oui-au-mariage-pour-tous

Des dizaines de stars signent un appel pour le mariage pour tous

Nous artistes et personnalités du monde du spectacle,
Nous ne parlerons pas ici de politique.
Nous ne parlerons pas ici de religion.
Nous ne parlerons que d’égalité,
Nous sommes d’une génération pour qui le mariage pour tous est une évidence. Nous côtoyons chaque jour dans nos métiers, dans nos vies personnelles et amicales des homosexuels, célibataires, en couple, avec ou sans enfants, avec ou sans le désir d’enfant.
Nous sommes tous issus d’une famille dite « traditionnelle ». Pour autant, certains d’entre-nous ont connu la famille mixte, monoparentale, de cause ou de fait, certains ont été élevés par un tiers, pour autant nous sommes fiers de notre identité et ces différences nous ont rendues plus forts.
Aujourd’hui, nous ne supportons plus de voir en France des gays et lesbiennes injuriés, nous ne supportons plus de voir nos amis, nos familles, nos fans injuriés.
Nous ne voulons pas d’une France ou certains seraient stigmatisés, nous ne voulons pas d’une France où il y aurait des sous citoyens.
Nous en appelons à la tolérance, à l’ouverture d’esprit de chacun au nom du « Bien vivre ensemble ».
Nous artistes et personnalités du monde du spectacle nous prenons positions et soutenons le mariage et l’adoption pour tous.

Al Hy, Alex Goude, Alex Lutz, Anaïs, Anggun, Amandine Bourgeois, Barbara Carlotti, Baptiste Lecaplain, Baz’art à nanas, Ben Mazué, China Moses, Chris Mayne, Christophe Beaugrand, Clarika, Dominique A, Elsa Lunghini, Emmanuel Moire, Jeanne Cherhal, Jean Pierre Danel, Jenifer, Jennifer Ayache (Superbus), Julie Zenatti, Julien Clerc, Karima Charni, Karine Ferri, Keren Ann, L, La Grande Sophie, Laurent Lamarca, Lorie, Mademoiselle K, Make The Girl Dance, Medhi Zannad, Merwan Rim, Mika, Mutines, Patricia Kaas, Quentin Mosimann, RoBERT, Séverin, Sheryfa Luna, Sofia Essaïdi, Sophie Carpentier, Tal, Thomas Fersen, Thierry Gali, Valérie Damidot, Ysa Ferrer

Oui au mariage pour tous! L'égalité, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com/

J’encule tous les sectaires

Blog de Yagg, thomaslut, 13 janvier 2013:

http://thomaslut.yagg.com/2013/01/13/jencule-tous-les-sectaires/

Comme c’était à prévoir, c’est un dimanche de merde à Paris, où, mieux vaut ne pas sortir tant la haine défile dans les rues. Oui, aujourd’hui, je préfère rester chez moi pour ma sécurité, parce que les idéaux les plus nauséabonds français circulent en toute impunité.

Frigide Barjot – l’autoproclamée chef de file de la « Manif pour tous » et surtout pour l’autopromotion de son torchon « Touche pas à mon sexe » – On constate qu’à trop baigner dans les orgies noctambules des discothèques, la pauvre dame est devenue sourde. Et oui Madame Tellene, personne ne ment aux enfants sur leurs origines, si ce n’est vous avec votre parcours dissolu. Vous avez tenté de faire de l’humour chez Ruquier hier soir. Peu de comiques me font rire, vous avez été navrante. Quant on a raté sa vie (ce que semble affirmer votre plaidoyer), on ne donne pas de leçon aux autres. Oui, il y a des homos libertins, mais vous omettez de dire aussi que de plus en plus d’hétéros adoptent le mode de vie PQR (Plan cul régulier). Ca nous donne des leçons de savoir vivre, nous dénigre et prétend nous aimer ? Mon cul à vos bonnes paroles, vous n’êtes qu’une opportuniste pathétique.

Xavier Bongigault persiste et signe des amalgames douteux. François Hollande n’est pas Hitler ! Monsieur Hollande souhaite nous donner la possibilité de nous marier, pas de nous envoyer à la chambre à gaz. Monsieur Bongigault, cessez les produits de décoloration capillaire à l’ammoniaque, ils nuisent visiblement à votre intégrité mentale, et, surtout, pensez à utiliser un préservatif lors de votre prochaine virée en backroom.

Christine Boutin, actuellement non-élue de la République, souhaite mettre un terme à la liberté créée en Mai 68. Et bien, dans ce cas, Madame Boutin, puisque vous souhaitez le retour de valeurs passéistes, pourquoi aujourd’hui, ne restez vous pas dans votre cuisine pour préparer une tarte à vos petits enfants ?

Civitas, le chapelet en main, loue son « Saigneur » en latin place Pinel. Tiens donc, ce n’était pas ce groupuscule fasciste qui, il n’y a pas si longtemps de cela, dénonçait les prières de rue des musulmans dans le quartier de la goutte d’or ? On ne rappellera pas leur passage à tabac des Femen lors de la dernière mobilisation du même genre, c’est resté dans les anales. L’un de ses membres, ces derniers jours sur Twitter, souhaitait détruire à jamais Sodome… Le Monsieur n’a donc pas peur de s’auto-exterminer ? Pour info, la sodomie est aussi une pratique très répandue chez les hétéros. Civitas, vous devriez lire « Osez la Sodomie » de Coralie Trinh Ti, ça vous ouvrirait l’esprit.

Et ces familles qui bravent le froid, que font elles là ? Que défendent elles ? L’avenir de leurs enfants ? Ca en dit long sur le traitement qu’elles leur réservent. « Le refuge » va avoir encore du pain sur la planche durant les années à venir avec des parents pareils. Personnellement, je plains vos mômes, votre sens de l’amour est si étriqué qu’on le confond avec la haine.

