Variations impressionnistes sur les 31 listes candidates aux européennes en Ile-de-France

Je vous livre un petit tour d’horizon impressionniste des 31 listes en présence de cette élection destinée à élire nos députés européens pour la région francilienne.

Lutte Ouvrière : pour porter l’essence éternelle de l’idée Marxiste. Sa grande vertu est de porter sa voix sur une idéologie au demeurant assez lisible et claire.

NPA : deuxième liste trotskiste (relire ci-dessus). Olivier Besancenot en sera la tête de liste en Ile-de-France.

Communistes ! : pour l’histoire ce parti est né d’une dissidence d’avec le PCF au début des années 2000. Sa tête de liste a été candidate aux législatives à Colombes sur la 1ère circonscription. Il a plafonné en dessous de 0,1% lors des derniers scrutins européens.

Front de Gauche : marxisme de gouvernance. La portée de la gauche radicale pourrait augmenter au sein de la future assemblée européenne. A ce jour, elle est en tête des intentions de vote en Grèce et en Lituanie.

Parti socialiste : la parti socialiste porte l’ambition de faire élire un représentant de gauche, Martin Schulz, à la tête du Parlement Européen. Avec un rapport de force pouvant permettre de faire la différence au parlement européen en faveur des roses, son score pourrait porter un tournant de gauche à ces institutions.

Nouvelle Donne : dissidence socialiste qui après avoir perdu un vote interne au sein du parti socialiste en octobre 2013 a décidé de présenter sa propre liste.

Féministes pour une Europe solidaire : à minima cette liste remportera un belle victoire symbolique en passant devant Christine Boutin en Ile-de-France. Je porte le souhait personnel qu’elle dépasse les 1%.

Cannabis sans frontières : une vertu s’il fallait en trouver une à cette liste, ce serait de mettre à mal le trafic de drogue mondial et l’ensemble des malheurs qui y sont associés.

Parti Pirate : les deux principales revendications de ce mouvement sont à mon sens la protection de l’individu sur Internet et de sa vie privée, et comme son nom l’entend la suppression de la propriété intellectuelle sur Internet. Bien que séduisante, je continue d’associer cette idée de “pirate” à une imagerie négative. Au delà de ce résumé, ce mouvement porte néanmoins de profondes questions liées à la nouvelle révolution technologique à l’œuvre actuellement.

Europe décroissance : 2ème candidature aux élections européennes pour un mouvement dont le mot d’ordre est donc la décroissance économique, autrement dit baser un projet économique sur un autre indicateur que celui de la croissance.

EELV : pro-européen, à l’heure où l’Europe vacille sur ses fondations ils sont parmi les seuls à se ranger vers une ligne de défense de l’Institution à mon sens la moins ambigüe. Son projet politique basé autour de l’écologie est à mon sens un des plus sérieux et progressiste.

UDI-Modem : pro-européen, une tête de liste à l’engagement européen certain, Marielle de Sarnez, qui, comme ces collègues d’EELV, s’est historiquement inscrite dans la démarche européenne. Il se veut un rassemblement Libéral.

Régions et peuples solidaires : fédérations de divers listes régionalistes. Intéressante démarche. Jusque là attachée à des régions comme la Bretagne ou le Pays Basque, elle apparaît pour la première fois en Ile-de-France. Cette notion de “peuple francilien” serait toutefois très intéressante à apporter au regard des débats actuels sur l’agglomération.

Europe Citoyenne : écologistes de tendance droite représentés en leur tête par l’avocate Corinne Lepage, ancienne ministre de l’Environnement du Gouvernement Juppé en 1995. Elle est députée européenne sortante.

Alliance Écologiste Indépendante : alliance qui n’a d’alliance que le nom (le MEI et GE ayant claqué la porte en 2010) et portant à son actif quelques actions peu éthiques… plus récemment son leader Jean-Marc Governatori a fait apparaître une vieille interview à l’allure de pseudo-soutien du défunt Albert Jacquard dans son clip de campagne.

Nous Citoyens : à l’image de Nouvelle Donne, nouvelle forme de rassemblement “citoyenne” de tendance libérale essayant d’incarner de nouvelles formes de militantismes.

Parti Européen Libre : cette liste défend le mot d’ordre de “Liberté” comme principe de son programme. Pour être sincère il s’agit d’une des trois listes dont j’ai trouvé le “message” le moins lisible.

Europe Solidaire : programme non connu

Ensemble pour une Europe équitable : liste portée par France Mbella, un peintre philosophe. Programme non connu.

Parti fédéraliste : nouvelle tentative de présentation d’une liste fédéraliste aux européennes. Atypique et plutôt détonnant dans une France à la tradition centralisatrice.

Parti européen : Louis de Gouyon Matignon, tête de liste, s’est distingué ces dernières années dans son combat pour la cause de la défense des gens du voyage. Cette démarche rafraichit à mon sens beaucoup l’idée d’Europe, et notamment au regard du concept de la territorialité et de l’identité.

UMP : les sortants

DLR : Nicolas Dupont-Aignan tente d’inscrire sa démarche dans les pas des partis souverainistes aux européennes (de Philippe de Villiers à Frédéric Nihous). Après une campagne pourtant active il peinera à l’évidence à séduire les électeurs.

Force vie : échec annoncé d’un essai de récupération de l’électorat des opposants à la loi du mariage entre personnes de même sexe. Voir également plus haut liste Féministes solidaires.

FN : la tête de liste frontiste, Aymeric Chauprade, a contribué a développer en tant que géopoliticien de nombreuses thèses complotistes à l’image du complot israélo-américain qui serait caché derrière les attentats du 11 septembre. Tout un programme pour l’Europe.

UPR : petit parti né de la vague Internet, liée à la même sphère complotiste que son camarade frontiste.

Alliance Royale : pour le retour du royalisme en France.

Parti du vote blanc : contrairement aux idées reçues le vote blanc n’a été reconnu qu’à moitié, ceci étant du au fait qu’à ce jour l’innovation du projet de loi sur le vote blanc ne fait que dissocier votes nuls de vote blanc. Ces derniers n’étant toujours pas pris en compte dans le total des votes exprimés.

Démocratie réelle : à la manière du parti du vote blanc la liste démocratie réelle milite pour une rénovation des pratiques démocratiques aux travers une série de mesures plus ou moins innovantes.

Europe démocratie espéranto : la langue commune comme ferment du projet européen. Le dialogue n’est-il pas le début du sentiment de communauté ?

L’Europe de Marrakech à Istanbul : dadaïste à l’humeur doux et désinvolte, l’artiste Gaspard Delanoë défend une série de propositions phares et fantasques.

image

Text
Photo
Quote
Link
Chat
Audio
Video