29-09-14

Dans une station de sports d’hiver enneigée, avec mon frère, nous patientons, les skis à la main, avant de pouvoir nous hisser dans un car. L’accès est glissant et escarpé. Nous prenons place dans des sièges séparés. Le car démarre, bondé. Je cherche des yeux mes skis et les découvre, soulagée, glissés sous un siège. Le car grimpe dans la montagne et nous dépose au sommet. Au moment de descendre, je m’aperçois que je n’ai pas mes chaussures de ski aux pieds. Je n’ai qu’une paire de baskets aux reflets argentés, qui pouvaient faire illusion. Je me demande où j’ai laissé mes chaussures. Je rejoins mon frère. Je chausse comme je peux mes skis et descends avec difficulté ma première piste en proie au vertige. Arrivée dans un village, je préfère continuer à pied. Je pénètre dans une maison d’antiquités. J’emprunte une série d’escaliers en bois de plus en plus étroits et escarpés. Au milieu de la dernière volée de marches, une petite table en bois surmontée d’une petite sculpture indienne, une sorte de Ganesh en tourmaline opaque rouge, me barre le chemin. J’empoigne l’ensemble pour accéder au dernier palier et l’y déposer délicatement. La responsable du magasin se précipite de peur que je n’abîme ou vole sa sculpture. Je la rassure sur mes intentions.

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video