André XXIII, l’Abbé Grosjean et toute la clique de honteuses, si vous mettiez autant d’énergie à lutter contre la pauvreté que celle déployée pour nuire à l’égalité, rares seraient les SDF à dormir dehors. 1.000.000 d’euros dépensés pour la haine et le maintien d’un statut familial en voie d’extinction, ça fait mal. On voit où sont les priorités de l’Eglise !

UMP, FN, Alliance Pro-Vie… Je vous mets dans le même sac, puisse t’il vous étouffer.

Bref, aujourd’hui, j’ai mal. J’en ai ras le bol de ne pas être respecté en tant que Citoyen. J’en ai ras le bol de payer des impôts et d’être solidaire de gens qui me haïssent. J’en aurais presque envie d’avaler des somnifères afin de dormir jusqu’à demain. J’ai peur d’allumer la télévision par crainte d’être obligé d’avoir à en racheter une. Votre haine, votre haine, votre haine… Bref, je vous la retourne en quelques lignes. Vous n’avez aucun argument recevable à mes yeux pour justifier vos actes. Ras le bol. Plutôt que m’épuiser inutilement, car je suis fatigué d’argumenter avec vous, je vous adresse ces derniers mots empruntés aux King’s Queer : « J’encule tous les sectaires, Mon trou du cul est révolutionnaire »

Oui au mariage pour tous, à l'adoption, à la PMA, à la filiation! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com

Ils ne sont pas homophobes, comme ils disent

Article de Marianne du 11 décembre 2012:

http://www.marianne.net/Ils-ne-sont-pas-homophobes-comme-ils-disent_a224627.html

ls ne sont pas homophobes, mais ils considèrent que les homosexuels sont devenus un peu trop voyants, trop bruyants, en osant réclamer le droit au mariage. Comme s’ils étaient des citoyens de seconde zone.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils estiment que leur octroyer ce droit est un privilège. C’est une très vieille ficelle réactionnaire que de faire croire qu’un droit accordé à ceux qui ne l’ont pas va l’enlever à d’autres.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils pensent que la vénérable institution du mariage doit être protégée de cette agression. Comme si les homosexuels étaient responsables et coupables du fait qu’un mariage sur deux se termine aujourd’hui par un divorce.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils jugent que le mariage n’a pas pour vocation d’offrir un manteau de respectabilité à des amours dissolues. Comme si le code civil avait jamais parlé d’amour. Comme si les amours hétéro se limitaient à la position du missionnaire.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils jurent que la famille est en danger. Comme si la principale menace n’était pas la précarité sociale, sur laquelle ils restent muets.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils croient profondément qu’un enfant a besoin, pour être heureux, d’un papa, d’une maman, d’un labrador et d’un 4 x 4. Et pas de deux parents (au moins) du même sexe. Comme si des siècles d’hétéroparentalité avaient éradiqué l’enfance maltraitée des faits divers.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils sentent qu’un enfant a besoin, pour se développer, d’un référent masculin et d’un référent féminin. Comme si le vase clos de la cellule parentale suffisait à fabriquer un futur adulte, comme s’il n’était pas le produit de toute une société, composée d’hommes et de femmes.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils jugent que le mariage homo ouvrira la porte à l’inceste, la polygamie, la zoophilie… Comme si l’amour entre personnes du même sexe était une pathologie, une déviance, une tare menant à l’animalité.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils présument qu’ouvrir l’adoption aux couples du même sexe la détournera de sa raison d’être – donner un foyer à un enfant malheureux – par pur égoïsme. Comme si l’adoption aujourd’hui n’établissait pas déjà un droit à l’enfant.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils clament que bientôt «on pourra acheter un enfant sur Internet» : homosexualité et pédophilie, même combat, comme le sous-entend le cardinal André Vingt-Trois !

Ils ne sont pas homophobes, mais ils refusent de céder comme des moutons de Panurge à la «modernité» bien-pensante dictée depuis Boboland. Comme si l’égalité en droits était une idée du futur.

Ils ne sont pas homophobes mais, quand même, les gays et les lesbiennes ne devraient pas imposer leur «choix de vie» à l’ensemble de la société. Comme si on choisissait d’être homosexuel.

Ils ne sont pas homophobes, mais ils couinent que l’homosexualité a détruit la civilisation grecque, et que le mariage homo signe plus sûrement que le calendrier maya l’extinction de l’humanité.

Ils ne sont pas homophobes – la preuve, leur coiffeur est pédé et ils adorent Stéphane Bern -, mais, au plus profond d’eux-mêmes, ils pensent que les homosexuels ne sont pas tout à fait des hommes et des femmes comme les autres.

* Directeurs adjoints de la rédaction de «Marianne».


Oui au mariage pour tous! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com

Ce ne sont donc pas en premier lieu les parents au sein des familles homoparentales qui sont mis en situation de fragilité et sont des citoyens de “seconde catégorie” mais bien les enfants. Nous ne demandons pas le droit de faire des enfants, Dieu merci, ils sont là !!!!! Nous demandons, nous exigeons pour eux, les mêmes droits à la sécurité et au bonheur que tous les autres enfants, simplement au regard de la priorité absolue que doit être le droit de l’enfant. Les couples homosexuels ne réclament pas un droit à l’enfant, ils l’ont, comme tout un chacun, ils réclament pour leurs enfants un droit à la famille, à leur famille.
Manifestations pour l’égalité des droits 19 et 27 janvier 2013
MANIFS POUR L’EGALITE DES DROITS (FRANCE ET MONDE) DANS 25 VILLES (dans l’attente d’autres villes…)

Angers: 19/01 à 15h, Porte Saint-Aubin, à l’angle de la rue Saint-Aubin et du bd Foch
https://www.facebook.com/events/404847619595277/

