nostalgique..

En grande timide …..Oh ! je tenais à remercier tous mes followers sur Instagram,sur Tumblr et Twitter …
Vous me donnez chaque jour l'envie de continuer à créer encore !
Merci aux assidus ou éphémères ,
Merci aux petites phrases ou mots posés ou émoticones ,
Merci aux coquins, aux coquines , aux nostalgiques , aux rêveurs , Merci aux cafés et alcools partagés ,repas à admirer ,
Merci aux anges , à ceux qu'on du cœur et du respect ,
Merci à certaine complicité,
Merci à cette sensibilité de certains et certaines ,
Merci aux belles rencontres ,
Merci à ma zaile au grand cœur
Merci à lui qui me donne des ailes
#merci et belle soirée …..

Ton souvenir est comme un livre

Ton Souvenir est comme un livre bien aimé,
Qu'on lit sans cesse, et qui jamais n'est refermé,
Un livre où l'on vit mieux sa vie, et qui vous hante
D'un rêve nostalgique, où l'âme se tourmente.

Je voudrais, convoitant l'impossible en mes vœux,
Enfermer dans un vers l'odeur de tes cheveux ;
Ciseler avec l'art patient des orfèvres
Une phrase infléchie au contour de tes lèvres ;

Emprisonner ce trouble et ces ondes d'émoi
Qu'en tombant de ton âme, un mot propage en moi ;
Dire quelle mer chante en vagues d'élégie
Au golfe de tes seins où je me réfugie ;
Dire, oh surtout ! tes yeux doux et tièdes parfois
Comme une après-midi d'automne dans les bois ;
De l'heure la plus chère enchâsser la relique,
Et, sur le piano, tel soir mélancolique,
Ressusciter l'écho presque religieux
D'un ancien baiser attardé sur tes yeux.

Rome et Paris sont les villes idéales pour les mélancoliques et les nostalgiques. Les vestiges de leur grandeur passée, leur beauté à la fois immuable et dégradée, leur altière décadence sont le décor parfait du romantisme blessé. Des villes désormais peuplées de teufeurs, de hipsters et d'un lumpen prolétariat acculturé mais donc les pierres respirent encore l'art et la littérature, la violence historique et la volonté impériale. Des écrins aujourd'hui vides mais toujours enivrants. Des pièges.

youtube

Quand tout était encore possible.

Le collectionneur.


Or, étain, bronze, manganèse,
Ces matières le comblent d'aise.
Alliages ou métaux précieux
Font de lui un homme heureux.

Vinyls, instruments, gramophones,
Cassettes, jukebox ou scopitones :
Sa passion pour la musique
L'a rendu un peu nostalgique.

Il collectionne, il accumule,
Tout ça est un peu compulsif
Mais il ne se sent pas ridicule
Il trouve même ça plutôt jouissif.

youtube

L’attrait des vieux génériques d’anime en français m’échappe, mais je peux pas m’empêcher de les aimer.

Le Point Conscrits. 

Je vous l’ai dit ce week end c’était les conscrits. Après une nuit épouvantable à me tourner dans ma couette pendant des heures, j’ai bu du café pour aller voir la vague. Ma soeur F. fête ses 18 ans. Après m’être pris une réflexion désagréable de ma mère pour avoir déserté la fête la veille ( et après 3h de sommeil ça fait plaisir ) nous sommes allés voir le défilé, ma soeur et ses copains surtout. Après avoir passé trois ans dans le défilé, c’était très étrange de les voir sans faire parti de la fête. Je me suis sentie un peu nostalgique voire triste. 

je suis nostalgique ça me tue je n'apprécie pas assez le moment présent j'aimerais retourner à la session d'hiver et retomber en amour

Musique, je vous hais

Musique, je vous hais comme je vous sacralise, comme je vous adule. Froide, ingrate mais sublime, ne vous moquez pas de mon cœur vulnérable, épris de votre fils. Ma plume seule peut lui rendre grâce. Ayez pitié, art éternel. Je veux disparaître en vous bien au-delà de souhaiter mourir entre ces lignes où je retrouve mon être. Mon âme, aspires-tu réellement au divin lorsque nostalgique, mélancolique tu te tords et souffres, lorsque ton sang coule, imprègne le papier et tache mes doigts ? N’es-tu pas uniquement vouée à l’échec, à l’asservissement d’un autre pour les plus amers des chagrins ? Ecrire. Mais pourquoi ?

Demain soir, c’est mon dernier concert à Brébeuf. Je me sens tellement nostalgique, déjà. Je sais que je vais continuer à en faire l’an prochain, mais ça va pas être pareil.
J’aurai plus mon polo noir en tissu trop chaud avec des manches courtes qui m’arrivent aux coudes. J’aurai plus André pour se tirer la barbe avant de commencer à jouer. J’aurai plus la voix pleine de larmes de Julie quand elle est trop fière de nous. Très probablement plus de Dixie, plus de banjo, plus de Jazz Vocal comme j’le connais. Peut-être plus de Stage, seigneur que je serais triste.
C’est demain déjà, pis j’suis pas stressée plus qu’il le faut. C’est fou tout le chemin que j’ai fais, pareil. J’ai une impro dans Tickletoe que j’ai joué une seule fois depuis Boston, le mois passé. Je joue du banjo dans un Dixie alors que y’a même pas 8 mois, je ne connaissais rien aux instruments à cordes. Alors qu’il y a un an ou deux je serais morte de stress à l’heure qu’il est, en ce moment, je suis juste nostalgique. Pis c’est sûr qu’en pensant aux 600 personnes dans la salle, dont ma famille, dont des supers guitaristes qui vont certainement juger mon manque de talent au banjo, dont mes amis, comme Laurence qui manque le spectacle de sa soeur pour venir me voir une dernière fois, j’ai un peu le trac. Mais ça me ronge pas de l’intérieur. Je sens bien que ça me veut aucun mal. 

