nostalgique..

Un jukebox

Missy Prince, Memphis II, 2013

(FR) Est-ce un hasard si les murs de cette pièce sont bleus ? A-t-on déjà vu représentation plus honnête et plus poignante de l'histoire de la musique américaine que cette photo ? Toute l'histoire de la musique américaine : le gospel, le blues, le folk, le rock, l'alcool, la danse, le destin. Une musique de migrants, de croyants, de ruraux, qui s'est mécanisée, électrifiée, industrialisée. Ce jukebox semble en être resté là, à la croisée des origines et des mutations à venir. Il symbolise à lui seul un basculement du monde. L'image n'est pas nostalgique, c'est un pur geste de tendresse. Il en imposait, aujourd'hui il encombre et se fait tout petit dans la moitié inférieure du cadre, entre ces murs bleus plusieurs fois rafraîchis mais dont on n'évitera plus l'effritement. Un miroir poussiéreux à gauche reflète ce qu'il voit : un fauteuil vide et la lumière crue du dehors. Cet éclat de blanc suffit à évoquer la vie qui a continué sans lui et inventé de nouvelles façons de jouer de nouvelles variantes de sa musique. Il est particulièrement touchant de penser que c'est cette même lumière qui l'éclaire et a permis à Missy Prince de si bien photographier ce témoin.

(EN) Is it just by chance that the walls in this room are blue ? Have we ever seen a more honest or more poignant representation of the history of American music than this photo ? The whole history of American music – gospel, blues, folk, rock, booze, dance and fate. A music of migrants, believers and country people that was mechanised, electrified and industrialised. This jukebox seems to have always been there at the crossroads of the origins and the mutations to come. It alone symbolizes a shift in the world. The image isn’t nostalgic; it’s a pure gesture of tenderness. It used to be an impressive thing, now it’s in the way and is trying to make itself small in the bottom half of the shot, between these blue walls that have been repainted over and over but whose crumbling can no longer be halted. A dusty mirror on the left reflects what it sees: an empty armchair and the harsh light outside. That burst of white is enough to evoke the life that goes on without it and where new ways of playing new kinds of music have been invented. It is particularly touching to think that it is this same light that shines on it and enables Missy Prince to photograph this eye-witness so well.

From Selektor III: Missy Prince, digital issue

36x47,6 cm poster included with every print issue, final deadline

Je suis tombé par hasard sur ces quelques mots, en faisant du rangement. Oh, rien de fou. Mais quelques mots quand même. Ça m'a fait sourire, et, la seconde d'après, ça m'a fait prendre conscience qu'elle me manque et que je n'ai pas vraiment tourné la page. Après tout, c'est normal: c'est une fille géniale, qui a tout pour elle. Et moi, pour la première fois, je me surprends à être nostalgique de l'époque où nos lèvres se pressaient, où nos mains se joignaient dans les parcs, où mes yeux amusés la regardaient dessiner dans les musées… C'était vraiment bien.

youtube

If you understand french, I highly recommend this abridged series about Saint Seiya. It’s really well written and incredibly funny.

Pour les geeks nostalgique, je vous recommande tres sérieusement cette serie abrégée de Saint Seiya (Les chevaliers du zodiaque), une parodie sacrement bien écrite et réalisée par un fan tres talentueux. A mourir de rire.  

Quai

Il était proche d’elle, il penchait un peu la tête, elle sentait ses lèvres au creux de son oreille, il lui parlait tout bas, avec cette musique qui les entraînait dans des contrées étranges et familières, cet air aux rythmes mélangés, cet air nostalgique, suave comme un vent chaud, un souffle, un murmure.  Et en cet instant, il était heureux comme dans son rêve. 
A travers les mots de fumée de la gare, murmures passés sous le souffle du vent, de l’un à l’autre, mélangés,mains qui s’effleurent, fronts qui  se touchent, oublis, fulgurances, paroles muettes, de tendresse, de joie et de tristesse, elle se laissa entraîner dans la danse et tout devint plus fort, plus profond, plus sincère et vrai, par les couleurs vives  de  la  musique,  bigarrées, contrastées du silence, au fond duquel est la vérité.

Eliette Abécassis

Le roman sans nom a propos d’internet ou Virtual World Project :

J’avais fais ce post un peut plus tôt, un peu au hasard je l’avoue, et comme j’ai quand même reçus de l’attention, je vois bien que je suis pas super clair!