Angoulème: 19/01 à 14h Gare d’Angoulème
https://www.facebook.com/events/455912184471118/
Bayonne: 26/01 (+ d’infos bientôt)
Bordeaux: 19/01 (+ d’infos bientôt)
https://www.facebook.com/events/315664058550658/?ref=notif&notif_t=plan_user_invited
Clermont Ferrand: 26/01 à 14h (+ d’infos bientôt)
https://www.facebook.com/events/577665268917238/
Le Mans: 19/01 à 15h Place de la République
Lannion: 19/01 à 15h Parvis de la Mairie
https://www.facebook.com/events/408025279288021/408031582620724/?notif_t=plan_mall_activity
Lille: 19/01 à 14h30 Place de la République
https://www.facebook.com/events/545350022159848/?ref=3
Lyon: 26/01 à 14h30 Place Bellecour
https://www.facebook.com/events/136599486496226/
Marseille: 19/01 à 14h Place Léon Blum (devant l’église des Réformés)
https://www.facebook.com/events/140345799452112/?ref=3
Montauban: ils/elles étaient une cinquantaine pour célébrer un mariage symbolique le 5/01…
Montpellier: 28/01 à 18h30 Place des Martyrs de la Résistance (Préfecture de l’Hérault)
https://www.facebook.com/events/394976647252940/?notif_t=plan_user_invited
Montréal: 27/12 à 13h devant le Consulat de France
https://www.facebook.com/events/531828836842174
Nancy: 19/01 à 15h Place Maginot
https://www.facebook.com/events/542902902389525/?suggestsessionid=12958432391357607349
Nantes: 19/01 14h30 Place du Bouffay
https://www.facebook.com/events/478765872165269/?notif_t=plan_user_invited
Nice: 19/01 à 14H30 Place Garibaldi
Orléans: 19/01 (+ d’infos bientôt)
https://www.facebook.com/events/568428106504231/
Paris: 27/01 14h Départ: Denfert-Rochereau. Arrivée: Bastille => MANIFESTATION NATIONALE
https://www.facebook.com/events/185968891542715/
Poitiers: 12/01 à 14h Place du Maréchal Leclerc
https://www.facebook.com/events/480310335341154/
Quimper: 19/01 à 15h Place Saint Corentin
https://www.facebook.com/events/132885850203260/
Rennes: 19/01 à 15h Place Sainte-Anne
https://www.facebook.com/events/255383291257067/?ref=3&__req=8
Rouen: 19/01 à 14h (+ d’infos bientôt)
https://www.facebook.com/events/477741925609644/
Saumur: 19/01 à 11h Place de la République
https://www.facebook.com/events/425567450849733/
Strasbourg: 19/01 à 14h30 (+ d’infos bientôt)
https://www.facebook.com/events/454792917912214/
Toulouse: 19/01 à 15h (+ d’infos bientôt)
https://www.facebook.com/events/530264900324674/
Tours: 19/01 à 15h devant l’hotel de ville
https://www.facebook.com/events/542214045789612/

N’hésitez pas à aller sur ces différents sites :

http://pridemap.fr/

http://pridemap.fr/27-01/

http://www.facebook.com/events/185968891542715/?ref=ts&fref=ts


Ils appellent tous à la manifestation “le 13 janvier, contre le mariage pour tous”
Civitas, l'UOIF, le Bloc identitaire, le FN, l'UMP, une grande majorité de l’église catho…
Ils se détestent tous mais trouvent toujours à se réconcilier sur le dos des homos, des femmes, des plus faibles….

Oui au mariage pour tous, à l'adoption, à la PMA, à la filiation! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com/

Ce que la « manif pour tous » dit aussi des rapports hommes/femmes
http://blog.francetvinfo.fr/ladies-and-gentlemen/2013/01/13/ce-que-le-manif-pour-tous-dit-aussi-des-rapports-hommesfemmes.html

Ça commence par un logo, celui qui représente la famille idéale : papa tient la main de maman (toujours figurée un peu plus petite que son conjoint en dépit du fait que la taille des femmes ait davantage crû que celle des hommes dans les trente dernières années), papa tient la main du petit garçon, maman celle de la petite fille. Chacun le sien. Les filles sont en jupe, les garçons sont en pantalon. Les clichés, c’est bien, ça permet de se repérer plus facilement.

Ca se poursuit par des slogans : « papa et maman, il n’y a pas mieux pour un enfant » (les parents veufs et célibataires et leurs enfants apprécieront), « touche pas à ma parité » (ah! tiens, tout à coup, dans la sphère intime, c’est important d’avoir autant de femmes que d’hommes, quand ce n’est pas essentiel ni franchement urgent dans les conseils d’administration des entreprises du CAC 40 ou la Banque Centrale Européenne. Chacun voit la parité à sa porte, on dirait!), « un père et une mère, c’est complémentaire » (surtout pour la répartition des tâches ménagères, hum) et bien sûr « la famille, c’est sacré! ». Mais quelle famille au juste?

La famille, « sacrée » : du divorce mal digéré à l’homoparentalité réprouvée

Celle qui consacre et entretient les rôles genrés. Le regard (négatif) porté sur les couple de mères ou les couples de pères est par ricochet un jugement désapprobateur porté sur les mères ou les pères célibataires. Ce serait des parents incomplets auxquels les qualités de l’autre genre ferait défaut. Où l’on comprend que la part de la société française que révulse le mariage des homosexuels n’a toujours pas complètement digéré le divorce et qu’elle persiste à le considérer comme une faillite de la famille, une entrave au développement équilibré des enfants, voire un acte irresponsable d’adultes égoïstes qui sacrifient leur épanouissement individuel sur l’autel du besoin des enfants (là encore, les divorcé-es et les recomposé-es, ainsi que leurs enfants apprécieront certainement d’être vus, à travers les slogans sacrant la famille idéale « papa, maman, ma soeur et moi » comme des familles en échec, des familles au rabais, des familles que jamais le logo de la « manif pour tous » ne représentera).

Que veut-on au juste protéger : les enfants ou les structures inégalitaires de la société?

