moch

Tout ira bien. La douleur vient, la douleur passe. On y arrive. Même les déchets remontent à la surface. On se lève un matin sans cette odeur rance, cette odeur d’encore, on se rend compte que la souffrance vaut toujours mieux que la mort. C’est moins définitif aussi. J’ai pas envie, j’ai pas envie, j’ai pas envie. J’ai pas envie qu’on trace encore le périmètre de ma vie. Il me reste encore quelques kilomètres et quelques envies. Je peux encore m’en aller rouler loin dans les fumées, jusqu’à ce que la voûte devienne bleue, et je peux encore choper des croûtes, me brûler les yeux à mater le soleil décliner. Peut être que tu le trouves moche, c’est vrai qu’on y trouve que de la cendre, que de la roche. N’empêche il me reste encore mon empire de vent et poussière qui n’est pas à vendre. J’y suis roi et j’y dors, j’y suis tellement fier, le cul posé dans le froid sur mon trône de pierre. Même que je m’y balade encore, libre, et la bite à l’air.
—  Fauve

Vous êtes déjà 7900 à me suivre sur ma page tumblr et ça ça me fait toujours super plaisir. J’ai reçu des lettres de beaucoups de fans qui m’ont fait chauds au coeur. Les filles, n’oubliez pas que j’accepte toujours les photos de vous à poil, et qu’en échange vous aurez un message de moi avec marqué “merci :)” parce que je suis pas un connard. N’oubliez pas aussi que vous pouvez venir coucher avec moi à la condition que vous êtes pas trop moche et que vous ne me le dites pas si vous avez moins de 15ans (pour me protéger de la loi). Vous pouvez aussi me suivre sur ma page Facebook Maul Fait des vidéos ainsi que sur twitter, sur ello, sur tzu, sur Messenger, sur google +, sur caramail, sur yahoo, sur adopte un mec, et sur pleins d’autres réseaux sociaux.
Merci à tous encore une fois et vous pouvez aussi me faire des dons par paypall pour que je puisse publier encore plus de contenu et plus régulièrement encore.

Moche earflares found on the North Coast of Peru. These date to AD 400-600 (Early Intermediate), and are made of gold alloy, turquoise, and stone inlay.

Fine craftsmanship typifies the precious metal jewelry worn by the Moche elite. From cast decorative edgings, to hammered sheets of gold rolled into shafts, to the intricate inlays of semiprecious stones, these astonishing ornaments embellished members of the elite. Not only did the dazzling artworks glitter in the brilliant desert sun, symbolically bathing the wearer in the power of the golden orb, but their symbolic imagery and exceptional artistry enhanced the status and authority of the bejeweled person.

The earflares were the personal ornaments of a member of the Moche elite. They feature a striding warrior with his club weapon thrust forward at the ready. A round shield typical of Moche combatants protects his midsection from the blows of an opponent. His conical helmet-hat is that of a high-ranking person and recalls the head covering of the Warrior Priest, the key figure in the Sacrifice Ceremony that was the culmination of Moche ritual warfare. (walters)

Courtesy of & currently located at the Walters Art Museum, Baltimore: 2009.20.65.