Donc, je vais résumer ça en quelques questions pour vous donner le tempo. C’est pas juste histoire de question/réponse, les pavés sont admis et chaudement recommandé dans ma quête!

Il s’agit ici de votre expérience sur le net, les fandoms, les passions ici bas, les rencontre, les ambiance, et tout ce que vous avez tirer au fil des années du temps passer là.

Du bien, mais aussi du mal que ça a put vous apporter. Des changements, de la nostalgie…

Donc j’avais dit que je ferais des questions! Ne nous perdons pas :

  • Ces sites qui vous rende nostalgique quand vous y repassez, pourquoi y étiez vous actif au point de l’être, et qu’y avez-vous vécus?
  • Comment vous vous êtes sentit quand vous avez commencer à parler en ligne? Êtes vous timide? Est-ce que vous vous lâchez totalement?
  • Parlez vous aussi de vos problémes avec vos amis URL?
  • Comment considérez-vous les rencontre sur internet?
  •  Avez-vous des amitiés fortes que vous devez à internet? 
  • Des amitié à distance? Comment vous sentez-vous par rapport à ça?
  • Si vous avez des amitié à distance, cela ne vous fait-il pas un peu peur de rencontrer la personne en vraie ou au contraire? 
  • Est-ce qu’internet vous a initié à de nouvelles choses, vous a boosté pour continuer ce que vous faisiez déjà, ou au contraire, vous a découragé, vous a fait arrêter?
  • Dans quels conditions avez-vous commencer à être proche a ce point du monde du net? Cela a-t’il était bénéfique ou négatif de votre point de vue?
  • Et votre entourage sur la question? Cela créé-t-il des conflits, ou avez vous la possibilité de les faire comprendre? Ou ils vous laissent juste faire, c’est quelque chose comme une autre? Vos amis, votre famille?

Ca m’a aussi inspirée pour y répondre moi-même, je pense avoir fait le tour de la question.

Vous pouvez le publier sur le tag directement ou me l’envoyé, je suis preneuse dans tout les cas! Merci pour votre attention!

Photo Jean  Marquis  -  Pont-de-la-Deûle  1953.

L’ouvrier, l’homme simple, pauvre mais digne, quitte l’usine après une journée de travail, le devoir accompli.

*

L’ HOMME  IMPERMEABLE.

Il ignore que ses ailes
viennent de l’intérieur.
..

*

Il est comme un nuage
qui marche dans le ciel.
Il ne sait pourquoi,
et il ne sait comment.

Il est un nuage
qui cherche de la pluie,
et ne sait pas pleurer ;
il est sans tonnerre, ni éclair.

Il est fait de brumes,
de musiques nostalgiques ;
sans vision, ni espoir,
ses traces sont légères.

Il est comme un nuage
parce qu’il n’ose pas encore.
Il ignore que ses ailes
viennent de l’intérieur.

*

Chloé  Douglas. ( grande poésie révélée )

*

Relais d’écriture et poésie humaniste :

Les poésies du poly.

3

Je suis allée prendre l’air en ville et puis il y avait cet atlas dans une petite librairie et dedans je retrouvé toutes les plantes que j’ai vu pendant mes randonnées dans le sud, ça m’a rendue plutôt nostalgique alors je l’ai pris avec moi…

Douces pensées s'envolent au telle une cigarette … Encore cette odeur de fumée qui la rend nostalgique … Prendre une bouffée , s'étouffer un peu et garder en soi cette brume …

La couleur du ciel mêlée au bruit de l’orage me donne juste envie de rester affalée sur mon lit, avec un peu de musique triste en fond. Cette ambiance me rend nostalgique mais j’aime tellement quand l’orage gronde et que je me sens en sécurité. La nature se déchaîne, se libère, fait éclater sa colère elle fait tout ce que moi je n’arrive pas à faire.

‘’Puisqu’être justice est compliquer, nous devons faire des choix, Remettre nos valeur en question, s’ébranler jusqu’à l’âme pour accomplir nos but, pour mettre nos valeur en action. Quitte à tout perdre. Es ce le bon choix? Es ce les bonnes mesures au problème? De joie ou de regret, maintenant nostalgique devant le passé derrière soi. Parfois plus l’un que l’autre, sans jamais n’oublier rien, s’écorcher avec par moment, jusqu’au jour, ou tout sera oublier et paix restaurer. Même si se jour est lointain.’’