Où l’on observe aussi qu’au-delà de la question biologique, c’est bien la question de ce que doit être une mère et de ce que doit être un père qui est en réalité en jeu dans la « conviction » que le mariage et la parentalité pour les gays est néfaste à la société. Partant, c’est aussi la question de la préservation du rôle dévolu aux femmes et du rôle dévolu aux hommes dans la sphère intime qui est défendue par les opposants au mariage pour tous. Qu’un homme puisse tenir alternativement le rôle maternel et le rôle paternel auprès de ses enfants leur semble incongru. Qu’une femme puisse en faire autant ne les laisse pas plus sereins.  Eux qui disent protéger le code civil et se faire les apôtres des droits de l’enfant, protègent en réalité avant tout une conception (légèrement archaïque) des relations hommes/femmes. Le slogan sous-jacent, c’est « chacun à sa place et les structures de la société seront bien gardées ». Même si cette société est inégalitaire et stéréotypale, même si cette société a jusqu’ici démontré son incapacité à traiter les hommes et les femmes comme des êtres parfaitement égaux. Ce sont des êtres « complémentaires » disent les pancartes, terme exactement similaire à celui d’un certain projet de constitution tunisienne qui voulait officiellement instaurer l’infériorité des femmes. Certes, hommes et femmes ont mutuellement à s’apporter (comme tous les humains entre eux, soit dit en passant), mais avant d’être « complémentaires », commençons par être égaux, sans quoi c’est juste une énorme arnaque pour celui (enfin celle) qui fait le « complément ».

Et si les couples et parents homos proposaient de nouveaux modèles positifs de rapports familiaux?

J’ose donc croire, sans naïveté exagérée mais avec un optimiste affirmé, que la famille homoparentale est possiblement porteuse d’une autre vision des rapports de genre, à travers les autres modèles de couple qu’elle propose. C’est une famille dans laquelle l’activité professionnelle et le salaire de chaque membre du couple se pose dans d’autres termes, où le différentiel revenu principal/revenu d’appoint n’a plus la même raison d’être et ne recoupe évidemment plus la différence des sexes. C’est une famille dans laquelle les tâches ménagères sont de facto dégenrées. C’est une famille dans laquelle l’autorité comme la douceur, la technicité comme l’intuition, la rationalité comme l’émotion appartiennent autant au domaine de l’un(e) et de l’autre membre du couple. C’est une famille qui ne transmet par définition pas une foule de stéréotypes sexistes tels que « papa travaille, maman repasse », « papa est le chef de famille, maman est câline », « papa joue, maman soigne »…  Et si, nous autres, hommes et femmes hétéros, pères et mères hétéros, avions bien plus à apprendre des homos que nous ne l’imaginons pour construire nos couples et nos familles de façon plus égalitaire et mieux équilibrée?

Oui au mariage pour tous, à l'adoption, à la PMA, à la filiation! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com

Aux manifestant-e-s du 13 janvier: savez-vous pourquoi vous serez à la « Manif Pour Tous »?

Article d’Elisabeth Ronzier, présidente de Sos Homophobie sur le Huffington Post, le 12 janvier 2013

http://www.huffingtonpost.fr/elisabeth-ronzier/manifestations-anti-mariage-gay-du-13-janvier-_b_2453978.html

Nombre de personnalités, laïques et religieuses, ami-e-s, membres de votre famille vous appellent à la mobilisation pour soutenir une manifestation dite « pour tous » et dont l’objet est d’empêcher un projet de loi visant à inclure dans le droit conjugal et familial de la République française des couples et des familles qui en sont aujourd’hui exclus.

Dimanche 13 janvier, vous manifesterez pour dire à la France qu’un seul modèle doit être protégé par le droit: le modèle hétérosexuel. La « Manif pour Tous » va à l’encontre des droits d’une catégorie de la population française. Pire, l’invitation à participer à la « Manif Pour Tous » contient un certain nombre de contre-vérités et de mauvaises analyses.

D’abord, rappelons que ce projet de loi concerne uniquement le droit civil, républicain et laïc et qu’il n’est pas question de mariage religieux.

D’autre part, certains prétendent que les termes « père » et « mère » seront entièrement supprimés du code civil. Or, le projet de loi ne supprimera aucunement les mots « père » et « mère » du code civil. Ils sont maintenus intégralement dans le titre 7 relatif à la filiation, aucun article de ce titre n’étant modifié dans le projet de loi. Le texte de loi n’instaure aucunement les termes de « Parent 1″ et « Parent 2″. Seuls les termes « parents » ou « époux » remplacent l’expression « père et mère » ou « mari et femme » lorsque cela est nécessaire pour rendre la loi applicable par un juge.

Les organisateurs et organisatrices de la manif du 13 janvier analysent cette loi en estimant qu’elle ouvrirait un « droit à l’enfant » opposable aux « droits de l’enfant ». SOS homophobie souhaite encore rappeler qu’il n’existe, ni n’existera, aucun « droit à l’enfant ». Aucun couple, homosexuel ou hétérosexuel, n’a le droit d’exiger un enfant ! Le seul droit qui sera conféré aux homosexuel-le-s par cette loi, c’est le droit de porter en tant que couple un dossier de candidature à l’obtention d’un agrément pour une adoption.

Il n’existe pas non plus de « droit de l’enfant » qui indiquerait que l’enfant a « droit » d’avoir un père et une mère. Si tel était le cas, les hommes auraient l’obligation de reconnaître tous leurs enfants, les célibataires n’auraient pas droit à l’adoption, à titre d’exemple. Or, aucune de ces mesures n’est en vigueur pour garantir ce fameux « droit à un père et une mère » que vous prônez en allant manifester le 13 janvier.

Personne – ni nous, ni les scientifiques, ni vous – ne peut affirmer que la famille hétéroparentale est plus favorable à l’épanouissement d’un enfant que la famille homoparentale. Ce n’est pas l’orientation sexuelle des parents qui détermine leur qualité de parents. De plus, le véritable parcours du combattant pour fonder une famille par adoption donne largement le temps à tous les parents de penser et questionner leur projet parental ainsi que la solidité de leur couple.