Je vais tellement fondre en larmes à la fin.

youtube

Que nous apprend My Sweet Old Friend, dernier titre des jeunes Bordelais A Call At Nausicaa ? Que le quintet défroisse une dentelle indie-pop-folk, qui va chercher ses points de croix dans la corbeille des grands classiques et ses lignes de coupe dans une poésie nostalgique de l'enfance, où se fondent, en harmonie, cordes pincées et voix légères. De la haute couture, à savourer entre autres trésors sur un premier EP (My Home A Forest, 11/2014) plein de charme et d'assurance (le 04/07 à Talence).

          J’ai appris les riffs de Cobain et j’ai fumé quelques clopes. Je me suis étendu sur le lit, draps défaits, j’ai regardé le plafond. Le ventilateur tournait comme un chien essoufflé. Dehors, les autos klaxonnaient, probablement parce que quelqu’un avait attendu deux secondes avant d’accélérer sur la lumière verte.
          Je me suis fait un café qui goutait l’eau de boue, mais je l’ai bu quand même, question de me donner de l’énergie. Il faut vaincre la journée, comme ils disent.
           J’ai pratiqué les riffs de Cobain, Lithium, Rape Me, j’ai fumé deux autres clopes puis j’ai déposé ma guitare. J’ai pensé un peu à toi, juste assez pour être nostalgique, juste assez pour vouloir me débarrasser de ma tête à nouveau.
           Pourquoi veut-on toujours disparaitre?

Ton Souvenir est comme un livre …

Ton Souvenir est comme un livre bien aimé,
Qu'on lit sans cesse, et qui jamais n'est refermé,
Un livre où l'on vit mieux sa vie, et qui vous hante
D'un rêve nostalgique, où l'âme se tourmente.

Je voudrais, convoitant l'impossible en mes voeux,
Enfermer dans un vers l'odeur de tes cheveux ;
Ciseler avec l'art patient des orfèvres
Une phrase infléchie au contour de tes lèvres ;
(…)

Albert Samain

*Source photographique privée*

youtube

L’Arc~en~Ciel — Link

Entrée en rotation : 6 février 2010
Passage en classique : 27 mars 2010
Meilleure position : 4e (6 fois)
Dernière position : 7e

Il est facile de deviner pourquoi Link est passée classique, et pourquoi ça s’est fait en 7 semaines, ce qui est dans cette ère du J-Top le minimum possible. Premièrement, c’est de l’Aruku, et l’Aruku est un de ces groupes qui imposent assez le respect chez tout le monde pour que, de base, le processus soit automatique. 

Deuxièmement, c’est un tie-up avec le film Full Metal Alchemist, sorti en 2005, et si j’ai très clairement pris position contre les otakus depuis déjà plusieurs mois sur ce blog et ailleurs, l’appel à ma fibre nostalgique la plus grosse et la plus sale me forcent à adopter une certaine tendresse vis-à-vis de tout ce qui est dérivé de l’oeuvre d’Arakawa.

Troisièmement, et peut-être finalement plus important, en tout cas dans ce qui nous intéresse, la chanson est signée de tetsu, et c’est lui qui a composé toutes mes chansons préférées du groupe, ce qui explique sa qualité, parce que oui, disons-le aussi clairement que possible : Link est une bonne chanson.

Comme pas mal des chansons de tetsu, il y a dans Link une espèce d’appel à l’aventure, dans la mélodie, un optimisme rayonnant que porte hyde dans sa performance, qui fait preuve d’autant de douceur que d’énergie, comme pour se motiver pour le voyage à venir. 

Tout ça est couplé à un arrangement généreux, qui vient donner de l’ampleur à tout ça en augmentant l’échelle. On commence avec des guitares, un ensemble rock très classique, qui va s’épaissir, et puis, les violons arrivent, et d’un coup tout semble plus vaste, et l’horizon plus lointain encore.

Bref, c’est une balade, qui fait découvrir de jolis paysages, et des petites figures de style tout à fait mignonnes le long du chemin. On a pas vraiment envie d’arriver, et on s’en fout si on a les jambes super lourdes après. C’était sympa, et on ne le changerait pas pour rien au monde. Le son parfait pour les vacances.

Note finale : 4/5

DEMAIN : UPLIFT SPICE — Hanabi no iro

je suis tellement nostalgique de mon enfance au venezuela, genre le feeling de mon univers gameboy/cartoon network/neopets/animal planet/nickelodeon et des endroits où j'allais huuun