Another job doodle, but I finished it home with another pen… And didn’t place one of the hand good, but still love it.

captainswan-asyouwish a réagi à votre billet “guess who has an exam tomorrow and is waking up at 2am to watch the ep…”

*Stéphanie de Monaco* C'est pas de ma faute, c'est la faute de ton image. X-D Bon courage pour demain matin. Ca me rend presque nostalgique de mes propres partiels de l'année dernière, quand je priais pour ne pas en avoir le lundi matin. Lol

j'adore telemagouille MDRRR
Mes potes n'ont pas compris ma détresse quand j'ai vu l'epreuve le lundi matin j'étais dépitée (et encore plus quand j'ai vu que c'etait le lendemain de CS reunion) ! ne soit pas nostalgique non ^^

corasticot a réagi à votre billet :J’ai toujours eut envie de développer une histoire…

Ça a l'air sympa, mais en quoi tu voudrais de l'aide?

Wooow, désolé je sentais bien que c’était peut être pas clair xD

J’ai peur de faire des personnages trop ressemblant, et avec eux j’aimerais apporter différent point de vue sur tout ça.

Je dirais qu’en tant que témoignage (et je vais changer mon post du coup), j’aimerais les rencontres qui vous ont marqué, les sites qui rende nostalgique quand on repasse dessus, les tout premiers forum, ce qui vous ont rassemblé avec ces gens, mais aussi les conflits, quand on décide vraiment d’arrêter de parler à quelqu’un plutôt que ça se fasse petit à petit…

Et peut être bien la peur au début de parler de ce que l’on veut, de trop ou pas assez en parler, de trouver des gens qui ont les même opinion…

L’inspiration que les gens apportent malgré la distance, le fait que les discussions sont peut être bien plus sincère derrière un écran, et que du coup on a peur de se montrer sois-même pour ne pas casser le mythe et même de rééllement se rencontrer par peur de tout casser, parce que si ça se trouve on se comportera différemment…

… je me laisse trop emporter je crois, je dois faire un récap de question avec tout ça xD

honnêtement le rappel quotidien des moments arrivés il y a une année jour pour jour sur facebook me donne envie d'arracher la partie cognitive de mon cerveau ces moments me rappellent d'autres moments qui m'en rappellent d'autres je ne suis plus nostalgique je suis seulement déçue que mon souvenir n'ait pas été aussi beau tant pis je suis confrontée à la réalité une bonne fois pour toute

Un bon conseil : quand vous êtes bien malheureux, n'essayez pas de lutter contre votre tristesse. Au contraire : laissez-vous glisser, laissez-vous envahir, c'est comme un courant froid qui vous emporte vers le large. Mettez-vous, par exemple, une musique bien nostalgique, bien déprimante, pour vous enfoncer davantage, si possible, dans votre désespoir. Il faut aller jusqu'à plus soif, jusqu'à saturation du malheur, si vous voulez vous en sortir un jour.
C'était ce que je m’ apprêtais à faire. J'avais trouvé, dans ma collection, le disque le plus apte à décupler mon bourdon. Il s'agissait, vous vous en doutez, d'un vieux Bud Powell imparable : “Willow Weep for me”, avec George Duvivier à la basse et Art Taylor à la batterie. Déjà la platine tournait, les premiers sillons, pleins de poussière grésillaient, et j'attendais, confortablement installé, que le piano attaque, que la mélodie s'empare de moi, que les doigts du pauvre Bud me tricotent ce fameux cafard dont lui seul avait le secret… lorsque la sonnette a retenti.
C'était foutu. Fallait tout arrêter. On pouvait même pas crever en paix.
—  Beau-père de Bertrand Blier

Ce restaurant de ramen, j'y suis allé au Japon . Au Japon , il y a dans ma ville . Donc c'était tres très nostalgique !! Ce restaurant de Paris également , on peut prendre très véritable…

なりたけ パリ店 (Naritake Ramen)

youtube

Beautiful new week my dear friends … A bit nostalgic with full Moon  ♥
Belle semaine mes chers amis … Un peu nostalgique en ce temps de pleine Lune ♥

Music by Kendra Springer … Jamendo
https://www.jamendo.com/en/artist/355162/kendra-springer-logozar