Les enfants d’homosexuel-les vont tout aussi bien que les autres, les familles homoparentales sont des familles comme les autres familles à cette différence près qu’il plane sur elles une épée de Damoclès qui n’existe que sur elles. Cette épée est l’angoisse du deuxième parent de n’avoir aucun droit sur l’enfant et de savoir qu’en cas de séparation ou de décès du parent légal, les enfants peuvent voir intégralement coupé leur lien avec leur deuxième parent, avec leurs frères et sœurs, avec leurs grands-parents et avec toute une partie de leur famille, la famille « fantôme », celle qui n’existe pas aux yeux de la loi.

Cette loi a pour seul but de sécuriser des enfants et des familles de France, ce que vous-même dites souhaiter. Pour seul but encore d’instaurer une égalité d’accès au droit et de changer le regard infériorisant sur l’homoparentalité et sur l’homosexualité.

Enfin, pour vous motiver encore à aller manifester le 13 janvier, on vous fait croire que cette manifestation serait « sans homophobie » et même « contre l’homophobie ». SOS homophobie ne peut tolérer cet argument. Lorsque l’on s’oppose à l’égalité des droits entre les noirs et les blancs, cela s’appelle du racisme. Lorsque l’on s’oppose à l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, cela s’appelle du sexisme. Lorsqu’on s’oppose à l’égalité des droits entre les couples homosexuels et les couples hétérosexuels, cela s’appelle de l’homophobie. L’homophobie ce n’est pas seulement éprouver de la haine envers les personnes homosexuelles, c’est aussi de penser que l’hétérosexualité serait préférable à l’homosexualité, c’est à dire hiérarchiser les orientations sexuelles et hiérarchiser par conséquent les couples en fonction du sexe des conjoints et les familles en fonction du sexe des parents.

Si vous êtes contre l’homophobie, comment comptez-vous lutter contre celle-ci en prônant qu’une catégorie de couples est inférieure et doit rester à l’écart du droit commun, qu’une catégorie de couples et de familles ne vaut pas autant que les autres en raison de l’orientation sexuelle du couple et des parents?

Cette loi porte en elle-même, du seul fait de son existence, les outils et les symboles nécessaires et indispensables à la lutte contre l’homophobie. Elle dit aux Français et aux Françaises que toutes les orientations amoureuses se valent, elles sont égales devant la loi.

En manifestant contre, vous contribuez à stigmatiser les familles homoparentales en les prétendant « dangereuses » pour les enfants. En affirmant que seule la famille hétéroparentale est digne d’être protégée par la loi de la République Française, vous faites l’apologie d’une hiérarchie entre les couples et les familles. En manifestant, vous portez et diffusez un message qui atteint les jeunes et les moins jeunes d’une manière profonde et dangereuse, distillant au fond d’eux-mêmes et d’elles-mêmes le doute quant à la recevabilité de leur orientation sexuelle, messages pouvant les mener jusqu’au rejet et à la haine de soi, parfois au suicide.

SOS homophobie a reçu en décembre 2012 trois fois plus d’appels et de témoignages qu’en décembre 2011. Cette explosion est directement liée au débat, à la violence de votre opposition, et à l’homophobie pas si insidieuse que ça de la « Manif Pour Tous ».

SOS homophobie est une association engagée pour l’égalité des droits et œuvre pour la construction d’une société dans laquelle chacun-e pourra être ce qu’il est et pourra fonder sa famille, en outre comme il ou elle l’entend, société dans laquelle une personne pourra se révéler être homosexuelle ou hétérosexuelle sans aucune différence, dans laquelle chacun-e pourra vivre pleinement sa vie dans la transparence et l’estime de soi.

Manifester le 13 janvier ce n’est ni « Pour Tous », ni « contre l’homophobie ». Manifester le 13 janvier c’est pour refuser l’égalité à une partie de la population déjà stigmatisée. Pour l’égalité et le refus de l’homophobie, c’est le 27 janvier qu’il faut manifester.

Oui au mariage pour tous, à l'adoption, à la PMA, à la filiation! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com

youtube

Excellente vidéo des Dures à Queer! A faire tourner!

La droite manifeste rarement. On le sait, ce n’est pas «dans sa culture». Mais lorsqu’elle appelle à descendre dans la rue – peut-être justement parce qu’elle le fait peu –, elle mobilise en masse. On l’a vu avec l’école libre en 1984, avec le pacs en 1999. On le verra encore le 13 janvier sans doute. La droite, qui estimait qu’il n’était pas nécessaire de manifester – sa colère, sa crainte, son indignation – lorsque Jean-Marie Le Pen s’est retrouvé au second tour d’une élection présidentielle, cette droite nous trouve dangereux/ses au point d’appeler à manifester contre nous. Avec le Front national. La droite, l’extrême droite et les représentant-e-s des religions se sont trouvé un ennemi commun: nous.
Mariage pour tous : face à Vincent Peillon, l’UMP brade la laïcité pour exister

Article du Nouvel Observateur écrit par Jean Martais le 6 janvier 2013:

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/747765-mariage-pour-tous-face-a-vincent-peillon-l-ump-brade-la-laicite-pour-exister.html

La tension monte entre Vincent Peillon et l’opposition. Vendredi 4 janvier, le ministre de l’Education a écrit aux recteurs en les appelant « à la plus grande vigilance » sur la question du mariage pour tous, pour qu’il n’y ait pas « de stigmatisation homophobes ». Le rappel à l’ordre vise notamment les établissements catholiques et suscite les critiques de la droite.

Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, à Paris le 31 août 2012 (BISSON/SIPA).

Avec l’exil fiscal belge puis la demande de nationalité russe de Gérard Depardieu, qui rêve d’une divine idylle avec le charmant Vladimir Poutine, le droit au « mariage pour tous » et à l’adoption par les couples de même sexe est LE débat clivant du moment, avec comme point d’orgue la manifestation des « antis » qui se déroulera le 13 janvier à Paris.

Il est évidemment question pour les opposants, qu’ils soient membres d’associations, militants politiques, hiérarques de l’Eglise ou simples citoyens, de créer un effet de masse et un rapport de force susceptibles de faire reculer le gouvernement qui doit proposer ce projet de loi dans les prochaines semaines.

