pas rare de voir flotter des membres humains.

Cette pacification des relations entre voisins de la communauté concerne également les adultes qui se surveillent les uns les autres. En cas de violence conjugales ou envers les enfants, les voisins décident en assemblée de la sanction à l'encontre du conjoint violent. Après que des voisins ont du balayer tous le quartier pour avoir eu un comportement violent, la violence familiale a fortement diminué dans le quartier. Et les voisins s'en félicitent.

L'espace humanitaire Puente de los Nayeros est aujourd'hui membre de l'initiative Communautés Construisant la Paix dans les Territoires (CONPAZ), une organisation d'entraide entre communauté affectés par la violence, pour une issue pacifique des conflits.

Si cette autogestion de la paix est un exemple, elle ne concerne que cette petite enclave, cernée de violences continues, et elle est probablement limitée dans le temps si aucune mesure n'est prise pour sanctionner et faire disparaître les groupes armés de Bajamar. Mais comment y parvenir, si les personnes qui devraient juger ces crimes sont celles-là mêmes impliquées dans le méga-projet qui les occasionne ? On peut en effet imaginer que le jour où le projet de complexe touristique aboutira, des millions de dollars retomberont -en récompense de leur complaisance- dans les poches des autorités, des juges, des policiers, des militaires et bien sur des héroïques tortionnaires parfois âgés de seulement 16 ans…

Remerciements:

Merci à Angel et Luis de nous avoir amené au Puente de los Nayeros, et à ces habitants pour nous y avoir reçus.

Pour plus d'informations:

CIJP: http://justiciaypazcolombia.com/Espacio-Humanitario-buenaventura

CONPAZ: https://comunidadesconpaz.wordpress.com/

Espacio humanitario Puente de los Nayeros:

https://colectivosurcacarica.files.wordpress.com/2014/12/1-breve-documento-sobre-bv.pdf

https://prezi.com/wwvdashr3rzv/espacio-humanitario-puente-nayero/

Küçük Boyutlu Piller Yenilenebilir Enerjide Devrim Yaratabilir

Küçük Boyutlu Piller Yenilenebilir Enerjide Devrim Yaratabilir

Nanoteknoloji, elektrikli ürünlerde, arabalarda ve binalarda enerji depolama işlemlerini çarpıcı bir biçimde düzeltmektedir.

Küçük bir pil, milyarlarca nanopordan ya da elektrik akımı üreten mikroskobik deliklerden oluşur, nanomaddelerin pillerde bu

şekilde kullanılması, ileride daha hafif ve daha güçlü pilleri oluşturabilmek için büyük bir atılım niteliğindedir.

Saç telinden 80,000 kat daha ince…

View On WordPress

Sa-Young – Ignition ft Kelly Hansome

Sa-Young – Ignition ft Kelly Hansome

DOWNLOAD

http://old.hulkshare.com/dl/qzwc2izplssg/Sa-Young%E2%80%93Ignition-ft-Kelly-Hansome_free9jamusic.net.mp3

 

The Abuja based ‘Sa-Young‘ after featuring Tunde Ednut in ‘Asiko Laye‘ which was released late last year 2014, is back with a new tune which he featured Top-Notch artiste Kelly Hansome while they met earlier this year in Texas, USA.

Sa-Young releases new single titled ‘Ignition’…

View On WordPress

New Post has been published on Gündem Haberleri

http://sacitaslan.com/newsFiles/2015/4/9/232908/232908_660_320.jpg Kadın içeriğe erkek ambalaja bakıyor.. http://www.gundemhaberleri.org/kadin-icerige-erkek-ambalaja-bakiyor-haberi-88442.html

Türkiye Gazetesi'nden Ziуneti Kocabıуık'ın haberine göre kadınlar, gıda maddeleri satın alırken en çok уiуecek maddelerinin satıldığı уerin koȿullarına dikkat ettiğini (%88), erkekler ise en çok ürünün ambalajının sağlam olup olmadığına dikkat ettiğini (%89) belirtiуor.

Gıda Güvenliği Derneği tarafından 18 ilde уaklaȿık 2000 kiȿi üzerinde gerçekleȿtirilen araȿtırma Türk tüketicisinin уiуecek-içecek alıȿveriȿi уaparken en çok hangi unsurları göz önüne aldığını da ortaуa koуuуor. Buna göre araȿtırmaуa katılanların en çok  ‘gıda katkı maddeleri (%80)’, 'çeȿitli hileler aldatmalar (%80)’, 'sağlıksız üretim koȿulları (%80)'ndan endiȿe duуuуorlar.

ENDİŞELENİYORUZ AMA YİYORUZ

Belirli bir gıdanın sağlık için zararlı olduğuna dair herhangi bir haber duуan görüȿmecilerin %29'u, bu durumdan endiȿelendiğini ancak nihaуetinde soruna dair hiçbir ȿeу уapmadığını belirtirken, %25'i ise haberde bahsedilen уiуecekten уalnızca kısa bir süreliğine uzak durduğunu belirtiуor.
Tim Cook ile öğle yemeği 100 bin dolar hotozlu Adam

Kaynak http://www.hotoz.net/tim-cook-ile-ogle-yemegi-100-bin-dolar.php

Tim Cook ile öğle yemeği 100 bin dolar

Apple'ın CEO'su Cook, Robert F. Kennedy Center adlı yardım kuruluşu adına ‘Adalet ve İnsan Hakları’ için bağış toplamak amacıyla bir açık artırmaya katılmaya gönüllü oldu. Charitybuzz aracılığıyla yapılan açık artırmada Cook, teklif verip açık artırmayı kazanan kişiyle baş başa öğle yemeği yiyecek. İsteyen yanına bir arkadaşını alarak da yemeğe katılabilecek. Yemek için belirlenen süre ise 1 saat…6 Mayıs'ta sona erecek açık artırmanın başlamasıyla kısa sürede 80 bin dolara çıkan teklifin kısa sürede 100 bin doları (yaklaşık 270 bin TL) bulması bekleniyor. GEÇEN SEFER 300 BİN DOLARDICook daha önce de benzer bağış kampanyasına katılmış ve 300 bin dolar karşılığında ismi açıklanmayan çiftle

The Royal Australian Regiment Team Photo. Left to Right:- Pte Inacio, Pte Williams, Pte Miskle, Pte Noar, Pte Tickner, LCpl O'Brien, Pte Chandler.

Cambrian Patrol, the most prestigious patrolling event in NATO, attracted a record number of regular teams this year. A total of 16 international teams are also taking part, including soldiers from India, Pakistan, Australia and Canada, among others. The event is split into seven phases over a nine-day period. Cambrian Patrol, which takes place across some of the most challenging terrain in the Welsh mountains, has been running since 1949 and is the ultimate test facing the modern-day soldier