5

Ce n’est pas du tout rare que chaque fois qu’on se revoit, le coup de foudre soit présent. Chaque fois c’est la Gare du Nord et ses couleurs. Prends le taxi, m’a dit G. On est vraiment proche, mais il sera tard et il faut bien prendre le taxi.

Chaque fois que je me promène sur les ruelles de Marais, il me sourit, il me fait sentir comme je lui appartiens. La tarte tatin de chez Les Philosophes. Mes premiers mots sont toujours timides. C’est comme je passe la main sur une vieille armoire et je sens la poussière aux bouts des doigts. J’ouvre une vieille porte. Je me demande toujours pourquoi je l’avais fermée si tôt. L’ouvrir me fait sentir comme une nouvelle personne.

Les syllabes sont très graves, chaque mot prend une certaine importance que j’avais oubliée de donner à une autre langue. Même à celle de mon pays.

Mais il faut que je revienne.

Je suis là, dans les ruelles, et je bouge tout le temps. Je vois la vieille dame en rouge qui se promène avec son chien blanc à 8h du matin. Je cours pour un pain au chocolat. C’est mon dernier plaisir. Le pain au chocolat et le café de G. C’est ca que j’appelle du vrai bonheur.

Les boutiques de la rue des Martyrs et le petit bouquiniste dont j’ai acheté le livre sur Doisneau. Il s’est un peu fâché contre moi. Je n’avais pas d’argent sur moi.

Est-ce que je peux payer à la carte bleue ?

Vous n’avez pas 5€ ?

Non, je suis désolée…

Bon, en fait, ça va…

 

Son fils, Fabrice, produit des documentaires en Roumanie. 

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video