La droite cherche à décrédibiliser le gouvernement

Mais il est surtout question pour la droite de créer les conditions d’une mise en infériorité numérique de l’équipe gouvernementale où l’arbitre suprême, le peuple, est prié de siffler la fin de la récréation. Comme si le peuple ne s’était pas prononcé en mai et juin dernier pour élire un nouvel exécutif et un nouveau parlement. Comme si ce projet de loi ne faisait pas partie des propositions du candidat Hollande (proposition 31) ou que celui-ci avait été élu par effraction.

Mais l’imposture médiatique de la droite vise justement à nous faire croire que ce débat de société serait un débat hors-sol dépassant le simple cadre de la législation ordinaire puisqu’il impacterait drastiquement et pour longtemps notre société. D’où l’idée martelée par l’opposition que ce projet constitue un passage en force du gouvernement, qu’un référendum ou un grand débat national auraient dû en toute logique préempter.

Alors la droite rêve, sans s’en cacher, d’un nouveau juin 1984, date qui la vit faire reculer, grâce à la pression de la rue, le gouvernement socialiste sur le projet de loi Savary, alors que celui-ci voulait créer un grand service public laïc et unifié de l’éducation.

Laisser l’Eglise s’emparer du débat, c’est bafouer la laïcité

Au centre de cette lutte de pouvoir et d’influence se retrouve de nouveau la laïcité. Ou plutôt son alibi. Comme en 1984. Parce que l’Eglise catholique (pas uniquement mais principalement) s’est invitée dans un débat civil qui ne la concerne en rien, bafouant le principe de neutralité sous-tendu par la loi de 1905 relative à la séparation des Églises et de l’État, neutralité qu’elle maquille aux couleurs de sa liberté de conscience.

Juin 1984, ce modèle ultime de l’insurrection civique pour la droite, et notamment pour Jean-François Copé. Ce n’est pas la première fois, et ce n’est pas anodin, que cette référence est convoquée. Elle oppose la bataille de la rue au combat des idées et privilégie la démonstration de force à la voie parlementaire. Mieux, elle clive la société alors que le président Hollande est censée la rassembler. C’est une pépite pour cette droite en mal d’arguments convaincants.

Soyons clairs : que les citoyens croyants de toutes les religions expriment une opinion individuelle, quelle qu’elle soit et y compris dans la rue, n’est contestable d’aucune manière. C’est leur droit le plus strict et c’est une chance pour notre démocratie. Mais que l’épiscopat se positionne en tant qu’institution religieuse lobbyiste est une ingérence pure et simple.

Et un non-sens. Démonstration en est faite au sein même de l’Eglise catholique, où des voix discordantes se sont faites entendre, qu’elles émanent de prêtes (le prêtre du diocèse de Quimper, ainsi que le prêtre et maire de la commune d’Eréac dans les Côtes d’Armor) ou de simples quidams. C’est également vrai dans le champ politique, on pense notamment à l’UMP Franck Riester qui est favorable à titre personnel au mariage homosexuel.

C’est bien la preuve que ce débat ne peut être confisqué par de quelconques autorités morales dont on comprend aisément qu’elles ne représentent qu’elles-mêmes, et en aucun cas la pluralité de leurs composantes.

En 1984 déjà, pouvoir politique de droite et pouvoir épiscopal s’unirent, les premiers par simple calcul politique, les seconds par pur intérêt, pour combattre une loi qui ne faisait que renforcer la laïcité, quoi qu’on en dise. Car on peut être, pour des raisons personnelles, historiques ou pragmatiques, favorable ou non à l’intégration de l’enseignement privé dans l’enseignement public que proposait à l’époque la loi Savary. Mais on peut difficilement nier que, par définition, cette loi allait dans le sens d’une laïcité consolidée.

Cette alliance était donc une hérésie cynique et illicite dont on emprunte aujourd’hui le même chemin.

L’ingérence de l’enseignement catholique est une faute

Car l’affaire a pris une tournure encore plus radicale à la suite de la lettre adressée le 12 décembre par le secrétaire général de l’Enseignement catholique Eric de Labarre aux chefs d’établissement des 8.300 écoles, collèges et lycées privés catholiques leur rappelant la position officielle – contre le mariage pour tous – et leur demandant de prendre « les initiatives qui leur paraissent localement les plus adaptées pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée à l’égard des choix aujourd’hui envisagés par les pouvoirs publics ».

Des mots habilement soupesés mais qui ne laissent aucun doute quant-à la finalité partisane de la prise de position : faire en sorte que l’enseignement catholique (direction, enseignants, parents d’élèves) se positionne clairement en tant que contre-poids à ce projet du gouvernement.

Ce débat suggéré par Eric de Labarre est d’une hypocrisie qui ne dit pas son nom. Car qui peut penser qu’il se déroulera dans un milieu impartial, dont la neutralité garantirait une réflexion apaisée ? Peut-on imaginer un directeur d’établissement ou un enseignant aller à l’encontre de la position officielle de son institution sans en subir les conséquences en termes de carrière ? Quel serait l’impact, sur des élèves homosexuels scolarisés dans ces établissements, d’une discussion par nature orientée dont on connait à l’avance le résultat ? Quelle serait la position des parents ?

Vincent Peillon dans son rôle de vigie

Le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a donc rappelé que les écoles, notamment celles sous contrat privé avec l’Etat, devaient rester des lieux neutres dans lesquels tout prosélytisme devait être banni, déclarant :

« Il ne me semble pas opportun d’importer dans l’école le débat sur le mariage pour tous. Je considère même qu’en adressant une lettre aux chefs d’établissement, le secrétaire de l’Enseignement catholique a commis une faute. (…) Et je suis très respectueux du caractère propre de l’enseignement catholique. Mais, en retour, cet enseignement, qui est sous contrat avec l’État, doit respecter le principe de neutralité et de liberté de conscience de chacun ».

