interlgbt

dailymotion

Meeting LGBT pour l’égalité

Honte. C’est un communiqué du PS qui aurait pu rester inaperçu comme de nombreux autres, envoyés massivement à la presse chaque semaine.

Cette fois, la délégation française au parlement européen a décidé d’envoyer un mail cosigné par Rainbow Rose(un lobby LGBT à Bruxelles) et le groupe de pression « Homosexualité et Socialisme » pour demander à l’UMP de condamner la liberté d’opinion et d’expression dont a fait preuve un député européen de ce parti.

Tout commence au parlement européen avec une demande de l’ancien ministre Michèle Alliot-Marie de supprimer un paragraphe d’un rapport sur les droits de l’homme et la démocratie. Michèle Alliot-Marie a ainsi demandé courageusement que n’apparaissent plus cinq lignes de propagande qui «saluent la législation du mariage homosexuel ou des unions civiles homosexuelles dans un nombre croissant de pays» présentes dans le rapport. Elle a par ailleurs demandé la suppression d’une mention du rapport invitant les pays de l’UE à la « reconnaissance du mariage homosexuel ou de l’union civile homosexuelle comme un enjeu politique, social et lié aux droits civils et aux droits de l’homme». Effectivement, il est étonnant qu’une phrase d’une telle nature apparaisse dans un rapport aussi sérieux que celui sur les droits de l’homme.  Selon l’entourage de Michèle Alliot-Marie, qui s’est expliqué, elle n’a pas souhaité que soit utilisé le mot « mariage »qui  a « une connotation religieuse ».

Quand le lobby LGBT devient la norme

Après le rejet de l’amendement déposé par Michèle Alliot-Marie, la délégation française au parlement européen, s’est félicitée dans un communiqué de ce « rejet en bloc ». Dans ce communiqué étonnamment cosigné par la délégation socialiste française, Rainbow Rose et par Homosexualité et Socialisme, deux lobbies favorables au mariage homosexuel, à l’adoption, à la PMA, à la GPA, ils appellent l’UMP « à condamner fermement cette énième dérive d’un membre de l’UMP ».

Une grave atteinte à la liberté d’opinion

Pour ces lobbies et pour la délégation française socialiste, combattre la culture pro-gay bruxelloise est ainsi devenu « une dérive ». Plus grave encore, la délégation française socialiste à Bruxelles dirigée par Pervenche Berès, élue locale à Sèvres, s’associe à deux groupes de pression pour qualifier de « dérive », une action qui vise à défendre la famille et à promouvoir un système familial stable. S’agit-il d’un dérapage ? Si oui, il faudrait que la direction du PS à Paris se désolidarise de sa délégation bruxelloise. Si non, cela signifie qu’il n’est plus possible de s’en prendre aux lobbies LGBT et d’attaquer sa vision destructrice de la famille. Ce qui constituerait une grave atteinte à la liberté d’expression et d’opinion.


http://www.valeursactuelles.com/politique/quand-le-ps-derape-et-assume-etre-sous-linfluence-du-lobby-lgbt-50639