Le ministre de l’Education est donc parfaitement dans son rôle lorsqu’il rappelle ces fondamentaux et il aurait été incompréhensible, et même illisible en termes de doctrine, qu’il ne se positionne pas de la sorte. Lui intenter un procès en anticléricalisme alors qu’il ne fait que protéger la laïcité est donc un procédé abject.

Et pourtant…

Wauquiez, symptôme de l’impuissance de l’opposition

Pourtant, il était évident que les membres de la droite en mal de notoriété, de reconnaissance ou de talent, ceux qui cherchent désespérément lumière et audience (Copé prend de la place…), n’auraient pas pu laisser passer l’occasion.

Et c’est ce qu’a fait Laurent Wauquiez en accordant samedi 5 janvier une interview au « Figaro » dans laquelle il taxe ce projet de « réforme du rejet, du mépris et de la haine à l’égard des religions », accusant Vincent Peillon de « mépriser l’enseignement catholique » et de « chercher à faire culpabiliser les chrétiens ».

Laurent Wauquiez est un cas d’école et mérite qu’on s’y attarde car il est un symptôme de l’impuissance de l’opposition à entrer dans une argumentation intelligente et cohérente, tout simplement parce que sa ligne politique n’est pas claire.

Il est coutumier des formules à l’emporte-pièce volontairement outrancières, faisant suite le plus souvent à des hibernations prolongées pendant lesquelles on se demande ce qu’il a fait et à quoi il sert. C’est son côté Fillon. Alors, quand il se réveille, il cogne comme un sourd, ne comprenant pas qu’une telle caricature est contre-productive.

On se souvient ainsi de sa formule fleurie quand il professa que « l’assistanat est un cancer ». Et plus récemment, de sa demande d’audition publique du ministre du budget Jérôme Cahuzac, accusé par Mediapart d’avoir détenu un compte bancaire non déclaré en Suisse, mais qui, jusqu’à preuve du contraire, est présumé innocent. En France, c’est à l’accusateur d’apporter des preuves de culpabilité… sauf pour le procureur moral Wauquiez qui a sommé le présumé coupable Cahuzac « d’éclaircir au plus tôt les zones d’ombres de cette affaire » en fournissant des preuves de son innocence. Lunaire.

Le même Laurent Wauquiez, dont l’indignation semble à géométrie variable puisque je ne me souviens pas l’avoir entendu enjoindre l’ancien président Nicolas Sarkozy d’éclaircir au plus tôt les zones d’ombres des affaires Karachi, Bettencourt ou Kadhafi et fils…

Cette fois, pour exister médiatiquement, c’est donc la laïcité, pilier supposé de la droite, qu’il met en charpie et accommode à sa sauce piquante. Car ne pas reconnaître que l’Eglise outrepasse ses prérogatives en agissant en tant qu’institution dans un débat civil et accepter que l’enseignement catholique sous contrat s’essuie les pieds sur l’intangible principe de neutralité scolaire s’apparente à une vente à la découpe de la dite laïcité.

Alors, lorsqu’il explique avec la plus grande décontraction que la gestion de ce projet par le gouvernement pointe une « cathophobie intolérable » (copyright Christine Boutin), renversant la charge de la preuve dans un sophisme improbable – ce serait au gouvernement de démontrer qu’il respecte la religion en acceptant l’ingérence de l’Eglise, pas à l’épiscopat de se tenir à l’écart d’un débat civil –, on en arrive à se demander s’il est un élu de la République ou un croisé.

Une droite réactionnaire

Laurent Wauquiez n’est d’ailleurs pas le seul à instrumentaliser la laïcité. Les dépositaires de la laïcité « identitaire » (oxymore), celle qui, bien qu’étant censée interdire toute discrimination fondée sur la religion, en privilégie quand même une – on pense par exemple à la Droite forte avec sa proposition de modifier la constitution en indiquant que  »la France est une République laïque de tradition chrétienne » –, ont également enfilé leurs habits du dimanche.

Ainsi, Thierry Mariani nous apprend sur I-Télé, vendredi 4 janvier (voir vidéo à partir de 6’20 ») que « l’école catholique, qui se réclame d’un confessionnalisme, est par définition là pour défendre la morale catholique ». Sentence répétée trois fois. On ne rit pas. Et donc dans le monde féerique de Mariani, une école confessionnelle en contrat d’association avec un état laïc serait là pour défendre une morale religieuse. Et ce, même si « les responsables de l’enseignement catholique eux-mêmes estiment qu’au moins 90% des parents font ce choix pour d’autres raisons que la religion ».

Incroyable contre-définition de la laïcité, sorte de menu à la carte dans lequel on picore : au diable la neutralité dès lors qu’elle empiète sur la tradition chrétienne quasiment érigée au rang de religion d’état. Et le respect des programmes est-il lui aussi accessoire, sous réserve expresse qu’il n’y ait pas de cause cléricale à défendre ? Thierry Mariani dirait-il la même chose d’une école de confession musulmane ? Ou serait-ce dans ce cas une dangereuse manifestation de communautarisme ?

Et encore plus loin, plus haut, plus fort, plus émétique, il y a le blog de Bruno Gollnisch. Mais là, c’est une autre histoire, on entre dans la 4e dimension, celle du néant intellectuel, du trou noir idéologique. Sans intérêt.

Oui au mariage pour tous, à l'adoption, à la PMA, à la filiation! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com

Pétition contre le financement public de Civitas

Pétition de l’UFAL (Union des Familles Laïques) qui date du jeudi 29 novembre 2012:

http://www.ufal.info/feminisme-et-laicite/stop-au-financement-public-de-civitas/6811

« L’officine intégriste CIVITAS incite au financement de ses méfaits en sollicitant des dons de la part de particuliers et de sociétés, dons qui bénéficient d’une déduction fiscale sous la forme d’une réduction d’impôt. L’État, et donc l’ensemble des citoyens, finance ainsi CIVITAS en renonçant à percevoir 60 ou 66% du montant des dons au travers de la réduction des impôts acquittés par les donateurs. Cela est rendu possible par une reconnaissance d’intérêt général de Civitas par les services fiscaux : ce n’est pas justifiable au vu des actions de Civitas.
L’UFAL demande donc que le Ministre de l’Economie, Pierre Moscovoci, prenne les mesures nécessaires pour que cela cesse. »

Pour signer la pétition, c’est ici:

http://www.ufal.info/feminisme-et-laicite/stop-au-financement-public-de-civitas/6811

Oui au mariage pour tous! L'égalité, c'est pour maintenant!

ouiaumariagepourtous.wordpress.com

13 janvier 2013 : Paris capitale mondiale de l’homophobie

http://www.facebook.com/photo.php?fbid=594356800580306&set=a.311639928851996.98462.293862777296378&type=1

Quel triste spectacle que celui qui nous a été donné, l’espace d’une journée, de voir Paris devenir la capitale mondiale de l’homophobie, dimanche. En France, patrie des Lumières et des droits de l’Homme, au 21ème siècle, on manifeste contre des nouveaux droits qui seront ouverts à une partie de la population qui a souvent été stigmatisée, maltraitée et mise à l’écart de la société ! Les organisateurs de « La Manif Pour Tous » ont souvent déclaré s’opposer au mariage pour les couples homosexuels et contre l’homophobie… Curieux amalgame ! Pour faire court : « Nous ne sommes pas homophobes, mais il ne faudrait pas que les homosexuels aient les mêmes droits que nous, quand même ».

Avant le début de la manifestation, le point Godwin de la bêtise crasse avait déjà été atteint. L’un des porte-paroles de « La Manif Pour Tous », Xavier Bongibault, faire-valoir homo de l’illuminée et « catho branchée et déjantée » Frigide Barjot, avait déclaré à un journaliste de BFMTV : « Je veux rendre la liberté de parole aux homosexuels. On nous explique que tous les homos sont pour le mariage, c’est une logique choquante et homophobe, c’est dire que tous les homos ont pour seul instinct que leur préférence sexuelle, c ‘est la ligne qui a été défendue par un homme que l’Allemagne a bien connu à partir de 1933 et c’est la ligne défendue par François Hollande ». Qui lui a dit que tous les homosexuels étaient pour le mariage ? J’y suis moi-même opposé, à titre personnel, mais il ne me viendrait jamais à l’esprit de refuser ce nouveau droit aux couples homosexuels qui souhaitent se marier ou adopter

Nous avons vu défilé la France réactionnaire, celle qui veut imposer sa vision rétrograde et archaïque à l’ensemble des Français. Christine Boutin, Christian Vanneste, Philippe de Villiers, Bruno Gollnisch, Laurent Wauquiez, Brice Hortefeux, Henri Guaino, Jean-François Copé… Nous n’avions pas jamais vu une telle concentration d’aussi grands esprits (sic) réunis au même endroit ! La palme d’or de la déclaration la plus stupide revient à Bruno Gollnisch, député européen du Front National : « Un enfant dans un couple homo, ça le transforme en objet ou en animal de compagnie ». Belle remarque de celui qui fut pendant de très longues années le toutou de Jean-Marie Le Pen et qui a été lâchement abandonné par son maître… C’est vrai, le FN c’est une affaire de famille avant tout !

Alors du côté des religieux, c’était « l’union sacrée ». Chrétiens, juifs, musulmans unis dans la même haine. Celle qui est prônée par toutes les religions du Livre contre l’homosexualité. Une belle brochette de calotins qui mènent un combat d’arrière-garde, comme ce fut souvent le cas. Les mêmes qui furent contre la légalisation de l’IVG ou l’instauration du PACS… Leur discours n’a pas beaucoup changé. En fait, un peu quand même : ils ne sont plus homophobes, comme ils aiment le préciser à chaque fois ! La palme d’or de la couardise est attribuée à Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris, président de la Conférence des évêques de France. Il a juste daigné venir saluer les manifestants, quelques heures avant le départ du cortège. Pas fou le cardinal, il n’avait pas envie de se les geler ! Sa devise : « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! ». Quant au Grand Rabbin Gilles Bernheim, cité en exemple par le pape Benoît XVI pour son « argumentaire » indigeste contre le mariage pour tous, il n’a même pas fait le déplacement. Comble de l’ironie, quelques jours avant la mobilisation, il avait dit que « l’heure n’était pas à la manifestation, mais à la réflexion »…

Et pour terminer, il y avait le cortège de Civitas, mouvement intégriste religieux dirigé par le Belge Alain Escada. D’habitude ce sont les Français qui s’exportent en Belgique… A un moment, on aurait pu croire que c’était une scène de tournage d’un nouveau volet du film « Les visiteurs ». Des « chevaliers » portant des accoutrements ridicules brandissant des étendards qui l’étaient encore plus ! D’autres manifestants avaient choisi de défiler avec des pancartes avec la photo du pape… Des prières en pleine rue, des rosaires ou des chapelets dans les mains ! Le ridicule ne tue pas, heureusement pour eux ! Les forces de l’ordre avaient tout prévu : un important cordon de CRS était là pour les encadrer et également protéger les passants des débordements de ces « fous de Dieu » pour lesquels le temps s’est figé il y a plusieurs siècles !

Le dimanche 13 janvier 2013, Paris a été la capitale mondiale de l’homophobie, de la haine, des obscurantismes religieux et des réactionnaires. 800 000 manifestants selon les organisateurs, 350 000 selon la police… Plus d’un million d’euros de budget pour cette infâme mobilisation. Pauvre année 2013 qui commence bien mal ! Dans quelques mois, Paul pourra épouser Patrick et Sylvie pourra épouser Sophie. Et ils pourront même adopter des enfants. Après le vote de la loi, les dinosaures pourront hiberner tranquillement et enfin nous foutre la paix !

Giuseppe Di Bella

Oui au mariage pour tous, à l'adoption, à la PMA, à la filiation! L'égalité des droits, c'est pour maintenant!

http://ouiaumariagepourtous.wordpress.com